Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureHistoire, sociétésBernadette Bensaude-Vincent, Sach...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Bernadette Bensaude-Vincent, Sacha Loeve, Carbone. Ses vies, ses œuvres

Paris, Éd. Le Seuil, coll. Science ouverte, 2018, 352 pages
Cyrille Harpet
p. 343-345
Référence(s) :

Bernadette Bensaude-Vincent, Sacha Loeve, Carbone. Ses vies, ses œuvres, Paris, Éd. Le Seuil, coll. Science ouverte, 2018, 352 pages

Texte intégral

1L’ouvrage met en scène le carbone : élément, atome, molécule, matériau… à travers une sorte de biographie matérialiste établie par deux épistémologues et historiens des sciences. Il est vrai que le « carbone » n’a jamais autant fait parler de lui dans la sphère publique et médiatique, que depuis qu’il est devenu l’équivalent universel, l’unité de mesure des émissions contribuant au phénomène de l’effet de serre : un facteur physico-chimique associé à l’évolution et au changement climatique observé et signalé sur l’ensemble de la planète. C’est dire à quel point cet élément commun est devenu emblématique des transformations de la biosphère dont l’homme serait le principal responsable. Le premier type de biographie auquel on peut s’attendre consiste à résumer le parcours de cet élément, depuis ses origines chtoniennes aux activités anthropiques (les sources du carbone) exerçant un pouvoir radiatif en tant que gaz à effet de serre. Mais les travaux des climatologues et autres physico-chimistes y suffiraient. Le second type de biographie auquel on peut s’attendre concerne les usages de l’élément carbone dans ses formes matérielles diversifiées (du charbon au diamant, en passant par les hydrocarbonates, les fullerènes) au gré des prouesses technologiques. Ces deux vies du carbone sont bien présentes dans l’ouvrage de Bernadette Bensaude-Vincent et Sacha Loeve. Aussi, une troisième vie est-elle décrite, plus rare, plus spécifique, celle démultipliée des temporalités du carbone, entre les cycles chimiques, géologiques, historiques. D’où l’intérêt de parler des « vies » et des « œuvres » du carbone.

2Pour sortir d’une logique « chimico-physique » du carbone, les auteurs proposent cette biographie encyclopédique à la frontière des sciences du vivant et de l’inerte, des sciences de la nature et de la culture. Le pari est somme toute réussi, et l’ouvrage se distingue des travaux antérieurs qui s’en sont tenus à « une » vie du carbone, sous sa forme « charbon », « pétrole » ou « gaz », alors qu’il s’agirait d’un être polymorphe (prologue, p. 10). On découvre donc dans l’ouvrage l’approche plurielle des « modes d’existence » d’un élément et la manière dont il a concouru à l’essor de la civilisation, de la révolution industrielle et de la société de consommation (p. 14). Les auteurs ne l’érigent pas en « substance » ou « essence » de ce qui est sa nature, mais montrent de quelle manière il vit – et arrive à l’existence – sous une diversité de formes (chimique, biologique, géologique, technique, économique, géopolitique). Renvoyant à « une autre manière ou qualité, voire d’un comportement autre » d’un corps élémentaire, la notion d’allotropie introduite par Jöns Jacob Berzelius en chimie explicite largement cette présentation des états en fonction des combinaisons du carbone avec d’autres corps (pp. 49-50). Il ne s’agit donc pas d’une ontologie classique dans le courant d’une métaphysique de l’être, mais d’une « ontographie » des modes d’existence de choses singulières (p. 14).

3Difficile à résumer en raison de la densité du propos, l’approche plurielle et multidisciplinaire, sous un angle toutefois épistémologique, oblige le lecteur à s’ouvrir à la conception de l’existence d’une entité chimique unique : le carbone. Ce dernier est aidé par des références pertinentes (390 références, articles, ouvrages), des notes de bas de pages, puis par les index en fin d’ouvrage (index des noms de personnes ; index des figures du carbone ; index des thèmes et matières).

4L’accent est mis autant sur l’avancée des techniques pour déterminer la présence-absence de l’élément carbone que sur l’évolution des désignations langagières. Il en va non seulement de l’évolution des dispositifs techniques analysant la composition des matières (leurs constituants), mais aussi de la révision des lexiques et paradigmes scientifiques pour désigner les « choses ». Extrait initialement des opérations de combustion et de calcination, le carbone est en premier « tout imprégné de charbon », avant d’être identifié comme un élément présent dans le diamant, le graphite, le graphène et d’autres combinaisons (p. 50). Le vocabulaire est très riche pour désigner l’ensemble des faux noms et pseudonymes que donnent les auteurs pour chacune de des œuvres, des propriétés et des signatures du carbone : allotrope (p. 11), méphitique (p. 19), graphène (p. 19), affordance (p. 90), chtonien (p. 28), diatomée (p. 252), épitaxie (p. 116), forçage radiatif (p. 209), ontographie (p. 14), parlance (p. 287), hétéronyme (p. 292), orthonyme (p. 293)… Les auteurs finissent par qualifier le terme carbone d’orthonyme, « une signature parmi d’autres qui est scientifiquement correcte mais ne jouit pas pour autant d’un caractère ontologique » (p. 293). En somme, le carbone est tel un personnage de roman portant le nom de l’auteur de celui-ci.

5L’histoire du carbone commence par le récit des « émanations » et autres gaz pour lesquels des chasses sont engagées : la chasse aux airs suscite des travaux conséquents dès le xviiie siècle pour en analyser la composition, les propriétés avant d’en extraire la part propre au carbone (pp. 37-38). Dans le même temps, les opérations de combustion des matières (du diamant au charbon) se multiplient dans la communauté scientifique jusqu’à ce que le terme carbone soit enfin inscrit au lexique de la nomenclature de l’Académie des Sciences (p. 43) en 1787. Directement formé à partir de la racine latine « carbo, carbonis », celui-ci désigne la matière pure du charbon. Corps simple, radical, principe, il ne deviendra « élément » qu’à la suite des travaux de Dmitri Mendeleev (p. 44). Certes, il s’agit d’un récit qui reprend l’histoire des sciences et de l’avènement du carbone en tant qu’élément exemplaire, puis élément de construction du système périodique des éléments (Dmitri Mendeleev, Principes de la chimie, Paris, B. Tignol, 1868-1871), entité abstraite des lois d’organisation de la matière, puis élément pivot de la chimie organique (Louis-Jacques Thénard, Traité de chimie élémentaire et pratique suivi d’un essai sur la philosophie chimique et d’un précis sur l’analyse, Paris, Crochard, 1834-1936). Mais ce récit reste difficile à suivre du fait des précisions techniques relatives aux controverses scientifiques. Le propos ne consiste pas tant à personnifier un élément chimique à des fins pédagogiques et communicationnelles (p. 9) qu’à explorer comment les sciences et techniques donnent à une abstraction de formes matérielles complexes. Avec son ouvrage, Le Système périodique, Primo Lévi (Il Sistema periodico, Turin (Italie), G. Einaudi, 1975) avait déjà entrepris de raconter l’histoire d’un atome de carbone depuis sa première niche écologique de calcaire jusqu’à un four à chaux puis son émanation dans les airs pour finir dans un organisme humain. Les auteurs de Le Carbone. Ses vies, ses œuvres se sont consacrés aux nombreuses transmutations d’une entité abstraite au fil des époques, des histoires de la chimie et des techniques, de l’économie, de l’écologie et de la géopolitique. Loin d’une trajectoire simple à suivre, par voie d’un cycle du carbone par exemple, il s’agit d’une approche en rhizome, par le tracé des voies selon un faisceau complexe de concepts et d’expériences.

6Il est vrai que l’objet-sujet « carbone » emporte dans la multitude et le foisonnement : « Dix millions de composés carbonés, connus ou synthétisés » (p. 8) ont de quoi alimenter une encyclopédie des matières carbonées. Mais comment résumer autant de vies ? Le parti pris par les auteurs a été alors d’organiser cette épopée de l’invention d’un élément en trois dimensions de son existence : chimique dans la première partie ; technique, culturelle et artistique dans la deuxième ; cosmique et géo-biologique dans la dernière. Ainsi est-il question de l’invention du carbone, de sa civilisation, et de ses temporalités.

7Entrer dans chacune de ces existences sans avoir à parcourir l’ensemble des autres parties reste possible. Mais il manquera au lecteur la vision de la multiplicité des signatures du carbone à travers ses modes d’existence. En ne considérant que la partie sur les temporalités du carbone – qui intéresse au plus près le grand public sur l’enjeu du changement climatique – le lecteur prendra connaissance des controverses. D’une part, celles entre « anthropistes » et « cosmogonistes » (une intelligence supérieure réglant les lois du cosmos face à la conception d’un univers tendu vers la perfection et dont le genre humain serait l’aboutissement, p. 232). D’autre part, celles relatives aux phénomènes d’émergence face aux perspectives « réductionnistes » – « L'émergentisme est une interprétation “pluraliste” du monde qui s'oppose à l'idée que le monde soit constitué d’une seule substance (matérielle) ou d’un seul état (physique). Une telle attitude nie les possibilités de création et de diversification par complexification existant dans l'univers » (Patrick Juignet, « Le concept d'émergence » in : Philosophie, science et société, 2015, en ligne). Enfin, le dernier chapitre entre de plain-pied dans la controverse scientifique la plus récente, au sujet d’une ère qualifiée d’anthropocène (Paul Josef Crutzen, Eugene Stoermer, « The “Anthropocene” », Global Change Newsletters, 41, 2000, pp. 17-18). L’accélération des émissions de gaz à effet de serre depuis la révolution le fait que cette nouvelle ère géologique soit désignée par un tropisme anthropique. Il s’agit cette fois de poser le carbone comme « traceur » des activités humaines et des bouleversements observés ou attendus à l’échelle globale planétaire. Ce nouveau grand récit se focalise sur les points de rupture dans l’évolution de la biosphère, cette fois en plaçant l’homme au centre de l’histoire de la Terre (p. 263). Le genre humain devient une force « naturelle », biogéophysique à l’échelle de la planète, inscrivant l’humanité dans une nouvelle configuration. La Terre devient « système » sur lequel l’homme a exercé à son insu des pressions. Ce nouveau statut ouvre un horizon de controverses sur la modernité : un anthropocentrisme associé à l’optimisme technologique versus un catastrophisme mâtiné de désenchantement (p. 265). Ce nouveau grand récit de la modernité resitue l’homme dans une posture de transgression voire de péché, par la voie du carbone dont il est le principal dissipateur quitte à en racheter les droits et crédits pour compenser les effets de son acharnement à l’extraire, le transformer puis le libérer. Un tel cadre d’action et de réflexivité sur les échelles de temps est historiquement et socialement construit par une culture humaine, celle des pays industrialisés. Il en va d’une nouvelle gouvernance des équilibres globaux (écologiques, économiques, sociopolitiques et géopolitiques), pour laquelle le cycle du carbone remet en question le modèle linéaire hérité du progressisme de l’ère industrielle. Mais les auteurs ne cèdent pas à cette tentation fataliste qui conduirait à considérer une catastrophe univoque et chronique. Au contraire, par l’entremise de la variété des modes d’existence et d’action du carbone dans le système Terre, ils invoquent les possibles issues pour la biosphère dans les interactions avec les autres modes d’existence (biotique et abiotique, technique et non technique). Et de s’en référer aux alliances non humaines (écologiques, biologiques), voire « faire alliance avec les microbes au lieu d’avoir recours au génie d’anthropos ! » (p. 278).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Harpet, « Bernadette Bensaude-Vincent, Sacha Loeve, Carbone. Ses vies, ses œuvres », Questions de communication, 36 | 2019, 343-345.

Référence électronique

Cyrille Harpet, « Bernadette Bensaude-Vincent, Sacha Loeve, Carbone. Ses vies, ses œuvres », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21669 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21669

Haut de page

Auteur

Cyrille Harpet

Arènes, université Rennes I, CNRS, F-35000
cyrille.harpet[at]ehesp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search