Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureHistoire, sociétésMichel Grunewald, Olivier Dard, U...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Michel Grunewald, Olivier Dard, Uwe Puschner, dirs, Confrontations au national-socialisme en Europe francophone et germanophone. Volume 2, Les libéraux, modérés et européistes

Berne, P. Lang, coll. Convergences, 2018, 258 pages
Joël Mouric
p. 353-356
Référence(s) :

Michel Grunewald, Olivier Dard, Uwe Puschner, dirs, Confrontations au national-socialisme en Europe francophone et germanophone. Volume 2, Les libéraux, modérés et européistes, Berne, P. Lang, coll. Convergences, 2018, 258 pages

Texte intégral

1Le projet Confrontations au national-socialisme (CNS) est une initiative franco-allemande, conçue comme une contribution à l’histoire politico-culturelle de l’Europe au xxe siècle. Les maîtres d’œuvre de CNS, Olivier Dard (Sirice, Sorbonne Université), Michel Grünewald (Université de Lorraine) et Uwe Puschner (Université libre de Berlin) n’ont pas pris pour objet le national-socialisme en tant que tel, mais sa perception et son interprétation par les journalistes, intellectuels, universitaires ou experts (Olivier Dard, Michel Grunewald, Reiner Marcowitz, Uwe Puschner, Confrontations au national-socialisme en Europe francophone et germanophone 1919-1949. Volume 1, Introduction générale, savoirs et opinions publiques, Berne, P. Lang, 2017). CNS s’appuie sur l’analyse des sources imprimées publiées entre 1919 et 1949, pour dresser « une typologie des regards et des savoirs multiples produits au fur et à mesure de son évolution sur le national-socialisme » dans l’Europe francophone et germanophone. Réseaux et transferts sont étudiés dans une perspective comparatiste. Le projet a mobilisé 130 chercheurs, français et allemands, mais aussi suisses, belges, autrichiens et britanniques représentant plusieurs disciplines : histoire, sociologie, théologie, science politique, germanistique et romanistique. CNS se décline en six volumes : historiographie et opinion publique (vol. 1), libéraux, européistes et modérés face au national-socialisme (vol. 2) sont déjà parus. Viendront ensuite les gauches face au national-socialisme (vol. 3), les droites face au national-socialisme (vol. 4), chrétiens et juifs face au national-socialisme (vol. 5) et la vision du national-socialisme chez les intellectuels et les experts (vol. 6). C’est une collection bilingue : pour chaque volume l’introduction est donnée en versions française et allemande ; chaque contribution – en français ou en allemand – est accompagnée d’un résumé dans l’autre langue.

2Ce deuxième volume part d’un constat historiographique : l’inégal traitement des libéraux, modérés et européistes entre France et Allemagne. Les Français ont davantage étudié l’européisme, depuis l’ouvrage pionnier Entre Locarno et Vichy, publié en 1993 par Hans Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus et Michel Trebitsch (Paris, CNRS Éd.). En revanche, libéralisme et modérantisme ont été moins analysés, malgré la publication récente d’une Histoire de l’Europe libérale (Paris, Nouveau Monde éd., 2016) et d’un Dictionnaire du conservatisme (Paris, Cerf, 2017). Or, la confrontation des libéraux au nazisme, contemporaine de la crise profonde du libéralisme, « est essentielle » (p. 12). Si, du côté allemand, l’historiographie des libéraux est plus fournie, l’idée de crise s’impose également avec la disparition des partis libéraux – Parti démocratique allemand (DDP) et Parti poplulaire allemand (DVP) – au printemps 1933. L’ouvrage comporte deux parties : « interprétations emblématiques » qui évoque – à l’exception du texte d’Olivier Dard – les acteurs individuels ; et « la vision des revues ».

3Quatre personnalités allemandes sont d’abord présentées. Werner Treß décrit Theodor Heuss et son livre Hitlers Weg (1931), comme étant représentatifs des limites rencontrées par les libéraux face au national-socialisme. Le futur premier président de la République fédérale d’Allemagne avait été membre fondateur du Parti démocratique allemand, puis député. Theodor Heuss redoutait la remise en question de l’État de droit et critiquait les risques afférents au programme économique nazi. Enfin, il rejetait l’antisémitisme et avertissait des risques de guerre. Le livre plut au public comme aux critiques de sorte que même Jospeh Goebbels dut en tenir compte. Mais Hitlers Weg n’eut pas d’effet politique et Theodor Heuss, malgré ses propres réflexions, vota les pleins pouvoirs à Hitler en 1933. Le caractère révolutionnaire du national-socialisme lui échappait, ce qui fut également le cas du journaliste de centre gauche Leopold Schwarzschild – étudié par Axel Schildt. L’éditeur de Das Tage-Buch, puis de Das Neue Tage-Buch après son exil à Paris en 1933 sous-estima le mouvement nazi et son chef. Il utilisa son influence auprès des émigrés pour promouvoir l’idée d’une coalition contre Hitler. De même, Georg Bernhard – décrit par Suzanne Wein –, rédacteur en chef de renom à la Vossische Zeitung, dénonçait dans Le Suicide de la République Allemande, l’opportunisme d’Hitler au risque de réduire l’idéologie au culte de la personnalité du Führer. Jens Flemming campe Rudolf Olden, vétéran du Berliner Tageblatt, qui consacra des biographies à Hitler et à Paul von Hindenburg, entre lesquels il voyait une continuité : Hitler aurait été « l’agent » des élites traditionnelles.

4Trois textes envisagent le point de vue français. Olivier Dard rappelle le propos d’Auguste Detœuf : « Le libéralisme est mort » (p. 87). Il faut donc penser la confrontation des libéraux français au national-socialisme en relation avec la crise du libéralisme. Olivier Dard repère « un double problème » (p.89) : la place réduite qu’occupe l’analyse du national-socialisme comme régime et le traitement différencié par rapport au fascisme. Il évoque notamment Élie Halévy dont l’essai de 1936, L’Ère des tyrannies esquissait la comparaison entre communisme et nazisme sous l’angle du totalitarisme. Louis Rougier, organisateur du colloque Lippmann à l’été 1938, connaissait bien l’Allemagne. Il donne en 1935 des leçons, dans lesquelles il oppose point par point les principes politiques de la démocratie libérale (Rechtsstaat) et du national-socialisme (Polizeistaat). Il conclut à une menace profonde, où « la mystique raciste » nazie crée « un danger de guerre ». Le primat de l’économie dans leur pensée a desservi les libéraux, et face à la guerre, ils se sont divisés. En 1940, certains libéraux français passent à Londres – comme Raymond Aron –, d’autres rejoignent Vichy – comme Pierre-Étienne Flandin (p. 99) –, cependant aucun ne se rallie au nazisme ou au collaborationnisme.

5Pour sa part, Jean-René Maillot décrit Louis-Martin Chauffier comme un « un moraliste en politique ». Journaliste, catholique de gauche et vétéran de la Grande Guerre, partisan du rapprochement franco-allemand, il s’en prend aux nationalistes en tous genres. En tant qu’adversaire opiniâtre du régime nazi, il concentre ses attaques sur Hitler, avec une attention particulière au sort des catholiques allemands. Mais étant pacifiste, il finit par assumer la guerre pour défendre le droit et la dignité humaine. Et de son côté, Nicolas Stenger analyse la pensée de Denis de Rougemont. Pour Nicolas Stenger, le protestantisme de Denis de Rougemont conditionne son diagnostic du national-socialisme. Le Journal d’Allemagne de Denis de Rougemont (1935-1936) contient le récit d’une « cérémonie sacrale » (p. 119). Nicolas Stenger préfère parler de « religion de substitution » plutôt que de religion politique ou séculière, parce que Denis de Rougemont constate que « le nazisme a pris une place vacante [et] l’aspect religieux est fondamental dans le cas allemand » (p. 120). À partir de cartes (p. 123), Nicolas Stenger montre le basculement des protestants en faveur du national-socialisme, et la relative résistance des catholiques. La réponse de Rougemont au national-socialisme fut d’opposer la foi chrétienne à « la religion de la race ».

6Dans la seconde partie de l’ouvrage, « La vision des revues », Christine Manigand évoque La Revue des Vivants, où domine longtemps la figure d’Henry de Jouvenel. La revue est italophile, en même temps qu’européiste. Convaincue du danger, la rédaction fit état des persécutions antisémites et se montra pessimiste quant à l’avenir des relations franco-allemandes. Hans-Manfred Bock décrit, sous le titre « affinités et éloignement » les perspectives sur le national-socialisme dans l’entourage d’Esprit. Comme Nicolas Stenger, il rappelle le débat historiographique sur les convergences entre personnalisme et fascisme. Hans-Manfred Bock distingue trois périodes : celle des affinités de 1930 à 1934 ; celle des divergences de 1935 à 1938 ; enfin celle de la confrontation. Martin Cornyck présente la Nouvelle Revue Française (NRF) face à la question allemande dans les années Trente. En effet, avant 1933, la NRF est encore imprégnée de la Verständigung (l’esprit d’entente, de réconciliation) qu’y représentent André Gide, Félix Bertaux et Aline Mayrisch. La poussée nazie de septembre 1930 suscite une réaction de Jean Schlumberger pour sauver la relation franco-allemande moyennant une révision des traités, qui entraîne à son tour des répliques de Ramon Fernandez, puis de Raymond Aron. Jean Paulhan et Julien Benda, signent avec plus de 180 intellectuels un manifeste « contre les excès du nationalisme et pour l’entente franco-allemande » (p. 161). Après le 30 janvier 1933, la NRF publie des textes et documents éclairant l’idéologie nazie, en particulier l’antisémitisme. En février 1934, Léon Trotsky y publie « Qu’est-ce que le national-socialisme ? » et annonce une guerre européenne à l’horizon de quelques années. À l’exception de Pierre Drieu la Rochelle (« Mesure de l’Allemagne », La Nouvelle Revue Française, mars 1934, 246), la NRF, influencée par le Six-Février, s’engage de plus en plus dans l’antifascisme. L’Anschluss consacre cette évolution.

7Michel Grunewald montre comment René Pinon, le chroniqueur de la Revue des deux mondes, a compris le national-socialisme comme une « démocratie totalitaire ». Si l’on n’arrêtait pas Hitler à temps, une guerre s’ensuivrait d’où le communisme pourrait sortir victorieux. Ces réflexions amenèrent la revue à critiquer les politiques française et britannique vis-à-vis de l’Allemagne nazie. De même, Christophe Brüll souligne l’insistance du Flambeau, revue libérale proche des milieux juifs bruxellois, sur la politique étrangère d’Hitler et sur l’antisémitisme, avertissements qui restèrent sans effet en dépit de la présence des libéraux belges au gouvernement. Les trois dernières contributions concernent des revues germanophones : Christian Jacques évoque Die Wahrheit, revue pragoise européiste et antinazie, finalement réduite au silence après Munich ; Christina Stange-Fayos et Letizia Haas étudient respectivement, sur deux périodes complémentaires, le mensuel Die Frau (1930-44) et l’hebdomadaire Der Spiegel (1947-1949) ; Gertrud Bäumer, ancienne collaboratrice de Friedrich Naumann et rédactrice de Die Frau, dut, après avoir critiqué l’antiféminisme nazi, composer avec le régime, sans aller jusqu’à cautionner l’antisémitisme. Le cas du Spiegel, proche à ses débuts de l’ancien courant national-libéral, montre les difficultés de la confrontation au national-socialisme après 1945. L’hebdomadaire suscita de vives réactions en donnant la parole à Hjalmar Schacht, membre fondateur du Parti démocrate allemand, mais aussi ministre du Reich jusqu’en 1938, puis accusé à Nuremberg (p. 247-248).

8Ce volume montre la faiblesse des libéraux quant à l’organisation partisane (Parti démocrate allemand/Parti populaire allemand ; Alliance démocratique). Il confirme l’importance, parmi eux, des personnalités, des formes de sociabilité élitiste (les revues). Un flagrant contraste oppose le brio des analyses à un bilan souvent décevant dans l’action. Le national-socialisme impose un clivage entre libéraux juifs et non juifs, bien que les libéraux soient dans l’ensemble hostiles à l’antisémitisme. On voit combien Hitler est au centre des analyses, mais parfois aux dépens de la compréhension du national-socialisme : Hitler est vu en tant que démagogue, d’où une relativisation de l’idéologie. Les libéraux s’indignent, dénoncent la barbarie nazie : Schwarzschild parle d’une régression au stade du pithécanthrope (p. 54). On a plus rarement une réflexion sur la nature du national-socialisme, ainsi chez Denis de Rougemont, avec son idée de « religion de substitution » qui précède l’analyse d’Aron sur les « religions séculières ». Les auteurs sont attentifs aux parcours complexes, comme celui de Bertrand de Jouvenel, dont Olivier Dard rappelle qu’il était doriotiste lors du colloque Lippmann et qu’il ne devint libéral que plus tard (pp. 88, 101). Difficulté inhérente au projet : l’effort de synthèse incombe en partie au lecteur, l’ouvrage restitue la vision kaléidoscopique du national-socialisme qu’eurent les libéraux, milieu d’une grande diversité. On regrette que Wilhelm Röpke – étudié ailleurs par Jean Solchany –, qui participa au colloque Lippmann et s’engagea fortement contre le national-socialisme, ne soit pas mentionné. Raymond Aron, plusieurs fois cité, figurera au volume 6, consacré aux intellectuels et experts. En somme, le livre offre une vision affinée et renouvelée de la question, à partir de l’historiographie la plus récente : Nicolas Stenger sur Denis de Rougemont, l’Europe libérale d’Olivier Dard. À en juger par ce volume 2, CNS démontre la fécondité d’une approche pluridisciplinaire et internationale pour cerner un objet d’étude européen comme le national-socialisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Mouric, « Michel Grunewald, Olivier Dard, Uwe Puschner, dirs, Confrontations au national-socialisme en Europe francophone et germanophone. Volume 2, Les libéraux, modérés et européistes », Questions de communication, 36 | 2019, 353-356.

Référence électronique

Joël Mouric, « Michel Grunewald, Olivier Dard, Uwe Puschner, dirs, Confrontations au national-socialisme en Europe francophone et germanophone. Volume 2, Les libéraux, modérés et européistes », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21759

Haut de page

Auteur

Joël Mouric

CRBC, université de Bretagne Occidentale, F-29238
mouric.volant[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search