Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureMédias, technologies, informationJan Baetens, The Film Photonovel....

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Jan Baetens, The Film Photonovel. A Cultural History of Forgotten Adaptations

Austin, university of Texas Press, coll. World Comics and Graphic Nonfiction, 2019
Jean-Pierre Montier
p. 377-378
Référence(s) :

Jan Baetens, The Film Photonovel. A Cultural History of Forgotten Adaptations, Austin, university of Texas Press, coll. World Comics and Graphic Nonfiction, 2019

Texte intégral

1The Film Photonovel. A Cultural History of Forgotten Adaptations est un ouvrage de Jan Baetens, professeur à l’Université catholique de Leuven en Belgique. Il s’agit d’un ouvrage savant portant sur un objet curieux, ou bien d’un ouvrage curieux écrit par un esprit savant. Mais cet ouvrage est passionnant car le lecteur a l’impression de découvrir un monde inconnu, caché derrière un décor qui lui paraît pourtant familier. Le décor, c’est celui des films « classiques » des années 1950 à 1965 ; le monde inconnu, ce sont les adaptations photo-romancées de ces films, parues dans des magazines essentiellement italiens et français, mais aussi espagnols, anglais et américains – leur liste exhaustive figure en index de l’ouvrage. Comme dans Le Monde perdu de Conan Doyle, surgissent des dinosaures improbables et pourtant sympathiques, bizarres et parfois émouvants.

2En marge des histoires officielles du cinéma, loin de tous les discours critiques, ces Film Photonovels restituent l’aire de réception du cinématographe, transcrivent les effets de résonnance des films dans l’imaginaire public, et, probablement, l’émotion que ces documents suscitent tient-elle à ce que Walter Benjamin appelait la « qualité d’aura » historique qui les imprègne : quoi qu’on en pense, tout cela a l’odeur de l’authenticité. Le projet du livre est assurément savant, mais son résultat est à la fois poétique et fantastique : il fait émerger de l’ombre ces adaptations ou ces transpositions oubliées, pour les reconnecter à notre histoire culturelle, dont elles constituent un pan occulté car destiné à un public supposément moins cultivé que celui des salles obscures. Naturellement, l’auteur ne manque pas de pointer avec une certaine ironie combien ce conflit entre « high-art » et « low-art » est d’autant plus singulier qu’il se situe à l’intérieur d’un art, le cinéma, qui, avant de devenir une industrie, fut lui-même longtemps considéré comme simple divertissement populaire, donc « bas »…

3Aussi bien, quel cinéphile averti sait-il qu’il existe une adaptation photo-romanesque de Pandora (Albert Lewin, 1951), de Rear Window (Alfred Hitchcock, 1954), de Rebel Without a Cause (Nicolas Ray, 1955), des Notti de Cabiria (Federico Fellini, 1957), d’Ascenseur pour l’échafaud (Louis Malle, 1958) ou encore de La Princesse de Clèves (Jean Delannoy, 1961) ? Dira-t-on qu’il ne s’agit là que de simples prolongements promotionnels de ces films, transposés pour la presse féminine dont se moque Federico Fellini en 1952 dans Lo Sceicco bianco ? Pourtant, en termes d’histoire culturelle, n’est-il pas à présent nécessaire de reconnaître que ces magazines dans lesquels la salle, l’écran et les stars du cinéma vivent une seconde vie sur du papier journalistique, font bel et bien partie intégrante du cinéma lui-même ? Ils en alimentent la légende, diffusent et amplifient le pouvoir de fascination de ses fictions, prolongent à leur manière la séance de projection, forcément éphémère, et inscrivent les visages des actrices et acteurs fétiches dans les mémoires collectives.

4Ainsi, et au-delà du phénomène de curiosité auquel ce corpus photo-romanesque peut inciter, Jan Baetens pointe-t-il combien toutes ces images photographiques, extraites de ces classiques du cinéma, finissent par constituer une formidable source de matériaux non conventionnels : associées à des scénarios et des scènes cultes, elles sont une formidable matière recyclable (sous forme de parodie, de pastiche, de travestissement, etc.) comme le sont tous les produits culturels, qu’ils soient hauts ou bas. C’est pourquoi, parmi ces Film Photonovels, l’on ne trouve pas seulement des adaptations liées à la première sortie en salle, mais aussi des transpositions ou réinterprétations ultérieures, comme celle de Stagecoach de John Ford (1939) – un classique s’il en est – qui resurgit en photo-roman à New York chez Darien House en 1975 ; ou encore celle de La Jetée de Chris Marker (1962), film culte au public beaucoup plus confidentiel, qui reparaît trente ans plus tard, en 1993, chez un éditeur new-yorkais. La trentaine de pages de magazines qui sont reproduites dans cette belle édition ne fait pas de ce livre une anthologie, même si le souci d’exhaustivité est présent dans la démarche originale accomplie par Jan Baetens ; mais saura-t-on jamais combien de Film Photonovels ont été publiés, tant cette production est, par essence, vouée davantage à finir dans les débarras plutôt que dans les bibliothèques ?

5Mais la vertu de cet ouvrage est ailleurs. Par-delà toutes ses qualités académiques, la riche bibliographie primaire et secondaire, les index des notions, des noms propres et des titres, la liste des lieux et maisons d’éditions des magazines de cinq pays ; par-delà aussi cette limpidité d’écriture et d’exposition qui, trop souvent, n’est pas la première qualité de ces mêmes publications académiques, sa vertu majeure est « poétique ». C’est l’émotion de sortir de soi et partager, avec d’autres, des représentations similaires, de voir brasser et transformer à la fois nos images mentales et les mots qui les disent. Finalement, plus question de culture « high » ni « low » : les Film Photonovels eussent enchanté Arthur Rimbaud, lui, qui était capable de faire un poème sur un fond d’assiette illustré d’une gravure ou d’après une image d’Épinal. C’est une véritable émotion qui prend le plus véritable cinéphile lorsqu’il découvre en pleine page (p. 139) Grace Kelly et James Stewart dialoguant en italien avant d’échanger un langoureux baiser, dans une transposition de Rear Window pour un numéro du magazine Star Cineromanzo Gigante, paru en juin 1955. C’est aussi une émotion forte qui prend l’amateur de bande dessinée découvrant les bulles d’onomatopées prononcées par le personnage de Frankenstein, d’après le film de Terence Fisher (The Curse of Frankenstein, 1957), paru en photonovel dans Famous Films en 1965. Et combien la photogénie, commune à la photographie et au cinéma, n’est-elle pas palpable dans la page publiée par le magazine Nous deux en 1959, montrant Gina Lollobrigida littéralement dévorée de désir par Yves Montand, d’après La Legge (1959) de Jules Dassin ?

6Le livre de Jan Baetens ouvre bien sur un monde perdu, mais ses dinosaures ne sont autres que nos monstres sacrés, notre héritage culturel à la fois intime et collectif. C’est pourquoi il est une vraie invitation à la découverte du continent caché des Photonovels, laquelle ne manquera pas en retour d’inviter à redécouvrir notre héritage cinéphilique sous un tout autre jour ; par conséquent, un double bénéfice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Montier, « Jan Baetens, The Film Photonovel. A Cultural History of Forgotten Adaptations », Questions de communication, 36 | 2019, 377-378.

Référence électronique

Jean-Pierre Montier, « Jan Baetens, The Film Photonovel. A Cultural History of Forgotten Adaptations », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21932

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Montier

Cellam, université Rennes 2
jean-pierre.montier[at]univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search