Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Patrick Radden Keefe, Addiction sur ordonnance. La crise des antidouleurs

Caen, C&F Éd., coll. Interventions, 2019, 101 pages
Stéphane Héas
p. 365-367
Référence(s) :

Patrick Radden Keefe, Addiction sur ordonnance. La crise des antidouleurs, Caen, C&F Éd., coll. Interventions, 2019, 101 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage est principalement constitué, de la traduction en français d’un article journalistique paru dans The New Yorker en 2017, « The Family that built an empire of pain ». Il est complété de deux brefs articles de Frédéric Autran et Cécile Brajeul (Libération) qui « montre[nt] la vie quotidienne des personnes dépendantes aux opiacés », auquel s’ajoute une postface d’Hervé Le Crosnier, l’éditeur. Le format court et non scientifique au sens strict du terme complique singulièrement le travail de compte rendu. En effet, il n’y a pas de thèse et d’hypothèse à proprement parler, ni de protocole d’enquête précisé, encore moins une argumentation pour et contre des thèses scientifiques antérieures. Il s’agit plutôt d’une charge critique argumentée contre l’une des familles ayant pris part à l’essor du développement pharmaceutique aux États-Unis et dans le monde ces dernières décennies. Famille devenue l’une des plus riches du pays avec pour particularité une invisibilité publique, dissimulée derrière les noms de leurs produits et marques… au moins jusqu’à 2017, date de cette publication.

2L’article principal du journaliste d’investigation, Patrick Radden Keefe, montre comment la famille Sackler, créatrice et propriétaire de l’entreprise Purdue Pharma, s’est constituée et a mis sur le marché en 1995 son antidouleur phare, l’OxyContin, en affirmant qu’il n’était pas addictif. Prescrit largement par les médecins non alertés sur ses risques potentiels, des décennies plus tard, la situation sanitaire aux États-Unis est jugée dramatique : « 70 500 décès par overdose en 2017, des milliers de familles en détresse, les services sociaux et de secours débordés » (quatrième de couverture). Ce tableau d’une hécatombe de morts violentes et d’une large dépendance d’une partie de la population américaine n’est bien sûr pas imputable à cet unique produit et cette seule entreprise ; ils ne constituent qu’une facette du phénomène dans la mesure où d’autres molécules sont vendues et consommées sur le marché des antidouleurs, là-bas comme ailleurs dans le monde. Toutefois, l’auteur établit précisément que ce marché des antidouleurs a pu s’étendre et s’installer, d’une manière pionnière, grâce aux compétences complémentaires des frères Sackler à l’origine de l’entreprise. La promotion et la communication (considérée mensongère ici) ont été dès l’entame les fers de lance de leurs activités, au-delà de l’activité classique de pharmacie. Depuis lors, l’entreprise Purdue Pharma, comme les autres sur ce marché pharmaceutique très lucratif, s’est construite au fil des décennies une image de marque forte et surtout une image sociale et scientifique honorable « en finançant des universités et des musées, comme le Louvre à Paris » (quatrième de couverture de l’ouvrage). Au moment de la publication de l’article, Yale par exemple disposait d’un institut de biologie et de sciences physiques portant le nom de deux membres de la famille créatrice de cette entreprise…

3L’enquête journalistique souligne comment la fortune estimée en 2017 à 13 milliards de dollars s’est construite, notamment ces vingt dernières années, en vendant l’oxycodone, avec pour principe actif, « un parent chimique de l’héroïne, qui peut être jusqu’à deux fois plus puissant que la morphine » (p. 11). Les slogans publicitaires et les arguments de vente de ce médicament résonnent, a posteriori, d’une manière cynique et prémonitoire : un produit « avec lequel on commence et dont on ne se sépare plus (to start with and to stay with) » (p. 12). L’auteur rappelle comment les Sackler étaient, dans les années 1950, sensibles au développement d’alternatives chimiques aux traitements en vogue à l’époque : les thérapies par électrochocs et la psychanalyse. L’un des frères, Arthur, est présenté comme celui qui a ciblé spécifiquement le travail de séduction des médecins prescripteurs. Il « considérait les médecins comme d’infaillibles régisseurs de santé publique » (p. 14). Pendant les années 1960, le Librium et le Valium firent la fortune de l’entreprise. À cette période, les études sur les potentiels addictifs des molécules mises en circulation n’étaient pas systématiques, voire pas totalement entrées dans les usages. Le rapport aux produits n’était pas le même qu’aujourd’hui. Surtout, les entreprises contribuaient financièrement aux recherches d’experts qui vantaient ces produits, en tentant avec succès de les dédiaboliser lorsque des soupçons pesaient sur eux. Élargir le marché d’une molécule faisait (et fait ?!) toujours partie des stratégies marketing au sein des laboratoires pharmaceutiques. Au-delà d’une première niche, les antidouleurs ont ensuite été vendus et prescris pour des symptômes et des pathologies de plus en plus nombreux. L’horizon de la « gestion de la douleur » s’est élargi avec la complicité-naïveté-incompétence des médecins, généralistes notamment, vis-à-vis de la consommation d’opioïdes. Le développement de conférences ad hoc invitant des milliers de médecins aux frais du laboratoire a renforcé cette dynamique de banalisation et de diversification des prescriptions analgésiques.

4Patrick Radden Keefe précise que les modes d’emploi fournis avec ces antidouleurs constituaient de véritables tutoriels pour des usages détournés et parallèles des produits. Par exemple, une notice indiquait sous couvert d’une mise en garde « qu’ingérer des tablettes d’OxyContin brisées, mâchées ou réduites en poudre peut entraîner une délivrance rapide du produit et l’absorption d’une dose potentiellement toxique » (p. 29). Ce deal à peine masqué étonne des années plus tard. La défense de l’entreprise face à ces usages est dès lors continuellement de faire « porter le chapeau » aux individus et d’invoquer leur responsabilité individuelle. Comme si toute consommation se devait d’être raisonnable, y compris dans le cas d’un opioïde puissant… Des laudateurs comme David Haddox (p. 34), un médecin travaillant pour Purdue Pharma, ont aussi proposé des notions pare-feu comme la « pseudo-addiction ». Toujours est-il que l’argument publicitaire d’une efficacité dans le soulagement de la douleur une demi-journée durant a facilité l’adoption massive de ce produit, et surtout sa consommation régulière étant donné le répit douloureux expérimenté quelques heures.

5Dans ce paysage, le journaliste indique que les autorités américaines se sont pour le moins peu empressées de réagir devant les indicateurs alarmants de consommation abusive. En 2003, seulement 8 ans après son introduction sur le marché, la Food and Drug Administration adresse une lettre d’avertissement à Purdue Pharma à propos de publicités n’indiquant pas le risque sérieux de dépendance. Les entretiens réalisés avec d’anciens employés de l’entreprise, indiquent que des appellations provenant de l’univers (lui aussi addictif) des jeux étaient utilisées pour nommer les plus gros prescripteurs : les « baleines », surnom des parieurs invétérés (p. 36). À partir de 2006, Purdue Pharma plaide coupable pour « publicité mensongère » et dédommage à hauteur de millions de dollars plusieurs clients-patients avant qu’ils ne portent plainte auprès des tribunaux. Cette anticipation juridique lui permet de préserver une image vierge de tout procès, et restreint voire interdit l’accès aux informations litigieuses et compromettantes. En 2010, l’entreprise met sur le marché sous une forme légèrement différente un équivalent de son antidouleur opioïde impossible à broyer, donc à rendre soluble, limitant de fait les usages abusifs connus. Elle maintient une défense, inique selon l’auteur, distinguant la dépendance physique de la véritable addiction. Outre les soutiens financiers aux institutions de recherche et artistiques, cette entreprise comme les autres finance tout, ou une grande partie, des activités associatives de personnes malades aux États-Unis. Ce soutien est massif et plusieurs fois plus important en volume que celui, par exemple, du lobby des armes à feu entre 2006 et 2015 (p. 52). L’influence directe ou non du monde pharmaceutique sur différents acteurs du champ sanitaire aux États-Unis est donc notoire, garantissant la vente et la consommation de ses produits. La situation sanitaire états-unienne est considérée comme préoccupante dans la mesure où, désormais, des enfants naissent avec une addiction à raison de la dépendance de leur mère. Récemment, ces affaires de « Baby Doe » (enfants toxicomanes) accroissent la charge émotionnelle et les plaintes déposées autour de cette question de l’abus de consommation d’antidouleur (p. 58). L’expansion de l’entreprise Purdue Pharma au niveau mondial se renforce au prorata de ses difficultés sur le sol américain. Désormais, Purdue Pharma se décline à l’international avec MundiPharma et ses « ambassadeurs de la douleur » (p. 54) interviennent dans le reste du monde avec les mêmes recettes marketing et industrielles, mais cette fois dans des contextes politiques et sanitaires moins régulés et surveillés.

6« Sur la route mortelle des opioïdes » de Frédéric Autran précise que « l’épidémie d’opiacées […] touche davantage l’Amérique blanche et rurale » (p. 66). Des situations locales, comme à Huntington en Virginie occidentale, peuvent être critiques avec des pics d’overdoses par 24 heures qui sont sans cesse dépassés. Un antidote à base de naloxone existe, mais les services de soin sont débordés par la fréquence et le nombre de personnes concernées chaque jour… d’autant plus qu’en 2017 les chiffres d’overdoses augmentaient toujours. La gestion de la situation des enfants atteints se rapproche de l’incurie sanitaire ; sans traitement approprié Sean Loudin, néonatalogiste considère même qu’il s’agit là de torture infantile (p. 71). Qu’en est-il en France ? Cécile Brajeul, ancienne infirmière devenue journaliste, confirme que le taux de croissance des overdoses est proche de celui observé aux États-Unis. L’accoutumance et le risque de dépendance sont forts ici comme ailleurs, Cécile Brajeul en appelle à une « forte vigilance ». Toutefois, en France, les publicités pour les médicaments sont interdites et la promotion des « produits de santé », sans être totalement contrôlée, est encadrée.

7La postface d’Hervé Le Crosnier plaide pour davantage de démocratie sanitaire, étant donné justement la force de frappe des industries du médicament aujourd’hui (p. 85). En reprenant le principe grec « D’abord ne pas nuire », l’éditeur considère que « la philanthropie [a été] utilisée comme un écran masquant le cynisme absolu qui a guidé l’enrichissement des Sackler » (p. 81). Dans les grosses entreprises pharmaceutiques les budgets de marketing en moyenne double de ceux consacrés à la recherche et au développement confirment ce constat d’un gouvernement par l’influence d’une industrie de la communication plutôt que de la recherche de santé. Il reprend au pied de la lettre le titre Le Capitalisme addictif de Patrick Pharo (Paris, Presses universitaires de France, 2018) pour souligner l’importance, rappelée par le Conseil de l’Europe en 2015, d’un régime davantage démocratique à propos de la santé humaine aujourd’hui. Les questions de lobbying et de conflits d’intérêts sont, bien sûr, au cœur de ce phénomène contemporain où le risque pour la science est de perdre toute indépendance en couvrant « avec cynisme les pires collusions »…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Héas, « Patrick Radden Keefe, Addiction sur ordonnance. La crise des antidouleurs », Questions de communication, 36 | 2019, 365-367.

Référence électronique

Stéphane Héas, « Patrick Radden Keefe, Addiction sur ordonnance. La crise des antidouleurs », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21839

Haut de page

Auteur

Stéphane Héas

VIPS2, université Rennes 2, F-35043
stephane.heas[at]univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page