Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureLangue, discoursAmir Biglari (éd.), Regards crois...

Notes de lecture
Langue, discours

Amir Biglari (éd.), Regards croisés sur le langage. Entretiens avec N. Chomsky, A. Culioli, M. Halle, B. Pottier, A. Rey, J. Searle, H. Walter

Paris, Éd. Classiques Garnier, coll. Domaines linguistiques, 2018, 180 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 438-441
Référence(s) :

Amir Biglari (éd.), Regards croisés sur le langage. Entretiens avec N. Chomsky, A. Culioli, M. Halle, B. Pottier, A. Rey, J. Searle, H. Walter, Paris, Éd. Classiques Garnier, coll. Domaines linguistiques, 2018, 180 pages

Texte intégral

1Dans la lignée de ses Entretiens sémiotiques (Limoges, Lambert-Lucas, 2014), Amir Biglari propose ici la publication de sept entretiens réalisés entre 2013 et 2016 avec des personnalités d’obédiences variées mais qui ont toutes contribué, à un titre ou à un autre, à modeler le paysage de la recherche en linguistique. Ces témoignages sont d’autant plus intéressants que certaines de ces voix se sont aujourd’hui tues (Morris Halle et Antoine Culioli) et que tous les auteurs ont répondu avec précision et vigueur aux questions d’un enquêteur qui a su spécifier pour chacun les points cardinaux de leur réflexion et de leurs recherches. Par exemple, Noam Chomsky (p. 15-36) développe l’idée selon laquelle le langage pose le problème central de « comprendre quelle est la nature de ce système humain fondamental, qui est certainement au cœur de nos vies sociale et créative » (p. 16) et reconnaît que, donnant à son travail les limites de la phrase, il faut recourir à « des systèmes plus larges » (p. 18) pour rendre compte de l’utilisation des langues dans les situations de la vie réelle, arguant du fait qu’il faut d’abord savoir « comment les langues fonctionnent, quelle est la nature interne du langage » (ibid.) avant de pouvoir interpréter la manière dont elles sont utilisées dans les situations sociales. L’insistance sur l’aspect biologique de la faculté de langage (p. 21) justifie la recherche concernant l’acquisition et l’utilisation de ce système interne. On ne s’étonnera pas de voir la sémantique n’être qu’une « partie très large de la syntaxe formelle, qui porte sur des sujets tels que l’inférence, la présupposition, la référence, la manière dont vous utilisez certains mots pour renvoyer aux autres choses, etc. » (p. 24). Ce qui pose évidemment problème pour tout sémiologue et sémioticien. Mais on comprend plus facilement alors pourquoi « les sciences cognitives modernes, au cours de ces soixante dernières années, se sont développées en grande partie sur la base de l’étude du langage et des modèles des langues » (p. 28), sous-entendu : de la grammaire générative… La dernière partie de l’entretien est consacrée aux prises de position politiques et idéologiques de N. Chomsky et à la conception qu’il défend en tant qu’intellectuel « d’aider les gens à se convaincre eux-mêmes » (p. 32), mais on se demandera naturellement de quoi ? !

2Ensuite, l’entretien avec A. Culioli (p. 37-48), décédé en 2018, recentre le propos sur le rapport de la linguistique en tant que telle aux diverses sciences relevant de l’étude du langage. Après le doute jeté sur l’intérêt et la justesse de l’expression sciences du langage, ce « fourre-tout » (p. 41), surgit immédiatement une opposition sensible à l’hypothèse sur laquelle se fondent les thèses de la grammaire générative : « Quand vous avez quelqu’un comme Noam Chomsky qui a dit qu’il voulait faire une grammaire universelle, c’était du point de vue épistémologique monstrueux : on ne peut pas avoir de grammaire universelle. On peut chercher des invariants et des opérations d’un certain genre, mais dire qu’on va faire du cognitivisme avec une grammaire universelle, cela n’a pas de sens » (p. 39-40). À partir d’éléments très concrets : sans doute/sans aucun doute, peu/un peu, douter/redouter, A. Culioli montre que, pour lui, « théoriser c’est pratiquer » (p. 44), et que « l’énonciation en tant qu’activité signifiante se définit comme représentation, régulation intersubjective, et référenciation » (p. 45), ce qui ouvre à la stylistique le champ de l’au-delà de l’énoncé. L’entretien se termine sur des remarques concernant quelques linguistes : Ferdinand de Saussure, Gustave Guillaume, Louis Hjelmslev, Roman Jakobson, Émile Benveniste, Roland Barthes, Algirdas Julien Greimas.

3M. Halle (également décédé en 2018) est considéré comme le fondateur de la phonologie générative ; la brièveté de l’entretien qui lui est consacré (p. 49-55) reflète en quelque sorte la simplicité apparente de sa démarche. Le but d’une grammaire étant de rendre compte des connaissances qui permettent aux locuteurs de produire des énoncés bien formés, la morphologie se voit « impliquée à la fois dans la syntaxe et dans la phonologie » (p. 49) en raison de ce que, « dans la mémoire, les morphèmes sont représentés comme des séquences de combinaisons de traits distinctifs (les phonèmes) qui constituent les instructions élémentaires d’actions phonétiques » (ibid.) nécessaires à la réalisation de séquences syntaxiques interprétables. On retiendra aussi de cet entretien le très sévère jugement porté sur la sociolinguistique : « Ce qui de nos jours se publie sous le nom de sociolinguistique est pour une bonne part une collecte non systématique d’observations plutôt qu’une science à proprement parler. Les études sociolinguistiques doivent partir des résultats de la phonologie » (p. 53)… Le parcours scientifique de M. Halle (p. 54) souligne enfin son immense dette à l’égard des travaux de R. Jakobson, ce qui explique l’importance qu’il a accordé aux études de métrique, malheureusement non explicitement mentionnées dans cet entretien.

4La rencontre avec Bernard Pottier (p. 57-79) permet de balayer un champ d’intérêts beaucoup plus vastes et de mieux comprendre ce que la linguistique peut apporter à l’humanité puisque « être linguiste signifie se préoccuper du langage et de ce que les humains en font, c’est-à-dire à des fins de communication, d’expression » (p. 57) : définition dans laquelle, de manière lumineuse, le statif « être » est immédiatement corrélé à la dimension du sens médiatisé par les signes : « signifie ». L’entretien est divisé en trois sections : la linguistique générale (p. 57-64), ses travaux personnels (p. 64-71) et son parcours et ses souvenirs (p. 71-79). D’emblée, apparaît pour B. Pottier la nécessité que le linguiste soit un sémioticien, « forcément. Sinon, il serait réduit à être un morphologue, un syntacticien, un phonéticien. Cela est très bien : il faut avoir une formation minimale dans ces domaines, mais à un moment donné il faut se dire que le message que je vous transmets à présent est le résultat de tout un ensemble d’opérations cumulatives » (p. 58). Mais un sémioticien qui n’envisage aucun impérialisme disciplinaire serait la négation d’une véritable scientificité : « Je crois qu’il y a un rapport d’interpénétration entre les sciences et il n’y en a pas une qui domine tout » (p. 59). Et un sémioticien conscient du piège incessant que tendent les mots : « On ne peut pas tout le temps dire des mots avec d’autres mots » (p. 60), d’où le recours à des formes de représentation visualisées (ibid.) qui rapprochent l’abstraction explicatives des formes mathématiques. Et la réserve portée à l’endroit du « désir d’explicitation à outrance » (ibid.) dont font preuve les esprits littéraires. Par ailleurs, la prolifération de la littérature scientifique dans le domaine de la linguistique rend difficile, à juste titre pour B. Pottier, le surgissement d’une idée « de génie » (p. 61) : « Est-ce que l’on peut faire une étude sur le subjonctif en français, est-ce que cela a encore du sens ? Non, sauf si cette recherche entraîne une prise de position sur l’ensemble de la conception du système verbal, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde » (ibid.). La neurologie et la logique, sciences appliquées sans modération ni accommodation aux faits linguistiques, suscitent également de sérieuses réserves de la part du linguiste en raison des « multiples périphéries variables » (p. 62) qui entourent le « centre de compréhension stable » (ibid.) des énoncés. À cet égard, le recours aux corpus informatisés – sous réserve de poser les bonnes questions – permet souvent d’obtenir des réponses remarquables. De manière plus personnelle, au regard de ses propres travaux, B. Pottier revient sur le couple espace/temps qui constitue pour lui l’un des fondements de la réflexion linguistique et revendique la possibilité d’inscrire la grammaire et le lexique des langues dans un « modèle cinétique et dynamique d’ensemble » (p. 66) par où l’on reconnaît la prégnance de la pensée de G. Guillaume à côté de celle des modèles logico-mathématiques, plus particulièrement géométriques : « Les aires spatiale, temporelle, notionnelle et modale, sont […] de la sémantique en mouvement » (p. 68). Évoquant ensuite les relations personnelles qu’il a pu développer, B. Pottier revient sur G. Guillaume, mais y ajoute les noms de Robert-Léon Wagner, Eugen Coseriu, Robert Heger, René Thom, R. Jakobson, André Martinet, A. J. Greimas, É. Benveniste, et conclut sur la nécessité de privilégier une vision large des phénomènes langagiers qui se présentent toujours comme un tout supérieur à l’ensemble des domaines qui le constituent : « Le linguiste a pour vocation de s’ouvrir à de nombreux domaines des sciences humaines et des sciences sociales : psychologie, philosophie, anthropologie, sociologie, histoire. Il doit être curieux et avoir l’esprit ouvert vers l’abstraction » (p. 79). Il ne saurait y avoir meilleure manière de définir le sémioticien qu’est tout linguiste.

5Aussi divisé en trois sections, l’entretien avec le lexicographe Alain Rey (p. 81-107) est l’occasion de faire apparaître d’autres perspectives. Parmi elles, certaines sont comparables : « Le linguiste […] est quelqu’un qui finalement parcourt un espace remarquablement bien balisé mais qui reste fermé, alors que l’objectif d’un linguiste, dans le sens où je l’entends, est au contraire de créer un espace ouvert, évolutif et d’essayer de comprendre ce qui se passe tant dans les aspects positifs que négatifs » (p. 85). Et certaines sont différentes, ne serait-ce que dans la distinction de ce qui, dans les langues, est de l’ordre du régulier ou de l’aléatoire : « Pour moi, la distinction entre règles et listes est fondamentale. Il y a un univers gouverné par des règles, c’est celui de la phonologie et celui de la syntaxe. Et il y a un autre univers gouverné par des listes auxquelles on n’arrive pas toujours à donner un aspect régulier » (p. 91). Abordant son travail de lexicographe, A. Rey définit le dictionnaire comme « le condensé de la représentation de l’imaginaire culturel le plus général » (p. 94) et légitime à ce titre qu’il soit « partiel et partial » (p. 95). Interrogé sur les rapports entre lexicologie et lexicographie, il soutient la thèse selon laquelle la première – à l’exception de son extension dialectologique – est entièrement dépendante de la seconde, qui lui fournit ses matériaux (p. 97), et conclut cette partie de l’entretien en émettant des doutes au sujet des dictionnaires électroniques qui privilégient « la réponse à des questions précises » (p. 100) au détriment de la finesse de l’analyse et de l’interprétation. Le lecteur pourra confronter cette remarque avec ce que Robert Martin écrivait en 2001 dans Sémantique et Automate (Paris, Presses universitaires de France). Dans la section « Parcours et souvenirs », Alain Rey évoque enfin les rapports qu’il a entretenus avec Paul Robert, Marcel Cohen, Julia Kristeva, Tzvetan Todorov, Josette Rey, sa première épouse, Danièle Morvan, R. Jakobson, A. Martinet, C. Merleau-Ponty R.-L. Wagner, Bernard Quemada et Pierre Guiraud. Une façon de parcourir plus d’un demi-siècle de recherches françaises.

6Avec John Searle (p. 109-124), c’est un tout autre aspect du développement de la recherche linguistique qui est abordé : celui des rapports entre cette dernière et la philosophie du langage. Et le moins qu’on puisse dire est que les positions de J. Searle sont, à cet égard, particulièrement tranchées. Ainsi, « l’utilisation de la linguistique pour les chercheurs qui s’occupent de philosophie du langage est qu’elle est une bonne source d’exemples » (p. 109), ce qui réduit évidemment la linguistique à un statut ancillaire : la sémantique, par exemple, qui relève des deux domaines n’est pas envisagée de la même manière par le philosophe qui « s’intéresse à la nature générale du sens tel qu’il s’applique à toute langue, tandis que les linguistes tendent à s’occuper de la façon dont les significations sont encodées dans des langues spécifiques » (p. 110)… De même la sémiotique est-elle biffée d’un virulent « je n’ai jamais pu me représenter exactement ce qu’elle est » (ibid.). Quant à la logique, elle est « ce qui est arrivé de pire, ces dernières années, en philosophie du langage, […] les gens croient que la modélisation des langues dans les systèmes de logique formelle nous fournit une solution aux problèmes philosophiques. En général, ce n’est pas le cas » (p. 111). J. Searle justifie ici son jugement par l’éloignement « de la réalité psychologique de l’utilisation des langues » (ibid.) qu’imposent les modalisations logiques. De son point de vue, puisque les actes de langage créent la réalité sociale, il serait important que les philosophes du langage abordent les « enjeux sociaux majeurs » (p. 115), mais il constate que ce n’est malheureusement pas le cas. Considérant la rhétorique comme « une branche de la pragmatique » (p. 117), il revient sur la distinction entre le sens littéral d’une phrase « et ce que le locuteur veut dire quand il énonce la phrase » (ibid.), qui constitue le fondement de l’analyse des cinq actes universels de langage : les assertifs, les directifs, les promissifs, les expressifs et les déclaratifs. Interrogé enfin sur ce que représente Jacques Derrida pour lui, J. Searle répond sèchement : « Derrida n’a pas de conception cohérente du langage. […] Il a eu très peu ou pas d’influence du tout parmi les philosophes analytiques, et je suis étonné de voir qu’il exerçait une influence sur les théoriciens de la littérature. Il n’avait aucune idée de la philosophie du langage de Wittgenstein ou d’Austin. Ses travaux étaient démodés aussi bien en philosophie qu’en linguistique. Sa conception du philosophe traitant du langage se référait à Husserl, et sa conception du linguiste à Saussure. Il n’avait rien d’intéressant à dire sur Frege, Russell, Wittgenstein ou Chomsky » (p. 123). Quelle que soit la valeur de vérité de ces avis, on ne saurait leur dénier la qualité d’exposer avec franchise certains points d’achoppement de la recherche en linguistique et sémiotique.

7Le dernier entretien du volume est consacré à Henriette Walter (p. 124-32). Le lecteur ne s’étonnera pas de constater que l’essentiel du propos touche la phonologie, la manière dont elle s’est constituée, celle dont elle est enseignée, la part qui est aujourd’hui la sienne dans la recherche linguistique. En fonctionnaliste, disciple d’A. Martinet, H. Walter rappelle enfin quelle a été l’influence de ce dernier auprès des jeunes linguistes des années 1960, devenus vieux aujourd’hui, et qui ont vu leur discipline vivement transformée par les apports du générativisme et du cognitivisme.

8Comme on l’aura constaté, les personnalités rencontrées par A. Biglari développent sur le langage des approches différentes, souvent défendues avec un grand engagement. Mais la diversité de ces approches ne fait que souligner la richesse et la complexité des modèles explicatifs que les linguistes proposent pour l’aptitude de l’homme à user de langages variés. Les entretiens avec N. Chomsky, M. Halle et J. Searle ayant été réalisés en américain, A. Biglari a eu la juste idée de fournir leur version originale en annexe de son volume. Il est juste de recommander vivement cet ouvrage à l’attention des jeunes apprentis linguistes d’aujourd’hui, mais aussi du public plus vaste des sciences humaines et sociales en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Amir Biglari (éd.), Regards croisés sur le langage. Entretiens avec N. Chomsky, A. Culioli, M. Halle, B. Pottier, A. Rey, J. Searle, H. Walter », Questions de communication, 37 | 2020, 438-441.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Amir Biglari (éd.), Regards croisés sur le langage. Entretiens avec N. Chomsky, A. Culioli, M. Halle, B. Pottier, A. Rey, J. Searle, H. Walter », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22888 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22888

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

Université de Limoges, CeReS, F-87000 Limoges, France
jacques-philippe.saint-gerand[at]unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search