Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de rechercheDes dispositifs de captation de l...

Notes de recherche

Des dispositifs de captation de la colère ?

Le cas des fury rooms à l’heure de la marchandisation des émotions
Anger-Catching Devices? Fury rooms in Emotional Merchandising
Pauline Hachette
p. 253-273

Résumés

Les fury rooms offrent au client un lieu pour détruire divers objets afin d’évacuer ses frustrations ou son stress. L’étude analyse ce dispositif et le discours qui l’accompagne pour interroger, dans un contexte de marchandisation des affects, la spécificité de cet îlot d’expérience et affects négatifs ici captés. À partir de là, il s’agit de questionner, en termes sémiotiques, la dialectique entre programmation et ajustement potentiellement à l’œuvre dans ce dispositif, afin de comprendre comment l’expérience mise en avant dans ce cadre peut tendre vers diverses formes d’aliénation. En effet, tant la scénarisation émotionnelle que le dispositif de traitement ex situ d’affects perturbateurs et la modélisation du rapport à l’environnement auxquels invitent les fury rooms semblent contredire l’expérience promue, conduisant à redéfinir les promesses de subjectivisation liées à celle-ci et à interroger la normalisation émotionnelle et comportementale du geste de destruction.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Une offre sur le marché de l’agressivité ludique
Quel type de marchandise émotionnelle les fury rooms représentent-elles ?
Le cadre du capitalisme affectif
L’inflation de l’« expérience »
Le cadre général du « bien-être » et l’assimilation du négatif
Objectivation, codification et normalisation émotionnelle : vers une aliénation affective ?
Une action programmée par le dispositif
… et le récit émotionnel
L’imaginaire cathartique
Le traitement ex situ de l’affect ou l’aliénation pragmatique
Comment se réorganise le champ de la valeur ou le simulacre de dépense
La valeur de la destruction
D’une expérience l’autre
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les fury rooms sont un produit relativement récent de l’industrie du loisir et du divertissement. Généralement, on date leur apparition à 2008, simultanément aux États-Unis et au Japon. On en trouve désormais dans de très nombreux pays européens, nord et sud-américains ou asiatiques. Leurs noms déclinent, souvent en anglais, l’idée de colère (« Anger Room », « Fury Room », « Rage Room », « Rage Spaces », etc.) ou de destruction (« Le Dégommoir », « Le Défouloir », « Carnage Room », « Breaking Room », etc). Par commodité, dans cet article, nous utiliserons le terme fury room de façon générique pour les désigner. Tous ces lieux reposent sur le même principe : un espace consacré à la destruction avec pour objectif principal de se débarrasser d’émotions négatives. Aux États-Unis, on attribue l’idée de la première « anger room » à une jeune femme, Donna Alexander, qui a ouvert en 2011 à Dallas un entrepôt rempli d’objets à casser, concept qu’elle avait expérimenté dans son garage les ann...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Hachette, « Des dispositifs de captation de la colère ? », Questions de communication, 37 | 2020, 253-273.

Référence électronique

Pauline Hachette, « Des dispositifs de captation de la colère ? », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/22982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.22982

Haut de page

Auteur

Pauline Hachette

Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, LHE, F 93526 Saint-Denis, France
phachette[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search