Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureHistoire, sociétésElisabeth Schneiter, Les Héros de...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Elisabeth Schneiter, Les Héros de l’environnement

Paris, Éd. Le Seuil, coll. Documents, 2019, 150 pages
Cyrille Harpet
p. 367-368
Référence(s) :

Elisabeth Schneiter, Les Héros de l’environnement, Paris, Éd. Le Seuil, coll. Documents, 2019, 150 pages

Texte intégral

1Le livre d’Elizabeth Schneiter aurait pu s’intituler « Les Martyrs de l’environnement ». En effet, il s’agit d’une série de portraits de personnalités qui ont lutté – et pour beaucoup risqué leur vie – pour la défense de l’environnement. Journaliste, l’auteure parcourt les contrées où se sont mobilisées des populations autochtones contre les prédations de leur milieu de vie, et décrit les conditions dans lesquelles les protagonistes d’une lutte pacifique ont fini pour la plupart assassinés. C’est leur rendre un bel hommage que de consacrer un ouvrage à ces héros de l’environnement, dont certains ont été reconnus et récompensés pour leur combat (prix Goldman, prix Nobel). Annuellement, ce sont près de 200 activistes qui sont abattus (estimation de « 2017 defenders annual report », Global Witness, 2017, en ligne), alors que leur cause est celle de la défense d’un bien commun, des droits des peuples autochtones, et qu’ils luttent sans armes. Parmi ces héros, retenons Berta Caserez au Honduras, Isidro Baldonegro au Mexique, Wayne Lotter en Tanzanie, Dian Fossey au Rwanda, Chico Mendes au Brésil, Ken Saro-Wiwa au Nigéria, Tsetsegee Munkhbayar en Mongolie, Gina Lopez aux Philippines, Carol Van Strum dans l’Oregon (États-Unis), Paul Watson au Japon, Claudia Paz y Paz au Guatemala, Pablo Fajardo en Équateur, Chut Wutty et Ouch Leng au Cambodge, Hoàng Duc Binh au Vietnam, Deng Fei en Chine, Bruno Manser à Bornéo et Claire Nouvian en France. L’auteure procède à un véritable reportage, faisant revivre les instants précédant la mort de ces figures de l’éco-activisme. En plaçant le lecteur aux côtés de ces éco-martyrs, Elisabeth Schneiter transmet cette peur constante qui assaille ces défenseurs aux pieds nus face aux forces de sécurité, aux commandos des trafiquants, aux avocats des firmes industrielles. Ainsi se tiennent-ils debout et sans armes face aux bataillons de bulldozers des constructeurs de barrages, d’engins d’extraction de pétrole, de navires de chasse à la baleine, de braconniers des forêts tropicales. Il s’agit pour eux de défendre les terres et les ressources, d’assurer la survie des peuples autochtones et des espèces menacées, autrement dit de tout un éco-système humain et naturel. En dehors de celui de Allain Bougrain Dubourg (Les Héros de la biodiversité, Paris, Éd. Ouest-France, 2011), rares sont les ouvrages sur les défenseurs de l’environnement. Toutefois, des articles de presse ont progressivement décrit la progression des crimes attentés contre les activistes écologistes (par exemple un article de Libération, de 2017 en décrit précisément le contexte : Coralie Schaub, BiG, « Les défenseurs de l’environnement de plus en plus menacés », Libération, 13 juillet 2017, en ligne).

2Il ne s’agit pas des « pionniers de l’écologie », à l’image de l’ouvrage de l’historien américain Donald Worster (Les Pionniers de l’écologie. Une histoire des idées écologiques, Paris, Éd. Sang de la terre, Paris, 1992, trad. de l’anglais par Jean-Pierre Denis) ou de l’article de Jacques Grinevald (« Les pionniers de l'écologie, déjà des classiques », in : Michel Beaud, Calliope Beaud, Mohamed Larbi Bouguerra, dirs, L'État de l'environnement dans le monde, Éd. La Découverte, Paris, 1993, p 31). Ces deux ouvrages avaient relaté l’histoire de l’écologie en tant que discipline scientifique, du xviiie siècle à nos jours (Henry D. Thoreau, Fréderic Clements, Aldo Leopold, etc.). Le livre d’Elizabeth Schneiter ne dresse pas les portraits de révolutionnaires politiques au même titre que ceux promus par Bernard Charbonneau et Jacques Ellul (Nous sommes des révolutionnaires malgré nous. Textes pionniers de l’écologie politique, Paris, Éd. Le Seuil, 2014), qui ont ouvert une critique non marxiste de l’aliénation de l’homme moderne, devenue une source majeure de la pensée écologiste contemporaine. Certes, il y a bien un propos sur les formes du libéralisme, de l’ultralibéralisme et des voies libérales qui profitent aux puissants au détriment des libertés des peuples et des minorités, mais sans la construction d’une pensée ou d’une politique à même de s’opposer aux diktats du capitalisme.

3Le propos militant de l’auteure est clair, efficace. Très informé, mais sans références aux articles et ouvrages, hormis quelques notes à la fin du volume, le tout se lit comme un reportage, suivi d’analyses politiques et géopolitiques sur les conflits écologiques. De fait, il y est question des injustices subies par des peuples face aux puissances financières et industrielles, elles-mêmes impliquant des politiques pour soutenir des projets dits « de développement ». Et ces personnalités qui soulèvent les communautés, activent des réseaux, fondent des organisations non gouvernementales pour contester par le nombre les pouvoirs des lobbies, contrer les manipulations et endiguer la corruption deviennent alors des figures médiatiques. Aussi médiatiques que leurs morts restent mystérieuses, que leurs assassinats reflètent des injustices, que leur parole suscite un écho retentissant auprès des communautés dévastées. Sans cette couverture par les médias, sans ces révoltes de peuples aux « pieds-nus » et ces occupations silencieuses, quelle place auraient ces sacrifiés de l’environnement ? Même la censure des États, le contrôle des réseaux de communication, les menaces et les manigances électorales, les procès intentés ne semblent pas venir à bout des organisations spontanées, des communautés de sort qui essaiment d’un pays à l’autre. Et il semble que c’est par cette communication que les institutions sont déstabilisées. En effet, la valeur de réputation serait alors première dans l’ordre des discours, et c’est pourquoi elles nomment à dessein « activistes », « terroristes » ou « militants extrémistes » ceux qui revendiquent des droits à un environnement protégé, une santé garantie, un emploi, un droit à la sécurité.

4Toutefois, manquent à l’ouvrage quelques figures emblématiques : Wangari Maathai, fondatrice du Mouvement de la ceinture verte (Green Belt Movement) en 1977, puis du parti vert Mazingira en 2003 ; Khamu Ram, bishnoï de l’Inde qui se bat contre la pollution plastique engendrée par les mouvements de foule ; Michelle Campos aux Philippines face aux compagnies minières convoitant le charbon, le nickel et l’or du sous-sol ; Isídio Antonio, le chef d’une communauté agricole de petits exploitants dans l’État de Maranhão au Brésil, mort pour avoir dénoncé l’exploitation forestière illégale sur ses terres. Aussi, une note sur l’éco-féminisme aurait-elle pu faire valoir l’émergence de ce courant qui s’est vu renforcé ces dernières années, notamment avec une visibilité médiatique accrue (Maria Mies, Vandana Shiva, Écoféminisme, Paris, Éd. L’Harmattan, 1998 ; Alice Cook, Gwyn Kirk, Des femmes contre des missiles. Rêves, idées et actions à Greenham Common, Paris, Cambourakis, 2016). Enfin un autre recensement de ces activistes est accessible sur le site Les Défenseurs de l’environnement – avec un répertoire par pays, par sujets de mobilisation (braconnage, contamination, etc.) – mais n’est plus mis à jour depuis 2015 alors que la cause environnementale a pris une ampleur considérable avec le phénomène médiatique qu’incarne Greta Thunberg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Harpet, « Elisabeth Schneiter, Les Héros de l’environnement », Questions de communication, 36 | 2019, 367-368.

Référence électronique

Cyrille Harpet, « Elisabeth Schneiter, Les Héros de l’environnement », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21852

Haut de page

Auteur

Cyrille Harpet

Arènes, université Rennes I, CNRS, F-35000
cyrille.harpet[at]ehesp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search