Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de rechercheL’identité en face à face

Notes de recherche

L’identité en face à face

Ce que l’identité fait et fait faire au miroir de l’altérité
Face to Face Identity. What Identity Does and Makes Do in the Mirror of Otherness
Catherine Fhima
p. 147-165

Résumés

L’article interroge l’identité à partir de l’étude du cas de l’écrivain Max Jacob et d’une configuration d’écrivains, juifs et français, entre 1890 et 1930. Conduite par l’idée que le concept d’« identité » ne gagne une valeur heuristique dans les sciences humaines et sociales qu’à la condition majeure d’être confronté à celui d’« altérité », la réflexion se fonde sur une méthode inductive permettant de dégager des principes d’analyse : l’identité ne peut être référée que par rapport à un processus historique et à un contexte spécifique évitant tout jugement classificatoire préétabli ; l’identité provient et procure du « trouble » ; elle est le produit d’interactions entre moi et tu et nous, vous et eux ; ce faisant, à la confluence des rapports entre individualités et modes d’être collectifs, elle est principe d’action. Ainsi, dans le cas d’écrivains, l’identité entraîne-t-elle un mode d’écrire soumis à une obligation de novation et au désir de marquer leur place en faisant œuvre singulière.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Nouage d’identités, jointure d’altérités : le cas Max Jacob
Du trouble à la différence : l’altérité comme espace de confrontations
Du trouble dans le nom : le tu-nous
Du trouble dans l’appartenance juive : le nous-eux
Du trouble dans la sexualité : le moi-eux
Du trouble dans la religion : le nous-à-nous
Du trouble dans la citoyenneté : le nous-vous
De l’interaction à l’action : l’identité comme espace d’expérimentations novatrices
Des gestes qui produisent des écarts : pseudonymes et étiquettes
Des gestes qui produisent des écarts : configurations d’écritures
Conclusion

Aperçu du début du texte

« L’identité est le diable en personne, et d’une incroyable importance ; bien plus que je ne le croyais »
Lettre de Ludwig Wittgenstein à Bertrand Russell, 1913 (cité dans Pollak, 1992 : page liminaire)

Dans cet article, nous étudions l’« identité » comme une expérience inscrite historiquement et socialement dans l’histoire de la modernité issue des Lumières et de la Révolution française, car nous considérons cette période comme ayant engendré, avec les processus d’individuation, une mise à l’épreuve des individus par des questions sur le « soi » et le rapport à « l’autre » dans un mouvement continu entre l’individuel et le collectif. Toutefois, pour rendre compte de cette expérience, il faut éviter toute démarche déductive surplombante s’attachant à des groupes perçus comme déjà constitués collectivement dans des traits permanents ; nous risquerions alors de trop généraliser en sous-estimant la complexité des problématiques en jeu. À l’inverse, mobiliser l’« identité » en partant des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Fhima, « L’identité en face à face », Questions de communication, 36 | 2019, 147-165.

Référence électronique

Catherine Fhima, « L’identité en face à face », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21121

Haut de page

Auteur

Catherine Fhima

Centre de recherches historiques
École des hautes études en sciences sociales
Centre national de la recherche scientifique
F-75006
catherine.fhima2[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search