Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Notes de lectureHistoire, sociétésFrançoise Salvadori, Laurent-Henr...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Françoise Salvadori, Laurent-Henri Vignaud, Antivax. La résistance aux vaccins du xviiie siècle à nos jours

Paris, éd. Vendémiaire, 2019, 360 pages
Paul-Arthur Tortosa
p. 646-649

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Françoise Salvadori et Laurent-Henri Vignaud font l’inventaire des résistances à la vaccination, de l’invention du procédé, à la fin du siècle des Lumières, à nos jours. L’usage du vocable anachronique « antivax » est justifié par la stabilité des principaux arguments opposés à la vaccination à travers les siècles. La première partie du livre identifie cinq grands moments de la résistance aux vaccins, tandis que la seconde analyse les enjeux du débat actuel.

2Cette étude commence par un bref rappel des controverses portant sur l’inoculation de la variole, ancêtre de la vaccination. Cette pratique, introduite en Europe au xviiie siècle mais bien plus ancienne dans l’Empire ottoman, consistait en la contamination volontaire de patient·e·s sain·e·s avec du pus d’une personne infectée. En dépit d’une certaine efficacité, le procédé est férocement critiqué en Europe. On lui reproche ses origines orientales et il est décrit comme une mode mondaine, un caprice de philosophe et de libertin mettant en péril la santé de la nation. En 1796, le médecin britannique Edward Jenner a l’idée d’inoculer non pas du pus variolique mais des vésicules de vaccine, une maladie proche de la variole, mais nettement moins dangereuse, notamment présente chez les bovins. Dans la première moitié du xixe siècle, la vaccination antivariolique est largement encouragée, parfois même imposée, par des États européens qui produisent de nombreuses statistiques soutenant la thèse de l’innocuité du procédé. Ce dernier est cependant critiqué par des inoculateurs refusant de perdre une source de revenus ainsi que par une constellation d’organisations et de journaux dénonçant à la fois l’intrusion de l’État dans la vie privée et la dangerosité de cette innovation. Dans la seconde moitié du xixe siècle, le principe de la vaccination tend à se généraliser en Europe. D’une part, une grande épidémie de variole en 1870 rappelle que la menace infectieuse existe toujours. D’autre part, les travaux de Robert Koch et Louis Pasteur permettent de développer des vaccins fiables pour de nouvelles maladies. Pourtant, la résistance aux vaccins reste importante, notamment en Angleterre, où de vastes campagnes de propagande sont organisées. De même, le Brésil est secoué en 1904 par la « Revolta da Vacina » qui rassemble des populations variées : les leaders ouvriers s’opposent à ce que des hommes entrent dans les foyers pour vacciner en l’absence des pères de famille, tandis que beaucoup considèrent la cicatrice vaccinale comme un signe infamant. Les deux guerres mondiales marquent un relatif reflux de l’activité antivax en Europe, le débat public étant occupé par d’autres enjeux bien que les armées soient largement vaccinées. Elle ne disparaît cependant pas totalement et investit désormais l’arène judiciaire, intentant des procès aux États et aux firmes pharmaceutiques en cas d’accidents vaccinaux. Enfin, l’ouvrage décrit des vaccins « victimes de leurs succès » (p. 137) : le recul massif, voire l’éradication totale de certaines maladies comme la variole qu’ils ont rendu possible tend paradoxalement à obscurcir leur utilité. En effet, l’extraordinaire efficacité de ces médicaments invisibilise les maux qu’ils sont censés prévenir, bien que toute baisse de la couverture vaccinale globale puisse entraîner des flambées épidémiques, comme en atteste la récente résurgence de la rougeole dans la communauté juive orthodoxe de New York.

3Après ce riche panorama historique, les auteur·ice·s proposent une série de chapitres thématiques sur la résistance contemporaine aux vaccins. Ils commencent par montrer que la religion n’apparaît pas en soi comme une variable déterminante : les pays où l’opposition aux vaccinateurs est la plus forte sont musulmans – le Pakistan et l’Afghanistan notamment –, mais c’est en Arabie Saoudite que la vaccination est le plus souvent perçue comme compatible avec les principes religieux. De manière plus générale, il semblerait que les histoires nationales et les passés coloniaux jouent un rôle beaucoup plus important que la confession en Asie et en Afrique (p. 180-181). En ce qui concerne les religions chrétienne et juive, une certaine opposition aux vaccins est observée, mais elle est présentée comme relevant moins de la foi que de la morale, la principale condamnation étant celle de la vaccination comme « violation du corps ou de la cellule familiale, considérés comme sacrés » (p. 193). Un autre registre fréquent de critique de la vaccination, aussi ancien que la pratique elle-même, est la dénonciation de l’introduction dans le corps d’une substance exogène. Dans cette perspective, il serait préférable de renoncer à l’injection contre-nature et de laisser l’organisme se renforcer seul. Ce genre de discours a d’abord été lié à la crainte d’une « minautorisation », c’est-à-dire d’une corruption de la nature humaine en raison de l’origine animale d’une partie des vaccins. Ensuite, l’éloge de la nature qui se régulerait elle-même s’appuie sur une description de l’immunité naturelle obtenue lors de la maladie comme supérieure à celle acquise par le vaccin. Les auteur·ice·s soulignent l’inscription de cet argument dans une vaste nébuleuse de discours écologiques critiques tant de l’industrie pharmaceutique que de la médecine allopathique. Cependant, l’ensemble des résistances à la vaccination ne sauraient être réduites à un militantisme religieux ou idéologique. Certaines, expliquent F. Salvadori et L.-H. Vignaud, reprennent le langage de la science médicale moderne tout en s’appuyant sur des sources erronées. Le plus illustre exemple dans ce domaine n’est autre que l’« affaire Wakefield », portant le nom du premier auteur d’un article controversé. En 1998, ce scientifique britannique publie dans la prestigieuse et sérieuse revue The Lancet un article suggérant un lien causal entre la vaccination MMR – équivalent britannique du ROR français (rougeole, oreillons, rubéole) – et des syndromes autistiques. Par la suite, la plupart des co-auteurs de l’étude en question se sont rétractés et une enquête a prouvé qu’Andrew Wakefield avait été grassement rétribué par un collectif d’associations pour truquer les résultats de son expérience. Si le praticien malhonnête a été radié du General Medical Council en 2010, son étude est toujours largement citée par de nombreux antivax comme une preuve scientifique de la dangerosité des vaccins. Enfin, les auteur·ice·s analysent les ressorts de la rhétorique complotiste à l’œuvre dans certaines franges du mouvement antivaccin contemporain. Cette dernière s’articule principalement autour de la collusion supposée entre des organisations internationales despotiques comme l’Organisaton mondiale de la santé (OMS), des États corrompus et un conglomérat industriel cynique, « Big Pharma ». On y retrouve notamment la vieille accusation de puissances politiques créant elles-mêmes des maladies pour nuire aux peuples et vendre des médicaments onéreux. Ces critiques émanent généralement d’individus faisant peu confiance aux pouvoirs publics, les auteur·ice·s soulignant les conséquences dramatiques des mauvaises stratégies de communication déployées au moment de la crise H1N1 en 2009. D’une part, l’OMS fut peu transparente sur le profil de ses expert·e·s, créant un terreau fertile pour le développement de soupçons de conflits d’intérêts. D’autre part, la volonté de l’État français de procéder à une campagne vaccinale de masse en urgence a semblé excessive pour cette maladie fortement létale mais dont l’épidémie fut rapidement stoppée.

4Cet ouvrage propose donc un panorama relativement large et complet des résistances aux vaccins sur près de deux siècles. Il ne s’appuie pas sur des matériaux empiriques originaux mais offre une synthèse de bons travaux sur le sujet, utile pour les étudiant·e·s et le grand public. L’une des idées centrales de l’ouvrage est que les arguments opposés au principe de la vaccination sont pour la plupart relativement stables. La défense de la liberté individuelle contre la logique de la santé publique, la mobilisation de témoignages singuliers et la critique des études statistiques jugées inaptes à l’évaluation des risques à l’échelle individuelle ou encore la défense de la primauté des processus « naturels » de l’organisme sur la médecine allopathique sont autant d’arguments qui traversent les siècles. Ainsi, l’objet de l’ouvrage n’est pas une pure abstraction conceptuelle rétrospective : il existe bien des idées-forces qui structurent l’opposition aux vaccins. Cependant, la permanence de certains discours ne doit pas occulter le fait que ces derniers sont déclinés localement en fonction des enjeux propres à chaque époque ou pays : l’éloge de l’action de la « Nature » ne prend pas la même forme et ne fait pas écho aux mêmes enjeux en pleine industrialisation et après Mai 68. Par ailleurs, la stabilité des arguments ne signifie pas que ces derniers constituent un ensemble cohérent : ils forment en effet une vaste nébuleuse rassemblant des idées variées, inégalement étayées, et souvent contradictoires. En ce sens, il aurait été préférable de parler des résistances plutôt que de la résistance. Ainsi, à la diversité des arguments antivax répond la diversité des acteur·ice·s : l’ouvrage montre qu’il est difficile de dresser un profil sociologique type de l’activiste anti-vaccin. Les questions de genre sont évoquées de manière pertinente, bien que succincte. Il est notamment rappelé que, le plus souvent, seules les jeunes femmes sont vaccinées contre le papillomavirus alors que les hommes en sont autant porteurs et souvent disséminateurs. À l’inverse, les auteur·ice·s rappellent que les affections testiculaires associées aux oreillons ont conduit à une vaccination massive des filles (p. 195-196). En revanche, le discours sur les conflits d’intérêts dans le monde pharmaceutique reprend le credo du patronat selon lequel « l’indépendance d’un expert est gage de son incompétence » (thème qui apparaît par exemple dans les entretiens du documentaire Les Médicamenteurs) : « Dans la mesure où l’on peut difficilement être expert sur un sujet aussi spécialisé sans en être ou avoir été acteur à un degré ou un autre, en tant que médecin, chercheur ou fabricant, doit-on réellement exclure des débats tous les immunologistes et vaccinologues ? » (p. 282). Or, parmi les expert·e·s, tou·te·s ne déclarent pas des dizaines de conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique, et il existe des sources d’expertise indépendante, comme la revue Prescrire.

5Par ailleurs, sur le plan méthodologique, les auteur·ice·s ne mettent pas en œuvre le principe de symétrie, pourtant au cœur de la sociologie des sciences depuis des décennies, et qui propose que toutes les théories soient traitées de la même manière, qu’elles soient considérées comme vraies ou comme fausses au regard de la science moderne. Les discours favorables à la vaccination sont toujours décrits comme sensés et rationnels là où les théories antivax sont qualifiées de « démente[s] » (p. 64), « plus ou moins loufoques » (p. 151) et les remèdes non allopathiques de « poudre de perlimpinpin » (p. 101). Ces remarques ne sont pas purement formelles, car elles touchent à des enjeux historiographiques majeurs. De même, le dénigrement systématique des discours antivax s’inscrit dans une narration positiviste anachronique de l’inexorable ascension de la science moderne. Cette situation est paradoxale, car les auteur·ice·s donnent elles·eux-mêmes des éléments permettant de nuancer ce récit. Par exemple, il·elle·s écrivent que « ces auteurs [antivax], prisonniers d’un paradigme hygiéniste, refusent de voir la révolution qui vient, à savoir la nouvelle théorie des germes de Koch et Pasteur » (p. 87), mais rappellent aussi brièvement que les virus sont trop petits pour être observés avant les années 1930-1940 ou encore que des expériences ont été truquées pour protéger Pasteur.

6Une contradiction similaire peut être relevée au sujet du rapport entre activisme antivax et scandales sanitaires. Les auteur·ice·s évoquent le « harcèlement juridique contre les États et les laboratoires » (p. 167) menés par les militant·e·s anti-vaccin, le présentant comme une des causes de l’augmentation des coûts de production des médicaments et favorisant le processus de concentration capitalistique dans quelques grands groupes pharmaceutiques. De même, il·elle·s considèrent que si les incidents vaccinaux existent toujours, ce sont les « avancées démocratiques » qui font qu’ils ne peuvent plus être passés sous silence (p. 138). Pourtant, la conclusion est nettement plus nuancée, et introduit une idée malheureusement absente du reste de l’ouvrage, à savoir que « les antivax des deux derniers siècles préfigurent nos lanceurs d’alerte actuels. Quand les statistiques d’incidents post-vaccinaux étaient trop belles et les scandales sanitaires étouffés par les autorités, ils ont attiré l’attention sur ces mensonges […]. Le consentement médical, l’usage de l’expérimentation humaine, le rapport de confiance entre patients et médecins s’en sont trouvés durablement modifiés » (p. 308). En développant davantage cette question grâce à la riche littérature en histoire et en sociologie sur l’activisme thérapeutique, les auteur·ice·s auraient pu sortir de l’inventaire des erreurs des antivax et proposer une analyse plus profonde et nuancée de leur influence sur les reconfigurations des rapports entre experts et profanes.

7Sur le plan géographique, les auteur·ice·s s’efforcent de couvrir l’ensemble de la planète, et proposent des exemples variés. Néanmoins, certains passages peuvent sembler maladroits, comme celui indiquant que l’inoculation « sort de l’ombre », alors qu’elle est simplement découverte en Grande-Bretagne, mais déjà très répandue dans l’Empire ottoman (p. 17). De même, si les mondes coloniaux sont évoqués à plusieurs reprises, la question des relations entre racisme et médecine n’est peu, voire pas traitée. Par exemple, une expérience sur des soldats noirs en 1917 tournant au drame est qualifiée d’« épisode peu reluisant pour l’armée française et l’institut Pasteur » et jugé « vite oublié[e] » (p. 124). Par les médecins et la presse, peut-être, par les survivants et leurs familles, c’est moins sûr. Pourtant, Guillaume Lachenal a bien montré que ces « oublis » ne relevaient pas de la négligence mais de la logique même de l’Empire français, tandis qu’une mémoire orale importante des abus de la médecine occidentale survivait largement au souvenir des administrations coloniales (Le Médicament qui devait sauver l’Afrique. Un scandale pharmaceutique aux colonies, Paris, Éd. La Découverte, 2014). Ainsi, écrire : « En contexte colonial, l’opposition à la lancette est une façon comme une autre de combattre l’envahisseur » semble être une politisation abusive de mobilisations diverses dont certaines ont pour fondement le souvenir direct et fondé de drames sanitaires causés par le racisme institutionnalisé. Si une partie des populations colonisées s’opposait aux vaccins, c’est peut-être en partie pour des raisons politiques, mais il est réducteur de nier leur capacité à développer une peur empiriquement fondée de la médecine coloniale. De même, on est en droit d’interroger le jugement porté sur les antivax africains, les auteur·ice·s dénonçant « l’idée tenace que ce sont les vaccins – en particulier ceux contre la polio – qui ont apporté le virus du sida » (p. 174). Formulée ainsi, cette idée est effectivement fausse, mais il faut également rappeler que Jacques Pépin, que l’on peut difficilement accuser d’être un complotiste antivax, a montré que la médecine coloniale avait largement contribué à diffuser le VIH par des campagnes de prévention contre la syphilis, le pian ou la lèpre (Aux origines du sida. Enquête sur les racines coloniales d’une pandémie, Paris, Éd. Le Seuil, 2019). Les épidémies iatrogènes ne sont d’ailleurs pas propres à la période coloniale : Arnaud Fontanet rappelle par exemple dans ces cours au Collège de France que les campagnes de prévention contre la bilharziose ont contribué à la propagation massive de l’hépatite C en Égypte.

8Enfin, l’ouvrage mobilise régulièrement le concept « public » sans que le terme soit jamais véritablement défini. On devine, à la lecture de l’introduction, que les auteur·ice·s en ont une vision légèrement paternaliste de foules plus portées sur les jugements hâtifs et conformes à leurs opinions que de raisonnements subtils (p. 13). Par ailleurs, il est difficile de comprendre où cette « opinion publique », dont l’existence est postulée a priori, se construit car on lit d’abord que « des enquêtes ont montré que les Français faisaient encore largement confiance à leur médecin pour s’informer sur les vaccins » (p. 291), puis que « désormais, l’opinion se forge en grande partie sur les réseaux sociaux » (p. 294) et enfin que « les vidéos sont également un mode de communication important » (p. 295). On remarque dans ces pages que si les auteur·ice·s ne critiquent aucune technologie en soi, leur description de l’information sur Internet rappelle les analyses de Jean-Baptiste Fressoz expliquant que, dans la critique des espaces producteurs de mauvaises opinions, « le web maléfique [a remplacé] les salons frivoles » (« Le risque et la multitude. Réflexion sur l’échec vaccinal de 2009 », La Vie des idées, 2010). La question est donc moins de savoir où les citoyen·ne·s cherchent de l’information, que comment il·elle·s la trient et la hiérarchisent en cas de contradiction, mais cet aspect est trop peu abordé dans le livre.

9Antivax propose donc une bonne synthèse de quelques travaux solides, et est utile en tant que manuel ou que support de travail. En revanche, ses lacunes en sociologie des sciences et son absence de matériaux empiriques inédits en limitent l’intérêt scientifique. Il souffre également de quelques ambiguïtés et contradictions, la conclusion introduisant des nuances absentes du reste de l’ouvrage et néanmoins essentielles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Arthur Tortosa, « Françoise Salvadori, Laurent-Henri Vignaud, Antivax. La résistance aux vaccins du xviiie siècle à nos jours »Questions de communication, 38 | 2020, 646-649.

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Françoise Salvadori, Laurent-Henri Vignaud, Antivax. La résistance aux vaccins du xviiie siècle à nos jours »Questions de communication [En ligne], 38 | 2020, mis en ligne le 23 juillet 2021, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/24649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.24649

Haut de page

Auteur

Paul-Arthur Tortosa

Université de Strasbourg, Institut universitaire européen, SAGE/DHVS, F-67000 Strasbourg, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • Logo edul
  • Logo Humus
  • Logo MESRI - Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation
  • Logo Ouvrir la science
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search