Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, technologies, information

Florian Sauvageau, Simon Thibault, Pierre Trudel, dirs, Les Fausses Nouvelles, nouveaux visages, nouveaux défis. Comment déterminer la valeur de l’information dans les sociétés démocratiques ?

Québec, Presses de l’Université Laval, 2018, 284 pages
Jean-Sébastien Barbeau
p. 442-444
Référence(s) :

Florian Sauvageau, Simon Thibault, Pierre Trudel, dirs, Les Fausses Nouvelles, nouveaux visages, nouveaux défis. Comment déterminer la valeur de l’information dans les sociétés démocratiques ?, Québec, Presses de l’Université Laval, 2018, 284 pages

Texte intégral

1L’ouvrage Les Fausses Nouvelles, nouveaux visages, nouveaux défis dirigé par un trio composé de Florian Sauvageau, Simon Thibault et Pierre Trudel est la publication d’un séminaire tenu à l’université de Montréal par le Centre d’études sur les médias à l’automne 2017. Il s’intéresse aux « fakes news » ou, à tout le moins, à une certaine conception de cette expression qui, autant en anglais qu’en français, serait à proscrire, au profit de « désinformation », en raison de ses controverses politiques l’entourant, de ses origines terminologiques et de sa polysémie. La publication de ce livre mérite d’être soulignée pour sa diversité d’auteurs (des universitaires en sciences de l’information et de la communication, en informatique et en droit, des journalistes spécialisés en fact-checking, en journalisme d’investigation, en sciences et en politique) et pour ses niveaux d’analyses oscillant entre la théorie, le volet pratique et des solutions afin d’endiguer le phénomène. Composé de 16 textes, l’ouvrage est construit en trois temps. D’abord, une mise en contextualisation et une problématisation du sujet (pp. 1-75) ; ensuite, une série de témoignages de journalistes relevant des situations concrètes dans leurs domaines de couverture ou dans leur région du monde (pp. 77-150) ; puis, de possibles pistes de solutions autant pour les citoyens avec des outils pratiques (pp. 151-194) que des exemples de législations provenant d’Europe et des États-Unis (pp. 195-243).

2Pour commencer, la problématique des soi-disant « fake news » est beaucoup plus complexe que le fait de rapporter ou de partager une information fausse. L’analyse par la sociotechnique est l’un des fils rouges de cette section. Comme le soutient Tommaso Venturini (pp. 17-38), la construction de l’internet et des réseaux sociaux numériques diffère des médias traditionnels et fait en sorte que « le problème des fausses nouvelles est leur viralité […] qui vient de leur capacité à exploiter la communication multilatérale des médias numériques pour se propager et muter. Ayant ses racines dans la séparation qui s’estompe entre la communication publique et privée, le problème est beaucoup plus profond que ce nous avons tendance à croire » (p. 34). Guillaume Latzko-Toth (pp. 51-62) va plus loin en argumentant que nous sommes dans une nouvelle phase du développement du numérique en identifiant « le symptôme d’un moment important, celui de la fusion entre Internet (en tant qu’infrastructure informationnelle) et l’écosystème médiatique ou “médiasphère”. Comme le pourriel, les fausses nouvelles sont appelées à demeurer dans le paysage numérique et être partie intégrante d’un écosystème médiatique élargi » (p. 59). Dans la même veine, Serge Proulx (pp. 63-75) qualifie, quant à lui, de « tournant paradigmatique » l’arrivée des « fakes news », car elles représentent « une occasion de penser à nouveaux frais certains concepts, comme la rumeur, la désinformation, et même la notion de “média alternatif”, ébranlant certains paradigmes au passage » (p. 60).

3Le deuxième tiers de l’ouvrage est consacré au terrain avec une analyse de divers domaines où la désinformation est présente. La section est accompagnée d’une série de témoignages de journalistes expliquant les façons dont ils dénoncent, traquent ou remontent à la source de ces « fausses » ou « demi-vérités ». Tour à tour, Craig Silverman (pp. 79-94), Jeff Yates (pp. 95-112), Jean-Marc Fleury (pp. 113-132) et le groupe de chercheurs composé de Nadine I. Kozak, Maria Haigh et Thomas Haigh (pp. 133-141) montrent que le travail de discrédit envers la désinformation doit passer par des collaborations avec d’autres « fact-checkers » ou avec des chercheurs universitaires. De plus, l’emploi d’outils relevant de l’informatique, et en particulier, les big data ou l’intelligence artificielle, deviennent communs. Malgré ces enseignements, nous retenons, pour cette deuxième partie, la réflexion critique de John R. MacArthur (pp. 143-150), ex-journaliste politique du New York Times, qui avait relevé l’arnaque du faux massacre par l’armée irakienne de nourrissons koweïtiens élaborée par l’administration Bush avec le Koweït en 1990. Cette histoire paraît dépassée face à la désinformation existant sur les réseaux sociaux numériques, mais la contribution rappelle, d’abord, que la propagande politique fondée sur de l’information créée de toute pièce ne relève pas de Donald Trump, qualifié au passage de « maître d’hôtel de la pagaille politique » (p. 148), mais est historique. John R. MacArthur souligne, aussi, que les médias sont en mauvaise position pour dénoncer la propagande actuelle, lorsqu’ils en étaient les relayeurs il y a de cela une ou deux décennies : « Le Times, qui prétend aujourd’hui servir de contrepoids aux sots mensonges de Trump, souffre toujours de la perte de crédibilité qu’il a subie en 2002-2003 lorsque Judith Miller et Michael Gordon affichaient à la une et ailleurs leurs scoops, fournis par le vice-président Cheney et ses adjudants, racontant une menace nucléaire et chimique. […] Donc, il est très facile pour Trump d’y faire référence avec un clin d’œil au New York Times et au rôle qu’il a joué à l’époque » (pp. 148-149). Bref, le recul critique n’efface pas les erreurs d’hier. Cette position critique concernant la responsabilité des médias dans le relais de la désinformation s’avère la seule de l’ouvrage.

4Enfin, la dernière partie du livre est réservée à des pistes de solutions citoyennes et politiques. Cette partie est de loin la plus dense. Elle débute avec la façon dont l’intelligence artificielle détecte les informations trompeuses et fallacieuses sur la Toile (pp. 153-172). Victoria L. Rubin et son équipe développent des algorithmes détectant des modèles récurrents et propres aux contenus trompeurs, satiriques ou relevant de pièges à clics. Pour se faire, elle et ses collègues s’appuient sur une double approche relevant de la psychologie et de la linguistique. Les études en psychologie soutiennent que l’humain, lors de tromperie, fait moins de références à soi, fournit des réponses plus évasives et emploie davantage les émotions négatives et les mots reliés aux sens (pp. 158-162). Quant à la linguistique, elle permet de relever que les contenus satiriques contiennent davantage de propositions afin d’enrober l’information. Le marqueur pour ces éléments est la présence de virgules qui est plus fréquente que dans un article factuel réel (pp. 162-165). En considérant ces apports interdisciplinaires, les algorithmes développés ont des taux de succès de 60 % à 70 % pour les contenus trompeurs, de près de 90 % pour la satire et de plus de 90 % pour les pièges à clics. Ces taux sont largement supérieurs à l’évaluation humaine (pp. 168-169).

5La contribution de Normand Landry à propos d’une éducation aux médias dans les écoles québécoises est vraisemblablement la plus riche du livre. D’abord, et avec une redoutable efficacité, il rappelle que la problématique de la désinformation est construite dans un triptyque politique-technologique-économique (pp. 173-185) et « le redéploiement des stratégies de désinformation et de manipulation à l’ère numérique, une intensification des ces dernières et de leurs effets, et une extension de leur portée, dans un contexte de crise des médias d’information » (p. 179). Dans la seconde moitié de sa contribution, Normand Landry analyse le plan d’éducation aux médias du Québec en le comparant avec l’Ontario, la province voisine (pp. 185-194). L’auteur souhaite l’établissement d’un véritable programme d’éducation aux médias au sein de l’éducation nationale par le truchement d’une « alphabétisation à l’actualité » librement traduit du terme « news literacy » (p. 173). Cependant, pour arriver à un tel résultat, l’auteur conclut que le système scolaire québécois doit se réformer et corriger ses défauts historiques : sous-investissement chronique, carences dans la formation des enseignants, ancrage curriculaire qui n’offre aucune place aux médias, etc. (p. 189-190).

6Il est également difficile d’ignorer les contributions dites internationales expliquant comment des législations étrangères au Canada encadrent la désinformation. Nous pensons, en particulier, au cas de l’Allemagne avec la NetzDG (pp. 197-216), une loi d’autorégulation. Au-delà de la potentielle amende maximale spectaculaire de 50 millions d’euros infligée aux plateformes contrevenantes, et qui a contribué à sa forte médiatisation, Bernd Holznagel souligne la crainte « d’un effet de mimétisme qui pourrait accentuer les restrictions à la liberté d’expression » (p. 214) en raison de la sévérité et des nombreux dispositifs entourant la loi. La polémique de la loi tient également dans sa constitutionnalité tant au niveau fédéral qu’au niveau européen. Enfin, la conclusion, cosignée par Pierre Trudel et Simon Thibault (pp. 245-252), doit être lue à la manière d’un éditorial. Partant des enseignements tirés de l’ouvrage, les deux auteurs proposent une solution pour encadrer d’une meilleure façon la désinformation. Ils considèrent que les solutions européennes « négligent d’intervenir au niveau des processus algorithmes qui sont au cœur du processus de création de valeur qui prévalent désormais sur Internet » (p. 251), car elles « s’en tiennent principalement à accroître les responsabilités “éditoriales” des plateformes » (ibid.). Pierre Trudel et Simon Thibault concluent que l’exercice de régulation est plus complexe qu’en apparence, car « le défi de la régulation de l’information en ligne est […] de mettre au jour et d’identifier les motifs légitimes d’une régulation publique » (p. 250). Leur proposition est fondée sur le fonctionnement des algorithmes qui visent une performativité des contenus en termes d’interaction (consultations, « likes », commentaires, partages). Cependant, les auteurs ne proposent pas de pistes de solutions plus précises.

7Le principal bémol envers l’ouvrage est l’absence d’analyse sociologique ou politique des producteurs, consommateurs et relayeurs de la désinformation. Pour les producteurs, les remarques théoriques trouvées dans la première partie et dans la contribution de Normand Landry permettent d’expliquer les raisons, essentiellement politico-économiques, poussant des individus à créer du « bruit » sur la Toile. Cependant, il aurait été intéressant d’avoir des cas concrets. Il en va de même pour les consommateurs où, cette fois, les profils et les raisons sont pratiquement absents de l’ouvrage. En revanche, il faut relativiser cette critique, puisque ces terrains sont complexes à étudier. Il n’en demeure pas moins que cet ouvrage offre une excellente porte d’entrée sur la thématique avec sa prise de hauteur à la fois théorique et pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sébastien Barbeau, « Florian Sauvageau, Simon Thibault, Pierre Trudel, dirs, Les Fausses Nouvelles, nouveaux visages, nouveaux défis. Comment déterminer la valeur de l’information dans les sociétés démocratiques ? », Questions de communication, 35 | 2019, 442-444.

Référence électronique

Jean-Sébastien Barbeau, « Florian Sauvageau, Simon Thibault, Pierre Trudel, dirs, Les Fausses Nouvelles, nouveaux visages, nouveaux défis. Comment déterminer la valeur de l’information dans les sociétés démocratiques ? », Questions de communication [En ligne], 35 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 07 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/20490

Haut de page

Auteur

Jean-Sébastien Barbeau

Carism, université Paris 2 Panthéon-Assas, F-75005
jean.sebastien.barbeau[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page