Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureHistoire, sociétésArnaud Boulligny, dir., Les Homos...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Arnaud Boulligny, dir., Les Homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort. Histoire et mémoire d'une répression

Paris, Tirésias-M. Reynaud, coll. Ces oubliés de l’histoire, 2018, 208 pages
Monique Jucquois-Delpierre
p. 345-346
Référence(s) :

Arnaud Boulligny, dir., Les Homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort. Histoire et mémoire d'une répression, Paris, Tirésias-M. Reynaud, coll. Ces oubliés de l’histoire, 2018, 208 pages

Texte intégral

1Appartenir à une minorité, échapper à la norme sont bien inconfortables si pas mortels. « Les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux » (Georges Brassens, p. 13). Et cela est d’autant plus vrai dans le domaine en grande partie tabou qu’est la sexualité, comme l’ont montré les faits cachés de pédocriminalité au sein même d’une institution qui devrait être irréprochable. Ignorance, méconnaissance, interdits et punitions entourent la sexualité pourtant aussi inhérente à l’être humain que le manger et le boire. Le plus souvent, l’homosexualité n’est connue que par ses excès, par des représentations médiatiques outrancières et des faits divers plus ou moins sordides. Elle mérite des études approfondies, scientifiquement prouvées qui ont d’ailleurs vu le jour. Au moins trois aspects de l’homosexualité peuvent être considérés : les faits, l’histoire des mesures à l’encontre des homosexuel·le·s, un récit des crimes à leur égard ; une interrogation sur l’homosexualité, une analyse de son être, de sa nature, son irréversibilité éventuelle ; un questionnement par rapport à l’homophobie, l’agressivité, la violence à l’encontre des homosexuel·le·s.

2L’ouvrage dirigé par Arnaud Boulligny a été réalisé avec le soutien de l’association Les « Oublié·e·s » de la Mémoire et préfacé par Serge Wolikow. Il s’attache à « l’histoire et à la mémoire d’une répression » surtout durant la Seconde Guerre mondiale mais propose un bilan de la persécution des homosexuel·le·s « depuis la fin des bûchers de Sodome ». Il s’agit « d’une approche élargie qui ouvre au lecteur un vaste champ chronologique et offre des analyses comparées qui permettent de mieux comprendre l’interaction entre enjeux de mémoire et connaissance historique » (p. 10). Si cette approche est historique, elle se mêle à des interrogations sur la nature de l’homosexualité dans de nombreux textes. Elle était considérée comme une « hérésie » (p. 29), un « état sexuel intermédiaire » (p. 38), une « disposition innée d’ordre biologique » (p. 42) ou encore une « transgression de la norme sexuelle » (p. 82), liée à un peuple situé « entre vice allemand » et « décadence française ». Kevin Dubout analyse cette version à la lueur des textes de l’alsacien Eugène Wilhelm, militant homosexuel (pp. 37-48). Antoine Idier, quant à lui, s’élève avec Guy Hocquenghem « contre la manière dont psychanalyse et psychiatrie ont constitué l’homosexualité comme une “perversion” » (p. 150). En effet, c’est la nature de l’Histoire et l’histoire des minorités qui préoccupe Antoine Idier dans « L'écriture de l'“histoire gay” Guy Hocquenghem et la déportation homosexuelle » (pp. 147-157). « Cette histoire n’est pas un donné mais le produit de processus sociaux, historiques et politiques », loin du « récit historique dominant » (p. 147). Reconnaître les déportés homosexuels, c’est « comprendre qu’en histoire, il y a des génocides sans race, des combats sans gloire, des exterminations sans témoins, des victimes sans parole » (p. 156 ; Guy Hocquenghem, « Ça vous fait bander, vous ? », Gai Pied Hebdo, 172, juin 1985).

3Thierry Pastorello se soucie également de la nature de l’homosexualité dans son approche historique. Il étudie la mutation du statut de l’homosexualité masculine sur une longue période du « crime de nature théologique » (crime de sodomie) à une « pulsion contre nature et à ce titre médicalisée » (pp. 23-36). « Le 6 octobre 1791, le code pénal ne comporte plus “le crime de sodomie” (p. 29). Florence Tamagne se consacre plus spécifiquement à la période nazie (pp. 49-59) en soulignant que le « dispositif répressif préexistait à celui mis en place par le régime nazi » et que l’« on comptait en moyenne sous Weimar 700 arrestations par an » (p. 49). Cyril Olivier se concentre sur la répression sous le régime de Vichy durant lequel l’homosexuel·le est considéré·e comme un·e traître à la natalité, à la famille, à la morale (pp. 61-83). Ce qui serait l’une des réponses au pourquoi de la haine contre les homosexuel·le·s ?  Ordonnances, articles de loi et ceux du code pénal sont analysés avec précision en Suisse par Thierry Delessert (pp. 85-97). Frédéric Stroh (pp. 119-132) et Jean-Luc Schwab (pp. 133-146) se consacrent à la répression en Alsace et Moselle dans des études judiciaires, statistiques, typologiques et chronologiques. L'historien Régis Schlagdenhauffen, auteur d'un essai sur la place des homosexuels dans la Seconde Guerre mondiale, raconte comment s’est constituée une « mémoire de pierre » avec « les monuments et formes de commémorations des victimes homosexuelles du nazisme » (pp. 191-200). L’ouvrage rapporte surtout et avec une grande précision des faits : quoi, quand, comment et où. Cependant, faits et chiffres se situent dans un contexte irrationnel politique ou émotionnel. Ainsi Arnaud Boulligny réplique-t-il à Christian Vanneste, député de l’Union pour un mouvement populaire du Nord, qui prétend que la « déportation des homosexuels est une “fameuse légende” » (pp. 99-117). Comme l’écrit aussi Delphine Roucaute dans Le Monde du 15 février 2012, les chiffres et les affirmations de Christian Vanneste vont à l'encontre de toutes les études faites sur le sujet et constituent une pure manœuvre électorale.

4Des témoignages individuels forts comme ceux de Guy Hocquenghem (pp. 147-157) et de Pierre Seel (Isabelle Gavillet, pp. 171-189) sont chargés d’émotion au même titre que l’engagement des militants de la communauté LGBT. Sam Seydieh (pp. 201-217) analyse les effets de la socialisation militante et « comment l’engagement (dans ce domaine) est susceptible d’influencer continuellement, en les redéfinissant ou en les modifiant, l’ensemble des représentations et des pratiques individuelles » (p. 216). Dépassionner ce sujet semble être une mission difficile. Il s’agit de l’identité de personnes, de leur intimité profonde. Les textes des meilleurs spécialistes de la question, réunis par Arnaud Boulligny, sont, en tout cas, une matière objective et précieuse à compléter sans doute par des textes sur d’autres époques dans d’autres pays. C’est au lecteur de jeter un regard critique sur ces comportements, d’approfondir le pourquoi de cette répression.

5Le xxie siècle se préoccupe du changement climatique, essaie d’apporter des solutions aux maladies jadis inconnues ou incurables. Peut-être qu’au-delà des lois répressives, des règlements absurdes, des persécutions dénuées de sens, ce siècle résoudra-t-il quelques énigmes liées à la sexualité. Après avoir brûlé ceux qui affirmaient que la terre n’était pas carrée, n’a-t-on pas produit des satellites tournant autour de la sphère terrestre ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Jucquois-Delpierre, « Arnaud Boulligny, dir., Les Homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort. Histoire et mémoire d'une répression », Questions de communication, 36 | 2019, 345-346.

Référence électronique

Monique Jucquois-Delpierre, « Arnaud Boulligny, dir., Les Homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort. Histoire et mémoire d'une répression », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21691 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21691

Haut de page

Auteur

Monique Jucquois-Delpierre

Université Heinrich Heine Düsseldorf, D-40225
juquois[at]uni-duesseldorf.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search