Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureCulture, esthétiquePhilippe Hamon, Rencontres sur ta...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Philippe Hamon, Rencontres sur tables et choses qui traînent. De la nature morte en littérature

Genève, Droz, coll. Histoires des idées et critique littéraire, 2019, 256 pages
Christophe Cosker
p. 326-328
Référence(s) :

Philippe Hamon, Rencontres sur tables et choses qui traînent. De la nature morte en littérature, Genève, Droz, coll. Histoires des idées et critique littéraire, 2019, 256 pages

Texte intégral

1La nature morte est un genre souvent lié à la peinture flamande et représenté, en France notamment, par Jean Siméon Chardin, auquel Denis Diderot consacre plusieurs pages dans ses Salons. Mais ce n’est pas à la nature morte qui exalte paradoxalement, de manière profane, la vie, ni même à celle qui en rappelle au Chrétien la vanité, ce n’est pas même, au premier chef, à la nature morte picturale que s’intéresse Philippe Hamon, chercheur en littérature du xixe siècle, mais à la possibilité de transférer la catégorie de nature morte de la peinture vers la littérature. En effet, l’expression « nature morte » se retrouve dans un nouveau contexte qui fait hésiter le lecteur entre nouvel usage littéraire et mention ironique : « Les deux panneaux latéraux de la devanture, également peints et sous verre, représentaient des amours joufflus, jouant au milieu de hures, de côtelettes de porc, de guirlandes de saucisses ; et ces natures mortes, ornées d’enroulements et de rosaces, avaient une telle tendresse d’aquarelle que les viandes crues y prenaient des tons roses de confiture » (Émile Zola, Le Ventre de Paris [1873] dans Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, 1960, tome I, p. 636). Le chercheur a l’intuition qu’une certaine poétique des objets est liée à l’inscription de la nature morte dans la prose réaliste et permet de la distinguer du romantisme.

2Philippe Hamon est conscient du caractère médiatique de sa présente recherche : « La peinture n’est pas seule en jeu. C’est un champ “multi média” qui peut être convoqué pour assurer cet effet, et la référence, via diverses métaphores, à n’importe quel art, voire même au plus immatériel qui soit, à la musique, peut être convoquée pour, sinon pictorialiser un groupe d’objets, du mois l’“artialiser”, et donc par-là signifier quelque statut, quelque spécificité artistique et esthétique à ce groupement momentané d’objets dans la fiction. Ainsi la référence à la sculpture, art des trois dimensions des choses, dans l’évocation du surtout de table du sculpteur et orfèvre Thomire dans l’exemple de La Peau de chagrin d’Honoré de Balzac que nous venons de voir. Mais c’est surtout la référence à l’architecture, cet autre art de l’acclimatation des sujets dans un espace à trois dimensions, qui tend souvent à constituer alors la “nature morte” comme moment esthétique dans la fiction » (p. 77).

3Le problème posé par Rencontres sur tables et choses qui traînent peut donc se formuler comme suit : comment la littérature parle-t-elle de l’objet au xixe siècle, dans et en dehors du genre pictural de la nature morte ? Du point de vue des sciences de l’information et de la communication, l’intérêt de l’ouvrage réside dans les différentes couches qu’il superpose, dont deux principalement retiendront ici l’attention : la première est le statut de l’objet au xixe siècle et la seconde le transfert artistique, qui correspond à un changement de medium de la peinture – couleurs sur toile – vers la littérature – mots sur la page. Ce sont ces deux axes qui seront successivement approfondis au fil des onze chapitres de l’essai.

4Philippe Hamon textualise et contextualise sa recherche dans une époque précise : le xixe siècle. Or, pour parler des objets dans la littérature du temps, force est également de parler d’eux en dehors de ce medium. L’essai propose donc une typologie des objets et des lieux au xixe siècle, principalement à travers le roman réaliste et naturaliste. On retrouve les natures mortes en plein air du Ventre de Paris d’Émile Zola, les intérieurs raffinés d’Honoré de Balzac ou encore la pharmacie d’Homais. La principale dialectique qui permette de saisir l’objet à cette époque est le passage du cachet au moule, c’est-à-dire de l’objet unique fabriqué par l’artisan – qui a encore quelque chose de l’artiste – et celui fabriqué en série et disponible dans les grands magasins, derrière des vitrines qui découpent des nouveaux tableaux modernes – comme Le Bonheur des dames. Cet objet industriel est haï par les écrivains du xixe siècle, en particulier les Parnassiens, tenants de l’art pour l’art qui oppose la beauté de l’objet à son utilité. Néanmoins, force est de constater que la littérature réaliste de l’époque est une littérature de l’objet, de la fascination pour l’objet, entre attraction et répulsion. Certaines natures mortes littéraires n’assemblent les objets que pour montrer comment ils jurent ensemble. Philippe Hamon fait référence à de nombreuses scènes littéraires qui mettent un personnage devant un objet et l’objet tend, dans cette littérature, à devenir à son tour un être, comme la collection du cousin Pons ou encore l’éventail de Watteau. Deux objets sont étudiés par le menu parce qu’ils symbolisent le siècle, le baromètre et le parapluie : « Il est à la fois l’instrument de mesure analogique (il monte ou descend en fonction de la pression), et est relié implicitement à son complément utilitaire le parapluie (prendre ou non son parapluie en fonction du temps prévisible), ce “meuble” emblématique de la bourgeoisie au dix-neuvième siècle. La météorologie et l’emploi du temps sont les deux obsessions de la bourgeoisie (voir Les Bourgeois de Molinchart de Champfleury, 1855, où un parapluie et une société météorologique tiennent les principaux rôles). Briser un baromètre (Emma Bovary claquant une porte à un moment d’orage intérieur, et décrochant le baromètre) aura donc des fonctions hautement et ironiquement symboliques » (p. 92). Le parapluie est, au xixe siècle, le seul objet auquel soit consacrée une physiologie, genre à la mode qui décrit par le menu un objet. Il s’agit d’une forme adaptée de la biologie sur les fonctions d’un être.

5Dans cet essai, l’effort principal de Philippe Hamon consiste à transférer la catégorie de nature morte de la peinture vers la littérature. Le chercheur voit d’abord dans ce morceau choisi du texte une nouvelle morale, celle qui remplace le struggle for life par une vie tranquille. Reprenant à son compte ce genre mal aimé en raison de l’absence d’humain, du lien au corps et au féminin, le naturalisme le réhabilite. Ainsi les romans d’Émile Zola commencent-ils souvent comme une nature morte qui s’anime ensuite, que ce soit dans Thérèse Raquin, Le Ventre de Paris ou encore Le Bonheur des dames. Il en va de même pour Honoré de Balzac avec La Maison du chat qui pelote ou encore La Peau de chagrin. Du point de vue de la méthode, il s’agit de rapprocher des textes et des toiles et de penser à nouveaux frais le rapport entre texte et image, ou plutôt de s’interroger sur les modalités de représentation picturale et verbale de l’objet à un moment donné de l’histoire. Philippe Hamon tente de penser le texte à partir de l’image, transférant un concept pictural pour saisir une certaine mise en scène des objets, qui a quelque chose de la nature morte dans le texte. Pour cette raison, il est particulièrement attentif à la récurrence de trois verbes qui s’opposent et s’articulent : poser, traîner et ranger. Il rappelle l’important paradigme morphologique du verbe poser : reposer, déposer, disposer, composer et exposer. Il rapproche également les mots « pose » et « pause ». Cet essai intitulé Rencontres sur tables et choses qui traînent interroge précisément ce qui est posé parce que ce qui traîne de manière faussement négligée a souvent été rangé ou dérangé exprès et sous le désordre apparent se cache un ordre. D’un point de vue rhétorique, l’inscription dans le descriptif s’impose et plus précisément dans le type précis de description de l’œuvre : l’ekphrasis. La nature morte présente deux régimes stylistiques distincts, la liste laconique, d’une part, ou la description minutieuse d’un détail, comme celui de la nature morte de Van Gogh en première de couverture, d’autre part. Philippe Hamon voit enfin dans l’icône typographique qui termine parfois certaines parties d’un texte, à savoir le cul-de-lampe, une nature morte dans le texte.

6Philippe Hamon fait donc de la nature morte littéraire une forme d’étymon spirituel du réalisme et du naturalisme, dernier mot qui lui est apparenté. La nature morte a quelque chose de réaliste qui s’oppose au vaste paysage panoramique ou encore à l’envolée lyrique, sans oublier un certain flou artistique. Le transfert médiatique de la nature morte picturale dans le texte littéraire aboutit principalement à la définition d’un « effet-nature morte » qui se comprend comme une énigme à déchiffrer : que veulent dire ces objets mis ensemble ? Dans le texte littéraire, le sentiment de la nature morte appelle l’exégèse. Le dernier mot plaidera en faveur de la réhabilitation du genre pictural de la nature morte mal nommée, qu’elle soit tuée en France, tue en Allemagne (Stilleben) ou encore figée en Angleterre (Still life). Ne serait-il pas plus poétique d’y voir la nature et les objets au repos, repos éphémère bientôt troublé par un nouvel usage des choses au xxe siècle, du Nouveau Roman au ready made ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Cosker, « Philippe Hamon, Rencontres sur tables et choses qui traînent. De la nature morte en littérature », Questions de communication, 36 | 2019, 326-328.

Référence électronique

Christophe Cosker, « Philippe Hamon, Rencontres sur tables et choses qui traînent. De la nature morte en littérature », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21554

Haut de page

Auteur

Christophe Cosker

HCTI, université de Bretagne Occidentale, F-29000
LCF, université de La Réunion
Christophecosker[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search