Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37ÉchangesLe chercheur et le discours de se...

Échanges

Le chercheur et le discours de ses objets

The Researcher and the Discourse of its Objects
Wolf Feuerhahn
p. 217-234

Résumés

Le chercheur en sciences humaines et sociales n’arrive jamais en terrain vierge. Ses objets (acteurs, institutions) se nomment, se qualifient, se pensent avant qu’il ne s’intéresse à eux. Que doit-il faire dès lors ? Considérer ces discours comme un obstacle épistémologique ? Cela supposerait de postuler que notre propre théorie de la connaissance scientifique échappe elle-même à l’histoire. Je souhaite au contraire les prendre au sérieux et émettre, sur la base de travaux antérieurs, trois suggestions : enquêter sur les noms donnés aux savoirs par les acteurs ; sur l’historiographie qu’ils produisent ; et, enfin, sur la pratique de l’historicisation elle-même. Ces propositions réflexives ne prétendent pas dégager un sol premier fondateur et anhistorique permettant d’asseoir les sciences humaines et sociales pour l’éternité, mais assumer leur historicité et à ce titre aussi celle de ces lignes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Enquêter sur les noms des savoirs
Historiciser l’historiographie des acteurs
Historiciser l’historicisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le chercheur en sciences humaines et sociales n’arrive jamais en terrain vierge. Ce dernier a toujours déjà été arpenté, strié, découpé, nommé, discuté voire disputé. L’anthropologue comme le sociologue interagissent avec des populations qui se nomment, se qualifient, se pensent avant qu’ils ne s’intéressent à elles ; l’historien a affaire à des documents, des archives déjà mis en forme, classés, organisés ; le géographe à des espaces découpés, vécus par les hommes qui les occupent…

Dès lors, que faire ? Faire table rase de ce palimpseste hérité ? Distinguer le bon grain de l’ivraie, la science de l’idéologie, le sens commun de la science ? Ceci peut se faire de façon plus ou moins approfondie. On peut se contenter de balayer ce que les auteurs du Manifeste du Cercle de Vienne désignaient comme des « scories métaphysiques et théologiques » de l’histoire (Carnap et al., 2010 : 122), on peut aussi faire la psychanalyse du « sens commun » pour mieux le dépasser. C’est notamment le cas d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolf Feuerhahn, « Le chercheur et le discours de ses objets », Questions de communication, 37 | 2020, 217-234.

Référence électronique

Wolf Feuerhahn, « Le chercheur et le discours de ses objets », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22848

Haut de page

Auteur

Wolf Feuerhahn

CNRS, EHESS, MNHN, CAK, F-75000 Paris, France
wolf.feuerhahn[at]cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search