Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Notes de lectureMédias, technologies, informationBernard Miège, La Numérisation en...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Bernard Miège, La Numérisation en cours de la société. Points de repères et enjeux

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2000, 149 pages
Jean-François Tétu
p. 526-528

Texte intégral

1Après de nombreux ouvrages sur les transformations contemporaines des industries culturelles, dont il est un théoricien reconnu, et en particulier les trois volumes de La Société conquise par la communication (Grenoble, Presses universitaires de Grenoble : t. I, Logiques sociales, 1989 ; t. II, La Communication entre l’industrie et l’espace public, 1997 ; t. III, Les TIC entre innovation technique et ancrage social, 2007), Bernard Miège propose une réflexion synthétique, mesurée et prudente, sur la numérisation de la société, très éloignée des discours promotionnels et des visées généralisatrices ou prophétiques qui se sont multipliées au cours des dernières décennies. Trois principes guident ce travail (p. 13-14) : la prise en compte des temporalités entre le temps court et le temps long, qui permet de distinguer les continuités et les discontinuités ; une théorisation « à moyenne portée », proposée déjà en 2015 (Contribution aux avancées de la connaissance en information-communication, Bry-sur-Marne, INA) ; la multidimensionnalité des approches, pour échapper aux points de vue mono-centrés ; trois principes, donc, qui permettent de dessiner les enjeux des innovations plurielles des sociétés contemporaines. De là, six regards proposés au long des six chapitres du livre, qui sont à envisager simultanément. Nous les reprenons ici dans un ordre un peu différent.

2On est donc fort loin ici des visions « techno-centrées » ou « techno-déterminées », toujours plus ou moins dépendantes des stratégies marketing. Il s’agit en revanche de montrer ce qui est en jeu dans l’ancrage social du numérique de façon globale, et, encore une fois mesurée, notamment dans « l’impulsion à l’industrialisation de l’intermédiation et des médiations » (chap. iii, p. 53-70) et « le renouvellement en profondeur de la production de l’information et du traitement des données personnelles » (chap. iv, p. 71-87). C’est donc une défense ferme d’une approche en termes de sciences sociales des avancées rapides et parfois explosives du numérique, comme on le voit dans la montée en puissance des Géants (chap. v, « Les mutations des pratiques informationnelles, culturelles et communicationnelles », p. 89-105 ; et chap. vi, « Le capital mondialisé en première ligne », p. 107-123). Certes, on a vu aussi des voix différentes et parfois alternatives, associations comme La Quadrature du Net, productions collectives comme Wikipédia, logiciels alternatifs, mouvement des creative commons, développement de l’open acces ou de l’open source, lanceurs d’alerte ou consortia internationaux qui ne sont cependant pas parvenus à contrecarrer la tendance hégémonique, parce que les paradigmes dominants, justement, dominent toujours. C’est pourquoi l’ouvrage s’ouvre sur les quatre paradigmes qui fondent la mythologie contemporaine et qu’il convient, selon B. Miège, de ne pas traiter indépendamment les uns des autres (chap. i, « Entre fascination et consentement », p. 19-33). Ces paradigmes fondamentaux (tableau p. 29) sont l’accès et la mise à disposition ; la collaboration et le partage ; la créativité et la création ; et enfin la convergence qui fut, dès les années 1990, au cœur de l’attention de B. Miège (Jean-Guy Lacroix, B. Miège et Gaëtan Tremblay (dirs), 1994, De la télématique aux autoroutes électroniques. Le Grand Projet reconduit, Québec/Grenoble, Presses de l’université du Québec/Presses universitaires de Grenoble). Ces paradigmes constituent comme le fondement « d’une servitude numérique volontaire », selon l’expression vive de Bruno Patino (cité p. 33).

3Encore faut-il s’entendre sur ce qu’on nomme « innovations » et les distinguer soigneusement des changements et des mutations, ce qui est l’objet du chapitre ii, « Des procès d’innovations plurielles en cours » (p. 35-52), où B. Miège reprend ses propositions de 2007 dans le t. III de La Société conquise. B. Miège y prend quelque distance avec « l’alliance entre un cadre de fonctionnement et un cadre d’usage » (p. 38) au profit d’une approche davantage « plurielle de l’ancrage social des techniques numériques actuelles », car il convient de « se positionner sur l’ensemble de la chaîne de conception-production-intermédiation-diffusion des produits » et de « prendre en compte tous les composants de la chaîne du numérique » (p. 41). C’est bien ce qui rend le « procès d’innovation malaisé à circonscrire » (p. 45), car « la plupart des filières d’industrie culturelle ne sont pas ou n’ont pas encore été déstructurées par les techniques numériques » (p. 51).

4En réunissant ici les chapitres v et vi, il nous semble qu’un des principaux apports de ce livre porte sur la stratégie des big five, car aux Gafa il faut bien ajouter Microsoft (voit tableaux p. 109-110). En effet, « en continuité avec les principes affichés aux USA », insiste B. Miège (p. 130), les Géants du numérique tentent d’éviter deux obstacles : il ne faut pas que les États interviennent dans leurs relations avec les acteurs économiques (voir le récent débat en Australie avec les acteurs de la presse qu’ils pillent allègrement), mais il faut éviter aussi que leurs dérives ne provoquent la saisine d’autorités judiciaires ou régulatrices, et c’est bien pourquoi ils mettent l’accent sur les droits individuels ou des appels à l’éthique ; force est de constater que les usagers-consommateurs n’ont qu’une faible conscience des enjeux que cela camouffle. Car cette approche « individualisante » (p. 131) cache ce qui pourrait relever de l’ordre du politique. Reprenant les propos cités du président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), Sébastien Soriano (entretien dans Alternatives économiques de décembre 2018), B. Miège insiste sur le fait que la période où les plateformes rendaient d’évidents services aux consommateurs est achevée et que les effets de réseau protègent désormais ces géants de la concurrence et des innovations ; il faut donc rebattre des cartes comme les USA l’ont fait naguère avec le téléphone et redistribuer le pouvoir dans le réseau, seul moyen de stimuler les innovations et les alternatives.

5Dans quelle société sommes-nous donc entrés ? On s’en doute, B. Miège refuse clairement toute formulation univoque quoique ces dernières puissent indiquer des directions puissantes des mouvements actuels (société automatique, capitalisme cognitif, etc.), car son approche est résolument non déterministe, visant d’abord tout ce qui relève d’une construction sociale : il faut en revanche mettre en évidence les divers aspects qui sont au cœur des transformations des sociétés, d’où les six approches, à la fois distinctes et liées, qu’il propose.

6Il conclut en reprenant des propositions d’Armand Mattelart sur la montée de la surveillance (La Globalisation de la surveillance. Aux origines de l’ordre sécuritaire, Paris, Éd. La Découverte, 2007), qui nous semblent particulièrement bien venues. En effet, sans doute possible, les techniques numériques sont aujourd’hui mobilisées pour renforcer la surveillance sociale dont A. Mattelart avait admirablement reconstruit la généalogie. Ces techniques, avec l’aide des gouvernements d’ailleurs, ne sont pas seulement des outils de l’instrumentalisation du social, mais ils font partie des dispositifs de contrôle social, « dispositifs insidieux parce que non affichés comme tels, mais certainement pas les moins efficaces » (p. 136).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Bernard Miège, La Numérisation en cours de la société. Points de repères et enjeux »Questions de communication, 39 | 2021, 526-528.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Bernard Miège, La Numérisation en cours de la société. Points de repères et enjeux »Questions de communication [En ligne], 39 | 2021, mis en ligne le 10 décembre 2021, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/26207 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.26207

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

Université Lumière Lyon 2, Sciences Po Lyon, Élico, F-69365 Lyon, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search