Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureLangue, discoursGuy Achard-Bayle et al., dirs, Le...

Notes de lecture
Langue, discours

Guy Achard-Bayle et al., dirs, Les Sciences du langage et la question de l’interprétation (aujourd’hui). Actes du colloque 2017 de l’Association des Sciences du Langage

Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique et sociolinguistique, 2018, 258 pages
Yeny Serrano
p. 368-371
Référence(s) :

Guy Achard-Bayle et al., dirs, Les Sciences du langage et la question de l’interprétation (aujourd’hui). Actes du colloque 2017 de l’Association des Sciences du Langage, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique et sociolinguistique, 2018, 258 pages

Texte intégral

1Ayant constaté que la place de l’interprétation dans les sciences du langage ne fait pas le consensus, l’Association des sciences du langage organise un colloque autour de cette question en 2017. Cet ouvrage réunit une sélection de neuf contributions présentées lors de ce colloque. Elles représentent les grands domaines des sciences du langage et sont rédigées par des personnalités emblématiques de ces domaines. Dans le chapitre de présentation, sont exposées les raisons internes et externes à la discipline, expliquant le flou autour de la notion d’interprétation. L’objectif de l’ouvrage est donc de s’interroger sur la place réservée, ou à réserver à l’interprétation dans les études lexicales, sémantiques et syntaxiques.

2Les articles ne sont pas organisés en parties ou sections. Or, il est possible d’identifier quelques points communs. Les contributions de Patrick Charaudeau et Philippe Monneret s’attardent sur la notion d’interprétation par rapport à d’autres, comme celles de compréhension, de sens ou de signification. Un deuxième groupe d’articles examine la dynamique ou le processus interprétatif : Richard Trim (pour les métaphores), Michèle Monte (pour la poésie), Catherine Kerbrat-Orrecchioni (selon l’analyse conversationnelle) ou Jacques Fontanille (selon une approche sémiotique). Pour leurs parts, Marianne Doury et Esme Winter-Froemel s’intéressent aux problèmes et aux erreurs d’interprétation, alors que Georges Keiber examine les cas de variations interprétatives. Ainsi aucun auteur ne remet-il en question la place accordée à l’interprétation. Il s’agit surtout de discuter comment l’aborder ou de signaler les limites des approches existantes. Plus précisément, Patrick Charaudeau (pp. 21-54) interroge les notions de compréhension et d’interprétation. En s’appuyant sur les apports de la philosophie, l’herméneutique et la linguistique, il définit l’interprétation comme un processus dans lequel sont impliqués différents types d’inférence. L’auteur retient que pour l’herméneutique, la compréhension et l’interprétation sont une affaire de langage. Ce dernier est constructeur d’un réel signifiant. Ainsi le sens ne nous est-il pas donné, il doit être interprété. La compréhension est conçue comme un résultat, alors que l’interprétation correspond à une activité. « En conséquence, la compréhension qui en résulte comme tentative d’objectivation du sens ne représente pas la réalité du monde mais le réel signifiant que l’on construit. Et c’est bien l’hypothèse fondatrice de la linguistique qui veut que le signifié ne se confonde pas avec le référent (la réalité) mais soit constructeur de sens de celui-ci » (p. 26). Patrick Charaudeau distingue deux niveaux de compréhension : la compréhension du sens (littérale) et la compréhension de la signification (indirecte et spécifique aux circonstances de production et de réception de l’acte de langage). Il conclut sur l’importance du statut du sujet interprétant, car ce sont les acteurs sociaux « qui, dans leurs interactions, jugent les interprétations selon leur propre raison et passion » (p. 51).

3Catherine Kerbrat-Orecchioni (pp. 55-78) explique le processus interprétatif des interlocuteurs d’un échange et du linguiste qui analyse ces échanges. Pour ce faire, elle s’appuie sur ses propres analyses des débats d’élections présidentielles en France. À l’instar de Patrick Charaudeau, l’auteure définit l’interprétation comme un processus. Ce dernier consiste à « appliquer certaines ressources interprétatives à des observables » (p. 56), autrement dit à assigner « un signifié à un signifiant, […] que cette assignation semble évidente ou qu’elle implique une certaine part de subjectivité » (p. 60). Pour expliquer le processus interprétatif de l’analyste (qui doit se fonder sur les indications données par les interlocuteurs d’un échange), l’auteure procède à certaines précisions sur la question des observables. Elle rappelle la nécessité pour tout analyste d’annoncer au préalable la nature exacte de l’objet et l’objectif de l’analyse ; sa tâche consistant à tenter de reconstituer le parcours interprétatif des participants à l’interaction, autrement dit à comprendre comment sont compris les énoncés. De ce fait, Catherine Kerbrat-Orecchioni arrive à expliquer les malentendus ou les situations où l’interprétant échoue dans la reconstitution de ce que l’émetteur a voulu dire. Tout en admettant la pluralité des interprétations, elle termine en précisant que ces dernières sont contraintes par les diverses composantes de la matière signifiante, que l’analyste observe, sans pour autant prétendre à leur transparence.

4Revendiquant une approche sémiotique, Jacques Fontanille (pp. 79-95) distingue la pratique interprétative de la construction du sens. Après avoir rappelé les différents paradigmes théoriques de la sémiotique traitant la question de l’interprétation, il explique que l’interprétation se manifeste par la production d’une sémiose (une énonciation et un énoncé). Ainsi convient-il de distinguer la praxis énonciative (définie comme « l’ensemble des actes par lesquels des discours sont convoqués, sélectionnés, manipulés et inventés par chaque énonciation particulière », p. 87), de l’analyse de l’interprétation. Cette dernière ne cherche pas à restituer la totalité du sens, alors qu’il s’agit de l’objectif de l’interprétation. La pratique interprétative participe de la praxis énonciative et peut faire l’objet d’une approche sémiotique, c’est-à-dire être elle-même soumise à la construction du sens. Pour finir, l’auteur précise que « la signification de l’acte d’interprétation se déploie […] sur des dimensions pratiques, rhétoriques, éthiques et anthroposémiotiques » (p. 94).

5La contribution de Marianne Doury (pp. 97-126) présente les résultats d’une expérience menée pour expliquer les problèmes dans l’interprétation de l’argumentation. L’auteure part de la définition selon laquelle « Interprétation, exégèse et herméneutique sont des arts de comprendre des données textuelles complexes » (p. 97). Sa démarche consiste à explorer les principes qui sont à l’œuvre dans l’interprétation d’un discours argumentatif. Elle s’appuie sur un corpus d’une cinquantaine de copies d’étudiant·e·s en première année de master didactique des langues, et analyse les erreurs que ces derniers commettent dans l’interprétation de deux textes : un de Bruno Roger-Petit sur la fessée en France et un discours de Maximilien Robespierre prononcé en 1791 à l’Assemblée constituante. Marianne Doury examine les difficultés rencontrées par les étudiants pour identifier la thèse défendue dans le texte, ainsi que les difficultés de compréhension lexicale pour détecter l’axiologie de certains termes et pour saisir l’hétérogénéité énonciative ou l’ironie. Pour elle, la plupart des erreurs peuvent être rattachées à « une surestimation du caractère révélateur de la présence d’un indicateur argumentatif, ou à une focalisation excessive sur un élément du nom du type d’argument » (p. 114). In fine, l’auteure propose une interprétation du texte de Maximilien Roberspierre qu’elle considère satisfaisante en utilisant une représentation visuelle de la structure argumentative. À l’instar de Catherine Kerbrat-Orecchioni, Marianne Doury différencie l’interprétation de l’analyste de celle des participants aux échanges.

6Pour sa part, Michèle Monte (pp. 127-153) aborde la question de l’interprétation d’un point de vue linguistique et du point de vue du récepteur. Elle se penche sur un type de texte particulier : la poésie. Effectivement, cette dernière demande au récepteur un effort interprétatif particulier. L’auteure commence par caractériser le texte poétique en le différenciant de ce que, au sens de Roman Jakobson, on appelle la fonction poétique. Par exemple, le vers est un élément constituant du poème. De la même manière, la poésie repose sur un travail intense au niveau de l’expression, menant à une construction spécifique de la référence. Ce travail du matériau langagier permet au poème de jouer avec les attentes du récepteur. Michèle Monte propose ensuite un modèle permettant « de comparer des textes entre eux sous l’angle de l’effort interprétatif qui est demandé [aux] lecteurs » (p. 129). Ce modèle a l’intérêt de ne pas s’appliquer exclusivement aux textes poétiques ; au contraire, il situe ces derniers au sein de l’ensemble des productions textuelles. Le modèle est construit autour des trois dimensions du texte : sémantique, esthétique et énonciative. Tandis que l’étude sémantique s’attache à observer la représentation du monde proposée dans un texte, la dimension esthétique relève du traitement du matériau verbal pour produire des effets sémantiques et émotionnels. L’auteure précise que les poèmes ne sont pas les seuls à reposer sur la dimension esthétique, puisque d’autres types de textes, comme la publicité, le font également. La dernière partie de l’article teste le modèle en analysant trois poèmes, ce qui permet à l’auteure de conclure que les trois dimensions sont constitutives de tout énoncé et que ce sont elles qui guident l’interprétation des récepteurs.

7L’article de Richard Trim (pp. 155-170) s’intéresse également à l’aspect esthétique des textes ; il étudie l’interprétation des métaphores en s’inscrivant dans une approche contrastive (de l’anglais par rapport à d’autres langues). Plus précisément, l’auteur analyse le rôle des mots composés (tels que noise-coloured) dans l’interprétation des métaphores littéraires. Dans ces cas, les connotations au niveau de la sémantique lexicale peuvent varier selon les langues. Il démontre que, malgré le fait qu’un sens identique peut être transmis par la voie d’un mot composé ou par une comparaison, c’est le mot composé qui porte plus de force stylistique. Richard Trim affirme que « l’effet stylistique provient du fait qu’il existe un fusionnement des deux images au sein du même lexème […] Dès lors, l’interprétation de la ‘’force sémantique’’ varie selon la morphosyntaxe utilisée […] » (p. 168). Ainsi les différences morphosyntaxiques entre les langues peuvent-elles déterminer le degré et l’étendue de l’interprétation.

8Philippe Monneret (pp. 171-195) revient sur la notion d’interprétation en lien avec celle de compréhension ; comme le fait d’ailleurs Patrick Charaudeau, mais en argumentant en faveur de la possibilité d’une compréhension sans interprétation. Ainsi distingue-t-il la compréhension avec interprétation et la compréhension sans interprétation. Il critique d’ailleurs la conception maximaliste qui consiste à envisager la compréhension comme le résultat de l’interprétation. À son avis, cette conception ne permet pas d’envisager les cas de compréhension sans interprétation, autrement dit ceux où il n’y a pas d’ambiguïté sémantique, ni d’indétermination contextuelle. Son approche s’inscrit dans la linguistique théorique, qui apparaît à l’intersection de plusieurs disciplines s’occupant du langage, et permet d’envisager des processus cognitifs non spécifiquement linguistiques comme l’analogie (processus central de la cognition humaine auquel l’auteur s’intéresse davantage) et la synthèse. Philippe Monneret examine trois cas de compréhension sans interprétation : celui où la sensation ne fait pas jouer l’entendement, mais seulement la perception, celui de l’attitude descriptive et celui des énoncés parfaitement contextualisés. L’interprétation de l’énoncé a lieu lorsque les informations contextuelles font défaut. Enfin, il conclut sur la nécessité d’approfondir la réflexion sur les conditions qui rendent possible l’interprétation.

9Dans la lignée des contributions de Catherine Kerbrat-Orecchioni et de Marianne Doury, Esme Winter-Froemel (pp. 197-232) s’intéresse aux cas des divergences entre l’interprétation de l’émetteur et celle du récepteur. L’auteure propose un modèle sémiotique permettant d’étudier le rôle des interlocuteurs, les aspects sémantiques et pragmatiques tout comme leur évolution diachronique dans les divergences interprétatives. Il s’agit d’un modèle sémiotique élargi qui intègre les entités du signe linguistique saussurien (signifiant et signifié), ainsi que les entités concrètes actualisées dans la communication (séquence phonique ou graphique, référent désigné et concept abstrait extralinguistique). Elle s’attarde ensuite sur les divergences interprétatives à partir de la notion d’ambiguïté, définie comme la coexistence de différentes interprétations clairement distinctes. L’auteure détaille 12 paramètres qui, regroupés en trois dimensions (sémiotique et sémantique/interactionnelle et énonciative/diachronique), décrivent les cas d’ambiguïté. Elle explique d’abord six types d’ambiguïté qui se présentent en synchronie : la non-compréhension, les malentendus classiques, les malentendus stratégiques, l’ironie, les actes de langage indirects – associés à la politesse – et les malentendus inaperçus. Ensuite, elle développe les divergences interprétatives qui concernent l’évolution diachronique des formes et de leurs interprétations. Pour finir, l’auteure plaide pour une réflexion sur l’importance relative des différents types de contexte dans l’analyse des évolutions diachroniques. Se situant dans la continuité des contributions portant sur les divergences interprétatives, et s’inscrivant dans la sémantique lexicale, Georges Kleiber (pp. 233-255) s’intéresse à la variation interprétative non polysémique. Il distingue les variations interprétatives « qui s’accompagnent d’un changement de référent de celles où le référent de l’unité lexicale reste le même et où la variation interprétative observée s’explique par un principe sémiotique plus général, celui de métonymie intégrée » (p. 251). À cet effet, l’auteur précise la notion de polysémie et de sens multiple pour ensuite démontrer qu’il faut une variation de référent pour qu’il y ait polysémie, mais que toute variation référentielle ne signifie pas sens multiple. Dans la deuxième partie, il aborde les trois cas où il n’y a pas toujours de changement de sens lorsqu’il y a modification du référent, autrement dit, lorsque l’unité lexicale connaît une variation référentielle due à son sens indéterminé ou général ; lorsque l’on fait porter à une unité lexicale le poids sémantique ou référentiel de l’expression dont elle est un constituant et dans les cas de polysémie systématique ou régulière, ou bien de métaphore conceptuelle ou généralisée. La troisième partie de l’article traite des variations interprétatives sans changement de référent.

10Ce parcours à travers différents domaines et approches autour de l’interprétation s’adresse davantage aux spécialistes qu’aux néophytes. L’objectif n’est pas d’aboutir à une définition commune ou définitive de l’interprétation, mais d’avancer dans son étude. L’ouvrage ne demande pas une lecture linéaire. Les lecteurs pourront privilégier l’une ou l’autre contribution selon leurs objectifs ou approches théoriques. De ce fait, une brève présentation de chaque auteur et de son inscription disciplinaire aurait été appréciée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yeny Serrano, « Guy Achard-Bayle et al., dirs, Les Sciences du langage et la question de l’interprétation (aujourd’hui). Actes du colloque 2017 de l’Association des Sciences du Langage »Questions de communication, 36 | 2019, 368-371.

Référence électronique

Yeny Serrano, « Guy Achard-Bayle et al., dirs, Les Sciences du langage et la question de l’interprétation (aujourd’hui). Actes du colloque 2017 de l’Association des Sciences du Langage »Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21864

Haut de page

Auteur

Yeny Serrano

Lisec, université de Strasbourg
yeny.serrano[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Questions de communication is licensed under CC BY-NC-ND 4.0

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search