Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureHistoire, sociétésPierre-Emmanuel Guigo, Mitterrand...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Pierre-Emmanuel Guigo, Mitterrand, un homme de paroles

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll. Libre Cours, 2017, 144 pages
Damien Deias
p. 424-426
Référence(s) :

Pierre-Emmanuel Guigo, Mitterrand, un homme de paroles, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll. Libre Cours, 2017, 144 pages

Texte intégral

1Pierre-Emmanuel Guigo a consacré sa thèse de doctorat sous la direction de Jean-François Sirinelli à la communication de Michel Rocard, un travail remarqué qui lui vaut de recevoir le prix de de l’Inathèque en 2017. Il y montre la manière dont M. Rocard a été l’un des pionniers dans l’utilisation de techniques de marketing politique, ayant par exemple recours au video training, conseillé par son spin doctor d’alors Claude Marti. C’est dans cette même perspective, mais avec une autre grande figure du Parti socialiste que l’auteur poursuit ses recherches. Mitterrand, un homme de paroles s’intéresse à l’évolution de la communication de François Mitterrand depuis le début de sa carrière politique sous la IVe République à ses deux septennats (1981-1995). La somme des études et ouvrages sur la carrière politique de F. Mitterrand est assez importante. À titre d’exemple, citons la célèbre biographie du journaliste britannique Philip Short (François Mitterrand. Portrait d’un ambigu, Paris, Éd. Nouveau Monde, 2015). Cependant, peu d’études se sont intéressées spécifiquement à son style et ses stratégies de communication. L’ouvrage de Jacques Séguéla (La Parole de Dieu, Paris, A. Michel, 1994) apporte des éléments privilégiés de compréhension, mais il manquait une étude universitaire, impartiale. C’est ce à quoi s’est attelé P.-E. Guigo avec cette publication qui a pour objectif de montrer comment la communication de F. Mitterrand s’est construite pas à pas, devenant depuis un modèle pour des candidats de gauche comme de droite, jusqu’à Emmanuel Macron et « sa déambulation dans la cour du Louvre, symbole des grands travaux mitterrandistes » (p. 8), le soir de son investiture en 2017. Cela n’avait pourtant rien d’acquis, ni de prévisible, puisque « dans les années 1970, François Mitterrand est loin d’apparaître comme l’un des plus brillants communicants de la vie politique française » (p. 14).

2La carrière politique de F. Mitterrand fut relativement longue, il se fit élire pour la première fois député en 1946, avant même d’avoir 30 ans, puis devint en 1947 l’un des plus jeunes ministres de la France dans le gouvernement de Paul Ramadier. La longévité de sa présidence et l’empreinte, historique et symbolique, qu’elle laisse sur la France font quelque peu oublier la patiente conquête du pouvoir qui a précédé l’élection de 1981. P.-E. Guigo retrace ce parcours en mettant en lumière sa continuelle volonté de s’adapter et d’innover pour tirer profit des bouleversements médiatiques. Si la communication du président de la République est analysée à l’aune de la recherche en sciences de l’information et de la communication, la démarche est avant tout historique et chronologique. En outre, l’originalité de l’ouvrage réside en le croisement de ses sources, dont certaines, provenant des archives de F. Mitterrand et de l’Institut national de l’audiovisuel, sont inédites.

3Dans un esprit de vulgarisation, l’ouvrage est relativement accessible à un public de non-spécialistes. Rappelant les grandes étapes de l’avènement de la communication politique moderne, l’introduction (p. 7-16) se propose d’expliquer comment s’y inscrit F. Mitterrand, rompant avec la tradition gaulliste et introduisant ce que l’on appellera plus tard la peopolisation. P.-E. Guigo a divisé la geste mitterrandienne en trois moments : « L’apprentissage des médias », de sa formation universitaire à l’échec de la gauche aux législatives de 1965, « La construction du chef », de mai 1968 à la victoire de 1981 et « La victoire du mythe » traitant de ses deux septennats. Cette organisation a le mérite d’apporter de la clarté à l’ensemble ainsi qu’un plaisir narratif à suivre la volonté d’un homme face aux vicissitudes et âpretés de la vie politique. La prise en main de l’ouvrage est donc relativement aisée, l’argumentation étant linéaire. Si la vie politique de F. Mitterrand est, comme celle de beaucoup d’autres politiciens, faites d’aléas, de victoires stratégiques et d’erreurs, de discrédits et de moments de gloire, P.-E. Guigo tente de donner une cohérence à ce cursus. Les deux premières parties tendent par conséquent vers la dernière, le but d’une vie, l’accession à la fonction suprême en mettant en valeur, tout autant que la volonté de l’homme, son adaptabilité aux nouvelles formes de communication qui apparaissent au cours de la seconde moitié du 20e siècle.

4La première partie débute par sa formation scolaire et l’influence de son milieu socioculturel, ce qui permet de mettre en exergue l’importance et l’influence qu’exerça la littérature sur sa communication, sur son style clair et concis, sur la maîtrise de l’argumentation et de la construction d’un discours. Cette compétence est acquise dès sa jeunesse et notifiée par une note des Renseignements généraux publiée par le contemporanéiste Jean Vigreux : « La plupart des auditoires paraissent agréablement surpris par la maîtrise de l’orateur qui expose clairement et de façon assez convaincante. La contradiction est inexistante ou incapable de nuire au succès de l’orateur » (p. 26). Ce qui est moins connu, et c’est là l’apport essentiel de l’ouvrage, c’est un F. Mitterrand expérimentateur, avant-gardiste dans la construction et la maîtrise de son image médiatique. Il saura façonner son image de jeune candidat dans la presse mondaine alors en pleine expansion, mettant en avant son physique et jetant les prémisses de la mise en scène de la vie privée, devenue fort commune : « Alors que la presse mondaine est en plein essor avec notamment Paris Match – créé en 1949 –, il s’affiche dans tous les événements des grands de ce monde. On le voit ainsi sur la Croisette monter les marches du Festival de Cannes où il suscite l’émoi de ces dames » (p. 31). La seconde partie traite de sa conquête du Parti socialiste, de son travail pour le crédibiliser et de l’affrontement avec M. Rocard. La maladie de Waldenström emporte le président Georges Pompidou. Le Parti socialiste, qui se préparait à l’échéance de 1976, est contraint de penser une nouvelle stratégie dans l’urgence. Là encore, F. Mitterrand, sur les conseils de Claude Pédriel tout juste revenu des États-Unis, introduit en France de nouvelles pratiques : l’utilisation du sondage et du mailing. En 1979, il lance même, avec Laurent Fabius, une radio pirate, « Radio Riposte » ; ils comparaissent pour cela devant la justice, du fait du monopole d’État sur l’audiovisuel. Si la maîtrise des discours publics et de l’image fixe se font sans heurt, celle de la télévision est bien plus complexe et progressive. Le 28 mai 1968, une déclaration télévisuelle improvisée tourne mal et il apprend dans l’échec l’importance de la technique. L’année suivante, il confie ceci à M. Rocard : « Croyez-moi, cher ami, il faut vous méfier, ils ne vous feront pas de cadeaux. Vérifiez tout : la place des caméras, la prise de son, les éclairages. Ils ont tous les moyens de vous présenter à l’écran comme un fou furieux ou un débile mental » (p. 53). Le 10 mai 1974, Valéry Giscard d’Estaing prend le dessus sur lui dans un débat très suivi, déstabilisant son adversaire. La dernière partie explique la recherche d’un modèle de communication présidentielle pour lui donner une solennité et une sacralité telle que la presse le surnomme « Dieu », ce qui sera tourné en dérision dans Le Bébête show.

5La force de l’ouvrage réside dans sa concision et sa clarté, eu égard à la richesse des sources et des événements relatés, ce qui le rend accessible à un très large public et très plaisant à parcourir. Toutefois, nous regrettons que les faits de communication ne soient pas davantage interrogés, déconstruits, mis en perspective, ce qui n’aurait pas nui à l’accessibilité de l’ensemble, mais, au contraire, permis au plus grand nombre de mieux en percevoir la portée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Deias, « Pierre-Emmanuel Guigo, Mitterrand, un homme de paroles », Questions de communication, 37 | 2020, 424-426.

Référence électronique

Damien Deias, « Pierre-Emmanuel Guigo, Mitterrand, un homme de paroles », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22782 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22782

Haut de page

Auteur

Damien Deias

Université de Lorraine, Crem, F-57000 Metz, France
damien.deias[at]univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search