Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureLangue, discoursCécile Canut, Félix Danos, Manon ...

Notes de lecture
Langue, discours

Cécile Canut, Félix Danos, Manon Him-Aquilli et Caroline Panis, Le Langage, une pratique sociale. Éléments d’une sociolinguistique politique

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. Annales littéraires, série Linguistique, Sémiotique, Communication, 2018, 388 pages
Jean-Baptiste Atsé N’Cho
p. 446-448
Référence(s) :

Cécile Canut, Félix Danos, Manon Him-Aquilli et Caroline Panis, Le Langage, une pratique sociale. Éléments d’une sociolinguistique politique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. Annales littéraires, série Linguistique, Sémiotique, Communication, 2018, 388 pages

Texte intégral

1Le Langage, une pratique sociale. Éléments d’une sociolinguistique politique est composé de huit parties qui « correspondent à huit grands aspects de la pratique sociolinguistique », à savoir : (1) « Le langage comme pratique » (C. Canut et M. Him-Aquilli, p. 19-64) ; (2) « Subjectivités et idéologies » (C. Canut et C. Panis, p. 65-102) ; (3) « Pratiques anthropographiques » (C. Canut, p. 103-142) ; (4) « Speech events » (M. Him-Aquilli, p. 143-180) ; (5) « Catégorisations » (C. Canut et F. Danos, p. 181-216) ; (6) « Espaces et historicités » (C. Panis et F. Danos, p. 217-257) ; (7) « Inégalités » (C. Canut et F. Danos, p. 259-301) et (8) « Pouvoir » (C. Canut, p. 303-344). Toutes sont structurées en trois chapitres avec une introduction et une conclusion. L’ouvrage se termine par une conclusion générale (« Hétérogénéité des pratiques langagières et transformations sociales », p. 345-348) suivie d’un glossaire de 21 entrées et d’une bibliographie riche et variée de 28 pages (p. 349-384).

2Les quatre auteurs sont tous spécialistes de la sociolinguistique et membres du Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis) de l’Université de Paris, du CNRS et de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Les trois derniers, Félix Danos, Manon Him-Aquilli et Caroline Panis, sont ou ont été formés sous la direction de la première, Cécile Canut, une chercheuse chevronnée dont les recherches s’intéressent aux questions sociolinguistiques en Afrique de l’Ouest et en Europe (Tsiganes/Roms de Bulgarie). Dans leur introduction intitulée « Pour une sociolinguistique politique », C. Canut et ses « disciples » présentent tous les éléments nécessaires à la compréhension de cette nouvelle approche qu’est la sociolinguistique politique, qu’ils nomment aussi « sociologie » ou « anthropologie politique du langage ». Cette appellation se situe dans le prolongement de la sociolinguistique critique telle que proposée par Monica Heller dans son livre Éléments d’une sociolinguistique critique (Paris, Didier, 2002). L’épithète politique adjointe au mot sociolinguistique « s’entend ici comme ce qui questionne le statu quo ou les évidences sociopolitiques, telles que l’ordre établi, les structures de pouvoir, les rapports sociaux de domination » (p. 11). L’ouvrage se veut une contribution à l’histoire de la sociolinguistique politique et des pratiques langagières comme objet(s) d’étude. Chaque thématique abordée dans le livre est développée dans une démarche socio-anthropologique du langage doublée d’une visée à la fois descriptiviste et catégorisante.

3La première partie est rédigée par C. Canut et M. Him-Aquilli. Les chapitres qui la composent facilitent la compréhension du lecteur sur les définitions données aux groupes de mots pratiques langagières et sociolinguistique politique et, surtout, mettent l’accent sur les méthodes et techniques utilisées dans la description du langage comme pratique. Si, pour les auteurs, les pratiques langagières représentent « toutes actions de transformation du monde par le biais du langage – entendu à la fois comme verbal, para-verbal et non verbal –, telles qu’elles sont prises dans les rapports de forces opérant entre jeu et contraintes et mises au jour par l’analyse interprétative à partir de la matérialité langagière recueillie dans le cadre de situations concrètes d’activité de langage » (p. 27), la sociolinguistique politique, quant à elle, représente « l’étude du langage comme pratique sociale selon une optique politique » (p. 21). Elle délimite donc son champ pour l’inscrire dans celui de la sociologie critique du langage.

4Dans la deuxième partie de l’ouvrage écrite par C. Canut et C. Panis, on retient également les rapports entre imaginaires linguistiques et discours épilinguistiques, d’une part, et entre idéologies linguistiques et pratiques épilinguistiques, d’autre part. Ces rapports permettent de « rendre compte des différents travaux concernant le lien entre sujet et langage » (p. 67) toujours décrit par la sociolinguistique. Dans cette partie, les autrices mettent en évidence les pratiques langagières et discursives des sujets parlant bissa et mossi du Burkina Faso.

5Seule à rédiger la troisième partie, C. Canut présente comment des femmes de Santiago (Cap-Vert) co-construisent des récits de vie de manière informelle. Ces récits de vie sont analysés par la chercheuse dans la perspective d’une sociolinguistique anthropographique avec comme méthodes l’ethnographie et l’anthropographie. Dans la quatrième partie sur les « speech events » écrite par M. Him-Aquilli, il est question des événements de discours ou encore des événements d’allocution ou d’élocution étudiés dans une démarche interprétative des locuteurs eux-mêmes « à partir du cas particulier des assemblées générales (AG) militantes telles qu’elles se tiennent dans l’espace social des mouvements anarchistes » (p. 171). Ensuite, dans les parties « Catégorisations » et « Inégalités » rédigées par C. Canut et F. Danos, les chapitres traitent en général des questions de la « politique de la catégorisation » et de « la production politique des inégalités linguistiques et [de] ses effets sociaux », c’est-à-dire que l’accent est mis sur les manières ou façons de parler catégorisantes des locuteurs et tout ce qui est inégalités linguistiques au sein des inégalités sociales.

6Les maîtres-mots de la sixième partie présentée par C. Panis et F. Danos sont : « Espaces et historicité en sociolinguistique », « Processus de géographisation linguistique » et « Historicités discursives ». Les auteurs abordent certains points concernant l’historicité et le territoire en dialectologie avec la langue ; tout cela mis en liens avec des éléments récurrents reposant sur la spatialité et l’interdiscours comme le « territoire », l’« ethnie », le « village » et le « pays ». Il s’agit ici de savoir ce que traduisent la langue de l’ethnie, la langue du village ou encore la langue du pays à travers des discours sur la tradition et la modernité. Enfin, la huitième et dernière partie regroupe les chapitres écrits par C. Canut sur le « pouvoir » des mots (P. Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éd. Le Seuil, 2001 ; J. Boutet, Le Pouvoir des mots, Paris, Éd. La Dispute, 2016 [2010]) et leurs rapports de force avec l’ordre des discours intensifiés par la mise en scène médiatique. L’exemple des Tsiganes ou Roms de Bulgarie, victimes de rejet et de racisme, illustre bien les processus de catégorisations et de dénominations. Mais, par le processus de la sociolinguistique de l’émancipation qui consiste à faire entendre la voix des marginaux marqués par une instrumentalisation permanente, C. Canut donne à voir la manière dont les choses influencent les modes et moments de vie des minorés que sont les Roms bulgares dans la prise en compte de leur environnement social.

7Retenons que l’ouvrage problématise une sociolinguistique dite émancipée et décomplexée (P. Blanchet, M. Kebbas et A.-Y. Kara, coords, « Pluralité linguistique et démarches de recherche : vers une sociolinguistique complexifiée », Cahiers internationaux de sociolinguistique, 2, 2012) et présente avec beaucoup d’intérêt des résultats de terrains très fructueux ; le bilan d’une recherche/action. Il est bien rédigé, très structuré et surtout regorge d’informations « utiles à fois aux spécialistes du langage, en particulier aux étudiants de sciences du langage, mais aussi aux chercheurs intéressés par la place du langage dans les sociétés qu’ils étudient en ayant peu de connaissances de “la linguistique” » (p. 9), comme le mentionne bien les auteurs dans l’introduction du livre. En plus de cela, l’ouvrage aide à mieux cerner les aspects théoriques et pratiques des éléments de sociolinguistique associant l’analyse du discours à la sociologie du langage et à l’anthropologie linguistique. En fin de compte, un autre aspect très réussi est qu’il s’agit bel et bien d’une sociolinguistique politique, c’est-à-dire critique, une sociolinguistique soucieuse de répondre au besoin social par ses méthodes ethnographique et anthropographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Atsé N’Cho, « Cécile Canut, Félix Danos, Manon Him-Aquilli et Caroline Panis, Le Langage, une pratique sociale. Éléments d’une sociolinguistique politique », Questions de communication, 37 | 2020, 446-448.

Référence électronique

Jean-Baptiste Atsé N’Cho, « Cécile Canut, Félix Danos, Manon Him-Aquilli et Caroline Panis, Le Langage, une pratique sociale. Éléments d’une sociolinguistique politique », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22902 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22902

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Atsé N’Cho

Université Alassane Ouattara, Département des sciences du langage et de la communication, Bouaké, Côte d’Ivoire
jbatse[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search