Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureCulture, esthétiqueLouis Wiart, La Prescription litt...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Louis Wiart, La Prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique

Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2017, 352 pages
Xavier Inghilterra
p. 333-336
Référence(s) :

Louis Wiart, La Prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2017, 352 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage est un essai issu d’une recherche doctorale en sciences de l’information et de la communication réalisée par Louis Wiart en 2015 et dirigée par Bertrand Legendre et Christian Robin (Université Paris 13). La recherche s'intéresse aux « réseaux socionumériques de lecteurs », ces plateformes de prescription littéraire où les usagers attribuent des notes, rédigent des critiques ou interagissent avec d’autres internautes. L’œuvre littéraire n’échappe pas à la propension de l’Internet à donner son avis et recevoir celui des autres. En plaçant le livre au cœur du réseau, ces dispositifs permettent aux communautés de lecteurs d’inscrire des livres dans l’espace public et de leur donner une visibilité en ligne (p. 10). Cette recherche a pour objet d’appréhender la prescription littéraire dans un contexte historique, technique, social et économique, en soulignant son ancrage dans l’industrie du livre et l’avènement du web sémantique.

2Une première partie (pp. 15-54) est consacrée à l’analyse des principales caractéristiques des réseaux socionumériques de lecteurs dont le modèle économique repose sur la captation et l’agrégation de contenus produits par les membres eux-mêmes, sur le principe de la démocratisation des compétences en ligne et du professionnel-amateur (Patrice Flichy, Le Sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Éd. Le Seuil, 2010). Au préalable, l’auteur analyse les multiples enjeux de la prescription littéraire et dresse un bilan pluridisciplinaire de la lecture académique. L’étude de ces réseaux socionumériques de lecteurs revêt une problématique d’usage pour laquelle l’auteur interroge les modalités organisationnelles de la prescription, les mutations induites pour accéder aux ouvrages et la typologie des publics au vu de leurs usages respectifs (p. 10). Pour situer le contexte socio-économique du livre, il retrace pertinemment la tradition d’échange et de critique littéraire depuis les salons du xviiie siècle jusqu’aux espaces publics de valorisation littéraire et des médias, à l’instar de la presse, la radio et la télévision, qui assurent conjointement la visibilité et l’évaluation des œuvres. À l’évidence, les instances prescriptives professionnelles ne manquent pas dans l’environnement que l’auteur décrit avec exhaustivité. À l’articulation de celui-ci, « Internet peut être employé comme un dispositif de jugement qui vient s’ajouter à ceux qui existent déjà » (Lucien Karpik, L’Économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007). Le réseau des réseaux s’est illustré à de nombreuses reprises comme étant le creuset d’échanges, d’informations et de critiques (p. 11) qui se sont développés dans le sillage du web collaboratif en procurant aux usagers un espace de communication horizontale. C’est la notion de « lecture sociale », ou social reading théorisée par Bob Stein (A Taxonomy of Social Reading: a proposal. Bob Stein, Institute for the Future of the Book, 2010, en ligne), selon laquelle la mise en réseau du livre s’accompagne d’un accroissement de sa dimension sociale (p. 20). À partir d’une revue de la littérature, l’auteur s’emploie à circonscrire les différentes acceptions de la prescription (p. 30) selon Armand Hatchuel (« Les marchés des prescripteurs, crises de l’échange et genèse sociales », pp. 205-225, in : Annie Jacob, Hélène Vérin, dirs, l’Inscription sociale du marché, Paris, Éd. l’Harmattan, 1995), Lucien Karpik et Sandra Painbeni (La Prescription dans le processus de décision d’achat de produits culturels : le cas des romans et nouvelles de littérature générale contemporaine, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 2008) en mettant en exergue un phénomène déjà analysé dans le contexte des industries culturelles : la fonction d’intermédiation numérique (p. 38). Il aurait été opportun dans ce chapitre d’expliquer au lecteur en quoi la prescription diffère de la recommandation car les deux terminologies employées sont ambivalentes voire antinomiques dans le champ qui nous intéresse. De même, la question de la gouvernance des instances de prescription aurait mérité d’être développée ici de manière à mettre en tension la forme horizontale des réseaux socionumériques de lecteurs avec la hiérarchie verticale des prescripteurs traditionnels. Sur le web, la confiance entre pairs repose aussi sur une structure décentralisée. Or, en faisant l’impasse sur la forme de gouvernance, on peut craindre que l’auteur élude, en partie, les phénomènes de médiation en place au sein de ces réseaux. Pour autant, l’essai met en tension la décentralisation de la prescription réticulaire d’une part, et les prescripteurs institutionnels d’autre part, à l’instar des librairies, bibliothèques, festivals, salons du livre et des médias.

3La seconde partie (p. 73-122) retrace succinctement mais judicieusement le fonctionnement des réseaux socionumériques selon une approche historiographique, s’agissant d’appréhender des formes de sociabilité à travers les premières manifestations communautaires de réflexion et d’activités littéraires. Selon l’auteur, il existerait deux sources de prolifération des réseaux socionumériques de lecteurs : les médias sociaux, fortement plébiscités par la nouvelle culture d’amateurs que constitue le web de recommandation (Nicolas Auray, François Moreau, « Industries culturelles et internet. Les nouveaux instruments de la notoriété », Réseaux. Communication, technologie, société, 175, 2010), et l’industrie du livre confrontée à une remise en question économique et structurelle à l’instar des pure players, présents uniquement sur le web (p. 82). Au tournant des années 2008, des communautés de lecteurs ont pu simultanément commenter, discuter et interagir en marge d’un livre ; ceux-ci peuvent à présent rendre public ces interventions et réagir à celles des autres lecteurs à partir de logiciels ou d’appareils de lectures numériques (Marc Jahjah, Les marginalia de lecture dans les « réseaux sociaux » du livre (2008-2014) : Mutations, formes, imaginaires, Villeurbanne, Centre pour la communication scientifique directe, 2014). En 2011, point d’inflexion du phénomène, les premières controverses dénoncent la socialisation excessive des textes et l’effet perturbateur de la visualisation des annotations ou surlignements effectués par les usagers et du danger de publicisation de la vie privée (p. 85). Le format de lecture numérique n’est abordé que dans le chapitre « Industrie du livre et numérique » (pp. 82-87) et c’est peut-être à déplorer compte tenu du sous-titre de l’essai qui donne à penser qu’il est question d’annotations collectives ou d’enrichissement du contenu. À noter qu’une seule version numérique est disponible aux Presses de l’Enssib, celle-ci se trouve au format PDF et non au format ePub pour liseuse. Les effets de décentralisation sur la visibilité et la consommation des œuvres littéraires sont également étudiés par l’auteur (p. 103), qui s'intéresse in fine aux conditions dans lesquelles l’offre de prescription se déploie au sein des plateformes consacrées et des pure players. Si cette prescription endosse trois formes distinctes (sociale, éditoriale ou algorithmique), elle implique toujours un modèle fondé sur l’apport de connaissances et des mécanismes de confiance, condition sine qua non de la relation entre pairs. Ainsi la prescription de l’action s’accompagne-t-elle d’une prescription de la consommation (p. 121). Son modèle économique, axé sur la monétisation de l’audience, repose généralement sur un compte premium où un nombre restreint de clients se voient offrir un service de base financé par la publicité (p. 133). En abordant le marché de l’interface logistique, l’auteur met à jour une situation paradoxale : tous les réseaux socionumériques de lecteurs renvoient les internautes vers les mêmes cybermarchands affiliés (p. 137) confortant également la place des géants de l’e-commerce sur le secteur de la librairie en ligne. La logique marchande bénéficie du soutien de la communauté de fans et du travail réalisé gratuitement pour alimenter la dynamique commerciale. Pour les pure players engagés dans la course à la prescription, l’affrontement concurrentiel livré sur l’autel de l’audience permet-il d’occuper une position centrale pour accroître leurs activités et leurs ressources. L’auteur rappelle que ces structures étaient associatives et employaient des bénévoles avant d’avoir les statuts juridiques permettant une professionnalisation de leur activité de pure players (p. 166). On peut toutefois regretter que la mise à contribution des communautés de fans dans la production de contenus ou le processus de crowdsourcing ne soit pas dénoncé par l’auteur compte tenu des effets insidieux du digital labor, ce que d’aucuns qualifient de capitalisme cognitif. A contrario, l’auteur se montre à tout le moins complaisant, s’agissant de décrire « l’harmonie qui règne au sein d’un réseau de lecteurs », lequel serait même doté d’une « autorégulation vertueuse » (p. 185). Cette acception communautaire est surdimensionnée si l’on en croit les études contradictoires menées dans ce champ et des précédents relatifs aux « pionniers de l’internet » dans la sphère journalistique.

4Le parti pris méthodologique de cette recherche, est exposé en dernière partie (pp. 199-256) : il s’agit d’établir une comparaison en ce qui concerne la visibilité des titres sur Babelio – l’un des principaux réseaux socionumériques de lecteurs – et les médias traditionnels afin de valider l’existence d’un « effet longue traîne » ou de « vedettariat » (p. 256). Si les entretiens semi-directifs effectués auprès de 14 responsables de réseaux socionumériques de lecteurs révèlent une double dynamique « favorable aux best-sellers et à la diversité », celle-ci n’a pas été mesurée empiriquement. L’auteur s’emploie donc à le vérifier sur un corpus délimité de 1 000 ouvrages sur une durée de 3 mois à partir de la base bibliographique Electre concue pour les professionnels du livre et de l’édition (p. 260). Cette analyse révèle finalement un paradoxe pour ces réseaux socionumériques de lecteurs : si les critiques publiées concernent principalement les best-sellers, ces sites constituent aussi des opportunités pour des ouvrages de niche dont les barrières d’entrée sont moins élevées que sur le marché prescripteur traditionnel, ce qui a tendance à favoriser la diversité de l’offre littéraire. Les résultats obtenus à partir du réseau Babelio ne peuvent être extrapolés à l’ensemble des réseaux socionumériques de lecteurs, ce qui en limite la portée.

5Tout au long de cet essai, l’auteur analyse avec exhaustivité les réseaux socionumériques de lecteurs, soit l’environnement qui constitue son corpus de thèse. De fait, l’ouvrage offre une analyse rigoureuse, ponctuée de cas concrets, et accompagnée de divers documents présents en annexes. En contrepartie de cette expertise, on perçoit parfois un manque de distanciation de l’objet d’étude pouvant s’apparenter à un déterminisme technique là où il conviendrait d’être plus critique. C’est le cas notamment des communautés de lecteurs définies comme un système qui « s’autorégule presque naturellement » (p. 185) ou de la « lecture sociale » qui fait aussi l'apanage de gros projets commerciaux en amont de l’usager (p. 17). Une conclusion plus générale aurait été appréciée s’agissant justement de questionner l’univers numérique et ses perspectives d’évolution en termes de prescription car le lecteur peut légitimement interroger l’éventualité d’un modèle majoritairement algorithmique régi par les géants de l’internet. Pour autant, cet essai de Louis Wiart constitue un ouvrage de référence dans le jeune champ disciplinaire de la prescription littéraire en réseaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Inghilterra, « Louis Wiart, La Prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique », Questions de communication, 36 | 2019, 333-336.

Référence électronique

Xavier Inghilterra, « Louis Wiart, La Prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21601 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21601

Haut de page

Auteur

Xavier Inghilterra

Crem, université de Lorraine, F-57000
xavier.inghilterra[at]univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search