Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Notes de lectureHistoire, sociétésMarie-Claire Boscq, Imprimeurs et...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Marie-Claire Boscq, Imprimeurs et libraires sous surveillance (1814-1848)

Paris, Classiques Garnier, coll. Littérature et censure, 2018, 464 pages
Christophe Cosker
p. 388-390
Référence(s) :

Marie-Claire Boscq, Imprimeurs et libraires sous surveillance (1814-1848), Paris, Classiques Garnier, coll. Littérature et censure, 2018, 464 pages

Texte intégral

1Le présent ouvrage embrasse, dans une période qui va de la Restauration (1814-1819) à la monarchie de Juillet (1830-1848), la surveillance du livre, raison pour laquelle il s’ouvre sur une citation de l’ouvrage de Georges Minois, Censure et culture sous l’Ancien Régime (1995). En effet, la Révolution française abolit les corporations et promeut la liberté d’expression et celle de la presse. Sans réinstaurer explicitement une censure, mot soigneusement évité, Napoléon se fait subtilement le garant de la liberté de création, mais en même temps le contrôleur d’autant plus sévère de la liberté de diffusion. En d’autres termes, pour surveiller et punir le livre, il porte son attention non pas sur l’auteur visible, mais sur les auteurs invisibles que sont les imprimeurs, les éditeurs et autres membres du monde du livre. De façon plus générale, il instaure une Librairie, organe de pouvoir et ministère, distinct ou non de celui de la Police ou de l’Intérieur selon époques, pour surveiller et punir la librairie, c’est-à-dire l’ensemble des métiers et des lieux du livre. L’ouvrage de Marie-Claire Boscq, issu d’une thèse de doctorat dirigée par Jean-Yves Mollier, se présente comme un essai sur l’histoire du livre et de l’édition, en complément notamment de L’Histoire de l’édition française, de L’Histoire de la librairie française, ou encore la monographie d’Anthony Glinoer : Naissance de l’éditeur : l’édition à l’âge romantique. Il propose effectivement l’histoire d’une institution et recourt fréquemment à la forme prosopographique, c’est-à-dire au portrait singulier ou collectif. Pour rendre compte de cet ouvrage, nous proposons de revenir sur le corpus législatif qui permet la surveillance du livre, puis sur la mise en œuvre de ces règles dans le monde du livre, aboutissant ou non à des sanctions.

2Le texte législatif principal de la période est le décret de Napoléon du 5 février 1810 constituant règlement sur l’imprimerie et la librairie. Ayant participé aux discussions, Napoléon fit notamment la déclaration suivante, indiquant par là l’importance du domaine de la librairie à ses yeux et, plus généralement, à ceux du pouvoir : « L’imprimerie est un arsenal qu’il importe de ne pas mettre à la disposition de tout le monde… Le droit d’imprimer n’est pas du nombre des droits naturels. Celui qui se mêle d’instruire fait une fonction publique, et dès lors, l’État peut l’en empêcher » (pp. 25-26)

3Ce texte met moins l’accent sur la création d’un ouvrage que sur sa diffusion, rendant l’éditeur responsable à défaut de l’auteur. À certains moments, cette répartition des responsabilités sera remise en cause, et non seulement des éditeurs, mais aussi des auteurs seront poursuivis. Ce texte est complété par l’article 8 de la charte octroyée par Louis XVIII le 4 juin 1814 : « Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette liberté. » (p. 20). Il convient enfin de signaler que, lorsque la censure se fera plus forte, une vieille loi de 1728 sera tirée de l’oubli, permettant de contrôler l’accès aux ateliers : « La porte de leur imprimerie ne sera fermée pendant le temps de leur travail que par un simple loquet. Leur défendons d’avoir, dans les maisons où ils impriment, aucunes portes de derrière, par lesquelles ils puissent faire sortir clandestinement aucun imprimé » (p. 157).

4À présent, pour comprendre comment la loi est mise en œuvre, il convient de se souvenir que l’abolition des corporations pendant la période révolutionnaire a entraîné la prolifération des imprimeries. De plus, les libertés d’expression et de presse ont été encouragées. Pour contrôler l’édition sur la période concernée, un brevet d’imprimeur – que l’on soit typographe, lié à un procédé inventé par Louis-Étienne Erhan, puis, plus tard, lithographe, ou encore taille-doucier - est mis en place. Pour l’obtenir, le candidat doit présenter un certificat de capacité, capacité attestée par quatre libraires, ainsi qu’un certificat de moralité attestant la bonne vie et les bonnes mœurs de l’impétrant, sans oublier son attachement au roi. Ce brevet obtenu, il faut encore prêter serment de fidélité au roi et aux lois du royaume. Les brevets de création permettent d’installer un numerus clausus qui se monte à quatre-vingts personnes à Paris. En parallèle, les nouveaux brevets ne seront que de remplacement, ce qui ouvre la voie à la spéculation et aux imprimeries clandestines, appelées succursales. À Paris, quatre presses sont obligatoires et deux seulement en province. Le brevet d’imprimeur sera supprimé le 10 septembre 1870.

5La Librairie – dont la majuscule signifie une institution de pouvoir –, censure la librairie afin d’empêcher premièrement les publications obscènes ou jugées telles. Son attention se porte principalement sur les ouvrages de moins de vingt feuilles, c’est-à-dire les moins onéreux, les moins longs, les plus faciles d’accès : ceux qui peuvent donc exercer l’influence la plus large. Progressivement, cette censure s’étend à l’ensemble des opinions qui s’opposent au régime en place, c’est-à-dire, au fil du temps : le libéralisme, le carlisme ou encore le républicanisme. Sur la période concernée, la religion constitue un objet mouvant parce que, en fonction de ces rapports aux pouvoirs, les livres censurés coïncident ou non avec ceux de l’Index librorum prohibitorum romain, contesté ou non au nom du gallicanisme. La tâche de la Librairie est rendue complexe par le caractère protéiforme de la librairie. En effet, le monde du livre s’étend de la librairie – lieu de vente du livre – à la bibliothèque – lieu d’emprunt du livre – en passant par les cabinets de lecture, les cercles littéraires, les bouquinistes, les loueurs de livres, les colporteurs ou encore les étalagistes, sans oublier la papeterie qui se charge des bilboquets, c’est-à-dire, le plus souvent, les commandes administratives. La Librairie peine à réguler les lieux d’impression du livre soumis au brevet et les lieux de vente du livre soumis seulement à patente. Entre la vente et la location des livres existe également une zone d’ombre. Marie-Claire Boscq rappelle qu’en France à l’époque, un tome coûte en moyenne 7,50 francs tandis que trente centimes permettent de s’offrir un abonnement à un cabinet de lecture proposant livres et journaux. En cas de contravention ou de délit, la Police de la Librairie peut effectuer des enquêtes de moralité, des rapports de police et saisir les tribunaux afin d’obtenir des sanctions. L’ouvrage de Marie-Claire Bocsq se termine par une série d’annexes qui donnent à voir la variété des documents qui forment ses sources : Texte du décret de Napoléon constituant le règlement sur l’imprimerie et la librairie (p. 373), Texte de la loi de Louis XVIII relative à la liberté de la presse (p. 381), Tableau récapitulatif des brevets accordés par période gouvernementale de 1814 à 1850 (p. 385), Principaux départements « pourvoyeurs » de la librairie parisienne (p. 387), Pourcentage de femmes brevetées sur l’ensemble de la période 1814-1850 (p. 389), Statut des femmes brevetées par périodes gouvernementales (p. 391), Femmes non-veuves ayant exercé le métier d’imprimeur (p. 393), Liens de parenté des successeurs de femmes imprimeurs (p. 395), Statut des femmes brevetées tenant un cabinet de lecture (p. 397), Rattachement hiérarchique des inspecteurs de librairie (p. 399), D’un préfet à l’autre : mobilité des commissaires de polices dans les 48 quartiers de Paris (p. 403), Tarif des peines : extraits des lois de 1819, 1822 et 1835 (p. 405), Exemples de condamnations (p. 411) et Demande de restitution de brevet d’imprimeur : Jean-Nicolas Barba (p. 423). La sanction symbolique la plus forte, équivalant à une mise à mort professionnelle, est le retrait du brevet, qui est néanmoins parfois contournée par la stratégie du prête-nom. De plus, un brevet peut être perdu, puis retrouvé, au fil des régimes. Le dispositif du dépôt légal est mis en place à partir de 1815. Il est lié à la Bibliographie de l’Empire Français ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie. Facilitant la surveillance de la Librairie, il garantit en outre la propriété littéraire et permet d’enrichir les bibliothèques publiques.

6En conclusion, cet ouvrage présente l’intérêt de permettre de comprendre le fonctionnement du monde du livre, principalement à Paris, « capitale du livre » selon Frédéric Barbier, entre 1814 et 1848. De façon générale, il illustre la peur que le pouvoir nourrit à l’égard du livre et de l’imprimé, raison pour laquelle il surveille l’écrit et tente de punir tout livre qui ne soutient pas le pouvoir en place. Nous avons mis l’accent sur le rapport entre le corpus législatif et ses modalités d’application à symétrie variable : des périodes de fermeté succédant à des périodes de liberté, notamment l’avènement de Louis-Philippe – abondamment représenté en forme de poire dans Caricature et Le Charivari - au début de la monarchie de Juillet. Dans cet ouvrage touffu, on croise les grandes figures des différents régimes, le célèbre Fouché, les grandes dynasties d’imprimeurs - Barrois, Belin, Didot, Panckoucke – et de libraires – Dupont, Hachette -, sans oublier des personnages moins connus, comme Alexandre Corréard, devenu libraire après avoir survécu au naufrage de La Méduse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Cosker, « Marie-Claire Boscq, Imprimeurs et libraires sous surveillance (1814-1848) », Questions de communication, 35 | 2019, 388-390.

Référence électronique

Christophe Cosker, « Marie-Claire Boscq, Imprimeurs et libraires sous surveillance (1814-1848) », Questions de communication [En ligne], 35 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/20027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.20027

Haut de page

Auteur

Christophe Cosker

HCTI, université de Bretagne Occidentale, F-29000
LCF, université de la Réunion
Christophecosker[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search