Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureHistoire, sociétésSophie Delaporte, Visages de guer...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Sophie Delaporte, Visages de guerre. Les gueules cassées de la Grande Guerre à l’Afghanistan

Paris, Belin, coll. Contemporaine, 2017, 368 pages
Paul-Arthur Tortosa
p. 349-351
Référence(s) :

Sophie Delaporte, Visages de guerre. Les gueules cassées de la Grande Guerre à l’Afghanistan, Paris, Belin, coll. Contemporaine, 2017, 368 pages

Texte intégral

1Après Gueules Cassées. Blessés de la face de la Grande Guerre (Paris, Éd. Noêsis, 1996), ce livre prolonge la réflexion de l’autrice sur l’atteinte faciale en temps de guerre. Dans ce nouvel ouvrage, Sophie Delaporte propose un élargissement à la fois chronologique et géographique de ses perspectives. L’étude commence désormais avec la guerre de Sécession et se termine avec les opérations américaines au Moyen-Orient au début du xxie siècle. Ensuite, Grande-Bretagne et États-Unis intègrent un récit auparavant centré sur la France. Par ailleurs, la proximité avec l’anthropologie est marquée dès la préface confiée à Stéphane Audoin-Rouzeau, auteur de Combattre. Une anthropologie historique de la guerre (XIXe-XXe siècles) (Paris, Éd. Le Seuil, 2008). Cette influence se traduit par une volonté militante de combattre le déni des sociétés occidentales face à la guerre, car de cette dernière « et du traitement atroce que celle-ci inflige aux corps de ses victimes […] elles préfèrent ne rien voir » (p. 11).

2L’ouvrage se décompose en trois parties abordant chacune la défiguration au combat dans une perspective différente. La première donne la parole aux acteurs eux-mêmes afin de proposer une histoire intime de la blessure, Sophie Delaporte déplorant que, dans la littérature, « les “gueules cassées” [n’aient] pas dit leur expérience de la défiguration » (p. 14). L’expérience de trois personnes – Albert Jugon, Jean Lequertier et Jason Hare – est reconstituée à partir de leurs correspondances et d’entretiens avec ces derniers ou leur famille. Cette approche est nécessaire en raison des lacunes des archives officielles : par exemple, Jean Lequertier, « n’apparaît pas dans les documents d’archives sur les opérations, qui ne lui accordent ainsi aucune existence » (p. 40). La comparaison des trois histoires permet de mieux saisir les évolutions de la prise en charge des blessures au visage. Albert Jugon, touché dans les premières semaines de la Grande Guerre, est laissé seul et quitte difficilement le champ de bataille. Ses soins sont caractérisés par l’improvisation, les atteintes faciales n’ayant pas été mentionnées dans les « Conseils aux chirurgiens » distribués aux praticiens mobilisés, tandis que « la disproportion entre l’apparence effrayante de l’atteinte et sa gravité véritable » (p. 35) accentue la confusion du personnel médical. Jean Lequertier, quant à lui, est blessé en Indochine le 1er avril 1953, mais le temps ne fait rien à l’affaire : il rencontre les mêmes difficultés à quitter le champ de bataille, est confronté à la même improvisation et à des chirurgiens aussi peu préparés que quarante ans auparavant. Enfin, Jason Hare, est un soldat britannique, combattant en Afghanistan, blessé en 2008 par un engin explosif improvisé : rapidement évacué par avion, il est soigné par des spécialistes. D’un point de vue médical, les défigurés sont de mieux en mieux pris en charge. Les blessés de la Grande Guerre attendent souvent des mois avant d’être opérés, ceux d’Indochine bénéficient des lieux de soin et de sociabilités mis en place par leurs aînés comme le Château de Moussy-le-Vieux ou la maison de Coudon dans le Var et ceux du xxie siècle bénéficient d’un traitement individualisé et adapté qui leur permet de limiter les séquelles fonctionnelles. En revanche, d’un point de vue social, les blessés semblent confrontés aux mêmes difficultés. L’étude de ces dernières, attentive aux détails et aux anecdotes, n’est pas sans rappeler l’analyse interactionniste des stratégies des personnes handicapées pour « briser la glace », décrites par exemple par Erving Goffman dans Stigmates (Paris, Éd. de Minuit, 1963). Par ailleurs, le récit de la blessure n’est jamais héroïsé par les acteurs : Albert Jugon se met en scène livré à lui-même, l’expérience combattante de Jean Lequertier « paraît toute entière écrasée par la souffrance et la mort entrevue » (p. 45) tandis que Jason Hare parle peu de combat pour mettre en avant la dimension humanitaire de son travail et ses rencontres avec les civils.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à l’étude de l’atteinte faciale « saisie d’un point de vue “visuel” mais aussi quantitatif et scriptural » (p. 14), fondée sur l’expérience américaine de la guerre. Sophie Delaporte commence par souligner que la guerre de Sécession marque une rupture fondamentale car elle coïncide avec l’irruption de la photographie du champ de bataille et s’inscrit dans « un mouvement de visibilité accrue des corps » (p. 104). Pour la première fois, sont donnés à voir des cadavres de soldats sur le champ de bataille, faisant sauter « la barrière d’invisibilité des corps mutilés ou des cadavres en rapportant à l’arrière le tragique de la guerre » (p. 105). Bien que les morts par maladie restent majoritaires, la blessure est désormais au cœur des représentations du phénomène guerrier. Ce mouvement se poursuit après le conflit, de nombreux mutilés se rendant au musée des défigurés pour se faire photographier afin de réclamer une pension. Pendant la Grande Guerre, l’image est déjà beaucoup plus contrôlée .« Le nom des blessés n’apparaît plus […] le vétéran ne présente plus lui-même sa mutilation […] on photographie avant tout l’appareillage prothétique, choséifiant ainsi le blessé » (p. 121), tandis que pendant la Seconde Guerre Mondiale, les représentations de l’atteinte faciale sont limitées à la presse médicale. Le phénomène se poursuit dans les conflits suivants car « la règle implicite devient la non-diffusion d’images de soldats américains tués ou mutilés au combat (p. 124). En effet, le magazine Life publie le 27 juin 1969 les visages des tués de la semaine au Vietnam, mais montre les photos des soldats en vie, pas leurs cadavres. De même, en 2007, Paris Match et Le Monde montrent des mutilés américains d’Afghanistan, mais aucun mutilé français ; il faut pour cela attendre 2012 et le retrait des forces française d’Afghanistan. Ainsi « on passe d’une diffusion très vaste lors de la guerre civile […] à une restriction extrême au début du xxe siècle » (p. 129). En s’appuyant sur de nombreuses données statistiques, Sophie Delaporte cherche à évaluer ce qui détermine la mort ou la survie des blessés à la face dans les différents conflits. Elle observe deux tendances : parmi les blessés, le pourcentage de touchés à la face augmente (6 % des blessés au milieu du xixe siècle, contre 30 % aujourd’hui), mais ce type d’atteinte tue de moins en moins. La « survivance » de cette catégorie de blessés s’explique par une prise en charge de plus en plus rapide et adaptée, tandis que l’accroissement de la proportion des blessés au visage est lié aux techniques de protection de l’armée américaine (casque et gilet pare-balle) qui protègent mieux d’autres parties du corps. L’autrice conclut en soulignant donc que « c’est moins la capacité des engins vulnérants à détruire les corps que les moyens médicaux déployés pour les sauver qui apparaît déterminante dans la survie » (p. 165).

4Le lent développement d’une spécialité médicale consacrée à la reconstruction des visages est retracée dans la troisième partie du livre. Si des travaux scientifiques sur le sujet sont produits en masse pendant la guerre de Sécession, le flot de publications se tarit en temps de paix. L’absence de lieux spécialement consacré aux atteintes faciales « explique en partie les difficultés à pérenniser ce nouveau champ chirurgical » (p. 178). Pendant la Première Guerre mondiale, ce sont principalement des dentistes qui sont chargés de reconstruire les visages : en effet, il faut attendre la seconde moitié du xxe siècle pour que la chirurgie maxillo-faciale devienne une discipline à part entière en France et que se développent revues et sociétés spécialisés et pérennes par-delà le moment de l’urgence guerrière. Enfin, Sophie Delaporte rappelle qu’avec le temps, « le trauma a semblé prendre le pas sur la blessure » (p. 251), rappelant que l’étude des atteintes au visage ne peut se réduire à leur dimension physique mais doit prendre en considération sa composante psychologique, soulignant la complémentarité de deux historiographies ne dialoguant pas toujours entre elles.

5Dans ce riche ouvrage, Sophie Delaporte analyse les atteintes faciales en temps de guerre sous différentes perspectives. Elle mêle habilement histoires sociale, culturelle et scientifique, pour mieux interroger le rapport des sociétés occidentales à la violence guerrière et à ses représentations. Loin d’offrir un récit désincarné, le livre donne la parole aux blessés, et elle leur rend également un visage, en montrant leur photographie avant et après la blessure. Une note de l’éditeur indique cependant que certains documents proposés par l’autrice ont été écartés, « pour des questions liées surtout à la qualité des images » mais reconnaissant également que dans quelques cas « [les éditeurs] ont considéré que le contenu présentait un caractère trop difficile » (p. 17). Cela montre bien à la fois le « refus de nos sociétés de voir la réalité de la violence […] et du souci de s’en détourner » (ibid.) et l’importance de ce livre. En effet, l’invisibilisation des corps meurtris risque de nourrir un oubli des réalités de la guerre limitant la nécessaire réflexion sur l’engagement militaire des États français et américain dans de nombreux conflits asymétriques, dans des pays qui n’ont pas eu le luxe, contrairement aux sociétés occidentales, de se « déshabituer à l’idée de la mort [à la guerre] » (p. 167).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Arthur Tortosa, « Sophie Delaporte, Visages de guerre. Les gueules cassées de la Grande Guerre à l’Afghanistan », Questions de communication, 36 | 2019, 349-351.

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Sophie Delaporte, Visages de guerre. Les gueules cassées de la Grande Guerre à l’Afghanistan », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21721 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21721

Haut de page

Auteur

Paul-Arthur Tortosa

European University Institute, I-50014
Paul-arthur.tortosa[at]eui.eu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search