Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureLangue, discoursPierre Rézeau, Les Mots des Poilu...

Notes de lecture
Langue, discours

Pierre Rézeau, Les Mots des Poilus dans leur correspondance et leurs carnets

Strasbourg, Éd. de linguistique et de philologie, 2018, 970 pages
Liana Pop
p. 452-454
Référence(s) :

Pierre Rézeau, Les Mots des Poilus dans leur correspondance et leurs carnets, Strasbourg, Éd. de linguistique et de philologie, 2018, 970 pages

Texte intégral

1Ce dictionnaire de Pierre Rézeau s’inscrit dans la lignée qu’a cultivée ce prodigieux lexicologue, spécialiste de parlers régionaux, de récits de voyageurs, de prières en ancien français, d’expressions quotidiennes, de noms de cépages ou en tant que directeur de recherche au Centre nationale de la recherche scientifique d’un Trésor de la langue française en 16 volumes.

2Le présent dictionnaire est impressionnant à plusieurs titres : pour ses dimensions (970 pages), pour l’histoire de la Grande Guerre qui renaît à travers les nombreux mots choisis par l’auteur dans un énorme corpus de correspondance « vivante » et pour l’extraordinaire souci de rendre un ouvrage lexicographique de la meilleure qualité. Rien qu’à le feuilleter, on se rend compte de l’ampleur du travail qui est revenue à un seul auteur. Car, dans son appareil critique, P. Rézeau a réuni une table d’« Abréviations et symboles » (p. xi-xii), une « Introduction » (p. 1-10), un « Panorama du français au début du XXe siècle » (p. 11-28), une « Nomenclature et organisation des articles » (p. 29), 845 pages réservées aux articles, plusieurs « Annexes »  (« Répertoire onomasiologique », « La bigarrure des dialectes et des langues au Front », « Les onomatopées de la guerre », « Noms donnés aux divers abris », « Noms donnés aux pièces d’artillerie », « Noms donnés aux animaux », « Les fleurs glissées par les poilus dans les lettres », « Corpus et auteurs cités », dont « Ouvrages réunissant des correspondances de poilus et de leur famille » et « Ouvrages réunissant des lettres de poilus de diverses régions », p. 877-949) et, enfin, une « Bibliographie générale » qui s’étend sur les 20 dernières pages (p. 950-970).

3Dans sa Préface, l’historienne Annette Becker remarque ce qu’apporte ce nouvel ouvrage sur la guerre de 1914-1918 : « Ici l’ordre alphabétique nous dévoile le désordre de la guerre et bien davantage : son chaos. Dans la confusion des fronts militaires, chacun a vécu, perçu, senti, ressenti puis réfracté, retourné aux siens restés sur les fronts domestiques, parfois éloignés aux confins des empires, ces bruits effrayants, ces ordres, cette dureté, ces mutilations, ces laideurs infinies et parfois aussi, dans les interstices de l’“enfer”, cette poésie et cette tendresse » (p. ix). Elle attire aussi l’attention des lecteurs que ce dictionnaire ne se limite pas à l’argot des tranchées, comme on pourrait le croire, mais s’étend sur tout le parler des Poilus : on le remarquera bien, car les expressions seront mentionnées comme telles dans les articles. Comme pour Abeille (s. v.), classée dans l’argot des tranchées : « Abeille n. f. – argot des tranchées, habituellement au pl. – “balle de fusil ou de mitrailleuse […] On lève un peu la tête dans l’aveuglante lumière crue. Les abeilles volent, on replonge” […] 2. “petit obus” […] 3. “avion” […] ».

4Pour les sources, « un gisement inépuisable », « il y a en France plusieurs millions de liasses de lettres de guerre dans les tiroirs » (p. 1). Et, pour ce travail, ce ne sont que 400 correspondances avec les familles et carnets qui ont été utilisés, rendant vivante l’expérience vécue au front par ce qu’on a appelé des « morts vivants » (p. 3). Les noms des soldats auteurs de lettres ou de journaux sont cités à chaque fois, et une observation attentive est réservée par l’auteur pour leur niveau d’instruction, la provenance géographique, etc.

5Cette œuvre lexicographique fait suite à des travaux antérieurs en la matière, la plupart rédigés par les combattants eux-mêmes, dont on a remarqué la conscience qu’ils avaient de leur langage, qui devenait évidente dans des articles de journaux de province (Journal de Roanne) ou du front (Bulletin des armées), ou dans des dictionnaires issus d’enquêtes linguistiques, comme celui d’Albert Dauzat, mobilisé comme infirmier (1918) ou, une année plus tard, celui de Gaston Esnault – « un combattant qui se trouve être lexicographe », comme il dit lui-même.

6Le dictionnaire de P. Rézeau contient « le français de tous les jours », « truffé d’argot et principalement d’argot militaire, à quoi se mêle ce qu’on appelle ici l’argot des tranchées (mots et sens nés de la guerre) » (p. 9). Pour que se démarque de façon évidente d’autres dictionnaires, P. Rézeau a notamment choisi de retenir des mots « qui ne figurent dans aucun autre dictionnaire » (p. 10). Ainsi, dans son chapitre « Panorama du français au début du XXe siècle » (p. 11-28), le linguiste soumet à son esprit critique (et normatif, il faut dire) les particularités du langage des poilus. D’abord pour le français commun, on trouve les parlers (langage populaire et traces d’argot militaire et des tranchées), le français de tous les jours, avec ses catégories intéressantes, comme celles de familiolectes et de langage enfantin, tirées des lettres envoyées par les familles aux combattants comme celles des mères qui décrivent le langage des petits à leurs pères absents (« Il est d’un naturel poli car il dit très bien “Aci, aci” quand on lui donne quelque chose », p. 16). Venant des tranchées, l’aspect ludique et l’inventivité du langage sont surprenants – « un sens extraordinaire du pittoresque linguistique », « des trouvailles de mots qui donnent l’impression d’un jaillissement spontané de sève » (ibid.), comme ce zeugma : « Assis sur mon sac, je t’écris sur mes genoux avec mon cœur et mon porte-plume » (p. 17). P. Rézeau identifie aussi de nombreuses particularités de prononciation et de grammaire de certains soldats peu instruits : méprises sur les genres ou le nombre des substantifs, conjugaisons défaillantes, auxiliaires ou pronoms mal utilisés.

7Ensuite, les variétés régionales du français ont été délimités avec les accents du front comme l’alsacien (« Il parait qu’on lui a fait [à Joffre], à Thann, une grande ovation aux cris de “Fife Choffre” », p. 23) et la morphologie et la syntaxe – partitifs, hypercorrections, emploi de l’article et de l’adjectif possessif, le datif éthique, les constructions impersonnelles, les temps surcomposés, les propositions participes, les voix, les auxiliaires, l’ordre des mots, etc. (un seul exemple ici, parmi les nombreux recueillis par l’auteur : « Vendée : je suis commandé […] pour aller à Mailly à l’enterrement. Je suis été désigné pour porter la croix », p. 26). En tout, ce que réussit P. Rézeau dans ce chapitre est une vraie grammaire des poilus, comme jamais donnée auparavant.

8Quant aux nombreux articles du dictionnaire proprement dit, ils ouvrent au lecteur un vrai panorama – éclaté – de la vie des soldats sur le front. Même si l’on choisit les articles à lire au hasard, la reconstruction fascine, mais, très souvent, horrifie. Telles les expressions ou les mots que nous avons sélectionnés notamment dans l’argot des tranchées : matriculer ses abattis (loc. verb. pop. « se préparer à recevoir des coups (ici une attaque ennemie) », s. v. abbatis) ; manger avec les anges (loc. verb. fam. « être privé de manger, ne pas manger », s. v. ange) ; casque à pointe (loc. nom. m. « soldat allemand », s.v. casque) ; revenir avec sa couenne (loc. verb. pop. « revenir vivant », s. v. couenne) ; culbutant (n. m. « projectile de guerre non identifié », s. v.), cure-dents (n. m. « arbre haché par la mitraille, dont il ne reste que le tronc échiqueté », s. v.) ; distribution (n. f. « envoi massif d’obus, bombardement », s. v.) ; dudu (n. pr. « surnom du canon allemand de 90 », s. v.) ; dumdumiser (v. tr. « cisailler l’enveloppe d’une balle de fusil pour qu’elle provoque une large déchirure en s’écrasant sur son objectif », s. v.) ; fourchette (n. f. « baïonette », s. v.) ; Franz, Frédéric, Joseph, Wilhelm, (n. pr. « surnoms des soldats allemands », s. v.) ; gabionneau (n. m. « petit clayonnage ou petit sac rempli de terre pour servir de protection », s. v.) ; hirondelle (n. f. « 1. torpille aérienne à ailettes » […] 2. hirondelle des cimetières loc. nom. f. « balle perdue », s. v.) ; homme de jus/de lettres/de soupe, homme-seau (n. m. « soldats préposés à la distribution du café matinal, des lettres, des repas, à une corvée d’eau », s. v.) ; joujou (n. m. « revolver », 2. « canon ») ; marmite (n. f. […] 2. « gros obus », s. v.) : pelote (n. f. « punition consistant à marcher, avec armes et sac sur le dos, autour de la cour du quartier ou d’un lieu de cantonnement », s. v.) ; photographier (v. tr. « repérer, prendre pour cible », s. v.) ; poirer (v. tr. « attraper, faire prisonnier par surprise », s. v.) ; poussette (n. f. « brancard monté sur deux roues, pour le transport des blessés », s. v.) ; quatre cent vingt (n. m. « surnom d’un seau hygiénique […] par référence aux dimensions respectables de l’obus de 420 », s.v.) ; salut(ation) (n. m./f. « fait de baisser la tête, de se plier en deux ou de se mettre à plat ventre, pour éviter un projectile », s. v.) ; tue-boches (n. m. 1. « fusil » […] 2. « appareil lance-grenades », s. v.) ; wagon (n. m. « gros obus », s. v.) ; Zigomar (n. pr. « dénomination d’un avion ou d’un aviateur allemand », s. v.) ; zouzou (n. m. « zouave », s. v.). Et la liste est très longue. Ces exemples confirment que l’humour était bien une « arme de guerre », une « histoire imagée » destinée à rendre la vie dans les tranchées plus facile à supporter.

9D’un intérêt plus philologique sont les « Annexes » finales, qui offrent des listes de mots avec leurs sens ou avec des citations puisées à l’immense corpus qui est à la base de ce grand ouvrage. Ainsi les « bruits de l’enfer », les « balles », la « mitrailleuse », les « obus », les « fusées » fournissent-ils les onomatopées mentionnées et illustrées dans une douzaine de pages (p. 889-902). Et on ne peut ne pas retenir ici les nombreuses fleurs cueillies par les combattants sur les champs de bataille pour les envoyer à leurs êtres aimés : « quelques petites fleurs cueillies devant les tranchées allemandes tout à l’heure » ; « Je t’envoie quelques boutons de fleurs […] qui ont été arrachées ce matin par un éclat de marmite » ; « Fleurette épargnée par les marmites et cueillie à quelques pas de mon gourbi » (p. 913) ; « ci-joint deux violettes une pour toi et l’autre à petit Jean » ; « ce petit perce-neige, cueilli dans les jardins de l’hôpital » (p. 914). Une poésie de la Grande Guerre qui va de pair avec certains artistes peintres, dont une œuvre a servi à la couverture du volume : celle d’un soldat mort à Verdun en 1914. Cet ouvrage ne peut rester que comme une grande référence de ce qu’étaient les mots d’il y a 100 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liana Pop, « Pierre Rézeau, Les Mots des Poilus dans leur correspondance et leurs carnets », Questions de communication, 37 | 2020, 452-454.

Référence électronique

Liana Pop, « Pierre Rézeau, Les Mots des Poilus dans leur correspondance et leurs carnets », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22937

Haut de page

Auteur

Liana Pop

Universitatea Babeș-Bolyai, RO-400084 Cluj-Napoca, Roumanie
liananegrutiu[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search