Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Notes de lectureThéories, méthodesGérard de Vries, Bruno Latour. Un...

Notes de lecture
Théories, méthodes

Gérard de Vries, Bruno Latour. Une introduction

Trad. de l’anglais par F. Courtois-l’Heureux, Paris, Éd. La Découverte, coll. Grands Repères, 2018, 264 pages
Claire Peltier
p. 404-406
Référence(s) :

Gérard de Vries, Bruno Latour. Une introduction, trad. de l’anglais par F. Courtois-l’Heureux, Paris, Éd. La Découverte, coll. Grands Repères, 2018, 264 pages

Texte intégral

1À l’image de Gaston Lagaffe auquel il a consacré l’une de ses « Petites leçons de sociologie des sciences » (2007), Bruno Latour est un empêcheur de penser en rond. Scientifique inclassable et atypique, son œuvre complexe et rhizomique méritait bien une exégèse. C’est chose faite avec l’ouvrage de Gérard de Vries, professeur de philosophie des sciences à l’Université d’Amsterdam. Initialement rédigé en anglais et sobrement intitulé Bruno Latour, l’ouvrage se présente, dans sa traduction française, comme une introduction à son œuvre. L’opus va pourtant bien au-delà :il cherche certes à cerner les contours d’une pensée qui se déploie depuis plus de quarante ans en marge de – et même parfois contre – la sociologie, l’anthropologie et la philosophie des sciences, mais aussi à mettre en perspective les fondements historiques et les différents courants de ces disciplines.

2Composé de six chapitres précédés d’une préface rédigée par l’auteur, l’essai de Gérard de Vries se lit presque comme un roman, du moins dans ses deux premiers chapitres. On y suit les pérégrinations de l’auteur à travers l’œuvre de Bruno Latour, laquelle est présentée comme une « chambre des merveilles » ou encore un « cabinet de curiosités » (p. 7). Le chapitre 1, intitulé « Philosophie empirique », donne le ton de cette exploration. La diversité des sujets abordés par Bruno Latour frappe le lecteur d’entrée de jeu et permet de mieux comprendre la difficulté qu’il y a à vouloir cerner et catégoriser ses travaux. Ainsi Gérard De Vries égrène-t-il les thèmes approchés par Bruno Latour : la vie de laboratoire, Louis Pasteur et les microbes, l’innovation et les transports publics, la fabrique du droit à travers ses accessoires de bureau, la religion, l’économie, l’ethnopsychiatrie, la modernité, la politique, la philosophie des sciences et même la ville de Paris : « Prenez n’importe quel des livres de Latour et, à nouveau, vous serez entraîné dans un labyrinthe de connexions surprenantes » (p. 7).

3Tout comme Gaston Lagaffe, Bruno Latour porte un regard particulier sur les objets du quotidien et leur attribue une place inédite. Gérard De Vries souligne la singularité cette démarche en relevant que bien que les sociologues soient « aguerris dans l’étude des collectivités humaines, des institutions, des cultures, voire de l’impact de la technologie sur la société [ils] n’ont pas consacré une ligne à la manière dont les techniques interviennent pour une part substantielle dans la fabrique de la société » (p. 9). Tel est donc le projet latourien : formuler une nouvelle vision du monde intégrant les objets techniques et ainsi « décrire de manière renouvelée la science, le droit, la politique, la religion et d’autres institutions clés qui composent le monde moderne » (p. 10). Du point de vue méthodologique, Bruno Latour est un homme de terrain qui valorise les études empiriques et les méthodes ethnographiques. Gérard De Vries insiste sur ce point qu’il considère comme une clé de lecture de l’œuvre de Bruno Latour : « Oubliez son travail empirique et vous passez complètement à côté de sa philosophie ; oubliez son projet philosophique et vous vous perdrez dans une spirale de livres et d’articles sans queue ni tête » (p. 19).

4L’auteur poursuit son travail d’ancrage et de mise en perspective dans le chapitre suivant portant sur « Les science studies ». Bruno Latour y est décrit comme un « anthropologue des sciences et des techniques » et « un acteur du domaine des science studies » (p. 33). Cette « affiliation » ne va toutefois pas de soi. Gérard De Vries rapporte à cet égard certaines des réserves émises par ses pairs. « Surely you are joking, Monsieur Latour! » titrait Olga Amsterdamska (1990) dans sa recension de l’ouvrage de Bruno Latour Science in Action (1987). La nouvelle perspective apportée par Bruno Latour aux science studies consiste notamment à considérer comme des inscriptions « tout dispositif qui relie directement une substance matérielle (comme des substances chimiques, des animaux de laboratoire, etc.) à un chiffre ou un diagramme, dont se servira ensuite [le scientifique] » (p. 46). Ces inscriptions traduisent les « conditions d’une expérimentation ainsi que ses résultats […] en texte ou en chiffres » (p. 47). Ainsi, « pour comprendre une pratique scientifique, il faut tout autant prendre en compte le rôle des actants non humains dans la construction de la connaissance scientifique », résume Gérard De Vries (pp. 65-66). Ce point a suscité – et suscite encore – de nombreux débats.

5Le chapitre 3 (« Science et société ») poursuit le développement entamé en mettant l’accent sur les « social studies of science » comme discipline universitaire et montre comment Bruno Latour est allé au-delà d’une réflexion sociologique classique impliquant « intérêts, pouvoir, idéologies et structures institutionnelles » (p. 72). En prenant appui sur l’ouvrage que Bruno Latour a consacré à Louis Pasteur (Les Microbes. Guerre et paix, Paris, A.-M. Métailié, 1984), Gérard De Vries éclaire ce qui constitue le cœur de l’entreprise latourienne : « Ne plus prendre comme point de départ la distinction conventionnelle entre humains et non-humains pour décrire le monde et la société […] ». Cela implique que « la production du savoir ne soit plus conçue comme une mise en circulation d’interprétations du monde, mais soit analysée comme l’un des nombreux déplacements dans un monde qui concerne à la fois des humains et des non-humains » (pp. 100-101). Gérard De Vries ajoute encore que « le virage suggéré par Latour invite à privilégier l’ontologie sur l’épistémologie » (p. 101). Ce tournant radical ouvre la voie à une « autre science sociale » abordée plus en détail par l’auteur dans le chapitre suivant Arrivé à ce point de l’ouvrage, le lecteur entrevoit plus clairement la portée des travaux de Bruno Latour et leur capacité à remettre en question certaines des certitudes de la sociologie moderne. Pour Gérard de Vries, il n’y a aucun doute : « Pour comprendre le monde moderne, c’est tout l’appareil conceptuel des sciences sociales qui doit être reformulé » (p. 105). Dès lors, il convient de se « débarrasser de l’idée que le “social” désigne un domaine séparé du monde des non-humains (par exemple, les artefacts) et [d’] abandonner l’idée que l’“action sociale” est un comportement exclusivement humain chargé d’une signification subjective » (pp. 109-110). La théorie de l’acteur-réseau introduite dans l’ouvrage « Changer de société. Refaire de la sociologie », publié par Latour en 2005 est présentée par Gérard de Vries comme « une alternative à la ‘sociologie du social’ » (p. 112). Pour l’auteur, « la “sociologie du social” se limite à décrire et à expliquer les actions sociales humaines ainsi que les structures sociales qui les contraignent. La théorie de l’acteur-réseau suit les acteurs au moment où ils se frayent un chemin à travers les choses qu’ils ont dû ajouter aux compétences sociales de base […] » (p. 115).

6Le chapitre 5 (« Une philosophie pour notre temps ») constitue une ouverture à une dimension plus politique des travaux de Bruno Latour autour de son ouvrage Nous n’avons jamais été modernes, paru en 1991. Gérard De Vries souligne, à l’aide de nombreux exemples, l’apport du « nouvel appareil conceptuel » proposé par Latour pour aborder diverses questions fondamentales : « Les problèmes écologiques, le rôle des sciences dans la démocratie et, plus fondamentalement, la manière dont nous nous concevons comme des êtres modernes » (p. 143). Là encore, l’articulation des acteurs humains et non humains occupe, dans la proposition de Bruno Latour, une place centrale. Il appelle, une fois de plus, à dépasser les dichotomies – par exemple sciences et social, nature et culture. Le titre provocateur de l’ouvrage de Bruno Latour appelle le lecteur à se questionner sur les croyances et les valeurs qui font le lit de nos sociétés et sur le dépassement des archaïsmes qui ne sont pas toujours nichés là où l’on pense.

7Dans le dernier chapitre (« Une anthropologie comparée des Modernes »), Gérard de Vries propose un long développement autour de ce qui constitue peut-être l’ouvrage le plus dense et le plus complexe de Bruno Latour : Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes (Paris, Éd. La Découverte, 2012). Entreprise ambitieuse de philosophie empirique et d’anthropologie comparée, l’ouvrage contribue, selon Gérard de Vries, à « fournir une image moins confuse de la modernité [et] une description plus réaliste des valeurs auxquelles tiennent vraiment les Modernes » (p. 186). Le chapitre se referme sur l’évocation des problèmes écologiques, l’urgence qu’ils suscitent et la nécessité d’une nouvelle pensée pour les aborder.

8À l’heure où les technologies numériques font l’objet de toutes les attentions et où les discours qui les accompagnent leur dénient généralement toute ontologie, une (re)lecture des travaux de Bruno Latour s’avère salutaire pour aborder ces dispositifs dans une perspective modélisante. Trop souvent considérés comme de simples « moyens » en vue de réaliser une tâche les dispositifs technologiques participent pourtant à l’activité humaine en la modifiant et en lui imprimant leur marque propre. Dans ses travaux, Bruno Latour en fait l’exemplaire démonstration et l’ouvrage de Gérard de Vries constitue une porte d’entrée propice pour en prendre connaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Peltier, « Gérard de Vries, Bruno Latour. Une introduction », Questions de communication, 36 | 2019, 404-406.

Référence électronique

Claire Peltier, « Gérard de Vries, Bruno Latour. Une introduction », Questions de communication [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22164

Haut de page

Auteur

Claire Peltier

TECFA, université de Genève, S-1211
claire.peltier[at]unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search