Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureThéories, méthodesNathalie Heinich, La Cadre-analys...

Notes de lecture
Théories, méthodes

Nathalie Heinich, La Cadre-analyse d’Erving Goffman. Une aventure structuraliste

Paris, CNRS Éd., 2020, 168 pages
Albert Ogien
p. 469-472
Référence(s) :

Nathalie Heinich, La Cadre-analyse d’Erving Goffman. Une aventure structuraliste, Paris, CNRS Éd., 2020, 168 pages

Texte intégral

1Il faut louer l’opiniâtreté de Nathalie Heinich. C’est à elle qu’on doit aujourd’hui la publication d’un livre dont l’inspiration première est née il y a près de 30 ans avec la rencontre qu’elle a faite de Frame Analysis d’Erving Goffman (Harvard, Harvard University Press, 1974). Comme elle le rappelle dans sa conclusion (p. 155), sa soif de faire alors partager son enthousiasme pour cette œuvre majeure de la sociologie et son désir d’en faire connaître la teneur à la profession – bien avant qu’elle n’ait été traduite en français – lui ont alors valu bien des avanies, en particulier le refus de publication des articles qu’elle avait rédigés sur le sujet. N. Heinich a fort heureusement eu le temps de s’en remettre. Elle s’acquitte donc aujourd’hui de sa dette avec cet ouvrage qui propose une introduction à ce qu’elle nomme la « cadre-analyse ». Et sa tâche n’est pas simple.

2En effet, Frame Analysis a suscité l’incompréhension et l’irritation de ses premiers lecteurs, et parfois un lourd sentiment de trahison – qui explique sans doute le fait que les admirateurs d’E. Goffman ont préféré jeter un voile pudique sur ce livre ou le considérer comme hérétique. La première raison de ce rejet à peu près unanime tient à ce que l’ouvrage rompt radicalement avec le style empirique de ses études sur les rituels d’interaction. Et il est vrai qu’on ne retrouve pas dans ce livre ses descriptions fines et déroutantes du substrat social des rencontres en face à face qui mettaient au jour les infinies nuances qui leur donnent leur tonalité singulière. Au lieu de quoi, les analyses de Frame Analysis reposent sur des extraits de presse, de littérature, d’émissions de radio ou de télévision qui éloignent du terrain vivant des échanges et apparaissent plus comme des illustrations que comme des données d’enquête. D’ailleurs, H. S. Becker raconte qu’E. Goffman s’en voulait lui-même d’avoir été incapable d’asseoir les propositions de l’ouvrage sur des données empiriques de terrain dont pourtant il disposait. La seconde raison du désaveu qui a frappé ce livre tient au caractère trop abstrait ou « théorique » du projet dont peu des collègues de l’auteur ont saisi la nature. Fort heureusement, N. Heinich s’est montrée imperméable à tout sentiment de dépit.

3Dans le premier chapitre de son livre (p. 21-41), N. Heinich présente le modèle que, selon elle, E. Goffman a élaboré. Elle indique qu’il se construit sur une unité d’analyse primitive : la séquence d’activité (strip). Cette séquence est prise dans un « cadre primaire » (primary frame) qui lui confère une signification initiale appropriée à la situation dans laquelle elle s’inscrit. Puis des « cadres secondaires » (secondary frames) sont sollicités pour accommoder ces significations à l’évolution des échanges en réalisant, selon les circonstances, des tâches de transformation, re-transformation, modalisation, sous-modalisation, fabrication, fabrication de fabrication, par le truchement desquelles une redéfinition de « ce qui se passe » s’actualise dans le cours même de l’interaction. Au terme de la présentation de ce dispositif, l’autrice dresse un très utile organigramme de cet entrelacs de cadres secondaires dans lequel les actions se configurent et se reconfigurent sans cesse, en indiquant comment ces tâches s’emboîtent les unes dans les autres pour pallier la vulnérabilité essentielle de la réalité sociale.

4Pour N. Heinich, Frame Analysis est un précis de méthode permettant de rendre compte de la variabilité des significations qu’une personne est en mesure d’attribuer à un objet ou à un événement afin de corriger ou d’infléchir un cours d’action. De ce point de vue, elle confère aux « cadres » la consistance d’une grammaire de l’expérience (grammaire entendue ici comme une série de règles et de normes qu’il convient de respecter pour se conformer au bon usage). Cette conception la conduit à postuler l’existence d’individus exerçant leur « compétence à l’interaction » en en suivant correctement les instructions, quand d’autres échouent à le faire en mettant au jour « les inégalités à maîtriser les cadres ». Sous cet angle, les acteurs sont tenus pour les véritables opérateurs de l’activité de « cadrage ». Voilà pourquoi N. Heinich considère que la « cadre-analyse » d’E. Goffman fournit à la fois « une explicitation et une mise en pratique rigoureuse de cette structuration grammaticale qui, sur le plan axiologique et non plus situationnel, rend compte de la compétence des acteurs à se comporter, à parler, à opiner de manière acceptable par d’autres, en obéissant à des règles spécifiques » (p. 92). Il faut préciser ici que cette conception prescriptive de la grammaire n’est pas celle d’E. Goffman, qui admet l’extrême latitude des usages ordinaires observée dans ce qu’il nomme les « échanges réparateurs ».

5Tels sont donc les éléments de la méthode dont N. Heinich affirme qu’elle l’a aidée à rendre compte de la « coexistence de cadres mentaux engageant des manières spécifiques de construire et de traiter l’expérience, en l’occurrence l’expérience des jugements de valeur ; [et d’entreprendre] une collection de cas de tensions entre éthique et esthétique dans différents domaines » (p. 156). Les quatre derniers chapitres de son livre offrent des illustrations de la manière dont elle a mis la « cadre-analyse » à profit dans ses travaux sur l’art contemporain, le patrimoine et, plus récemment, la « valorisation ». Et cela, dit-elle, sans « trahir l’esprit ni la portée de cette monumentale entreprise de révélation et de formalisation des conditions de l’expérience » (p. 40). Un esprit dont elle s’efforce de montrer, dans le second chapitre du livre (p. 47-69), qu’il est plus celui du structuralisme que de l’interactionnisme.

6Pour fonder cet argument, la chercheuse revient sur la querelle qui a opposé, dans les pages de la revue Contemporary Sociology, E. Goffman à deux de ses détracteurs : Norman Denzin et Charles Keller (« Frame Analysis Reconsidered », Contemporary Sociology, 10, 1, p. 52-60), dont l’attaque est sans concession. Pour eux, Frame Analysis trahit la perspective de l’interactionnisme puisqu’on n’y trouve plus aucune trace de l’autonomie d’action des individus et de la nature émergente des arrangements qui constituent la vie sociale. La réponse qu’E. Goffman (« A Reply to Denzin and Keller », Contemporary Sociology, 10, 1, p. 60-68) apporte à ce réquisitoire a quelque chose d’unique dans la mesure où il a toujours ignoré les critiques portant sur ses affiliations théoriques. Qu’il ait tenu cette fois-ci à le faire est donc un indice de l’importance qu’il accordait à cet ouvrage.

7La charge de N. Denzin et C. Keller repose sur une conviction : les analyses de Frame Analysis obéissent aux canons du structuralisme à la française, qui est à mode à l’époque. N. Heinich relève que, dans sa réplique, E. Goffman déclare son hostilité totale à ce courant de pensée en ajoutant que le seul rapport qu’il entretient avec la France est le nom du biomathématicien anglais dont il a repris la conception matérialiste de la transformation des formes proposée dans son Form and Growth (Cambridge, Cambridge University Press, 1917) : D’Arcy Wentworth Thompson. De fait, tout lecteur d’E. Goffman sait qu’il n’a jamais renoncé à la notion de structure, mais que l’usage qu’il en a fait est celui de l’anthropologie sociale britannique et de l’école durkheimienne. Il s’agit alors de partir de l’arrière-plan d’institutions sociales censées formater les conduites individuelles pour étudier la manière dont les individus y inscrivent leur action en lui donnant une coloration particulière. E. Goffman (« The Interaction Order », American Sociological Review, 48, 1, 1983, p. 1-17) n’a cessé d’affirmer la primauté de la structure sociale sur l’ordre de l’interaction tout en défendant la légitimité d’une démarche constituant cet ordre second en domaine de recherche de plein droit. La validité de cette démarche tient à la place centrale qu’elle accorde à la « situation » – principe formulé en 1964 dans « The Neglected Situation » (American Anthropologist, 66, 6, p. 133-136, trad. en français dans Les Moments et leurs hommes, éd. par Y. Winkin, Paris, Éd. Le Seuil, 1988) – conçue comme une « structure de contraintes » qui impose ses exigences sociales et matérielles à l’action en commun, indépendamment des contenus de communication qui s’y échangent. À ce sujet, on pourra voir l’analyse des propriétés structurelles de l’interaction proposée par Anne Warfield Rawls (« The Order of Interaction Sui Generis: Goffman’s Contribution to Social Theory », Sociological Theory, 5, 2, 1987). Frame Analysis approfondit cette veine en examinant un type de contraintes : celui qui organise « l’expérience de la vie sociale », ce qui revient à dire que ce que certains mettent au compte de la subjectivité des acteurs est de part en part sous le contrôle du social. C’est sans doute ce qui a conduit N. Denzin et C. Keller à qualifier cette démarche de structuraliste. Bien que N. Heinich récuse la conclusion de ces deux auteurs, elle n’en soutient pas moins que Frame Analysis est « une aventure structuraliste » qui, selon elle, signe un désaveu de l’interactionnisme. Mais est-ce vraiment le cas ? Au lieu de trancher, mieux vaut exposer les deux manières de statuer sur son ambition qui coexistent aujourd’hui encore.

8N. Heinich s’approprie Frame Analysis en en faisant, comme on l’a vu, une méthode d’analyse qui permet d’appréhender le caractère nécessairement stratifié des phénomènes sociaux. Elle défend donc « la particularité structurelle du modèle goffmanien, à savoir qu’une même séquence de l’expérience vécue peut être perçue et traitée dans des “registres” hétérogènes, non équivalents, obéissant à des règles spécifiques, et qui nécessitent pour passer de l’un à l’autre un certain effort de transposition ou de traduction » (p. 88).

9Cet usage instrumental de Frame Analysis est largement partagé. Il est celui qui a été fait en science politique, avec l’analyse de David Snow sur les pratiques dites de « cadrage » mises en œuvre par les mouvements sociaux afin de réussir une mobilisation en négociant la signification des problèmes à résoudre, des stratégies à adopter ou des visées à atteindre (D. Snow, B. Rochford Jr., S. Worden et R. Benford, « Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation », American Sociological Review, 51, 4, 1986). On le trouve également dans les théories de la communication, qu’elles s’inspirent de la conception des multiples plans de réalité chère à Alfred Schütz et aux phénoménologues, de la conception des conflits d’interprétation développée par Paul Ricœur ou encore de la reconnaissance de la pluralité des versions concurrentes d’un même fait qui alimente les thèses sur la place de la narration dans la réception des discours.

10Une autre lecture de Frame Analysis est possible, pour autant qu’on accepte de le situer dans l’itinéraire de recherche que son auteur a tracé entre interactionnisme, anthropologie sociale dynamique, ethnométhodologie, analyse stratégique et ethnographie de la communication (D. Hymes, « On Erving Goffman », Theory and Society, 13, 1984, p. 621-631). Lorsque le livre paraît, en 1974, il se présente comme une réponse proprement sociologique au défi théorique que pose alors le « tournant linguistique » aux théories compréhensives de l’action.

11Il faut, à ce point, compléter la présentation de N. Heinich. Comme le rappelle A. W. Rawls (« Orders of Interaction and Intelligibility. Goffman and Garfinkel by Way of Durkheim », dans J. Trevino, Goffman’s Legacy, Lanham, Rowman and Littlefield, 2003, p. 216-253), Frame Analysis est un livre qui s’inscrit dans la controverse qui a opposé, une décennie durant, E. Goffman et Harold Garfinkel au sujet de l’objet et de la méthode de l’enquête qualitative en sociologie. Et Randall Collins (« The Passing of Intellectual Generations: Reflections on the Death of Erving Goffman », Sociological Theory, 4, 1, 1986, p. 106-113) précise que le choix de publier un ouvrage de facture théorique est directement lié à la rancœur qu’E. Goffman a conçu en voyant ses meilleurs doctorants (Harvey Sacks, Emanuel Schegloff, David Sudnow) le quitter et demander la supervision de H. Garfinkel, dont ils jugeaient le travail plus ambitieux et plus rigoureux.

12Voilà pourquoi cet enjeu est annoncé dès l’introduction de Frame Analysis : E. Goffman entend dépasser ce qu’il décrit comme les limites intrinsèques de l’interactionnisme symbolique, de l’ethnométhodologie et de la sociolinguistique dans l’analyse de l’action en commun. Ce qui oblige, selon lui, à produire une analyse proprement sociologique d’un phénomène : l’expérience. Pour E. Goffman, celle-ci n’est ni une affaire de subjectivité (comme le voudrait la phénoménologie), ni la résultante de l’intersubjectivité (comme le voudrait l’interactionnisme symbolique), ni le produit de la mise en œuvre d’une série finie de « règles constitutives » (comme l’affirme H. Garfinkel). Une intuition guide le travail d’E. Goffman : le rapport immédiat que les individus nouent avec le monde dans lequel ils agissent (l’expérience) se confond avec le déploiement incessant de procédures de mise en relation des éléments qui s’offrent à leur observation dans la suite des séquences d’action dans lesquelles ils sont pris. Ces procédures – qui renvoient à l’exercice de la connaissance en acte – sont directement impliquées dans le fait que les individus parviennent à « faire ce qu’ils ont à faire » (E. Goffman, Frame Analysis, op. cit., p. 16), c’est-à-dire à remplir l’obligation première qu’impose la rencontre en face à face : assurer la continuité de l’échange dans lequel ils sont engagés. Tout cela ne déroge en rien à la démarche de l’interactionnisme.

13Ceci appelle une clarification. L’interactionnisme est une étiquette qui s’applique à quatre courants qui, depuis l’École de Chicago des origines, se sont développés dans des directions différentes (voir N. Denzin, Symbolic Interactionism and Cultural Studies: The Politics of Interpretation, Oxford, Blackwell, 1992 ou R. Collins, Four Sociological Traditions, New York, Oxford University Press, 1994). L’un de ces courants (dont H. S. Becker, E. Goffman, H. Garfinkel et Aaron Cicourel sont les figures les plus en vue) se singularise par la prépondérance qu’il accorde au caractère situé et séquentiel de l’action en commun. Au fil des ans, les travaux de ce courant ont placé un questionnement au cœur de leur intérêt empirique : comment les personnes accomplissent-elles la coordination entre chacune des séquences dont leur action en commun est composée ?

14La réponse qu’E. Goffman lui apporte se trouve dans Frame Analysis (op. cit. : 47) qui porte la recherche vers le niveau le plus élémentaire de la coordination : la manière dont la connaissance pratique s’exprime dans et pour le déroulement de l’interaction, en « disparaissant dans le flot calme de l’activité ». Pour lui, cela se produit dans le jeu incessant entre cadres primaires et secondaires. Dans la description qu’il en fait, ces deux genres de cadres fournissent un lot de critères d’identification et de jugement communs dont l’usage en contexte permet à des partenaires d’agir dans le sentiment de le faire de façon acceptable à autrui. Ces critères possèdent les deux propriétés du fait social : ils sont impersonnels (ils s’imposent à tous) et contraignants (ils informent l’action individuelle, pour autant qu’une personne veuille la rendre intelligible à autrui). C’est en ce sens qu’E. Goffman récuse la conception du processus de cadrage de Gregory Bateson qu’il juge psychologique et propose d’envisager ce processus « comme inhérent à l’organisation des événements et de l’activité cognitive » (ibid. : 64). Inhérent, ce qui veut dire que sa réalisation ne requiert pas la mise en œuvre des compétences d’un individu.

15L’autre lecture de Frame Analysis conduit ainsi à cette conclusion : en essayant d’étayer empiriquement l’idée selon laquelle l’expérience est sociale de part en part, E. Goffman intègre à la perspective interactionniste une dimension à laquelle il lui était devenu difficile de se soustraire : celle du rapport entre connaissance et action. Il faut tout de même noter ici une erreur de lecture que N. Heinich commet lorsqu’elle affirme (p. 88) qu’E. Goffman soupçonnait l’interactionnisme de chercher à « maintenir une partie du monde à l’abri de la sociologie ». C’est exactement le contraire qu’il écrivait dans son fameux « Role Distance » (dans Encounters, New York, Bobbs Merrill, 1961), à savoir que décrire ce dont l’étoffe de la vie sociale est faite – comme la manière dont une personne manifeste sa distance à l’aspect normatif du rôle qu’il doit jouer – apporte un désaveu empiriquement fondé à ceux qui récusent la primauté absolue du social dans l’explication de l’action.

16On peut penser que la très tiède réception que le milieu de la sociologie a réservé à Frame Analysis à sa parution tient tout autant de la surprise de voir E. Goffman s’engager sur le terrain de la théorie, de l’accusation de structuralisme et de l’incapacité de ses collègues à saisir le caractère sociologique d’un projet qui a dû leur sembler relever d’un domaine de recherche, la cognition, qui n’est en rien de leur ressort. La publication du livre de N. Heinich permet de rouvrir le débat sur les deux lectures de Frame Analysis, ce qui permettra peut-être de constater que sa réception a un peu évolué depuis sa première publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert Ogien, « Nathalie Heinich, La Cadre-analyse d’Erving Goffman. Une aventure structuraliste », Questions de communication, 37 | 2020, 469-472.

Référence électronique

Albert Ogien, « Nathalie Heinich, La Cadre-analyse d’Erving Goffman. Une aventure structuraliste », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/23126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.23126

Haut de page

Auteur

Albert Ogien

EHESS, CNRS, CEMS, F-75006 Paris, France
albert.ogien[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search