Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureMédias, technologies, informationMilad Doueihi et Jacopo Domenicuc...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Milad Doueihi et Jacopo Domenicucci (dirs), La Confiance à l’ère du numérique

Paris, Éd. Rue d’Ulm/Berger-Levrault, coll. Au fil du débat, 2018, 283 pages
Marie-Sylvie Poli
p. 463-464
Référence(s) :

Milad Doueihi et Jacopo Domenicucci (dirs), La Confiance à l’ère du numérique, Paris, Éd. Rue d’Ulm/Berger-Levrault, coll. Au fil du débat, 2018, 283 pages

Texte intégral

1Ce volume pluridisciplinaire – philosophie, économie, communication, sociologie, informatique – est entièrement consacré au concept de confiance dans notre monde actuel, considéré comme gouverné par le code numérique. La codirection de l’ouvrage assurée par Milad Doueihi (historien des religions et théoricien du numérique) et Jacopo Domenicucci (philosophe spécialiste de la confiance) conduit les 11 auteurs des 8 chapitres à traiter, en experts de leurs disciplines respectives, des questions épistémologiques et politiques graves que devrait se poser tout chercheur en sciences de l’information et de la communication (SIC) qui réfléchit aux effets du numérique sur la société contemporaine. L’ouvrage est organisé en trois parties : « La confiance en ligne. Toiles, interfaces et téléprésence » ; « La confiance dans les dispositifs numériques. Dispositifs, algorithmes, blockchain » ; « La confiance en devenir. Mutations de la confiance et de la privacy dans une société connectée ».

2Principalement inspirés de travaux récents de la littérature anglo-saxonne, tous les textes présentent des démonstrations rigoureuses et parfois ardues pour un lecteur non initié à certaines dénominations anglaises de concepts (notamment privacy, cloud, interlucency) et au raisonnement philosophique. Pour autant, si l’on joue le jeu d’une lecture qui met en complémentarité des démonstrations pluridisciplinaires exigeantes et des notes de bas de pages abondamment référencées, l’ouvrage permet de dresser un brillant état des lieux critique de la culture numérique contemporaine. Car – c’est l’un des points forts de l’ouvrage – chacune des trois parties est précédée d’une introduction co-écrite par Milad Doueihi et Jacopo Domenicucci qui présente les concepts et problématise les sujets qui seront finement analysés et discutés par les auteurs des contributions. Ce qui ne signifie pas, loin de là, qu’en lisant ces introductions on ait accès à l’essence des discussions des trois parties. Au contraire, tout l’intérêt et le plaisir de la lecture tiennent à découvrir, au fil des chapitres et des analyses, comment des cadres théoriques apparemment très éloignés (par exemple l’homo faber d’Hannah Arendt et la privacy d’Eric Hughes) permettent de concevoir des paradigmes pluridisciplinaires fiables pour reconsidérer les différentes formes de confiance que nous pouvons – ou non – attribuer aujourd’hui aux machines, aux services, aux algorithmes, aux institutions et bien sûr aux hommes.

3Un autre intérêt majeur de l’ouvrage est que toutes les contributions, y compris l’introduction générale, les introductions des parties et l’ouverture finale en guise de conclusion (« In code we trust ? », p. 249-253) apportent des pistes à la fois théoriques et concrètes pour penser la confiance à l’ère du numérique. Par exemple, à propos de la sécurité, on peut lire que « trop de sécurité étouffe la confiance » (p. 60) ; à propos de l’intérêt de la téléprésence, qu’elle « peut-être un bon moyen d’entretenir certaines formes de confiance. Elle est au moins propice à la créer » (p. 86). Sur la création, « pouvoir attribuer la confiance que l’on accorde aux artefacts et à leurs créateurs est […] d’une grande importance » (p. 107). Sur les monnaies numériques, il est montré que « l’insertion progressive du Bitcoin dans le “monde réel” – c’est-à-dire dans les systèmes monétaires et économiques à l’encontre desquels il a été créé – contribue en réalité à l’émergence de formes de confiance qui lui apportent une stabilité » (p. 140). À propos de la fracture numérique entre les États, « l’informatique en nuage risque d’exacerber, plutôt que de réduire, la fracture entre pays développés et en voie de développement car elle nécessite une connexion internet fiable, omniprésente et haut-débit. Or, dans de nombreux pays, celle-ci est inexistante, ou lorsqu’elle existe, très coûteuse » (p. 151). Les avantages numériques du cloud sont aussi abordés : « Une réglementation des entreprises utilisatrices du cloud s’impose de toute urgence. Il devrait être interdit aux avocats de stocker des données clients sur le cloud » (p. 164). Quant à la propagande des géants du numérique, « les Gafam seraient les dignes successeurs de Marlboro dans la production d’une ignorance répandue à propos d’un défi majeur pour nos vies » (p. 170). Ailleurs, il est question de notre identité numérique : « Non seulement le contenu publié par les autres, mais également le nombre et le type de personnes qu’un individu fréquente dans son réseau changent l’identité d’un sujet en ligne » (p. 183) ; « la privacy [assure] la protection des points de vue et donc la possibilité pour un sujet de changer, de devenir quelqu’un d’autre – que cela se produise en vertu de choix autonomes ou bien d’une hybridation complexe et médiée » (p. 193). S’agissant des libertés individuelles, on peut lire que « le totalitarisme et les régimes émergents de surveillance numérique ont en commun de contraindre le sujet politique à travers des épistémologies et des technologies de prédiction, et en prétendant à l’autorité » (p. 197). Et sur l’éthique, « la vérité est un fait humain, c’est-à-dire un fait qui a à voir avec l’épistémologie en tant que connaissance humaine de l’ontologie, la vérité a toujours un aspect moral. Ce qui est épistémologiquement erroné est aussi moralement injuste. Réciproquement, celui qui a connaissance d’une vérité et se comporte, par intérêt personnel, de façon non conforme à ce qu’il sait commet une erreur morale » (p. 246). Et sur la spécificité du code numérique, il est souligné que « le code informatique n’est pas seulement un langage non naturel, c’est aussi quelque chose qui est toujours en mutation. C’est un code toujours en attente de mise à jour, et il en va de même pour les formes de confiance qui l’habitent » (p. 250).

4Par ailleurs, l’ouvrage présente des mécaniques d’écriture discursive complémentaires puisque, si la majorité des auteurs choisissent de composer leur contribution comme une démonstration théorique in extenso, certains proposent des analyses d’entretiens réalisés dans le cadre de recherches de terrain à l’échelon international, avec des experts en finance numérique ou des acteurs de mouvements sociaux.

5Puisque tous les domaines que recouvrent les SIC abordent, d’une manière ou d’une autre, la question de la confiance, les chercheurs de la discipline trouveront un nombre considérable de raisons de lire l’ouvrage, qu’ils travaillent sur la communication des entreprises, de la culture, des savoirs, du politique, des acteurs sociaux, etc. En effet, presque tous nos objets et sujets de recherche questionnent aujourd’hui tout ou partie de signes, d’outils, d’écritures, de médias, de dispositifs, d’organisations sociales, de design, de systèmes symboliques, dans lesquels le numérique et l’internet s’invitent, s’imposent même. D’où l’intérêt pour nous, spécialistes de la communication et de la culture, de prendre au pied de la lettre l’invite de Milad Doueihi et Jacopo Domenicucci à penser de concert la problématique de la confiance et celle des conséquences du numérique sur toutes les formes de communication comme un sujet politique : « La question de la confiance à l’ère du numérique est encore instable, c’est plutôt un sujet politique qu’un sujet historique. Elle est l’enjeu d’une lutte où chacun, par ce qu’il fait ou refuse de faire, participe à une négociation collective. L’enjeu de cette négociation est le visage de la confiance d’aujourd’hui et de demain » (p. 18).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Sylvie Poli, « Milad Doueihi et Jacopo Domenicucci (dirs), La Confiance à l’ère du numérique », Questions de communication, 37 | 2020, 463-464.

Référence électronique

Marie-Sylvie Poli, « Milad Doueihi et Jacopo Domenicucci (dirs), La Confiance à l’ère du numérique », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/23073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.23073

Haut de page

Auteur

Marie-Sylvie Poli

Avignon Université, LCC, F-84000 Avignon, France
marie-sylvie.poli[at]univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search