Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureCulture, esthétiqueAnthony Glinoer, La Bohème. Une f...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Anthony Glinoer, La Bohème. Une figure de l’imaginaire social

Montréal, Les Presses de l’université de Montréal, 2018, 242 pages
Olivier Desouches
p. 323-325
Référence(s) :

Anthony Glinoer, La Bohème. Une figure de l’imaginaire social, Montréal, Les Presses de l’université de Montréal, 2018, 242 pages

Texte intégral

1« Nous avons chacune et chacun une idée de ce qu’est la bohème et de qui est bohème » (p. 11) : d’un côté, hommes de lettres (Gérard de Nerval), artistes et « l’intelligentsia prolétaroïde » (terme que Pierre Bourdieu emprunte à Max Weber, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éd. Le Seuil, 1992) d’étudiants qui passent de 2 500 à 12 000 au cours du XIXe siècle en France ; de l’autre, surconsommation de tabac, d’alcool et de drogues, jeunesse, vagabondage, pauvreté, paresse, idées politiques souvent radicales. Elle date de la France de 1830 et de la bataille d’Hernani, polémique née des représentations de la pièce de Victor Hugo opposant la nouvelle génération de ses partisans (comme Théophile Gautier) et, plus largement, les adeptes du théâtre romantique aux classiques.

2« Nous nous représentons les lieux où se déploient l’existence du bohème » dans ses ateliers, la Brasserie des Martyrs – fréquentée par Manet, Daudet ou Courbet sous le Second Empire –, le Quartier latin, le cabaret Au Lapin Agile ou le Moulin de la Galette. Ainsi, l’affiche du Chat noir, du nom du célèbre cabaret de la butte Montmartre, est-elle certainement une des reproductions les plus souvent associées à la bohème de la fin du xixe siècle. La bohème est ici retracée comme une figure emblématique des imaginaires sociaux et de nos représentations de la vie d’artistes comme d’écrivains, des Scènes de la vie de Bohème (Henri Murger, Paris, Fayard, 1850) en passant par son adaptation à l’opéra par Giacomo Puccini en 1896, l’un « des plus connus et des plus joués du répertoire » (p. 15) qui se déroule dans la rue, une mansarde ou un café – car « dans la mansarde, le bohème est seul face à son indigence ; au café il est vu, entendu et reconnu » (pp. 221-222) – , jusqu’à la chanson qu’Aznavour associe en 1965 aux peintres, depuis aux bobos et à la « classe créative » dont le professeur d’études urbaines Richard Florida souligna l’émergence en 2002.

3Du « cercle des poètes zutiques » auquel participèrent Arthur Rimbaud et Paul Verlaine aux dadaïstes jusqu’à Greenwich Village, « l’imaginaire de la bohème a essaimé partout dans le monde occidental » (p. 13) pour Anthony Glinoer. L’auteur de cet essai, professeur à l’université de Sherbrooke, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire, est spécialiste de l’étude des représentations de la vie littéraire. Malgré le désir de singularité propre à la vie d’artiste, le bohème vit en communauté, en réseau ou en groupe, qu’il s’agisse des buveurs d’eau ou des hydropathes. S’érigeant en contre-culture d’un point de vue idéologique, la bohème « comme figure de l’imaginaire social, présente deux caractéristiques remarquables » (p. 23) : nombreuses sont les querelles d’interprétations dont elle est l’objet alors qu’elle en est pourtant la principale pourvoyeuse.

4Le premier chapitre est consacré à l’« Émergence » de la notion entre 1830 et 1880 tandis que le deuxième, « Altérités », définit le bohème par sa rupture avec le bourgeois, qu’il soit propriétaire, cafetier, éditeur ou marchand de tableaux, même quand il ne peut être systématiquement associé aux bas-fonds. En fait, il n’est ni le dandy théorisé par Barbey d’Aurevilly, ni un bohémien, terme « auquel on préfère aujourd’hui les vocables de tsiganes, manouches ou Roms » (p. 82). Qu’elles soient risettes, lorettes, cocottes, lolottes, actrices et prostituées, les femmes ne sont que de passage, aux quelques exceptions près que sont Louise Colet, Flora Tristan et Nina de Villard.

5L’objet du chapitre « Trajectoires » est « de comprendre comment ont été inventés un certain nombre de héros de la bohème en suivant leur biographie sociale » (p. 91). Qu’il s’agisse « des vagabonds, des soldats licenciés, des forçats sortis du bagne, des galériens en rupture de ban, des filous, des charlatans, des lazzaroni, des pickpockets, des escamoteurs, des joueurs, des souteneurs, des tenanciers de maisons publiques, des portefaix, des écrivassiers, des joueurs d’orgue, des chiffonniers, des rémouleurs, des rétameurs, des mendiants » (p. 50) énumérés par Karl Marx dans Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, l’auteur les répartit entre archi-bohème emblématique – comme Privat d’Anglemont, le noctambule Fernand Desnoyers ou le pilier de café à ses heures graveur Marcellin Desboutin –, réfractaires – le socialiste révolutionnaire Eugène Vermersch – et renégats – l’Académicien Jean Richepin.

6L’avant-dernier chapitre examine les « Écritures » de la bohème, à savoir des poèmes, des romans tels que La dernière Aldini de George Sand à qui revient « la première occurrence du terme “bohème” dans son acception moderne » (p. 208), Le Bachelier de Jules Vallès, Manette Salomon de Jules et Edmond de Goncourt et L’Œuvre d’Émile Zola, ou de la presse. Celle-ci (La Vache enragée, L’Hydropathe, Chat noir) est d’ailleurs étudiée plus spécifiquement dans l’ouvrage Vie de bohème et petite presse du xixe siècle. Sociabilité littéraire ou solidarité journalistique ? (Alain Vaillant, Yoan Vérilhac, Paris, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2018), où une contribution d’Anthony Glinoer et Vincent Laisney retrace l’histoire de la Brasserie des Martyrs comme lieu de sociabilité, de Louis Philippe à Napoléon III. La bohème se complaît dans les souvenirs littéraires d’Alphonse Daudet (Trente ans de Paris : à travers ma vie et mes livres) ou d’Emile Goudeau (Dix ans de bohème).

7Enfin, le chapitre « Transferts » documente le « déploiement transnational et transhistorique du phénomène de la bohème qui n’est jamais tout à fait parvenu à son terme » (p. 241) entre 1850 et 1900 avec son appellation propre (scapigliatura) en Italie. À Varsovie comme à Melbourne, de Buenos Aires et Rio de Janeiro à Montréal, elle ne connaît pas de frontières : en attestent les illustrations du peintre norvégien Edvard Munch ou du livre La santa bohemia de l’émigré letton à Madrid Ernesto Bark. Le magnétisme de Paris, terminus de retours d’Europe, ne sera que croissant après la Première Guerre mondiale car, « en matière de bohème, rien ne s’arrête en 1880 ni même en 1914 […]. D’autres figures de l’imaginaire social en ont d’ailleurs hérité de nombreux traits, tels les beatniks, les hippies et les hipsters » (p. 259). 

8Sans doute ce final aurait pu se prolonger avec la distinction canonique que le sociologue Robert E. Park, l’un des fondateurs de l’école de Chicago, établit entre deux quartiers de cette ville, Bohemia (La Bohème qui est une colonie d’artistes) et Hobohemia (la Cloche) à la suite de la publication en 1923 de Le Hobo. Sociologie du sans-abri de Nels Anderson. « C'est là que s'entasse cette population vagabonde d'hommes sans foyer, homeless men, venue du dehors et qui y retourne, les Hobos, d'où l'on a tiré le mot : Hobohemia » relate Maurice Halbwachs dans son article de 1932 (« Chicago, expérience ethnique », Annales d’histoire économique et sociale, 13 ; p. 20). Ce n’est plus le « bourgeois possédant, lourd et enraciné » mais le « bohème, léger, libre et nomade » qui incarne « Le nouvel esprit du capitalisme » (Luc Botanski, Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999). De même, dans sa thèse Les Intellectuels précaires, genèses et réalités d’une figure critique soutenue en 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales, Cyprien Tasset articule l’imaginaire social de la bohème au xixe siècle autour de trois répertoires : la perspective de la révolte, à la suite de Jules Vallès ; le désenchantement qui consiste à dénoncer la faible valeur artistique de la bohème, et donc à la soupçonner d’être mystificatrice ; les séductions d’un mode de ville stylisé, dans l’héritage d’Henri Murger comme en atteste la mise en généralité par les actuels bobos de la gentrification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Desouches, « Anthony Glinoer, La Bohème. Une figure de l’imaginaire social », Questions de communication, 36 | 2019, 323-325.

Référence électronique

Olivier Desouches, « Anthony Glinoer, La Bohème. Une figure de l’imaginaire social », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21526

Haut de page

Auteur

Olivier Desouches

Arènes, université Rennes 2, F-35043
olivier.desouches[at]univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search