Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureHistoire, sociétésJudith Lyon-Caen, La Griffe du te...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Judith Lyon-Caen, La Griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature

Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2019, 304 pages
Antonino Sorci
p. 429-431
Référence(s) :

Judith Lyon-Caen, La Griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature, Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2019, 304 pages

Texte intégral

1En plus d’avoir brouillé les frontières entre fait et fiction, la mouvance « panfictionnaliste », à savoir la tendance répandue à assimiler le domaine de la fiction à celui de la réalité, qui a secoué le monde de la recherche en sciences humaines et sociales, ces dernières années, a également contribué à modifier les relations entre l’écriture de l’histoire et l’exploration du fait littéraire. Si, d’un côté, influencés par les thèses récentes des théoriciens du storytelling, les spécialistes du domaine littéraire ont de plus en plus tendance à ignorer les différences de caractère structurelles qui séparent le récit fictionnel du récit factuel, de l’autre, la démarche des historiens reflète désormais la méfiance croissante ressentie par ces derniers vis-à-vis du phénomène littéraire vu dans sa totalité. Parmi les multiples mérites de cet ouvrage de Judith Lyon-Caen, il y a celui d’avoir effectué une première tentative visant à rétablir un rapport fructueux entre les domaines de l’histoire et des études littéraires. Le point de départ est constitué par la lecture que l’historienne propose, dans les sept chapitres qui composent son ouvrage, de la nouvelle La Vengeance d’une femme de Jules Barbey d’Aurevilly, publiée avec les cinq autres Diaboliques en 1874. À travers l’interprétation de ce texte, l’auteure souhaite entraîner le lecteur dans ce qu’elle définit comme une « expérience de lecture historienne » : « historienne, et d’historienne, car il s’agit bien de produire un savoir sur le passé, de faire de l’histoire ; mais c’est aussi pleinement une expérience de lecture, par ce qu’elle implique d’engagement singulier et de part interprétative » (p. 21). Ce genre de lecture, précise l’auteure, ne vise pas à remplacer celle, adoptée habituellement par l’historien, « qui consiste à dégager la valeur documentaire du texte » (ibid.), mais plutôt à enrichir celle-ci avec l’analyse de ce que la lecture documentaire tend à négliger en le classant comme un simple « reste du littéraire ». Ce dernier est représenté par les « mondes fictionnels », projetés par l’œuvre littéraire et intégrés par les lecteurs au cours de l’acte de lecture, dont l’étude est traditionnellement l’apanage de la critique littéraire. Bien qu’il ne soit pas totalement dépourvu de « signification historique » (ibid.), ce « reste du littéraire » demeure en dehors de l’analyse de l’historien qui ne le reconnaît pas comme une ressource historique à part entière. C’est dans le fait d’avoir su reconnaître ce « reste » comme un « instrument d’une exploration des possibles du passé » (p. 33), donc dans la mise en évidence d’un des points de contact possibles entre analyse littéraire et lecture historique d’un texte littéraire que réside l’un des principaux mérites de la démarche interprétative de J. Lyon-Caen, brillamment exposée ici.

2L’ouvrage s’ouvre avec la narration du début de la nouvelle de J. Barbey d’Aurevilly : un soir de 1846 à Paris, un homme, séducteur invétéré, suit une jeune prostituée le long du boulevard des Italiens jusqu’à son domicile situé dans une rue sordide. Arrivé au seuil de l’appartement de la fille, l’homme aperçoit deux torchères luxueuses qui s’accordent mal avec la misère des lieux : « Deux griffes de bronze, chargées de bougies, incrustées dans le mur, [qui] illuminaient avec un faste étrange une porte commune d’aspect » (p. 11). Une fois franchi ce seuil, une autre histoire commence : la prostituée se révèle être une duchesse dont le mari, un grand d’Espagne, a fait assassiner l’homme qu’elle aimait secrètement. Pour se venger, la duchesse a voulu déshonorer le nom de son mari en menant une vie de fille des rues sur les trottoirs parisiens. Ainsi le lecteur découvre-t-il un univers fait de passion et de sens de l’honneur, un univers fictionnel situé dans une Espagne de légende. Ce début d’histoire sert de métaphore afin d’illustrer la démarche propre à l’historien : arrivé au seuil de la matière romanesque, signale l’autrice, l’historien fait halte et préfère ne pas s’aventurer dans un univers qui lui est étranger, cédant ainsi le pas au critique littéraire. Au contraire, le propos de l’ouvrage consiste en une tentative de franchissement de la frontière qui sépare le travail de l’historien de celui du critique littéraire, sans pour autant renoncer à vouloir offrir une interprétation « historique » du texte analysé. La disposition des chapitres suit le mouvement de franchissement de cette frontière : au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture, on s’éloigne de la dimension purement documentaire du texte pour s’aventurer progressivement dans l’analyse de son univers fictionnel. Après un premier chapitre consacré à la confrontation entre savoir historique et texte littéraire (p. 71-94), notamment à propos des lieux et des formes de la prostitution dans le Paris du 19e siècle, et un deuxième (p. 95-121) consacré à l’analyse des conditions d’écriture, des formes de publication et de la variété des appropriations de La Vengeance d’une femme, on passe à l’analyse de certains éléments de la nouvelle de J. Barbey d’Aurevilly qui représentent, selon l’autrice, de véritables « griffes du temps » : un nombre de détails et d’images dans le texte apparaissent comme des « traces d’expériences passées, d’expériences du passé et d’expériences d’écriture dans le passé » (p. 122). J. Lyon-Caen insiste sur le fait que ces éléments peuvent beaucoup apprendre sur l’expérience de vie parisienne au 19e siècle, et leur interprétation en tant que « marques mémorielles et historiques des années 1840 » (ibid.) donne lieu à ce qu’elle définit comme une « herméneutique historienne » (p. 35), capable d’exploiter la « signification historique » que ceux-ci possèdent. Tel le chasseur décrit par Carlo Ginzburg dans Mythes, emblèmes, traces (trad. de l’italien par M. Aymard et al., Paris, Flammarion, 1989 [1986]), capable de reconstruire les mouvements et formes de ses proies grâce à l’interprétation des traces laissées par celles-ci, l’historien peut reconstruire une expérience de vie du passé grâce à l’interprétation d’un nombre de « traces » laissées dans le texte par le romancier. Les chapitres restant sont consacrés à la lecture de ces « marques mémorielles » présentes dans La Vengeance d’une femme : la couleur de la robe portée par la duchesse dont l’analyse fait l’objet du troisième chapitre (p. 122-140) peut révéler les « usages sociaux de la couleur, des étoffes, des accessoires vestimentaires » (p. 129) de la vie parisienne entre les décennies 1830 et 1840, une statuette de bronze nommée « Madame Husson » dont l’obscénité frappe l’imagination du protagoniste de la nouvelle peut être utile dans la tentative d’esquisser la culture érotique de l’époque (chap. 4, p. 141-168), la façon dont certaines scènes de la vie parisienne des années 1870 sont recréées par le romancier ouvre à la compréhension de « l’histoire de Paris, de ses espaces, l’histoire de l’expérience des individus qui ont passé par “cette époque” » (p. 191, chap. 5 et 6, p. 179-197 et 198-216). L’ouvrage s’achève sur une réflexion à propos de ce que l’auteure définit comme un « régime aurevillien d’historicité », à savoir « un régime introverti où le présent tourne le dos à l’avenir, se repaissant des vies d’antan » (p. 226) et où le temps de l’écriture « n’apparaît que comme un présent informe et infime, voué à une viduité croissante, mais ouvert à toutes les hantises, spectres intimes et historiques, souvenirs des récits d’autrefois » (ibid.).

3La Griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature constitue un excellent exemple de la façon dont le travail de l’historien peut se prêter au dialogue interdisciplinaire sans que ses fondements méthodologiques se trouvent menacés. Nous espérons que cette « expérience de lecture historienne » puisse s’ouvrir aussi à des dialogues disciplinaires autres que ceux entre l’histoire et les études littéraires. La mobilisation des savoirs appartenant à une discipline comme la narratologie par exemple, surtout en ce qui concerne ses déclinaisons en narratologie « transmédiale », « cognitive » et « énactiviste », peut s’avérer utile en vue de l’exploration des expériences de vie du passé. D’autres objets d’analyse peuvent également être étudiés dans cette optique. L’écriture de l’histoire peut être enrichie par l’application de l’« herméneutique historienne » à des artefacts fictionnels autres que les objets littéraires : les exemples parmi des dispositifs fictionnels tels les œuvres filmiques, les jeux vidéo et la bande dessinée ne font pas défaut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonino Sorci, « Judith Lyon-Caen, La Griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature », Questions de communication, 37 | 2020, 429-431.

Référence électronique

Antonino Sorci, « Judith Lyon-Caen, La Griffe du temps. Ce que l’histoire peut dire de la littérature », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22797 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22797

Haut de page

Auteur

Antonino Sorci

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, CERC, F-75005 Paris, France
Antosorci[at]hotmail.it

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search