Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureMédias, technologies, informationJérôme Pozzi, dir., De l’attachée...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Jérôme Pozzi, dir., De l’attachée de presse au conseiller en communication. Pour une histoire des spin doctors

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2019, 180 pages
Laurent Collet
p. 382-384
Référence(s) :

Jérôme pozzi, dir., De l’attachée de presse au conseiller en communication. Pour une histoire des spin doctors, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2019, 180 pages

Texte intégral

1L’introduction de cet ouvrage, issu d’une journée d’étude placée sous la présidence du professeur en sciences de l’information et de la communication, Jean-Baptiste Legrave, commence par une charge contre le storytelling et les spin doctors comme causes potentielles du désintérêt des citoyens pour la chose politique et la montée des populismes. Mais, loin d’être gratuite, cette accusation sert à introduire l’objectif de l’ouvrage, qui est de « d’apporter des clefs de lecture et des éléments de réflexion relatifs à la question du rôle et de l’influence, supposée ou réelle, des spins doctors dans l’entourage des hommes politiques » (p. 11) dans une perspective interdisciplinaire (p. 12).

2L’article de Jean El Gammal (pp. 19-33) propose une histoire de la communication politique en Grande-Bretagne et aux États-Unis. En effet, ces pays sont le foyer de l’émergence des moyens modernes de communication : d’abord la radio puis la télévision, à quoi il faut ajouter le rôle des sondages, notamment avec Gallup aux États-Unis. Si cette communication politique a démarré dans les années 1930 en lien avec de fortes personnalités comme Winston Churchill ou Franklin D. Roosevelt, elle s’est complexifiée dans le temps. Franklin D. Roosevelt proposait des « causeries radiophoniques au coin du feu » (p. 21) et des conférences de presse au style décontracté (p. 22). Quant à Winston Churchill, c’est surtout pendant la Seconde Guerre mondiale, qu’il s’intéressa à la communication politique en proposant des discours destinés à galvaniser la population (p. 23). Puis vinrent les années 1950 avec, notamment, Dwight D. Eisenhower, ses slogans et la publicité à la télévision. Mais c’est surtout dans les années 1980, avec Margaret Thatcher en Grande-Bretagne et Ronald Reagan aux États-Unis, que l’usage des médias de masse s’est généralisé avec un rôle grandissant de l’image politique : femme forte, voire inflexible, et homme au carrefour de la politique et de l’entertainment (p. 27). Enfin, la figure et le poids des spins doctors s’affirment surtout avec Bill Clinton et Tony Blair en jouant sur une certaine modernité des candidats et en empruntant des thèmes de campagne au camp opposé. Les années 2000, quant à elles, verront l’usage des réseaux sociaux numériques jouer un rôle en politique avec Georges W. Bush, deuxième du nom, et encore plus avec Barack Obama, en mobilisant les partisans autour de slogans uniques. Quant à Donald Trump, même si Twitter est souvent cité comme raison de son succès, c’est surtout son inscription dans la société du spectacle, liée à un positionnement anti-élite, qui a réellement assuré son succès et sa présence médiatique.

3Concernant la France, Gilles Le Béguec (pp. 35-46) propose une préhistoire des communicants avant leur arrivée sur la scène publique française. Il y eut d’abord les propagandistes travaillant au sein des partis politiques ou dans leur premier cercle. Puis au moment de la fin de la troisième et au début de la quatrième République, de nombreux journalistes ont travaillé dans les cabinets ministériels s’occupant de relations avec la presse d’opinion et organisant des réunions pour la communication politique. Une étape est franchie à la Libération où des journalistes de profession vont accompagner la carrière d’hommes politiques sous l’appellation officielle d’attachés de presse. Cette professionnalisation est plutôt menée, selon les recherches de l’auteur, par les partis de droite et de centre-droit que par les partis de gauche, préférant dans leurs moments de pouvoir faire appel à des journalistes militants. Ce point de vue est partagé par Sabrina Tricaud (pp. 45-54), qui propose une histoire politico-administrative des cellules de presse des Présidents français. De la quatrième à la cinquième République, ces cellules vont s’agrandir et les conseillers se professionnaliser en véritables experts en communication politique. Individu travaillant seul et simple chargé de mission sous la quatrième République, le conseiller deviendra des conseillers au sein d’une cellule de communication sous la cinquième, et plus précisément sous la présidence de Georges Pompidou, qui n’hésite pas à mettre en avant sa vie de couple ; démarche que poursuivra son successeur Valéry Giscard d’Estaing. Pour l’auteur, c’est le début des spins doctors et du storytelling en France. Mais, selon Jérôme Pozzi (pp. 55-68), l’arrivée en France de spins doctors doit plus à deux conseillers en communication au service de partis politiques de droite – Michel Bongrand et Thierry Saussez – qu’à la transformation des cellules de communication présidentielles. Le premier travailla pour Jean Lecanuet puis Charles de Gaulle, et fit des stages aux États-Unis et forma le second qui travaillera, bien plus tard, avec Nicolas Sarkozy (p. 65). La figure de Michel Bongrand revient dans l’article de Riccardo Brizzi (pp. 69-83) et nous en apprend plus sur l’élection présidentielle de 1965, la première élection présidentielle française au suffrage universel direct. Michel Bongrand mit en place une stratégie à trois niveaux : un « tour de France » des forces vives du pays par le candidat, une visibilité de ce « tour de France » et des opérations marketing (autocollants, stylos, porte-clefs…).

4Pour autant, il ne faudrait pas croire que les partis de gauche ne surent pas prendre le virage de la communication politique moderne, notamment le Parti socialiste. Ce dernier le fera sur le tard car sa communication était militante et visait l’éducation des masses. Indubitablement, le marketing politique et sondages d’opinion ne rentraient pas dans ce registre-là. Le publicitaire Jacques Séguéla, auteur du slogan et de l’affiche de « La force tranquille », marque un tournant au sein du Parti socialiste, mais le Président Mitterrand gardera longtemps un service de presse à l’Élysée, lequel se convertira définitivement au milieu des années 1980 à la communication, notamment pour la campagne législative de 1986 (Pierre-Emmanuel Guigo, pp. 85-94). L’affiche publicitaire est alors à son apogée et un tandem composé par Gérard Colé et Jacques Pilhan conseillera directement François Mitterrand. Ces derniers ont un profil à la fois en politique et en communication, plus qu’en publicité, et participeront de l’institutionnalisant de la communication politique à l’Élysée. Dans le même temps, au sein de la famille socialiste, Laurent Fabius joue la carte de la communication politique, mais selon une autre modalité organisationnelle. Tout en s’appuyant sur les sondages et des conseilleurs en tout genre, il ne s’attache à aucun spécialiste en particulier, préférant faire travailler en parallèle des cercles de réflexion et décidant de tout au final (Léa Pawelski, pp. 95-110). Toujours au sein de la gauche, mais focalisé sur le Front de gauche et la campagne présidentielle de 2012, l’article de Romain Mathieu (pp. 111-123) apporte un éclairage complémentaire sur l’alliance entre militantisme et communication politique pratiquée dans cette partie de l’échiquier politique français. En effet, lors de cette élection, le candidat Jean-Luc Mélenchon s’est appuyé sur un double dispositif : un militantisme de terrain, via les différents partis regroupés sous sa candidature et des actions de communication basées sur des meetings soigneusement mis en scène et fortement relayés sur les réseaux sociaux numériques grâce à des « petites mains opérationnelles ». L’implication de ces dernières se comprend, non pas en termes de militantisme, mais de trajectoire professionnelle (Gersande Blanchard, pp. 125-138). Enquêtant sur la présidentielle française de 2012, l’auteur remarque qu’il s’agit plutôt d’hommes jeunes et diplômés, dont la carrière après campagne se fait soit en politique, soit dans le secteur de la communication numérique.

5Après la droite, puis la gauche, il est question de l’extrême-droite française avec l’histoire de la communication au sein du Front national (Nicolas Lebourg, pp. 139-151) où l’appel à des professionnels de la communication n’est guère possible, ces derniers ne le voulant pas. Elle repose donc sur les militants, auxquels, on apprend à se saisir des nouvelles technologies pour communiquer afin de contourner les médias traditionnels de masse et on fournit des éléments de langage visant à dédiaboliser le parti.

6Approchant de la fin de l’ouvrage, le lecteur ressent un sentiment partagé. Tout d’abord, celui d’avoir beaucoup appris sur la petite et la grande histoire de l’institutionnalisation de la communication politique en France, laquelle est loin d’être linéaire et univoque, mais repose sur des récurrences : rôle accru des sondages d’opinion, importante de l’image des candidats et de la mise en histoire des campagnes pour les élections. Il aura également pu constater du rôle, pas si important, des publicitaires aussi doués à se servir des succès politiques pour leurs propres besoins que les politiques les utilisent. Ensuite, le sentiment d’une vision univoque de la communication, allant toujours dans le sens haut-bas, ne tenant pas compte des différentes médiations institutionnelles (les médias de masse et leurs agendas) et sociales (les phénomènes de traduction). Cet oubli produit alors l’illusion, même si nombre d’auteurs affirment le contraire, que les conseillers en communication politique ont une certaine capacité à « faire les élections » et, encore plus, si on les nomme spin doctors. Arrive alors l’article de Nicolas Hubé (pp. 153-168) sur la communication politique en Allemagne dont l’institutionnalisation remonte au début du xxe siècle et passe par un service de presse dont le but a toujours été de légitimer l’action parlementaire plus qu’une politique ou le parti au pouvoir, excepté pour ce qui est de la période nazie. La communication politique se comprend alors comme un construit social et force est de constater que l’espace public allemand est co-construit entre journalistes et politiques jusqu’à aller à ce que des journalistes entrent un jour en politique comme c’est le cas d’une ancienne porte-parole d’Angela Merkel. Il reste alors peu de place aux spin doctors mais pas au storytelling, qu’on a peut-être trop tendance à associer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Collet, « Jérôme Pozzi, dir., De l’attachée de presse au conseiller en communication. Pour une histoire des spin doctors », Questions de communication, 36 | 2019, 382-384.

Référence électronique

Laurent Collet, « Jérôme Pozzi, dir., De l’attachée de presse au conseiller en communication. Pour une histoire des spin doctors », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21977

Haut de page

Auteur

Laurent Collet

Imsic, université de Toulon, F-83130laurent.collet[at]univ-tln.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search