Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureCulture, esthétiqueMarianne Bloch-Robin, Carlos Saur...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Marianne Bloch-Robin, Carlos Saura. Paroles et musique au cinéma

Lille, Presses universitaires du Septentrion, coll. Arts du spectacle. Images et sons, 2018, 334 pages
Pietsie Feenstra
p. 389-390
Référence(s) :

Marianne Bloch-Robin, Carlos Saura. Paroles et musique au cinéma, Lille, Presses universitaires du Septentrion, coll. Arts du spectacle. Images et sons, 2018, 334 pages

Texte intégral

1L’ouvrage de Marianne Bloch-Robin propose une analyse de la musique vocale dans le cinéma de Carlos Saura, réalisateur espagnol né en 1932 qui a déjà eu une brillante et longue carrière cinématographique pendant la période franquiste et continue encore aujourd’hui à réaliser des films. Son œuvre s’inscrit toujours dans un contexte politique, en témoignant d’une grande originalité et d’un engagement intime avec l’histoire de son pays et de son patrimoine artistique (peinture de Francisco de Goya, la musique et la danse, la littérature…). Pendant la dictature franquiste, son œuvre a été reconnue par de nombreux critiques étrangers : La Caza de 1965 a reçu le prix de l’Ours de Berlin, La Cousine Angélique de 1973 le Prix du jury au festival de Cannes, pour ne mentionner que quelques récompenses. L’attention portée à son œuvre reste constante, surtout à partir des années 1980 quand les adaptations musicales deviennent un sujet d’importance (Bodas de Sangre, 1981 ; Carmen, 1983 ; Amor Brujo, 1986). Dans l’introduction de son livre, M. Bloch-Robin commente l’entretien de C. Saura avec Bertrand Tavernier à la sortie de son film Fados en 2009 : le réalisateur français lui pose des questions sur cette nouvelle dimension dans son œuvre à partir des années 1980. C. Saura répond simplement que, dans le fond, tous ses films sont musicaux.

2La musique a toujours eu une place importante dans son œuvre comme le précise Nancy Berthier dans la préface du livre. L’autrice fait référence au manifeste de Ricciotto Canudo sur le cinéma comme septième Art quand elle écrit : « Notre imaginaire cinématographique est sonore tout autant que visuel, une tendance qui s’est probablement accentuée depuis la pratique de l’édition discographique des bandes musicales des films » (p. 9). Certes, qui ne se rappelle pas la fameuse chanson Por que te vas, chantée par Jeanette dans les années 1970 ? C’est la chanson mythique du film Cria Cuervos de 1976, accompagnée par le fameux regard hypnotique de l’actrice Ana Torrent. Comme l’explique N. Berthier, la musique de ses films a créé un « imaginaire cinématographique » et C. Saura a su intégrer dans son œuvre des influences artistiques multiples, ce qu’elle décrit comme « l’art d’hériter » : dans ce cas, la musique est un exemple parmi les autres expressions artistiques comme la peinture, la danse ou la photographie.

3L’originalité de l’ouvrage vient du fait qu’il se concentre avant tout sur la musique, et en particulier sur la musique vocale au cinéma : un sujet novateur. En lisant le titre de l’ouvrage, le lecteur s’attend peut-être à une étude des films d’un genre directement musical, mais M. Bloch-Robin a justement choisi un corpus de 25 films non musicaux, ce qui donne une originalité à son ouvrage. Elle explique que l’étude proposée ne relève pas de la musicologie, car le lien avec les images reste primordial et le point de départ de ses recherches reste le cinéma. L’autrice inclut des références culturelles importantes et révélatrices. En citant les études existantes sur la musique au cinéma, elle explique que la place de la chanson a déjà été étudiée, mais rarement à partir de la parole dans la musique vocale ou la manière dont la voix apporte une tonalité au récit en proposant un certain point de vue.

4Le livre se présente en trois chapitres : le premier analyse la présence de la musique vocale dans l’œuvre de C. Saura, le deuxième traite de la musique vocale et de sa place dans un certain ordre du récit lié à des questions de mise en scène du temps et de l’espace. Le troisième propose une analyse du point de vue du récit en se fondant sur la musique vocale. L’ouvrage apporte des références importantes sur les paroles de la chanson, sur l’importance de la musique dans la société espagnole, sur le poids de la musique vocale en lien avec la musique classique et sa résonance dans un récit filmique. Des analyses passionnantes sont proposées quand elle décrit la présence de la voix pour mettre en avant l’indicible et la douleur comme signe d’humanité. En incluant des pièces musicales classiques (de Schubert, Bach, Ravel…), le réalisateur fait référence à un univers existant : selon M. Bloch-Robin, la langue étrangère peut apporter, dans ce cas, un autre univers, ce que l’autrice a étudié dans différents films. La dialectique entre une langue étrangère, un film espagnol et une mélodie très connue, crée un effet artistique. Le contraste entre ces références et la présence de la voix reste crucial : avec ou sans parole, le son apporte une résonance culturelle importante au récit et propose un imaginaire musical en lien avec l’image. L’autrice compare aussi l’impact des paroles des chansons connues en Espagne, par exemple dans les années 1930. Reprendre ces chansons dans des périodes postérieures et dans le même pays peut créer un effet important sur le contraste des imaginaires et les points de vue proposés. La langue peut être la même, mais le langage a évidemment changé, ce qui apporte un autre sens au récit.

5L’ouvrage est une version allégée de la thèse de doctorat de l’autrice soutenue à l’Université Paris Sorbonne. Le premier chapitre traite de la présence musicale dans l’œuvre du réalisateur, suivi par des analyses plus poussées sur la spécificité de la musique vocale dans le corpus de 25 films étudiés. Dans ces passages, on découvre la nouveauté de la pensée de M. Bloch-Robin, sa connaissance de la musicologie, son intérêt pour la musique vocale et sa fascination pour l’œuvre de C. Saura. Cet ouvrage est passionnant et novateur sur la musique vocale, porté par des films d’un seul cinéaste qui a su se renouveler, se répéter, se recréer, en s’inspirant du patrimoine artistique de différents domaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pietsie Feenstra, « Marianne Bloch-Robin, Carlos Saura. Paroles et musique au cinéma », Questions de communication, 37 | 2020, 389-390.

Référence électronique

Pietsie Feenstra, « Marianne Bloch-Robin, Carlos Saura. Paroles et musique au cinéma », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22607

Haut de page

Auteur

Pietsie Feenstra

Université Paul Valéry-Montpellier 3, F-34000 Montpellier, France
pietsie.feenstra[at]univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search