Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes de lectureThéories, méthodesDinah Ribard, 1969 : Michel Fouca...

Notes de lecture
Théories, méthodes

Dinah Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur. « Qu’est-ce qu’un auteur ? ». Texte, présentation et commentaire

Paris, H. Champion, coll. Textes critiques français, 2019, 110 pages
Charles Djungu-Simba K.
p. 475-477
Référence(s) :

Dinah Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur. « Qu’est-ce qu’un auteur ? ». Texte, présentation et commentaire, Paris, H. Champion, coll. Textes critiques français, 2019, 110 pages

Texte intégral

1Rendre compte d’un ouvrage qui est déjà lui-même le compte rendu d’un autre, voilà l’exercice auquel nous allons nous livrer ici. À l’ère où l’interdisciplinarité s’impose comme la meilleure garantie d’une lecture la moins subjective possible de nos réalités sociétales, l’ouvrage de Dinah Ribard vient rappeler l’impact de l’essai foucaldien, non seulement, comme on a tendance à le penser, sur les études littéraires dans le contexte de ce que l’on a appelé la « nouvelle critique », mais aussi sur l’histoires des idées, des connaissances et des sciences en général. C’est pourquoi, dans sa recension, l’autrice se donne comme fil conducteur l’objectif « d’éclairer les voies ouvertes par les différentes manières de […] raconter [l’événement interdisciplinaire représenté par Qu’est-ce qu’un auteur ?], de s’y inscrire et même peut-être de l’ignorer » (p. 15). Ce n’est là que simple précaution langagière, comme on s’en rendra vite compte, D. Ribard souhaite en réalité susciter une relecture des arguments développés dans l’essai de 1969 afin que les chercheurs s’inscrivant dans les différentes disciplines scientifiques ou courants de pensée revisitent, et « mett[ent] au jour la manière dont le concept d’homme a fonctionné dans le savoir » (M. Foucault, Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994 [1969]).

2Aucunement une négation du sujet au profit de quelque structure comme les participants au colloque de Cerisy ont tenté de le faire croire, la réflexion dont l’essai foucaldien a peaufiné avec maestria les termes remonte au 17e siècle, puisque Stéphane Mallarmé (1842-1898) déjà appelait à l’effacement de l’auteur, à la source du texte, par l’écriture elle-même. Par ailleurs, et pour démontrer qu’il ne s’agit pas d’un hapax existentiel comme dirait Vladimir Jankélévitch ou Michel Onfray, D. Ribard passe en revue les prises de position des principaux auteurs qui ont eux aussi travaillés sur la problématique de l’effacement de l’auteur. C’est ce qui fait dire à Michèle Bokobza Kahan (« Introduction », Argumentation et analyse du discours, 3, 2009, http://aad.revues.org/​658) que « le tranchant de l’interrogation de Foucault a aiguillonné la critique et suscité des analyses soucieuses de comprendre ensemble les figures d’auteur que les textes évoquent, convoquent ou conjurent et les figures sociales imposées du couple œuvre- auteur ».

3Mais commençons par examiner comment est structuré l’ouvrage. Trois grands chapitres, de longueur presque égale, en ponctuent la centaine de pages. Dans la « Présentation », partant du principe éthique qui serait, selon M. Foucault, à la base de l’écriture contemporaine, à savoir l’effacement de l’auteur – et non sa mort – D. Ribard commence par rappeler les quatre arguments que le conférencier était appelé à développer devant les membres de la Société française de philosophie. Il s’agit de : 1) le caractère du nom d’auteur irréductible au nom propre et qui échappe à toute description définie ; 2) le rapport d’appropriation, entendez la responsabilité de l’auteur face à des textes dont, contrairement aux idées reçues, il n’est en réalité ni producteur ni inventeur ; 3) le rapport d’attribution ou pourquoi ne faudrait-il pas attribuer à l’auteur ce qui est écrit ou dit dans ses textes car tout est le résultat complexe de la critique ou de la lecture ; 4) la position de l’auteur telle qu’elle peut transparaître respectivement dans le livre, dans les différents types ou lieux de discours, et dans quelque champ discursif spécifique. Enfin, D. Ribard s’emploie, d’une part, à situer les distances de M. Foucault par rapport à d’autres auteurs, tels Jacques Derrida et Roland Barthes, qui ont abordé plus ou moins la même problématique de l’effacement de l’auteur, et, d’autre part, à retracer la carrière de « Qu’est-ce qu’un auteur » à travers ses diverses versions et variantes, dont M. Foucault lui-même autorisa indifféremment, semble-t-il, les rééditions.

4Le deuxième chapitre reprend dans son intégralité le texte de la conférence tel que l’auteur de Les Mots et les choses (Paris, Gallimard, 1966) l’a prononcé au Collège de France le 22 février 1969 sous la présidence de Jean Wahl. Dans le troisième chapitre, l’autrice s’essaie à décrire l’impact de la réflexion foucaldienne dans l’histoire contemporaine des idées, des connaissances, des littératures, de la philosophie et des sciences. Même si cette réflexion ne constitue pas un hapax dans l’œuvre du philosophe et bien qu’il ne soit pas le seul à avoir développé la problématique de l’effacement de l’auteur, il n’est pas exagéré d’affirmer que « Qu’est-ce qu’un auteur ?» a magistralement opéré une rupture épistémologique dans les études et la pensée contemporaines. Par exemple, dans le domaine des études littéraires, cet essai a éminemment contribué à poser les fondements d’une « nouvelle critique », désignée structuralisme par les uns ou poststructuralisme voire postmodernisme par d’autres. On retiendra, pour l’essentiel, le refus de M. Foucault et de ses pairs d’assigner « au texte [une] origine qui l’expliquerait tout entier, et qu’il suffirait […] de connaître pour décider de son sens » (p. 63).

5Ce credo clamé, le plus important reste à faire : débusquer, dans les œuvres, les formes propres aux discours qui subsistent à l’effacement de l’auteur et que M. Foucault nomme la fonction-auteur. Selon lui, « la fonction-auteur est liée au système juridique et institutionnel qui enserre, détermine, articule l’univers des discours ; elle ne s’exerce pas uniformément et de la même façon sur tous les discours, à toutes les époques et dans toutes les formes de civilisation ; elle n’est pas définie par l’attribution spontanée d’un discours à son producteur, mais par une série d’opérations spécifiques et complexes ; elle ne renvoie pas purement et simplement à un individu réel, elle peut donner lieu simultanément à plusieurs ego, à plusieurs positions-sujets que des classes différentes d’individus peuvent venir occuper » (p. 47). On ne saurait mieux souligner la dimension et le dessein interdisciplinaires de l’essai. Il est vrai que la tendance, ou plutôt la tentation, a souvent été de vouloir décrypter les propositions de M. Foucault à l’aune des textes issus du champ littéraire. Le philosophe lui-même, à l’entame de cette focalisation, avait pourtant été le premier à la dénoncer, en proposant de revoir et d’étendre l’acception du terme auteur. « Je crois bien, avoue-t-il, avoir donné au terme auteur un sens beaucoup trop étroit. Je me suis limité à l’auteur entendu comme auteur d’un texte, d’un livre, d’une œuvre dont on peut légitimément lui attribuer la production » (p. 48).

6Voilà le domaine d’investigation et de questionnement élargi à tous les champs. Et même dans cette nouvelle optique, M. Foucault revisite le concept d’auteur en ne s’intéressant qu’à ceux dont la fonction va au-delà de leur œuvre, ceux qu’il nomme des instaurateurs ou fondateurs de discursivité : « Ils ne sont pas seulement les auteurs de leurs œuvres, de leurs livres. Ils ont produit quelque chose de plus : la possibilité et la règle de formation d’autres textes » (p. 48).

7Sans doute que, en Occident, l’essai foucaldien pourrait paraître comme ayant fait date et, en tous les cas, a fécondé bien des réflexions dans maints domaines des idées et disciplines scientifique. Vu ainsi, l’intérêt qu’aurait le livre que lui consacre D. Ribaud se limiterait principalement à sa dimension d’inventaire de l’héritage du philosophe. En Afrique, non pas qu’on découvre celui-ci, mais la relecture de Qu’est-ce qu’un auteur, à côté d’autres textes majeurs, aiderait à recadrer bien de lectures sociétales lestées de carcan, de préjugés et d’idéologies de tout poil. Cette recommandation de M. Foucault garde toute son actualité et sa pertinence : « Peut-être est-il temps d’étudier les discours non plus seulement dans leur valeur expressive ou leurs transformations formelles, mais dans les modalités de leur existence : les modes de circulation, de valorisation, d’attribution, d’appropriation des discours varient avec chaque culture et se modifient à l’intérieur de chacune ; la manière dont ils s’articulent sur des rapports sociaux se déchiffre de façon […] plus directe dans le jeu de la fonction-auteur, et dans ses modifications que dans les thèmes ou les concepts qu’ils mettent en œuvre » (p. 57).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Djungu-Simba K., « Dinah Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur. « Qu’est-ce qu’un auteur ? ». Texte, présentation et commentaire », Questions de communication, 37 | 2020, 475-477.

Référence électronique

Charles Djungu-Simba K., « Dinah Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur. « Qu’est-ce qu’un auteur ? ». Texte, présentation et commentaire », Questions de communication [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/23157 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.23157

Haut de page

Auteur

Charles Djungu-Simba K.

Université pédagogique nationale, Kinshasa, République démocratique du Congo
djungu[at]hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search