Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureMédias, technologies, informationHélène Bourdeloie, Christine Chev...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Hélène Bourdeloie, Christine Chevret-Castellani, L’Impossible patrimoine numérique ? Mémoire & traces

Lormont, Éd. Bord de l'eau, coll. Usages des patrimoines numérisés, 2019, 143 pages
Claire Peltier
p. 378-380
Référence(s) :

Hélène Bourdeloie, Christine Chevret-Castellani, L’Impossible patrimoine numérique ? Mémoire & traces, Lormont, Éd. Bord de l'eau, coll. Usages des patrimoines numérisés, 2019, 143 pages

Texte intégral

1En 1989, l’historienne Arlette Farge publiait aux éditions Le Seuil un petit ouvrage resté dans de nombreuses mémoires : Le Goût de l'archive. À certains égards, l’opuscule d'Hélène Bourdeloie et Christine Chevret-Castellani lui fait écho. À l’époque de la publication de l’essai d’Arlette Farge, on ne parlait pas encore de données ou de traces numériques. Et pourtant, il était déjà question d’une masse documentaire « déroutante et colossale », « démesurée, envahissante comme les marées d’équinoxes, les avalanches ou les inondations ». Cette problématique de l’ampleur des traces laissées par l’activité humaine, de leur sélection, de leur préservation, de leur classement et de leur mise en valeur n’a pas attendu le numérique pour constituer une préoccupation. Le présent ouvrage souligne la difficulté, face à la diversité et surtout à la masse des traces d’aujourd’hui, d’identifier ce qui peut comporter une certaine valeur patrimoniale et s’inscrire ainsi dans l’histoire de l’humanité.

2Hélène Bourdeloie et Christine Chevret-Castellani s’emparent de cette problématique en opérant tout d’abord une distinction entre deux formes de patrimoine à considérer depuis l’avènement du web : 1) le patrimoine numérisé, non nativement numérique, mais transféré sur un support numérique ; 2) le patrimoine numérique, constitué de traces nativement numériques (p. 13). Cette distinction terminologique établie, les auteures soulignent la redistribution des rôles que le web 2.0 a contribué à faire émerger : « le patrimoine n’émane plus de facto d’autorités consacrées, mais aussi de groupes sociaux qui concourent à le bâtir » (p. 10). Il ne repose donc plus sur « l’idée d’un processus de transmission vertical » (ibid.). Elles y reviendront dans le chapitre 2. Souvent produites à notre insu, les traces de nos activités numériques contribuent à forger ce que les deux auteures désignent (p. 15) comme une « terra data », une sorte d’univers de données qui échappent à notre contrôle. Le devenir de ces traces, leur sélection et leur pérennisation à des fins mémorielle et patrimoniale, constituent la trame de ce court, mais riche ouvrage de 129 pages (hors paratexte), composé de quatre chapitres très documentés.

3Le chapitre intitulé « Nos traces numériques à l’ère contemporaine » propose une intéressante réflexion autour de l’articulation entre le technique et le social et leurs rapports de codétermination. Prenant pour exemples les usages des réseaux sociaux qui favorisent la production et la circulation de données d’un nouveau genre, les auteures développent sur plusieurs pages la question de « la valeur performative de la trace » (p. 31). Ainsi dans un « contexte social de valorisation de l’expression et des individualités » (p. 27), ce qu’elles désignent comme les « techniques socionumériques expressives » (p. 26) contribue, selon elles, à renforcer cette tendance à l’égocentrisme. C’est le cas du selfie, mais aussi de toutes les fonctionnalités permettant de se mettre en scène dans la fugacité de l’instant – l’application Snapchat en constitue un exemple particulièrement représentatif. « Prenant part à la construction des relations en train de se faire, ces technologies performent la réalité » (p. 46). Hélène Bourdeloie et Christine Chevret-Castellani s’appuient ensuite sur l’exemple de la photographie, dont le statut a été profondément bouleversé depuis quelques années. Ainsi, la photographie « n’est plus fatalement la trace du passé, mais la preuve d’une existence en soi et d’une réalité tangible » (p. 31). En plus de modifier les temporalités, mais aussi les sujets de la photographie, les nouvelles pratiques socionumériques auraient donc pour effet de « nuire à ce processus mnésique » (p. 42) dont la photographie était chargée jusque-là. C’est désormais l’oubli et non la mémoire qui prévaut dans ces formes de mise en scène du quotidien. Malgré les discours dominants mettant en avant la « pérennité du numérique », l’obsolescence des supports, rappellent les auteures, constitue un vrai « péril » qu’il convient de ne pas passer sous silence dans une perspective patrimoniale. Ainsi, assiste-t-on à la fois à une « métamorphose des “règles” de l’archivage et du statut du message iconographique » (p. 34).

4Le chapitre 2, intitulé « Patrimoine et mémoire au temps du numérique », poursuit sur la lignée entamée dans le chapitre 1 en mettant cette fois l’accent sur le processus de construction des savoirs et sur leur légitimité. Comme l’avait fait en son temps Jean-François Lyotard (1979) en opposant savoirs narratifs et savoirs scientifiques, Hélène Bourdeloie et Christine Chevret-Castellani mettent en lumière la remise en cause des « processus sociaux de légitimation et de construction de l’autorité » engendrée par les pratiques démocratiques et collaboratives de production des savoirs du web 2.0. L’exemple évoqué pour illustrer cette dérive est celui de Wikipédia. Qualifié d’« outil a-hiérarchique » (p. 53), Wikipédia a contribué, selon les deux auteures, à fragiliser la domination des savoirs établis, tout en agissant comme un formidable moyen de désenclaver les savoirs. Les auteures appellent toutefois à une certaine forme de vigilance face aux valeurs et aux modèles essentiellement occidentaux et masculins qui ont présidé à l’élaboration des « objets » numériques, physiques ou logiciels. Bien que reconnue et critiquée, la suprématie des « géants économiques du web » (p. 59), les fameux GAFAM – Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft – n’empêche pas une certaine naïveté : celle de croire à une forme de liberté et de créativité affranchie de toute marchandisation. Évoquant la notion de digital labor, Hélène Bourdeloie et Christine Chevret-Castellani rappellent que « les usagers/créateurs ne sont pas pleinement propriétaires de leurs données qui, pis, constituent les ressources économiques des plateformes » (p. 59). Intitulé « Patrimoine numérique : considérations juridiques et éthiques », le chapitre 3 aborde justement la question complexe de la protection des données, en évoquant deux aspects bien particuliers : la protection des données post-mortem et l’héritage des données. Rappelant l’émergence en 2014 du concept juridique de « mort numérique » – remplacé récemment par celui de « droit à l’oubli » – les auteures mettent en perspective la question de la propriété des données à l’aune du patrimoine numérique. D’après elles, « il n’est plus possible de raisonner selon une conception traditionnelle de l’héritage des données selon laquelle celles-ci, tels des biens personnels, reviendraient de facto aux ayants droit » (p. 75). Toute la difficulté réside, disent-elles, dans le fait de distinguer « le caractère à la fois privé et public de ces plateformes [les auteures évoquent ici Facebook] qui relèvent souvent de l’entre-deux et s’apparentent à des espaces en “clair-obscur” » (p. 80). Les différentes tentatives de législation – dont le récent règlement européen pour la protection des données, le RGPD – se heurtent toutefois souvent au refus des « géants » d’Internet, lesquels évoquent fréquemment des arguments techniques pour ne pas effacer les données à la demande des usagers.

5Dans le dernier chapitre de l’ouvrage – intitulé « Patrimoine numérique : enjeux théoriques sur le devenir de la trace – les auteures s’interrogent sur l’articulation entre archives « intimes » et patrimoine numérique, ainsi que sur l’ancrage psychique de la trace (p. 102). Relevant de la « tracéologie », les travaux scientifiques relatifs aux traces permettent, sous un angle communicationnel de « prendre en compte la spécificité des traces dans la culture et l’analyse des dispositifs médiatiques » (p. 104). Ainsi, pour aborder l’ancrage psychique de la trace, ainsi que ses dimensions « mémorielles, patrimoniales et sempiternelles » (p. 105), les auteures font appel à plusieurs approches complémentaires : 1) médiologique ; 2) sémiologique ; 3) phénoménologique. La première permet de considérer, à l’instar de Louise Merzeau qu’« on ne peut pas ne pas laisser de trace » et que l’ensemble de nos activités imprime une « ombre numérique ». La deuxième renvoie, en s’appuyant sur les travaux d’Yves Jeanneret, à la complexité de la relation de la trace et du signe. La troisième, sous l’égide de Paul Ricœur, considère le pouvoir d’évocation de la trace – l’inoubliable Madeleine de Proust. Ainsi, « la trace est mnésique, car elle nous relie à des impressions persistantes originaires » (p. 112). Elle est aussi psychique, car « elle renvoie à des expériences » (p. 113).

6En conclusion, les deux auteures reviennent sur l’ensemble des questions liées aux traces numériques en lien avec les notions de mémoire et de patrimoine et soulignent le retard pris par la France en matière de recherche autour de la question des traces post-mortem. Elles rendent également hommage à Louise Merzeau, disparue au moment de l’achèvement de l’écriture de l’ouvrage et qui, par ses travaux, a contribué à s’interroger sur la mémoire et l’appropriation des traces. Arrivé au terme de cette lecture, la question « L’impossible patrimoine numérique ? » apparaît comme non résolue et fait résonner d’une tonalité particulière les mots de Georges Perec dans Penser/Classer (1985, p. 41) : « Comme les bibliothécaires borgésiens de Babel […] nous oscillons entre l’illusion de l’achevé et le vertige de l’insaisissable ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Peltier, « Hélène Bourdeloie, Christine Chevret-Castellani, L’Impossible patrimoine numérique ? Mémoire & traces », Questions de communication, 36 | 2019, 378-380.

Référence électronique

Claire Peltier, « Hélène Bourdeloie, Christine Chevret-Castellani, L’Impossible patrimoine numérique ? Mémoire & traces », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21946

Haut de page

Auteur

Claire Peltier

TECFA, université de Genève, S-1211
claire.peltier[at]unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search