Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureCulture, esthétiqueSylvain Lesage, Publier la bande ...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Sylvain Lesage, Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990

Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2018, 424 pages
Paul Arnould
p. 328-329
Référence(s) :

Sylvain Lesage, Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2018, 424 pages

Texte intégral

1Publier une thèse n’enthousiasme guère les éditeurs. Celle de l’historien lillois Sylvain Lesage s’intitulait L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée en France de 1950 à 1990. Il faut un éditeur proche des milieux universitaires et non soucieux de postuler au prix Goncourt pour faire passer l’intérêt intellectuel d’une publication avant le souci de rentabilité. Les Presses de l’Enssib (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques) ont jugé que le contenu du travail de Sylvain Lesage méritait de trouver un public.

2Le thème de Publier la bande dessinée… consiste à disséquer comment le passage du journal à l’album a donné ses lettres de noblesse à un genre considéré comme mineur. Les 40 ans pris comme pas de temps de l’étude sont considérés comme un moment décisif vers la maturité et la majorité. Un autre aspect de la thèse de Sylvain Lesage, traitant de formalisme et de poétique, doit être publié aux Presses universitaires François-Rabelais de Tours, preuve s’il en est de l’ambition et de l’ampleur du travail de recherche effectué qui a réussi à séduire deux maisons d’éditions spécialisées dans la publication de manuscrits de recherche de qualité.

3La bande dessinée, désormais reconnue comme 9e art, suscite de plus en plus de publications. Il est difficile de s’imaginer qu’au milieu du xxe siècle elle était encore considérée avec condescendance, voire mépris, plombée qu’elle était par la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, carcan s’apparentant à la censure. L’ouvrage de Sylvain Lesage participe d’une opération de réhabilitation ou tout du moins de mise en perspective de la lente émergence d’une forme de littérature de plus en plus respectée. Il constitue une mine d’informations stimulantes pour les simples lecteurs de bandes dessinées comme pour tous les passionnés de communication.

4Sous un titre peu enthousiasmant, peut être lié au fait que la matière est essentiellement issue d’un travail de recherche universitaire, il aborde un aspect, en apparence technique du monde de la publication des bandes dessinées, mais néanmoins décisif pour comprendre les grandes manœuvres se jouant entre éditeurs, auteurs, libraires, entre Belgique et France. Il révèle une analyse percutante des coulisses de la bande dessinée. La table des matières, petit régal de choix de titres empruntés à des bandes dessinées célèbres, prend le contre-pied du titre de l’ouvrage, certes informatif mais plat, conformiste et passablement réducteur. Les neuf chapitres reprennent les titres de bandes dessinées célèbres comme pour le chapitre I « La mort sinueuse » de Jean-Claude Forest et Paul Gillon, parue chez Hachette en 1975 dans la collection BD Hachette bande rouge, sous-titré « Les maisons d’édition parisiennes en perte de vitesse » ou le chapitre III « Pilotes d’essai », de Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon, publié chez Dupuis en 1963, sous-titré « En Belgique, des “éditeurs sans édition” ? ». Cet exercice de style est amusant mais apparaît plus comme un jeu artificiel que comme une aide à la compréhension de l’articulation générale de l’ouvrage. Il ne nous a pas convaincu. Deux index, particulièrement bienvenus, permettent de retrouver tous les auteurs évoqués au fil des lignes, sous la rubrique compréhensive « Personnes » (pp. 403-407) qui mentionne tous les acteurs impliqués dans la fabrication et la vente des bandes dessinées cités ainsi que les principaux éditeurs (pp. 408-410). Ces index permettent de repérer les auteurs et les personnages clés, cités à plus de 10 reprises (Florence Cestac, Jean-Michel Charlier, Georges Dargaud, André Franquin, René Goscinny, Hergé, Jijé, Raymond Leblanc, Morris, Étienne Robial, Jacques Tardi), et les maisons d’éditions essentielles (Casterman, Fleurus, Futuropolis, Hachette, Lombard, Magic Strip) durant ces 40 années d’étude chronologique. Tous les albums classiques et les éditeurs phares de la seconde moitié du xxe siècle y défilent pour le plus grand plaisir du lecteur.

5Le fait que l’ouvrage soit issu d’une thèse de doctorat s’accompagne de tout l’appareil critique qui fait le charme et l’intérêt de ce type d’ouvrage pour les initiés tout autant qu’il rebute souvent le grand public. L’analyse du corpus ayant servi de matériau est menée avec légèreté dans un encadré intitulé « Des sources pour l’histoire de l’édition de bande dessinée » (pp. 24-29). Le constat de la rareté des archives des maisons d’éditions (mis à part le cas de Casterman et de ses 2,3 km linéaires d’archives) laisse pantois.

6Les références bibliographiques, dites « allégées », n’en restent pas moins d’un volume impressionnant, témoignant de la prodigieuse vitalité des recherches tous azimuts sur les éditeurs, les auteurs, les publications. Querelle d’initié, la présentation thématique préférée à la logique alphabétique ne nous paraît guère pertinente. Les catégories thématiques retenues sont de notre point de vue hétérogènes. Qu’on en juge « Généralités, cadre théorique » (56 références), « Outils de travail » (12 titres), « Bibliométrie » (17 titres), « Éditeurs et marché du livre » (62 titres), « Histoire de la bande dessinée et approches historiennes de la bande dessinée » (29 références), « Le marché de la bande dessinée » (40 titres), « Presse et journaux de bande dessinée » (42 références). Ce découpage thématique, censé faciliter la navigation dans les écrits sur la bande dessinée, en donne en fait une vision éclatée dont la logique reste discutable. Outils et bibliométrie auraient pu être rassemblés sous une rubrique unique. Distinguer marché du livre et marché de la bande dessinée est une précision passablement factice. Cette querelle de spécialistes traduit l’ambiguïté d’un travail à la recherche de son public.

7Le plan est inévitablement chronologique, métier d’historien oblige. Il irrite parfois lorsqu’est fait allusion à une thématique qui ne sera traitée que loin de sa première évocation (le cas de la ligne claire par exemple ou des éditions Futuropolis). Le faible recours aux entretiens de personnes encore vivantes et témoins de la saga de l’édition est un manque criant pour aider à comprendre ce que les archives ne disent pas. Ainsi le premier chapitre évoque le positionnement des maisons d’éditions françaises. Le retrait de Hachette du marché de la bande dessinée constitue une première énigme. Sylvain Lesage reconnaît ne pas avoir d’explication à ce désengagement. La loi sur la censure des publications de jeunesse de 1949 ne constitue pas une véritable menace pour « la pieuvre verte ». Attribuer cette retraite à de mauvais choix éditoriaux n’est guère plus argumenté. Cette solution laisse le lecteur sur sa faim. Des entretiens avec des acteurs contemporains vivants auraient sans doute permis d’y voir plus clair. On touche ici clairement aux limites du travail de l’historien, soucieux de s’appuyer sur de l’écrit rien que de l’écrit.

8Le lecteur est souvent noyé dans la profusion de références à des auteurs secondaires Ces énumérations dénotent l’énorme travail d’érudition de l’auteur. Elles sont passablement indigestes. Le lecteur reste sur sa faim pour comprendre la rivalité entre les différents journaux aux tirages mirobolants, se comptant en centaines de milliers d’exemplaires, de Mickey, de Spirou, de Vaillant puis Pif, de Cœurs vaillants et d’Âmes vaillantes, de Tintin au moment de leur splendeur. La comparaison entre la presse catholique et communiste est présente en filigrane dans tout l’ouvrage. Les passages sur Vaillant, Pif gadget, Cœurs vaillants sont passionnants mais il est difficile de croire que l’on avait affaire à des mondes étanches. Comment ont-ils interagi, se sont-ils affrontés ? L’ouvrage n’aborde pas frontalement cette question des deux blocs éditoriaux et du contexte politique sous-jacent. Le festival d’Angoulême est pour la bande dessinée ce qu’est Avignon pour le théâtre. Il est certes présent dans l’ouvrage de Sylvain Lesage mais reste une entité floue. Ce n’était pas le cœur du propos, mais le lecteur reste sur sa faim à la faveur de paragraphes trop allusifs.

9Le bilan peut apparaître fortement critique mais en fait Publier la bande dessinée… est une somme impressionnante et remarquable. L’ouvrage souffre de son caractère hybride d’origine : universitaire avec son asservissement à des codes intangibles et de sa volonté de toucher un large public. Le pari n’est que partiellement réussi mais il mérite le respect. Pour notre part il nous a conquis par sa largeur de vues et son ambition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Arnould, « Sylvain Lesage, Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990 », Questions de communication, 36 | 2019, 328-329.

Référence électronique

Paul Arnould, « Sylvain Lesage, Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990 », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21567

Haut de page

Auteur

Paul Arnould

EVS, ENS de Lyon, F-69007
paul.arnould[at]ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search