Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureLangue, discoursPierre Frath, Linguistique anthro...

Notes de lecture
Langue, discours

Pierre Frath, Linguistique anthropologique et référentielle

Préf. par Georges Kleiber, Reims, Sapientia Hominis, 2020, 315 pages
Michelle Lecolle
p. 448-450
Référence(s) :

Pierre Frath, Linguistique anthropologique et référentielle, Besançon, préf. par Georges Kleiber, Reims, Sapientia Hominis, 2020, 315 pages

Texte intégral

1Comme son titre le signale, l’ouvrage se situe dans une perspective de linguistique générale, d’observation du fonctionnement du langage humain et du rôle de la langue. Pierre Frath livre ici les résultats de réflexions auxquelles l’ont conduit son expérience d’enseignement et de recherche, mais aussi et surtout la lecture d’approches « en vogue » en linguistique (linguistique de corpus, cognitivisme, syntaxe formelle, traitement automatique du langage).

2À partir de cette fréquentation, émerge chez l’auteur le sentiment récurrent que « quelque chose [ne va pas] dans les approches de la langue » (p. 18) malgré le fait qu’elles produisent des résultats. C’est de cette insatisfaction qu’est issu le livre. La mise en forme des intuitions, puis des propositions alternatives y sont largement développées, appuyées, notamment, sur la référence à la linguistique saussurienne et à celle de Noam Chomsky, sur la référence à la logique et la philosophie (Arthur Schopenhauer, Charles S. Peirce, Bertrand Russell, Ludwig Wittgenstein, François Flahaud plus récemment), mais aussi sur d’autres disciplines (sciences de la nature et neurosciences, robotique, sociologie, anthropologie).

3Le parcours se structure en trois parties : d’abord (« État des lieux de la linguistique à la lumière du néo-saussurisme »), une réflexion en amont sur les théories fondatrices de la linguistique contemporaine (Ferdinand de Saussure) et leur réappropriation, voire déformation par différents auteurs. Le fil rouge est ici, à partir des Écrits de linguistique générale (Paris, Gallimard, publication par Simon Bouquet et Rudolf Engler en 2002 de textes autographes de F. de Saussure découverts en 1996) confrontés au Cours de linguistique générale (Paris, Payot, 1916, le CLG, établi à partir de notes de cours par Charles Bally et Albert Sechehaye et considéré comme la vulgate saussurienne), la conception du signe dans différentes théories, linguistiques et philosophiques : le signe linguistique, signifiant, signifié, mais aussi le rapport du signe à ce qu’il n’est pas – le réel, la vérité.

4Une deuxième partie (« Remarques épistémologiques ») dépiste le présupposé, souterrain mais prégnant, de la primauté de l’individu sur la société, du dualisme (corps/esprit) et du réductionnisme au sein de différentes disciplines – de l’intelligence artificielle et des neurosciences aux sciences humaines, la linguistique, notamment chomskyenne, n’étant pas en reste. À travers ces approches, aussi diverses soient-elles, ce qui est visé c’est le « fantôme dans la machine » – référence à l’expression The ghost in the machine qui, chez Gilbert Ryle (The Concept of Mind, London, Hutchison, 1949), désigne de manière critique la conception cartésienne d’un esprit immatériel logé dans le corps. Que ce soit en linguistique, en sciences cognitives ou en neurosciences, on retrouve cette conception lorsque le langage est considéré comme émanant d’une conscience qu’il s’agirait de rendre manifeste, d’une pensée préexistante à exposer, d’un esprit-cerveau créant un message cohérent à partir de différents systèmes sensoriels (voir p. 130, à propos des neurosciences). Un autre impensé, « Le saut du métalinguistique à l’ontologique », constitue le titre d’un chapitre de la première partie, mais est en réalité présent tout au long de l’ouvrage lorsqu’est pointée la pratique consistant à « transformer » des catégories descriptives en réalités (« ce qu’on a dit, est », p. 144), en d’autres termes à confondre théorie et faits empiriques.

5Enfin, la troisième partie (« Une conception anthropologique et référentielle de la langue ») revient vers la linguistique, en quelque sorte par cercles concentriques, d’abord avec la question de l’origine du langage, puis en présentant la conception « anthropologique, référentielle et cognitive » de la langue, par plusieurs mises en perspectives sur des questions centrales en sémantique et plus largement en linguistique (dénomination, polysémie, grammaire, linguistique de corpus, phraséologie…) – on revient plus loin sur certaines. Même si cette dernière partie manque parfois d’unité, l’ensemble de l’ouvrage présente une grande cohérence, aussi bien dans les positions défendues – les êtres humains comme « membres de communautés » et non comme « singularités communicantes » (p. 298), la langue comme milieu, la primauté de l’habitude et de l’usage dans les pratiques linguistiques par opposition à l’application (supposée) de règles – que dans la progression de la réflexion et dans la convocation, jamais gratuite, des différentes disciplines. L’expression est toujours claire, le ton résolu, parfois très affirmatif ; les illustrations – surprenantes, dans certains cas, par leur engagement philosophique ou moral – sont nombreuses et appropriées. Bref, très bien documenté, exigeant sans être obscur et maniant une argumentation toujours didactique, l’ouvrage propose une mise en relation structurée entre différentes conceptions scientifiques et philosophiques de l’homme et du langage.

6Dans ce qui suit, on se centrera sur quelques points (la dénomination, la conception de la langue) développés dans la troisième partie mais présents en réalité dans l’ensemble et qui sont autant de facettes du point de vue général de l’ouvrage, résumé ici : « La langue est un des trois milieux dans lesquels nous vivons, les deux autres étant le milieu naturel et le milieu humain […]. Pour l’espèce humaine, la langue constitue un accès privilégié aux deux autres milieux » (p. 177-178).

7La dénomination comme problème théorique est un thème récurrent en sémantique référentielle et chez P. Frath lui-même. Pour la linguistique française, c’est à Georges Kleiber qu’il revient d’avoir défriché le champ. Dans deux articles célèbres, « Dénomination et relations dénominatives » en 1984 (Langages, 76, p. 77-94) puis « Remarques sur la dénomination » en 2001 (Cahiers de praxématique, 36, p. 21-41), ce dernier pose la différence, parmi les expressions permettant de référer à un élément, entre dénomination et désignation. Alors que la première – expression libre, périphrase – est de création libre, ne faisant pas appel à une stabilité interindividuelle, la dénomination, elle, renvoie à une convention, une habitude associative entre mot du lexique et ce qu’il est supposé désigner. C’est à partir de ce point que P. Frath développe ses propres problématiques, appuyant, ici tout particulièrement, les adjectifs anthropologique et référentielle du titre. Car, d’abord, qui dit convention dit collectivité, société, publicité : « Une dénomination, même d’une sensation personnelle, est toujours publique : elle n’a de sens pour moi que parce qu’elle existe pour nous » (p. 199). Dans cette logique, dénomination suppose lexicalisation de l’unité, c’est-à-dire intégration dans le lexique commun (voir l’expression marche blanche, d’abord purement descriptive puis conventionnalisée). Ensuite, la dénomination exerce un effet structurant et même fondateur sur nos perceptions : « Un grand nombre de nos perceptions ne sont pas associées à des dénominations, et nous les ignorons purement et simplement » (p. 198) ; la dénomination conduit à différencier des objets (exemple de l’opposition fleuve/rivière en français). Ainsi la dénomination possède-t-elle un aspect « démiurgique » (p. 205), non pas au niveau individuel, mais social. De nombreux exemples de dénominations permettant (ou pas) de distinguer des catégories (un seul mot en français pour le jus de fruits, trois en russe) d’objets en partie (voiture/moteur, volant), de dénominations métalinguistiques, enfin, d’objets « réels » (gruyère, maison) versus « anthropologiques » (amour, liberté) venant illustrer cette puissance « démiurgique » de la dénomination : « [les choses] La puissance démiurgique de la dénomination nous les présente de manière séparée, ce qui leur donne leur existence » (p. 217). On voit ici une manière, encore, d’affirmer que la langue nous « ensorcelle », comme le rappelle P. Frath citant L. Wittgenstein.

8À la lecture de cette démonstration, une question émerge, celle de la place et du rôle du discours : en effet, le discours introduit (au moins) un autre niveau, celui de l’emploi d’une dénomination dans l’énoncé, lieu de l’affirmation ou du doute sur l’existence d’un objet – ce qui est crucial lorsqu’une telle existence est discutable comme avec un réseau terroriste (existence supposée) versus le réseau terroriste (existence affirmée) –, lieu de son insertion dans un type de texte, qui influe sur la prise en compte de l’existence (presse, texte de fiction). Dans ce cas, la question métaphysique (existence ou pas) ne se pose manifestement pas de la même manière pour la dénomination elle-même et pour son emploi.

9De fait, cette réflexion à propos de la dénomination conduit à une autre, plus générale : quelle conception de la langue ? En cohérence avec la perspective de l’ouvrage (linguistique référentielle) et notamment, dans la première partie, avec le développement sur le signe et la défense du point de vue nominaliste, le propos de la troisième partie et les exemples présentés sont centrés sur des unités lexicales – fussent-elles envisagées (chap. 6) dans un cadre phraséologique qui permet de montrer que les significations reposent sur des usages et des habitudes. Cette conception wittgensteinienne parcourt l’ensemble du livre, sans pour autant que ces usages soient envisagés en tant que tels, et en particulier contextualisés – ce n’est pas le propos de l’auteur. Pour autant, la centralité de la langue interroge. Son pendant chez F. de Saussure (la parole, présente dans le CLG, mais aussi dans les Écrits) n’est pas ou peu abordé, et tout se passe comme si la langue était implicitement considérée comme le tout (sans reste) des faits linguistiques. Vient à l’appui de ce sentiment la présence de formules telles « la langue commune est […] le lieu de la vérité » (p  62), et (à propos de la reformulation de vérités scientifiques) « si une telle vérité est reprise par d’autres, elle finit par entrer dans la langue » (p. 63), qui, d’une part, rapprochent des entités d’ordres différents (la langue, la vérité) et, d’autre part, rapportent à la langue des phénomènes relevant tout autant du dialogue, de l’argumentation et de l’interdiscours et passent sous silence, par exemple, les différences de contexte et de statut des énonciateurs.

10On ne saurait demander à l’auteur de tout embrasser ; le tropisme souligné est d’ailleurs lié au choix d’une approche philosophique et à la défense d’une conception générale de la langue comme milieu. Cette démarche résolument englobante, appuyée par un large éventail de références théoriques, cohérentes et toujours travaillées en profondeur, fait de Linguistique anthropologique et référentielle un apport incontestable pour la linguistique mais peut-être également pour d’autres sciences humaines et sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Lecolle, « Pierre Frath, Linguistique anthropologique et référentielle », Questions de communication, 37 | 2020, 448-450.

Référence électronique

Michelle Lecolle, « Pierre Frath, Linguistique anthropologique et référentielle », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22928 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22928

Haut de page

Auteur

Michelle Lecolle

Université de Lorraine, Crem, F-57000 Metz, France
michelle.lecolle[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search