Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureMédias, technologies, informationAlan Rusbridger, Breaking news. T...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Alan Rusbridger, Breaking news. The Remaking of Journalism and Why It Matters Now

Edinburgh, Canongate Books Ltd, 2018, 464 pages
Michael Palmer
p. 384-385
Référence(s) :

Alan Rusbridger, Breaking news. The Remaking of Journalism and Why It Matters Now, Edinburgh, Canongate Books Ltd, 2018, 464 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage important provient de l’ancien rédacteur en chef (1995-2015) du journal The Guardian, fleuron de la presse britannique, voire européenne. L’auteur renseigne amplement sur les travers de la presse britannique contemporaine. Mais plus encore, il décrit les embarras d’un dirigeant de journal de qualité, devant faire aux choix stratégiques à l’ère de Google de Facebook et d’un internet apparemment débridé.

2La survie, est-ce la version papier ou la version en ligne ? Une combinaison des deux, mais laquelle ? Rusbridger raconte comment il se sentait seul responsable, quoi qu’entouré de conseils, souvent contradictoires, de proches et d’experts divers, face au choix de la stratégie à adopter. Des confrères états-uniens lui prodiguaient souvent de l’aide – les confrères européens apparaissent rarement –, tandis que certains propos d’experts américains lui faisaient froid dans le dos. Les embarras et scandales de la presse britannique (du groupe Murdoch, surtout) sont racontés par ce dirigeant d’un journal rival (du Times, titre de qualité, jadis du groupe Murdoch) ; Alan Rusbridger ne mâche pas ses mots face aux turpitudes de la presse Murdoch : écoutes téléphoniques de personnes en vue, voire de jeunes enfants qui vont être tués, entre autres, ne sont que les abus les pires qui aboutirent in fine à la suppression du son tabloïde dominical, News of the World. Pour le lecteur français, c’est probablement plus encore la perplexité d’un dirigeant de journal, appartenant à un groupe moins bien loti que plusieurs de ses concurrents, aux prises avec la nécessité de faire des choix stratégiques dans un environnement tellement mouvant, qui retiendra l’attention.

3Alan Rusbridger s’inscrit dans la lignée de patrons rédactionnels de The Guardian, titre d’une mouvance centre-gauche qui – comme trois de ces prédécesseurs immédiats – restent aux commandes pendant une vingtaine d’années. Plus que son prédécesseur immédiat, il dut faire face aux choix qui s’imposaient depuis la bousculade internet. Alors l’auteur fait état de ses angoisses en sachant qu’il est le principal responsable en ligne de mire. Tout ne fut pas un lit de roses ; ayant eu à procéder à des licenciements, il ne fut pas le bienvenu lorsqu’il fut question de son éventuel retour aux commandes. Il prit des initiatives dont plusieurs portèrent des fruits : mieux créer le sentiment d’appartenance à une communauté de lecteurs, au point qu’un million d’entre eux contribuent au financement du titre ; créer et développer la version en ligne du journal – qui reste gratuit pour bien des internautes ; lancer des sites en ligne au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie, au point que le site de The Guardian devint l’un des trois premiers sites de journal au monde.

4En bref, parmi tant de discours apocalyptiques sur l’avenir de la presse, et pendant qu’Edwy Plenel célèbre le dixième anniversaire de Mediapart – site payant –, Alan Rusbridger raconte la performance de son titre, titre phare du Guardian Media Group, à travers le monde anglophone et qui tient à ne pas être payant, tout en recueillant des dons de ses lecteurs. Il revisite son rôle et celui du journal dans les affaires où apparaissaient les intérêts opposés de la liberté de l'information et de la sécurité de l'état à l'ère de l'Internet et des lanceurs d'alerte/« whistleblowers » (dénonciateurs) : ces agents qui dévoilent les informations tenues par l’état comme sensibles : les affaires wikileaks et Julian Assange, celle d’Edgar Snowden mettant en ligne les dossiers de la National Security Agency, l’agence nationale de la sécurité états-unienne. On souligne souvent que bien des journaux nationaux ne peuvent guère, aujourd’hui, mener de véritables travaux d’investigation ; The Guardian a pu le faire grâce aux travaux d’équipes rédactionnelles de divers grands titres de par le monde. Une telle coopération serait-elle un des conséquences inattendues de la globalisation ? D’autres succès de The Guardian provenaient du travail d’un de ses propres journalistes d’investigation, Nick Davies – auteur par ailleurs de Flat earth news (2008), une enquête sur la presse britannique qu’il mena pour le compte du journal. Ce journal sous Rusbridger dévoila plusieurs scandales bien britanniques et nombreuses furent les pressions qu’éprouva l’auteur. « Aimez-vous votre pays ? » lui demanda un parlementaire l’interrogeant à propos de la publication des documents, fournis par Edward Snowden, provenant de la National Security Agency et de sa contrepartie britannique, le Government Communications Headquarters (p. 320).

5Rares furent les occasions où des confrères britanniques se montrèrent solidaires : le chien (un journal) qui mord un autre chien (« dog bites dog », formule récurrente pour désigner les journaux qui s'entre-déchirent) est chose bien rare parmi les titres quotidiens – que le Guardian ait révélé les turpitudes des tabloïdes du groupe Murdoch ne lui attirait aucune sympathie, surtout pas celle des autres titres londoniens, le Daily Mail notamment.

6Le journalisme est brisé, affirme Alan Rusbridger : comment le réinventer ? Son récit, somme toute, oscille entre la liste des pêches de bien de ses confrères – « la criminalité sans bornes qui règne dans les salles de rédaction » (p. 263) – ou des milieux politique et économiques britanniques, et les promesses et avatars de l’Internet. S’il trouve parfois du soutien auprès de confrères américains, le New York Times, plus souvent il se trouve tel David face à Goliath : déstabilisé par les groupes de la côte ouest des États-Unis, Facebook, Google et autres Gafa, en n’étant nullement sûr que David puisse l’emporter. L’auteur plaide pour un journalisme de mission public, d’intérêt général, mais note qu’une définition de celui-ci pose toujours problème. Breaking news est à la fois un livre-testament et un livre-plaidoyer. Alan Rusbridger s’est retiré sur l’Aventin – il est doyen d’un collège d’Oxford – mais pas tout à fait : il dirige l’institut Reuters de journalisme. Le récit de cet ancien directeur de journal se distingue parmi la littérature de professionnels analysant les possibilités qu’ouvre internet : on a affaire à la fois à des choses vues et à des choses entrevues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Alan Rusbridger, Breaking news. The Remaking of Journalism and Why It Matters Now », Questions de communication, 36 | 2019, 384-385.

Référence électronique

Michael Palmer, « Alan Rusbridger, Breaking news. The Remaking of Journalism and Why It Matters Now », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/21989 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21989

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

CIM, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
michael.palmer[at]sorbonne-nouvelle.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search