Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureHistoire, sociétésÉric Anceau, Henri Temple, dirs, ...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Éric Anceau, Henri Temple, dirs, Qu’est-ce qu’une nation en Europe ?

Paris, Sorbonne université presses, coll. Sorbonne essais, 2018, 332 pages
Michael Palmer
p. 341-342
Référence(s) :

Éric Anceau, Henri Temple, dirs, Qu’est-ce qu’une nation en Europe ?, Paris, Sorbonne université presses, coll. Sorbonne essais, 2018, 332 pages

Texte intégral

1L’ouvrage réunitcontributions de spécialistes européens de l’étude de la nation, qui concerne la période qui va de 1789 jusqu’à Emmanuel Macron. Si la tonalité de cet ensemble est bien française, l’approche quant à elle, est bel et bien européenne : Robert Tombs, historien de la France et de la Grande-Bretagne, fournit un texte bien utile à un ensemble où les nombreux auteurs français comportent des spécialistes de pays tels la Roumanie et l’Espagne. Spécialiste de la Russie, Françoise Thom apporte une vision de l’extrême-est européenne de la question. Les aspects juridiques sont traités par Henri Temple et Olivier Gohin ; « la dimension spatio-temporelle de la nation » (pp. 45-95) par le géographe Jean-Pierre Doumenge. Pour sa part, l’économiste Jean-Pierre Werrebrouck traite de l’euro, « ce talisman qui a détruit les nations » (pp. 165-182), tandis que Pierre-André Taguieff présente « l’Europe souveraine » d’Emmanuel Macron (pp. 283-324). En bref, à la suite de l’introduction des deux directeurs de l’ouvrage, douze contributions traitent des multiples dimensions de la nation et l’Europe.

2Si la quatrième de couverture de l’ouvrage met en valeur la conférence – qui deviendra livre – d’Ernest Renan : « Qu’est-ce qu’une nation ? » (Paris, R. Helleu, 1934), on relève que Jules Michelet est cité presqu’autant qu’Ernest Renan. En effet, l’ouvrage débute par « Vive la nation ! », crié lors du sursaut des Français à Valmy en septembre 1792, inspiration d’un beau passage de Jules Michelet, et qui s’achève par un certain désenchantement de Pierre-André Taguieff face aux remous des politiques, dont les « identitaires » dans la France d’Emmanuel Macron. Pour Pierre-André Taguieff, les nations demeurent des « rocs », mais se trouvent dans les « sociétés liquides », pour reprendre l’image de Zygmunt Bauman (Liquid modernity, Cambridge, Polity Press, 2000).

3Tout comme Jean-Pierre Werrebrouck, Jacques Sapir (pp. 183-20I) n’a pas de mots assez durs pour l’euro : « Ils est urgent que les pays de la zone euro retrouvent leur souveraineté monétaire » (p. 203). Pour Jean-Pierre Werrebrouck, la monnaie demeure l’outil de la construction de la souveraineté. Olivier Gohin (pp. 97-123), pour sa part, identifie « le retour actuel de la nation » et cite Ernest Renan en conclusion : « Le moyen d’avoir raison dans l’avenir [n’]est[-il pas], à certaines heures, de savoir se résigner à être démodé ? ». Il arrive que les textes qui traitent de l’Europe de l’Union cadrent difficilement avec ceux d’historiens ou de géographes prenant une vision longue et vaste. D’ailleurs, la plus longue et vaste est la vision que propose Jean-Pierre Doumenge (pp. 45-95) qui remonte à cinq millénaires et en Asie. Mais il n’est pas le seul à noter que le Royaume Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande se démarque souvent de la tendance générale.

4Éric Anceau et Henri Temple soulignent que le renouveau historiographique, emmené par les anglo-saxons, date du milieu des années 1970 et affirment que le questionnement des nations se renouvelle au début du xxe siècle : la question des migrations interroge brutalement le devenir des nations (p. 14). Éric Anceau revient sur la contestation même de la nation par des chercheurs en sciences humaines et sociales et note que l’on n’enseigne plus en France l’histoire de la nation comme jadis. La mondialisation et ses suites semblent motiver son pessimisme : l’individualisme d’une part et les reculs de l’État de l’autre, contribuent à battre en brèche l’idée même de la nation (pp. 19-43). Partant d’Ernest Renan, Henri Temple, lui, marie approches psychologiques et juridiques pour examiner « les conséquences psychologiques individuelles et les conséquences sociologiques de l’immersion nationale » (p. 126). L’identité est au centre de sa réflexion. Postulant que l’identité nationale est un droit de l’homme, il revisite des textes juridiques internationaux à l’appui de sa thèse, mais également des savants aussi différents que Fernand Braudel, Edgar Morin et Claude Lévi-Strauss. Toujours est-il qu’il se positionne dans le sillage d’Ernest Renan, pour qui « la nation est une âme, un principe spirituel »; Henri Temple affirme que ce n’est que depuis peu que l’on comprend les fonctionnements ou dysfonctionnements des « constituants profonds qui gisent au fond de l’âme humaine (et du cerveau humain) » (pp. 125-164).

5Pour leur part Robert Tombs (le Royaume-Uni, pp. 203-216), Sylvia Marton (la Roumanie, pp. 243-258), Hélène Dewaele Valderrabano (l’Espagne, pp. 217-241) et Françoise Thom (la Russie post-communiste, pp. 259-273) traitent de pays distincts, sur une échelle temporelle variable : par exemple, du xixe au xxie siècles pour la Roumanie, du xviie au xxie siècles pour le Royaume-Uni. Mais pour tous, les rapports État-régions-Europe de ces dernières décennies – parfois ces toutes dernières années – sont centraux, encore qu’ils soient moindres pour la Roumanie, et que la Russie de Poutine valorise la notion d’espace eurasien et ne veut pas de « la nation telle qu’on l’entend en Europe » (p. 271). C’est de la contribution de Jacques Sapir – peu tendre pour les élites – que se dégage une véritable vision géopolitique : la fin des nations, dont certains se faisaient les hérauts au tournant des années 1980/1990, était plus qu’illusoire ; il importe que dans un monde multipolaire on revienne aux nations souveraines, en Europe notamment.

6Dans leurs conclusions (pp. 275-281), Pascal Cauchy et Éric Anceau notent que les divers auteurs confirment trois points qu’Ernest Renan souligna en 1882 : la nation a besoin d’un territoire ; elle est le fruit et l’arbre d’une histoire ; elle est une aventure politique, sociale et économique collective. Dans une perspective européenne, les faits marquants de deux guerres mondiales, auxquels s’ajoutent la création de l’Union européenne, d’une part, et le Brexit de l’autre, constituent un jeu de balancier, renforçant et affaiblissant tour à tour l’état-nation et les tentatives pour le dépasser. La construction européenne, tout comme une éventuelle société supranationale, ne sortent pas grandies de cet ouvrage. En somme, sont présentés ici les arguments et approches d’auteurs dont les thèses sont déjà bien connues, tel Jacques Sapir. Un certain pessimisme s’en dégage. Éric Anceau va jusqu’à écrire : « De toutes les transformations que la France a connues depuis cinquante ans et que nous avons la faiblesse de qualifier d’échecs… » (p. 40). L’Allemagne triomphante pour Ernest Renan, le Royaume-Uni désarçonnant de nos jours : autant de stimulants pour penser la nation ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Éric Anceau, Henri Temple, dirs, Qu’est-ce qu’une nation en Europe ? », Questions de communication, 36 | 2019, 341-342.

Référence électronique

Michael Palmer, « Éric Anceau, Henri Temple, dirs, Qu’est-ce qu’une nation en Europe ? », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21652 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21652

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

CIM, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
michael.palmer[at]sorbonne-nouvelle.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search