Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Dossier. Plateformiser, un impéra...Les plateformes à l’épreuve des d...

Dossier. Plateformiser, un impératif ?

Les plateformes à l’épreuve des dynamiques de plateformisation

Platforms to the test of the dynamics of platformization
Jean-Édouard Bigot, Edouard Bouté, Cléo Collomb et Clément Mabi
p. 9-22

Résumés

Le présent dossier vise à renouveler l’analyse des plateformes en SIC, en mettant l’accent sur le processus de transformation en cours (qualifié de processus de plateformisation), plus que sur leurs conséquences. En se concentrant sur les phénomènes de médiation technologique et sur la matérialité du travail d’intermédiation, nous interrogeons la capacité des plateformes à influencer et à configurer des pratiques, et des formes d’autorité, à organiser l’action en imposant des contraintes, mais aussi l’existence de modes d’appropriation et de critiques de la part d’usagers, souvent « dominés » par ces plateformes. À partir des articles proposés dans ce dossier, nous montrons que ces logiques de plateformisation se manifestent de trois manières qui semblent s’imposer comme des dynamiques transversales aux différents terrains investigués : des logiques de rationalisation, de standardisation et de subjectivation des pratiques. Ainsi nous montrons que l’étude des dynamiques de plateformisation, permet de concilier l’analyse fine des normes et contraintes inscrites dans les technologies et la prise en compte des modes de résistances, et ouvre une voie originale pour poursuivre l’examen critique du développement des plateformes numériques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 LGBT signifie lesbiennes, gays, bisexuelles et trans, il s’agit d’un sigle utilisé pour qualifier (...)

1La fin d’année 2021 aura été marquée par les « Facebook files », une série d’enquêtes menées par des médias internationaux à partir de documents mis en circulation par une ancienne cadre de l’entreprise, Frances Haugen. Elle a notamment mis au jour les pratiques de modération des fake news et des contenus violents du réseau social, et de montrer comment Facebook, par l’intermédiaire des choix inscrits au cœur de ses algorithmes, pouvait favoriser la visibilité des contenus les plus polémiques. Ces documents, issus de l’espace en ligne de discussion interne, révèlent que certaines langues étaient plus négligées que d’autres par les équipes de modération du réseau social qui ne couvrent qu’une infime partie des zones linguistiques. Moins médiatisé, mais tout aussi significatif, le « Twitch leak » – à savoir la fuite du code source de la plateforme de diffusion de contenus en direct appartenant à Amazon –, a également permis d’alerter sur des problématiques de modération différenciée en fonction de l’importance du trafic généré par les utilisateurs. En 2019, une investigation avait de son côté mis en évidence que les choix guidant la modération automatisée de la plateforme d’hébergement de vidéos YouTube conduisaient à la démonétisation de vidéos aux titres contenant des mots associés à la communauté LGBT1.

  • 2 Acronyme qui désigne les grandes entreprises du numérique installées dans la Silicon Valley : Goog (...)

2Peu à peu, le voile se lève donc sur les pratiques de ces acteurs qu’on ne peut plus considérer comme de simples intermédiaires organisateurs de services. Au contraire, ces entreprises ont peu à peu développé un pouvoir privé de censure et d’imposition normative incroyablement puissant sur les activités qu’elles contrôlent, qui leur confère un rôle clé dans l’organisation et la régulation de notre vie sociale. De fait, les Gafam2, et plus largement les plateformes numériques, structurent de plus en plus notre rapport à l’information, participent à nos modes de gouvernance en intervenant sur des sujets régaliens en général traités par les États, comme la connaissance et la surveillance des populations, et gouvernent nos sociabilités, y compris les plus intimes. Ces acteurs s’appuient sur un modèle économique qui pousse à la centralisation et à la marchandisation des données des utilisateurs pour optimiser leurs services. Leur action, structurante dans de nombreux secteurs d’activité, a un impact systémique. Ainsi Amazon, le géant du commerce en ligne, a-t-il acquis un poids tel, qu’au-delà du commerce en ligne, ses choix de gouvernance ont un impact majeur sur la société dans son ensemble, à commencer par le bilan carbone de nos activités.

3Il apparaît alors essentiel que les sciences humaines et sociales (SHS) puissent se saisir de ces objets afin de les décrire, de les comprendre puis de les réinscrire dans les dynamiques sociales plus larges qui sont affectées par les agissements de ces acteurs économiques. Cette lecture systémique permet de documenter les transformations induites par la montée en puissance des plateformes numériques, de façon à construire un regard critique sur la manière dont elles sont perçues, sur les discours qui les accompagnent et sur leurs impacts réels sur les mondes sociaux qu’elles traversent. Ce travail collectif permet de mettre à distance le modèle numérique néolibéral dominant et sa capacité à se rendre incontournable, tout en invisibilisant les alternatives.

Plateforme(s) : multiplicité des approches

4L’usage du terme « plateforme » pour désigner des dispositifs sociotechniques qui organisent différents domaines de l’activité humaine en tirant profit des ressources du numérique – et par métonymie, pour désigner de grandes entreprises du numérique – demande une analyse critique. Popularisée par l’essayiste et entrepreneur Tim O’Reilly (2011), connu pour avoir donné naissance au terme de « Web 2.0 », l’expression est issue du monde de l’informatique. Elle a au fur et à mesure gagné une coloration cyberpolitique – avec les valeurs libertaires qui l’accompagnent – qui a assuré son succès dans les cultures de l’Internet. Il serait sans doute intéressant d’interroger les effets de cadrage qui peuvent être induits par le recours, en recherche, à cette notion fortement située de « plateforme ». L’inscription de ce terme dans les sciences économiques, sa popularisation par un entrepreneur et sa large circulation dans les discours des acteurs des industries numériques précadre-t-elle en partie les questions de recherche que l’on peut poser lorsque l’on travaille à partir de cette notion ? Implique-t-elle la mise en lumière de certains phénomènes et l’invisibilisation d’autres éléments ? Autrement dit, de quoi hérite-t-on, en recherche, lorsque l’on mobilise ce terme pour appréhender nos concepts et terrains ?

  • 3 Nous proposons dans ce dossier une traduction française de cet article. Voir Gillespie T., 2010, « (...)
  • 4 Les travaux du Prix Nobel d’économie Jean Tirole font référence sur ce point (voir Tirole, 2018).

5On notera en effet, dans le prolongement du travail de Tarleton Gillespie (2010)3, que le terme de « plateforme » renvoie, en anglais, à différents grands champs sémantiques, dont le premier est celui de l’informatique. Le terme désignerait donc, de façon générale, tout ce qui a trait aux éléments matériels du système informatique – c’est-à-dire le hardware –, aux systèmes d’exploitation, aux mobiles et même aux disques durs. Ainsi l’expression a-t-elle gagné en épaisseur sociale, jusqu’à désigner une logique économique et organisationnelle singulière, fondée sur une logistique d’intermédiation – au-delà du numérique et de l’Internet. Ainsi, dans leur dimension proprement économique, les plateformes se réfèrent-elles à des marchés multifaces ou multiversants articulant des blocs de marchés qui leur sont extérieurs4. Pour le dire autrement, dans une médiation marchande classique, la plateforme est un espace d’intermédiation commerciale de l’ordre du courtage qui organise la mise en relation d’au moins deux catégories d’agents (des offreurs/contributeurs et des demandeurs/utilisateurs). À titre d’exemple, le modèle de la grande distribution illustre bien ce déploiement d’un dispositif assurant la rencontre entre une demande de consommateurs et une offre large et hétérogène de producteurs.

6Toutefois, les plateformes numériques se distinguent des organisations socioéconomiques traditionnelles sur au moins deux points. D’abord, là où le dispositif communicationnel intervient, dans les plateformes hors-ligne, comme un simple levier d’intensification des échanges entre usagers, il devient, en ligne, une composante en tant que telle de la production de la valeur économique. L’objet du service final – des logements sur Airbnb, ou encore, par exemple, des véhicules et des chauffeurs sur Uber – produit finalement moins de valeur que le service d’intermédiation entre usagers. La deuxième propriété remarquable est le travail de production et d’exploitation intensives des données produites par les utilisateurs, qui devient le cœur de l’activité économique pour les gestionnaires et propriétaires du dispositif. Ainsi la plus-value repose-t-elle sur la faculté du dispositif à faire émerger les meilleurs appariements entre offreurs et demandeurs, à stimuler la production et les échanges entre utilisateurs dont sont extraites des données monétisables.

7Différentes disciplines et de nombreuses recherches proposent leurs propres approches des questionnements suscités par la montée en puissance des plateformes. En sociologie, des travaux se sont attachés à étudier les reconfigurations socioéconomiques et la transformation des activités des travailleurs induites par les plateformes numériques de service (livreurs à vélo, crowdsourcing…) (Aguilera et al., 2018 ; Barraud de Lagerie et Sigalo Santos, 2018 ; Chaves Ferreira et al., 2018 ; Abdelnour et Méda, 2019). D’autres travaux récents ont également documenté ce que les plateformes numériques médiatiques et de mise en circulation de biens culturels (Deezer, Spotify, YouTube, etc.) font aux activités de conception, de réception et de consommation de ces objets (Beuscart et al., 2019 ; Maisonneuve, 2019 ; Levoin et Louessard, 2019). D’autres enquêtes encore se sont penchées sur la transformation des rapports économiques induite par les plateformes. Un double numéro de la revue Réseaux. Communication, technologie, société a permis de faire le point sur les recherches francophones sur le sujet (Beuscart et Flichy, 2018, 2019). Le « digital labor », concept qui renvoie aux activités des internautes qui produisent de la valeur, est régulièrement mis en avant par des travaux critiques pointant la captation par les plateformes de la valeur produite par l’activité de navigation des internautes (Cardon et Casilli, 2015 ; Scholz, 2013 ; Terranova, 2000 ; Casilli, 2019). Un récent dossier de la revue South Atlantic Quaterly a notamment permis d’insister sur l’ampleur des transformations à l’œuvre et les résistances qui en découlent (Benvegnù et al., 2021).

8Certaines recherches ont par ailleurs interrogé la montée de « l’État plateforme », retraçant l’importation de la notion de « plateforme » au sein de l’administration française, montrant comment elle peut être consubstantielle d’un projet de modernisation de l’action publique où le rapport au service public se voit reconfiguré par ces nouvelles formes de médiation numérique (Alauzen, 2019 ; Chevalier, 2018). Le pouvoir de l’État dans cette nouvelle phase de modernisation se reconfigure et la question de la souveraineté est interrogée. De la modernité weberienne, avec sa bureaucratie légale-rationnelle, nous serions ainsi passés à des formes plus « liquides » de logiques disciplinaires (Bauman et Lyon, 2013), voire à des logiques de contrôle, dans lesquelles les plateformes privées jouent un rôle croissant. L’État coopère en effet désormais avec les entreprises du secteur privé (Lyon, 2015) dans le fonctionnement du capitalisme de surveillance (Zuboff, 2019). Des travaux en surveillance studies ont ainsi documenté ces collaborations (Linder, 2019 ; West, 2019) en montrant combien ces acteurs privés s’appuient sur la puissance de calcul du numérique pour pousser la logique de profilage des populations par les gouvernants, phénomène par ailleurs déjà bien décrit par les sciences de l’information et de la communication (Vitalis et Mattelart, 2014). Il arrive même que l’État délègue une partie de ses pouvoirs aux plateformes. Cette volonté se perçoit de plus en plus dans la pression exercée sur ces dernières pour prendre en charge des fonctions de censure au nom de la lutte contre les « fakes news » et les « contenus illicites » (Marique et Strowel, 2019 ; Tréguer, 2019 ; Badouard, 2020), ou encore dans la coopération exigée de leur part dans le cadre de la collecte de l’impôt (Lamensch et Traversa, 2019).

9Les plateformes sont bien sûr un objet déjà en cours d’exploration en sciences de l’information et de la communication (SIC). Ainsi un numéro récent de la revue Tic&Société est-il dédié à une réflexion sur les rapports qu’entretiennent les industries culturelles aux phénomènes de plateformisation (Bullich et Schmitt, 2019), numéro dans lequel Franck Rebillard et Nikos Smyrnaios ont par exemple proposé une filiation entre les concepts de « plateformisation » et d’« infomédiation ». À partir d’une approche en économie politique de la communication, ils interrogent la dimension sociotechnique des nouveaux intermédiaires de l’information que sont les plateformes pour rendre compte des transformations de la production et de la circulation de l’information en ligne ainsi que de la place occupée par ces nouveaux acteurs dans le paysage de la création de contenus médiatiques (Rebillard et Smyrnaios, 2019). Un ouvrage collectif récemment dirigé par Valérie Croissant (2018) s’est par ailleurs attaché à analyser les différentes modalités de recommandation et de critique culturelles des amateurs sur le Web. Proche de ces questionnements, un article de Françoise Paquienséguy (2017) avait déjà décrit, dans son analyse du site SensCritique, la construction d’une mémoire culturelle en ligne via la conservation des commentaires et avis des usagers. Selon cette étude, les algorithmes du site accordent de la visibilité à certaines formes de critiques et de rédaction, jouant un rôle de prescription pour une culture « mainstream ». D’autres recherches se sont penchées sur le rôle joué par les plateformes dans la transformation des mécanismes de « gate-keeping » (Kumar, 2019). Enfin, l’on peut également citer les travaux de Claire Peltier et Baptiste Campion (2017) qui analysent les dispositifs sémiotiques des Mooc et les discours qu’ils véhiculent, cherchant à expliquer les effets de construction langagière et la relation à l’apprentissage et à l’élaboration des connaissances que ces objets induisent.

10Ce premier et rapide état de l’art permet d’observer que les plateformes sont aujourd’hui abordées soit du point de vue de leurs usages et de leurs effets sociaux, ou bien du point de vue des acteurs industriels et des stratégies qu’ils mettent en œuvre pour développer leurs activités. Ainsi la question de l’analyse des plateformes en SIC semble-t-elle se construire entre des travaux qui proposent une socioéconomie des industries culturelles et médiatiques et un intérêt pour les médiations numériques de la culture. Ces approches confèrent des éclairages précieux qu’il convient de souligner et de prolonger.

De la plateforme à la plateformisation

11Cet important travail de documentation des transformations sectorielles engendrées par l’arrivée des plateformes a permis de mettre l’accent sur la manière dont ces intermédiaires utilisent la puissance de calcul du numérique pour optimiser la distribution d’un service et venir bousculer les équilibres politiques et économiques dans les mondes sociaux traversés. Le pari du présent dossier est qu’il est possible d’identifier des invariants dans ces démarches en mettant l’accent sur le processus de transformation en cours, plus que sur leurs conséquences. Nous parlons alors de plateformisation pour désigner cette logique. Le renversement de perspective offre l’avantage de donner de l’épaisseur à la médiation technologique en tant que telle, et de prêter attention à sa capacité d’influencer les pratiques, en configurant la manière dont elles sont rendues possibles. Prendre en compte de cette manière le pouvoir normatif des technologies permet de remettre au cœur de la réflexion les questions du pouvoir et de la capacité de la matérialité des objets techniques à configurer des formes d’autorité. De fait, l’environnement numérique, en organisant l’action, impose aux utilisateurs différentes formes de contraintes, depuis la conception des systèmes informatiques, en passant par le design des boutons, jusqu’aux systèmes de recommandations (Monnoyer-Smith, 2006 ; Badouard, 2014 ; Mabi, 2016). Ces contraintes reflètent l’imaginaire des concepteurs des dispositifs numériques et, si elles sont tributaires des impératifs techniques et des modèles d’affaires des acteurs, elles dépendent aussi des modes d’appropriation par les usagers.

12Dans le prolongement de travaux récents, il s’agit donc de rendre visible la manifestation de formes de gouvernementalité numérique (Arsène et Mabi, 2021) où les technologies participent à faire converger les actions des utilisateurs vers un projet porté par les acteurs dominants. En s’intéressant à la matérialité du travail d’intermédiation, il est possible de mettre en évidence la façon dont usagers et fournisseurs de services entrent en relation et interagissent. Les usagers, souvent en position de dominés, peuvent parfois critiquer les formats de ces interactions et leurs conséquences pour tenter de faire émerger une autre lecture du réel. Se préoccuper de ces batailles de sens éclaire des phénomènes complexes – voire contradictoires – à l’œuvre dans le cadre de la plateformisation. Comment les médiations proposées par les plateformes participent-elles à la structuration des discours et des usages ? En quoi les transformations qu’elles produisent s’inscrivent-elles dans une économie politique plus large dont il est possible de faire la critique ? Cette approche, à la fois située et contextualisée, du déploiement des technologies numériques incarne une « tendance technique » (Leroi-Gourhan, 1943) qui s’actualise dans la plateformisation, entendue comme la capacité du numérique à proposer des modes d’action possibles et des principes généraux abstraits de ce que peut être l’action en contexte numérique, qui seront ensuite plus ou moins actualisés dans le milieu technique qui accompagne l’action. Autrement dit, les plateformes portent en elles un certain rapport à l’action qui est plus ou moins exploité en fonction des contextes.

13Pour parvenir à capter cette ambivalence, cette indétermination, il est essentiel d’élargir le répertoire théorique et méthodologique mobilisé, au-delà des ressources en socioéconomie très présentes dans l’état de l’art, afin d’intégrer, en particulier, des préoccupations technosémiotiques sensibles à l’inscription technique des effets de sens, aux transformations de l’écriture en contexte numérique et à la capacité des acteurs à résister à ces impositions. Concrètement, si l’on prend l’exemple d’une plateforme qui propose un service de livraison de repas, il ne s’agit pas seulement d’analyser l’effet de la médiation sur le service proposé (mise en relation du client avec les restaurateurs, organisation de l’acheminement du repas, etc.) ; il s’agit de tenir compte de la manière dont le numérique – tel que configuré par les plateformes – affecte les manières de concevoir, pour les différents acteurs impliqués (livreurs, restaurateurs, clients…) ce qu’est l’activité même de livraison de repas. Comment ce service plateformisé est-il valorisé et rendu indispensable ? De quelle manière très concrète, par le biais des applications sur smartphone, ces pratiques s’imposent-elles comme une évidence ? Il convient également d’interroger de quelle manière la problématisation du service en contexte est aussi affaire de résistance pour les usagers (s’arranger en dehors de la plateforme après avoir découvert tel restaurateur via la plateforme) ou encore pour les livreurs (si les plateformes mettent en avant l’usage du vélo pour la livraison, cet outil de travail n’étant pas fourni par les plateformes, d’autres moyens de transport peuvent être utilisés, comme des vélos électriques en libre-service, ou bien des scooters).

14Ainsi étudier le déploiement des plateformes numériques à travers les processus de plateformisation dans différents mondes sociaux permet-il de faire tenir dans un même mouvement l’analyse des formes d’imposition, incarnées dans la matérialité des technologies, ainsi que les résistances qu’elles suscitent. Les articles réunis dans ce dossier rendent compte des différents aspects de cette logique complexe et de la diversité des réalités dans laquelle elle s’inscrit.

Contenu du dossier

15Les deux premiers articles de T. Gillespie et Vincent Bullich reviennent sur les enjeux liés à la définition du terme de « plateforme », qui reste incertaine. Leur travail archéologique permet de dénaturaliser son usage en montrant tout l’implicite qu’il véhicule afin de se dégager de sa prétendue neutralité. Mieux comprendre le terme, les idéologies qu’il véhicule est une première étape importante pour une compréhension fine et critique des phénomènes sociaux étudiés.

16Les trois contributions suivantes interrogent la dimension normative de la plateformisation et la capacité de ces dynamiques à en imposer une vision hégémonique. Elles décrivent les nombreuses ambiguïtés des acteurs en charge des plateformes, qui n’assument pas totalement les responsabilités sociales de leurs activités et tentent de tirer parti de leur position pour s’assurer une position dominante sur leur marché. Ainsi l’article de Tristan Mattelart propose-t-il une analyse du modèle de production de vidéos incarné par YouTube en se focalisant sur son déploiement à l’international. Ce faisant, il interroge le pouvoir normatif des plateformes, notamment dans leur capacité à agir comme un agent de diversité culturelle. Il rappelle combien la plateforme contribue à orienter la production de contenus de façon à répondre aux impératifs de monétarisation de l’entreprise. Dans une approche inscrite dans la théorie des conventions, l’article collectif de Mathilde Abel, Patrick Dieuaide, Arthur Jan et Samuel Zarka analyse le rapport au temps imposé par la plateformisation en tant que levier d’enrôlement, aussi bien du côté de ceux qui fournissent les services que de ceux qui les commandent. En se fondant sur trois études de cas, ils insistent sur la façon dont les accélérations imposées transforment le statut des acteurs, ouvrant la voie à un certain nombre de dérives, comme le travail précaire ou les comportements addictifs. On fait ainsi appel aux plateformes pour anticiper une meilleure gestion de son temps, mais la réalité du déploiement oblige à des contorsions radicales. Christophe Magis, de son côté, examine les applications numériques de gestion d’actifs boursiers en analysant comment ces outils contribuent à faire du trading une pratique culturelle accessible au plus grand nombre. Son étude révèle combien la montée de la « fintech » tente d’imposer une problématisation de la finance présentée comme « ouverte » sur la société, capable de venir contribuer à l’autonomie financière de toutes et tous.

17Les quatre dernières contributions reviennent quant à elles sur les logiques de résistance que suscite la plateformisation. Dans son enquête, Delphine Raccurt s’intéresse à l’utilisation dont la plateforme nationale Admission post-bac (APB) comme instrument de gouvernement des flux étudiants et de rationalisation de la gestion des candidatures dans l’enseignement supérieur. Dans ce contexte, la dynamique de plateformisation renforce l’incertitude des candidats (vœux exprimés sans assurance d’être réalisés) et renouvelle en profondeur les stratégies de l’orientation à l’entrée dans l’enseignement supérieur. Ainsi l’article insiste-t-il sur l’appropriation de la plateforme et des règles qu’elle impose par différentes catégories d’acteurs pour se jouer des contraintes et accompagner les jeunes étudiants et étudiantes et leurs familles. Dans leur article, Benjamin Barbier et Marta Severo reviennent sur la montée en puissance des plateformes du secteur culturel qui font appel à la contribution de la multitude. Leur enquête qualitative dans le champ des études amateurs en généalogie interroge le statut des contributeurs et les ambiguïtés qui entourent la plateformisation, entre digital labor et travail gratuit. Malgré les contraintes et le risque d’exploitation, bon nombre d’entre eux acceptent de jouer le jeu pour bénéficier des ressources offertes et de la dynamique collective. Enfin, l’article de Camille Alloing, Samuel Cossette et Sara Germain sur la manière dont les professionnels de la communication numérique, tels les community managers, organisent leurs relations aux plateformes, ouvre une perspective intéressante pour penser la tension entre résistance et imposition normative. Leur travail d’enquête montre notamment l’existence de formes de dépendance à l’œuvre (les community managers ont besoin des plateformes pour toucher leurs publics), ce qui force les acteurs à appliquer les consignes données, mais aussi l’existence d’une multitude de techniques mises en place pour contourner les impositions normatives et parvenir à gagner en capacité d’action et en autonomie.

Rationalisation, standardisation, subjectivation

18Plusieurs enseignements ressortent des articles qui composent ce dossier afin de mieux comprendre de quoi retournent très concrètement les logiques de plateformisation que nous cherchons à comprendre ici. Ainsi avons-nous identifié trois manifestations de la « plateformisation », qui semblent s’imposer comme des dynamiques transversales aux différents terrains investigués.

19La première d’entre elles est une forme de rationalisation des pratiques. Dans le prolongement de nombreux travaux, notamment dans le champ des industries culturelles, on observe que la puissance de calcul du numérique portée par les plateformes est mise au service de l’optimisation de tâches, se traduisant par leur découpage parcellaire et leur normalisation, dans le but de les rendre plus efficaces pour atteindre des objectifs marchands. Il s’agit d’organiser les pratiques des travailleurs et des utilisateurs des plateformes pour optimiser les usages, capter au maximum l’attention, générer le plus de trafic possible mais aussi, ce faisant, naturaliser l’existence de la plateforme dans le monde social – dans le sens de rendre « naturel » le fait de « pratiquer les plateformes », et de rendre « évidente » l’hégémonie de ces formats autant sur le Web que dans la société –, et ainsi maximiser les gains économiques des entreprises qui conçoivent ces dispositifs numériques. C’est en partie ce que montrent T. Gillespie et V. Bullich dans leurs analyses du recours au terme de « plateforme » par les grands acteurs des industries numériques. C’est aussi, par exemple, le cas des plateformes de mise en relation avec des chauffeurs de VTC qui vont « mettre en calcul » l’ensemble de la course : en guidant le chauffeur vers le point de rendez-vous, en calculant le coût de la course et en proposant un itinéraire optimum, afin de rendre ce type de déplacement si efficace qu’il invisibilise les alternatives.

20La seconde manifestation de la plateformisation, qui découle de la première, est la standardisation des pratiques. Du fait de la grande efficacité du service proposé, les plateformes numériques favorisent, régulent et restreignent les pratiques possibles, de la même façon qu’elles en empêchent d’autres, soit en les interdisant techniquement, soit en les rendant trop complexes. En se rendant indispensables, les plateformes produisent des attentes et des modalités d’action dominantes qui les dépassent et qui deviennent de plus en plus hégémoniques. Pour poursuivre avec l’exemple des plateformes de mise en relation avec des chauffeurs de VTC, ces plateformes se calent sur un modèle de ce que doit être une course « efficace » et tentent de le traduire dans un processus reproductible, jusqu’à devenir le modèle socialement accepté de ce qu’est une course. Cette logique n’aurait-elle pas tendance à écraser les spécificités culturelles et à accélérer la diffusion mondiale d’un modèle unique ? Sous l’impulsion de la plateformisation des services, les livreurs ou les chauffeurs de VTC n’ont-ils pas des façons de travailler proches, que ce soit en France, en Inde ou encore en Chine ?

21Cette attention portée à la standardisation se matérialise notamment dans la rédaction et le partage de guides de « bonnes pratiques » destinés à permettre aux utilisateurs d’« appréhender » les plateformes et d’optimiser leurs usages en « flattant » littéralement les algorithmes pour réaliser des gains individuels. Ainsi D. Raccurt rend-elle compte de l’existence de nombreux ouvrages cherchant à aider les candidats sur APB à avoir le meilleur usage possible de la plateforme dans le but de maximiser leurs chances. C. Magis constate que différentes plateformes de gestion d’actifs boursiers ont recours à des tutoriels pour accompagner les traders néophytes à adopter les bons usages, ici en vue de se rendre attractif. Tristan Mattelart relate de son côté que YouTube produit des guides pour améliorer ses compétences dans la production de vidéos afin d’augmenter sa visibilité sur la plateforme. Enfin, Camille Alloing, Samuel Cossette et Sara Germain constatent que Facebook produit de la documentation à l’usage des community managers d’entreprises qui disposent d’un espace sur la plateforme pour les aider dans leur tâche de recherche de visibilité.

22Les articles du dossier montrent que les plateformes contribuent à normaliser et à standardiser des pratiques de « gamification » pour favoriser l’acceptation des principes d’usage des plateformes. Ainsi Benjamin Barbier et Marta Severo invitent-ils à prendre du recul sur la question du digital labor en démontrant que les internautes qui passent du temps à produire de la valeur sur leur temps libre considèrent leurs activités comme du « plaisir » ou encore du « loisir ». Cette dimension ludique dans la pratique des plateformes est également soulignée par C. Magis qui relate l’existence de stratégies mises en place par les plateformes de trading en ligne pour inciter les internautes à engager leur argent personnel en faisant « entrer le trading dans les pratiques quotidiennes et culturelles de leurs jeunes clients ».

23La troisième manifestation de la plateformisation repérée est la subjectivation. Il s’agit là de prendre en compte les résistances dont font preuve les usagers face aux tentatives d’imposition normative. La subjectivation peut ainsi être comprise comme une tentative de soustraction à l’assujettissement produit par la conduite des pratiques en contexte numérique. Les articles du dossier éclairent différentes formes de contraintes et de résistances. Dans son article, D. Raccurt rappelle que les conseillers d’orientation-psychologique, traditionnellement en charge d’accompagner les jeunes dans leurs choix d’orientation, déploient de nombreuses formes de résistances face à l’évolution de leur métier. L’article de Camille Alloing, Samuel Cossette et Sara Germain révèle, pour sa part, que si les community managers sont dépendants des règles de Facebook, et donc appliquent les consignes données, ils mettent aussi en œuvre en parallèle une multitude de techniques pour contourner les impositions normatives et gagner en capacité d’action et en autonomie. Mathilde Abel, Patrick Dieuaide, Arthur Jan et Samuel Zarka font état de différentes formes de résistances mises en place par les chauffeurs de VTC : ils peuvent quitter Uber, utiliser d’autres plateformes, ou encore se constituer leur propre clientèle.

24Ainsi l’étude des dynamiques de plateformisation, permettant de concilier l’analyse fine des normes et contraintes inscrites dans les technologies et la prise en compte des modes de résistances, nous semble-t-elle ouvrir une voie originale pour poursuivre l’examen critique du développement des plateformes numériques. Les articles de ce dossier proposent des éclairages précieux pour l’appréhension de ces logiques complexes au cœur des métamorphoses du numérique contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour S. et Méda D. (dirs), 2019, Les Nouveaux travailleurs des applis, Paris, Presses universitaires de France.

Aguilera D., Dablanc L. et Rallet A., 2018, « L’envers et l’endroit des plateformes de livraison instantanée. Enquête sur les livreurs micro-entrepreneurs à Paris », Réseaux. Communication, technologie, société, 212, p. 23-49. https://doi.org/10.3917/res.212.0023

Alauzen M., 2019, « L’État plateforme et l’identification numérique des usagers. Le processus de conception de FranceConnect », Réseaux. Communication, technologie, société, 213, p. 211-239. https://doi.org/10.3917/res.213.0211

Arsène S. et Mabi C., 2021, « L’action publique au prisme de la gouvernementalité numérique », Réseaux. Communication, technologie, société, 225, p. 9-22. https://doi.org/10.3917/res.225.0009

Badouard R., 2020, Les Nouvelles lois du Web. Modération et censure, Paris, Éd. Le Seuil.

Badouard, R., 2014, « La mise en technologie des projets politiques. Une approche “orientée design” de la participation en ligne », Participations, 8, p. 31-54. https://doi.org/10.3917/parti.008.0031

Barraud de Lagerie P. et Sigalo Santos L., 2018, « Et pour quelques euros de plus. Le crowdsourcing de micro-tâches et la marchandisation du temps », Réseaux. Communication, technologie, société, 212, p. 51-84. https://doi.org/10.3917/res.212.0051

Bauman Z. et Lyon D., 2013, Liquid Surveillance. A Conversation, Cambridge, Polity Press.

Benvegnù C., Cuppini N., Frapporti M., Milesi F. et Pirone M. (eds), 2021, « Platformization and Its Discontents », South Atlantic Quarterly, 120 (4).

Beuscart J.-S. et Flichy P., 2018, « Plateformes numériques », Réseaux. Communication, technologie, société, 212, p. 9-22. https://doi.org/10.3917/res.212.0009.

Beuscart J.-S. et Flichy P., 2019, « Présentation », Réseaux. Communication, technologie, société, 213, p. 9-15. https://doi.org/10.3917/res.213.0009

Beuscart J.-S., Coavoux S. et Maillard S., 2019, « Les algorithmes de recommandation musicale et l’autonomie de l’auditeur. Analyse des écoutes d’un panel d’utilisateurs de streaming », Réseaux. Communication, technologie, société, 213, p. 17-47. https://doi.org/10.3917/res.213.0017

Bullich V. et Schmitt L. (coords), 2019, « Les industries culturelles à la conquête des plateformes ? », Tic&Société, 13, p. 1-12. https://doi.org/10.4000/ticetsociete.3032

Cardon D. et Casilli A., 2015, Qu’est-ce que le digital labor ?, Bry-sur- Marne, INA Éd.

Casilli A., 2019, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Éd. Le Seuil.

Chaves Ferreira B., Jourdain A. et Naulin S., 2018, « Les plateformes numériques révolutionnent-elles le travail ? Une approche par le web scraping des plateformes Etsy et La Belle Assiette », Réseaux. Communication, technologie, société, 212, p. 85-119. https://doi.org/10.3917/res.212.0085

Chevallier J., 2018, « Vers l’État plateforme ? », Revue française d’administration publique, 167, p. 627-637. https://doi.org/10.3917/rfap.167.0627

Croissant V. (dir.), 2018, L’Avis des autres. Prescription et recommandation culturelles à l’ère numérique, Paris, Éd. des Archives Contemporaines.

Gillespie T., 2010, « The Politics of “Platforms” », New Media & Society, 12 (3), p. 347-364. https://doi.org/10.1177%2F1461444809342738

Kumar S., 2019, « The algorithmic dance: YouTube’s Adpocalypse and the gatekeeping of cultural content on digital platforms », Internet Policy Review, 8 (2). https://doi.org/10.14763/2019.2.1417

Lamensch M. et Traversa E., 2019, « Plateformes numériques : développements récents en matière fiscale », Revue internationale de droit économique, XXXIII (3), p. 329-346. https://doi.org/10.3917/ride.333.0329

Leroi-Gourhan A., 1943, Évolution et techniques, t. 1, L’homme et la matière, Paris, A. Michel.

Levoin X. et Louessard B., 2019, « Le déplacement de l’incertitude au cœur de la (re)configuration d’une filière. Le cas de la fiction sur YouTube », Réseaux. Communication, technologie, société, 213, p. 83-110. https://doi.org/10.3917/res.213.0083

Linder T., 2019, « Surveillance Capitalism and Platform Policing. The Surveillant Assemblage-as-a-Service », Surveillance & Society, 17, p. 76-82. https://doi.org/10.24908/ss.v17i1/2.12903

Lyon D., 2015, Surveillance After Snowden, Cambridge, Polity Press.

Mabi C., 2016, « Luttes sociales et environnementales à l’épreuve du numérique : radicalité politique et circulation des discours », Études de communication, 47, p. 111‐130. https://doi.org/10.4000/edc.6659

Maisonneuve S., 2019, « L’économie de la découverte musicale à l’ère numérique. Une révolution des pratiques amateurs ? », Réseaux. Communication, technologie, société, 213, p. 49-81. https://doi.org/10.3917/res.213.0049

Marique E. et Strowel A., « La régulation des fake news et avis factices sur les plateformes », Revue internationale de droit économique, xxxiii (3), 2019, p. 383-398. https://doi.org/10.3917/ride.333.0383

Monnoyer-Smith L., 2006, « Être créatif sous la contrainte. Une analyse des formes nouvelles de la délibération publique. Le cas DUCSAI », Politix, 75, p. 75-101. https://doi.org/10.3917/pox.075.0075

O’Reilly T., 2011, « Government as a Platform », Innovation. Technology, Governance, Globalization, 6 (1), p. 13-40. https://doi.org/10.1162/INOV_a_00056

Paquienséguy F., 2017, « Le glissement de la prescription dans les plateformes de recommandation », Études de communication. Langages, informations, médiations, 49, p. 13-32. https://doi.org/10.4000/edc.6989

Peltier C. et Campion B., 2017, « Regards pédagogique et communicationnel sur les capsules vidéo dans les MOOC », Distances et médiations des savoirs, 18. https://doi.org/10.4000/dms.1827

Rebillard F. et Smyrnaios N., 2019, « Quelle “plateformisation” de l’information ? Collusion socioéconomique et dilution éditoriale entre les entreprises médiatiques et les infomédiaires de l’Internet », Tic&Société, 13, p. 247-293. https://doi.org/10.4000/ticetsociete.4080

Scholz T. (dir.), 2013, Digital Labor. The Internet as Playground and Factory, New York, Routledge.

Terranova T., 2000, « Free Labor: Producing Culture for the Digital Economy », Social Text, 18 (2), p. 33-58. https://doi.org/10.1215/01642472-18-2_63-33

Tirole J., 2018 [2016], Économie du bien commun, Paris, Presses universitaires de France.

Tréguer F., 2019, L’Utopie déchue. Une contre-histoire d’Internet, XVe-XXIe siècle, Paris, Fayard.

Vitalis A. et Mattelart A., 2014, Le Profilage des populations. Du livret ouvrier au cybercontrôle, Paris, Éd. La Découverte.

West E., 2019, « Amazon: Surveillance as a Service », Surveillance & Society, 17, p. 27-33. https://doi.org/10.24908/ss.v17i1/2.13008

Zuboff S., 2019, The Age of Surveillance Capitalism. The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power, New York, Public Affairs.

Haut de page

Notes

1 LGBT signifie lesbiennes, gays, bisexuelles et trans, il s’agit d’un sigle utilisé pour qualifier les personnes queers. J. Alexander, 2019, « YouTube moderation bots punish videos tagged as ‘gay’ or ‘lesbian,’ study finds », The Verge, 30 sept. Accès : https://www.theverge.com/2019/9/30/20887614/youtube-moderation-lgbtq-demonetization-terms-words-nerd-city-investigation

2 Acronyme qui désigne les grandes entreprises du numérique installées dans la Silicon Valley : Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft.

3 Nous proposons dans ce dossier une traduction française de cet article. Voir Gillespie T., 2010, « The Politics of “Platforms” », New Media & Society, 12 (3), p. 347-364. https://doi.org/10.1177%2F1461444809342738

4 Les travaux du Prix Nobel d’économie Jean Tirole font référence sur ce point (voir Tirole, 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Édouard Bigot, Edouard Bouté, Cléo Collomb et Clément Mabi, « Les plateformes à l’épreuve des dynamiques de plateformisation »Questions de communication, 40 | 2021, 9-22.

Référence électronique

Jean-Édouard Bigot, Edouard Bouté, Cléo Collomb et Clément Mabi, « Les plateformes à l’épreuve des dynamiques de plateformisation »Questions de communication [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/26584 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.26584

Haut de page

Auteurs

Jean-Édouard Bigot

Université de Technologie de Compiègne, Costech, F-60200 Compiègne, France

Edouard Bouté

Université de Technologie de Compiègne, Costech, F-60200 Compiègne, France

Articles du même auteur

Cléo Collomb

Université Paris-Scalay, Idest, F-92330 Sceaux, France

Clément Mabi

Université de Technologie de Compiègne, Costech, F-60200 Compiègne, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search