Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureCulture, esthétiqueAnonyme, Les Groupes Medvedkine. ...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Anonyme, Les Groupes Medvedkine. 1967-1974

Paris, Éd. Les Mutins de Pangée/Éd. Iskra, 2018, 166 pages
Michel Cadé
p. 313-314
Référence(s) :

Anonyme, Les Groupes Medvedkine. 1967-1974, Paris, Éd. Les Mutins de Pangée/Éd. Iskra, 2018, 166 pages

Texte intégral

1Ce petit ouvrage accompagné d’un coffret de trois DVD est la réédition, un peu augmentée, d’un ouvrage/DVD paru en 2005 dans une coédition éditions Montparnasse et Iskra. On retrouve le texte de 2005 augmenté de quelques précisions, une interview d’Annette Paleo (pp. 122-123), un texte de Bruno Muel de 2016 sur les conditions de tournage et la réception de Septembre chilien (pp. 140-148), une série de petits textes autour d’Alexandre Medvedkine et deux courts-métrages supplémentaires, Le Train en marche de Chris Marker (1971) et Manuela, œuvre collective (1968). L’ouvrage est plus aéré que celui de 2005. Il comprend des illustrations pleine page ou demi-page, a l’occasion en couleurs, et offre un meilleur confort de lecture sans rien changer ou presque sur le fond. L’ensemble s’inscrit dans un courant contemporain de l’édition associant des DVD fabriqués à partir de films numérisés le plus souvent à caractère historique et/ou patrimonial : La Terre fleurira (S.l., Ciné-archives, 2015), La Vie est à nous, Le temps des cerises et autres films du front populaire (Ciné-archives, 2016), Grands soirs et beaux lendemains (S.l., Ciné-archives, 2017), pour rester dans la veine du cinéma militant.

2Ce livre DVD entend donner à voir et à suivre l’itinéraire d’un groupe de production et de réalisation qui prend le nom de Groupe Medvekine pour ses activités à Besançon puis à Sochaux. Au départ, il y a la fondation par le cinéaste Chris Marker de la coopérative de production « Slon », qui deviendra en 1974 Iskra (voir la contribution de Catherine Roudé dans Sylvie Lindeperg, dir., Par le fil de l’image. Cinéma, guerre, politique, Paris, Éd. de la Sorbonne, 2017, pp. 75-89), qui permet de tourner en 1967 le film collectif Loin du Vietnam (1967), puis à Besançon, toujours en 1967, À bientôt j’espère, film de Chris Marker et Mario Marret (pp. 8-9) sur la grève de l’usine Rhodiacéta. Après une courte introduction de deux membres du groupe – Bruno Muel et Francine Muel-Dreyfus –, construite à partir de divers écrits, dont l’introduction à l’ouvrage de 2005 et des écrits de 2008 et 2016, et deux petits textes/témoignage (p. 13 et p. 15), le livret se présente comme une suite chronologique où à chaque film sont associés des éléments de contextualisation, en général rédigés par des membres du groupe (Chris Marker, Bruno Muel, Inger Servolin, Pol Cébe, Henri Traforetti, Jean-Pierre Thiébaud, Christian Corouge, Youcef Tatem), parfois par des journalistes (Anne Philippe, Claire Devarrieux, Sophie Dougnac), des spécialistes de l’image (Nicole Brenez, Patrick Lenoutte, Stefani de Loppinot, Jacques Loiseleux, Bernard Benoliel), sans oublier quelques phrases de Pierre Bourdieu et une lettre d’Alexandre Medvedkine, cinéaste soviétique qui sillonna l’URSS des années 1930 avec son ciné-train et rencontra en 1969 ceux qui se sentaient ses émules. Cet inventaire à la Prévert, auquel cependant les nombreux écrits de Bruno Muel, réalisateur et formateur des réalisateurs/ouvriers, donnent une unité, est majoritairement composé d’extraits publiés ailleurs. Rendre compte de ce patchwork, c’est d’abord accepter qu’en lieu et place d’une histoire des groupes Medvedkine, on ait ici des fragments, datés, d’une extraordinaire aventure humaine et sociale.

3Ce sont les pièces de cette aventure, qui ne dissimulent pas qu’elles sont de parti-pris, que les auteurs – qui, quoique signant, représentent d’abord un collectif et son esprit – mettent à la disposition du spectateur pour qu’il mesure la part d’humanité, celle des sans voix, que recèlent ses quinze courts ou moyens métrages. Ces films sont l’œuvre d’ouvriers et d’employés qui se sont formés au maniement de la caméra, qui se sont mués en scénaristes, preneurs de son, cadreurs, réalisateurs (pp. 37-38). À côté de ces aspects factuels, sans doute existe-t-il des sous-textes pas exempts d’ambiguïtés, le plus important étant un discours sur l’évolution idéologique du groupe. Les militants qui se font cinéastes appartiennent dans leur grande majorité à la confédération générale du travail (CGT) et au Parti communiste français (PCF) et l’on sait que l’un va alors rarement sans l’autre. Chris Marker, en rendant, au début du livret, hommage à Mario Marret, communiste, exprime, en 2005, les doutes qu’il entretient depuis 1945 face à une construction où il ne voit que contrainte, mais qui dira la part de la reconstruction, ou pas, dans ce témoignage tardif, toujours est-il qu’il laissa vivre l’expérience (pp. 21-30). Bruno Muel quant à lui souligne l’intolérance du PCF, en évoquant, en 2016, la réception négative de son film Septembre chilien, tourné après le coup d’État de septembre 1973 à Santiago du Chili, par les responsables nationaux du Parti et la crise qui s’était suivie lors de sa présentation à Sochaux entre Paul Cébe, membre du groupe et militant communiste, et un collaborateur du Comité central, spécialiste de l’Amérique latine, Georges Fournial (pp. 146-148). La boucle est bouclée. Un dernier film fut réalisé en 1974 par Bruno Muel avec le Groupe Medvedkine, Le Sang des autres (pp. 124-127). Mais comme l’écrit Bruno Muel, « le fond de l’air n’était plus très rouge » (p. 125), le groupe mourut.

4À l’évidence, la vraie richesse de cet ensemble tient au corpus de films qu’il met à la disposition du chercheur comme du curieux. Ceux-ci pourront dans Classe de lutte voir émerger une participation renouvelée des femmes aux luttes ouvrières, leur accès aux responsabilités syndicales, avec la lumineuse Suzanne Zedet ; constater la capacité ouvrière à s’emparer de la culture dans le poème en images du Traîneau-échelle et la double violence, de la répression (Sochaux 11 juin 68) et des conditions de travail (avec la série Nouvelle société et Avec le sang des autres). Ces films sont pour l’historien, l’historien du cinéma, le sociologue et chercheur en information-communication, à la fois une source et un moment de grâce, celui d’une utopie souvent décriée mais advenue un court instant. Les producteurs/auteurs de ce livre/DVD ont choisi de laisser chaque lecteur/regardeur libre de ses cheminements. Il me semble qu’il ne faut pas imposer ici de lecture trop construite, juste dire que l’ensemble est précieux pour tous ceux qui interrogent tant le passé que le présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cadé, « Anonyme, Les Groupes Medvedkine. 1967-1974 », Questions de communication, 36 | 2019, 313-314.

Référence électronique

Michel Cadé, « Anonyme, Les Groupes Medvedkine. 1967-1974 », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21452

Haut de page

Auteur

Michel Cadé

Cresem, université de Perpignan Via Domitia, F-66860
cade[at]univ-perp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search