Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Dossier. La religion sous le rega...Qamis ou kasaya… « ce qui faut so...

Dossier. La religion sous le regard du tiers

Qamis ou kasaya… « ce qui faut sous nos climats » ?

Tiers regards et regards tiers sur des costumes traditionnels musulmans et bouddhistes en France
Qamis or Kasaya… Can They or Must (not) Be Acclimated in France? Gazes from a Third and Third Gazes on Muslim and Buddhist Costumes in France
Lionel Obadia
p. 115-141

Résumés

Fondé sur des observations dans les espaces publics des grandes villes françaises, l’article examine les usages et significations de deux vêtements masculins portés au sein de deux catégories de minorités ethno-religieuses installées en France : le qamis, cette longue tunique que portent ceux qui entendent signaler leur appartenance à l’islam et leur observance de ses normes, et le kasaya, cette robe monastique dont se parent ceux qui se comptent dans les rangs du bouddhisme. Ces deux vêtements suscitent des réactions différenciées, révélatrices de représentations opposées de l’Orient dans l’imaginaire collectif en France.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

En guise de préambule empirique
Mise en contexte
Le vêtement comme « message »
Question de regard
Vêtement, religiosité ou ethnicité ?
Un regard ethnographique
Deux religions minoritaires : du discret au manifeste
Le qamis ou la visibilité croissante de l’islam
Le kasaya et la soudaine visibilité des « sages d’Orient »
Deux « robes » masculines, deux imaginaires, deux types d’attitudes
Conclusion

Aperçu du début du texte

Fondé sur des observations menées entre 2015 et 2019 dans les espaces publics des grandes villes de France, cet article examine les usages et significations de deux vêtements masculins portés au sein de deux catégories de minorités ethno-religieuses installées en France : le qamis, cette courte tunique que portent ceux qui entendent signaler leur appartenance à l’islam et leur observance des normes, et le kasaya, cette robe monastique dont se parent ceux qui, actuellement toujours plus nombreux (mais néanmoins aussi minoritaires que les premiers), se comptent dans les rangs du bouddhisme, avec ses déclinaisons traditionnelles (chromatiques : pourpre, noire, safran, etc.)… Le propos va au-delà de l’analyse des enjeux et stratégies inhérents à ces exhibitions publiques – qui illustrent la manière dont les espaces publics sont devenus des révélateurs d’une diversité qui se manifeste sous des formes identitaires. Il interroge les réactions sociales face à ces paralangages ethno-religieu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Obadia, « Qamis ou kasaya… « ce qui faut sous nos climats » ? », Questions de communication, 37 | 2020, 115-141.

Référence électronique

Lionel Obadia, « Qamis ou kasaya… « ce qui faut sous nos climats » ? », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22463

Haut de page

Auteur

Lionel Obadia

Université Lumière-Lyon 2, Université Jean Moulin-Lyon 3, Université Grenoble-Alpes, ENS de Lyon, Larhra, F-69363 Lyon, France
lionel.obadia[at]univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search