Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40FocusSur De la rhétorique à la communi...

Focus

Sur De la rhétorique à la communication de Roger Bautier

On De la Rhétorique à la communication by Roger Bautier
David Douyère
p. 437-454

Résumés

Cet article propose une réflexion à partir de l’ouvrage De la Rhétorique à la communication de Roger Bautier. Il montre l’intérêt persistant de ce livre pour penser la communication, la rhétorique et la propagande dans l’espace public, en ce qu’il rassemble les questions de la place de l’image et de l’écrit, de l’argumentation scientifique, de la réception des médias, du social, du débat public, en interrogeant des approches théoriques des médias, de l’information et de la communication. Cette position « généraliste », analytique et théorique en sciences de l’information et de la communication, d’ancrage critique, liant communication et (désir de) pouvoir, permet de situer les objets dont s’empare cette discipline, à la fois dans leur profondeur historique et dans leurs dynamiques sociales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 R. Bautier, 1993, Rhétorique et logique dans le champ de la communication (vol. 1 et 2), La Commun (...)

1Comment appréhender la communication dans la société ? Survient-elle seule ? N’apparaît-elle que dans les médias, ou le langage, ou même seulement dans les échanges sur l’Internet ? Peut-on la désindexer du social dans lequel elle surgit, et des enjeux de pouvoir et d’inégalités ? Dans son ouvrage De la Rhétorique à la communication, issu de son habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication (SIC)1, paru en 1994 dans la collection « Communication, médias et société » dirigée alors par Bernard Miège et Jean-Louis Alibert, Roger Bautier s’engage dans une analyse globale de la communication, prenant en compte son histoire, née dans la rhétorique antique mais aussi avec la première production d’image, pour la saisir comme une activité symbolique inscrite dans des enjeux sociaux, économiques et politiques. L’intéressent particulièrement les conceptions de la communication, qu’elles soient produites par des philosophes, des théoriciens ou des politistes. Ce travail demeure important aujourd’hui pour résister au morcellement des approches communicationnelles, à leur inscription dans un terrain ou un corpus spécifique, à l’hypostasie de la communication (qui tendrait à la considérer de façon absolue et séparée) comme à son « esthétisation », pour penser son rapport à la sociologie, en particulier, et pour replacer les conceptions, les outils et les pratiques de communication dans une perspective globale. Il s’agit pour l’auteur de ne pas décorréler la communication, ses conceptions et ses pratiques, des contextes sociaux qui en voient le développement, sans pour autant, bien évidemment, la dissoudre dans ces derniers d’une part, et, d’autre part, de la penser en lien avec la question du pouvoir et de la gestion du symbolique. Penser la communication, donc, dans une perspective historique, sociale et politique, en prenant au sérieux les théorisations produites.

2R. Bautier, né en 1947, a d’abord mené des études en sciences du langage, par une maîtrise (1969) sur la théorie sémantique du linguiste américain Uriel Weinreich, réalisée sous la direction de Jean Dubois, avant de se tourner très tôt vers la question communicationnelle, en rédigeant une thèse (1978) sur l’argumentation et la communication persuasive, dirigée par Michel Décaudin, professeur de Lettres à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et spécialiste de Guillaume Apollinaire. R. Bautier travaille un temps en linguistique au Centre national du calcul italien à Pise. Il a été assistant (1973) et maître-assistant puis maître de conférences (1986) à Grenoble (Université Stendhal Grenoble 3) avant d’être élu en 1993 professeur à l’université Paris Nord – Paris 13 (actuellement Université Sorbonne Paris Nord), à Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), où il a enseigné jusqu’en 2015. Professeur émérite, il est membre du Laboratoire des sciences de la communication (Labsic), au sein duquel il a dirigé un axe (de 1993 à 2015) consacré à l’histoire de la communication dans l’espace public (« Approche socio-politique de l’histoire des médias et de l’espace public »). Il a longtemps collaboré au groupe de recherche de la Sfsic Ticis (Technologies de l’information et de la communication : information et stratégies ; Vieira, 2019), animé par Louise Vieira, depuis l’université Bordeaux Montaigne. R. Bautier a décrit épistémologiquement, de façon discrète, une part de son parcours disciplinaire dans un article, paru dans Questions de communication, consacré au passage des sciences du langage aux sciences de l’information et de la communication : « la linguistique “non sociale” était peu encline à faire une place honorable à la sociolinguistique, la science politique était réductrice dans son analyse de la communication, et la sociologie refusait de donner un statut spécifique au langage. Dans ces conditions, les SIC ne pouvaient-elles pas constituer un lieu de confrontation, d’échanges et de production qui échapperait à ces limitations ? » (Bautier, 2007 : 5).

  • 2 On trouvera une bibliographie comprenant un grand nombre de travaux (postérieurs à 1993) de R. Bau (...)

3Ses recherches portent sur les idéologies de la communication aux xxe et xxie siècles, en lien avec l’apparition de nouveaux moyens de communication, les débats sur le rôle de la communication journalistique et politique dans l’édification d’un espace public au xixe siècle, et sur les relations entre sciences physiques, sciences de la nature, mathématiques et sciences humaines et sociales au sein des conceptions du traitement de l’information depuis l’invention du Web. Il a travaillé notamment sur les modélisations de la structure du Web. Il a abordé la question encyclopédique et de l’organisation des connaissances (Bautier, 2003a, 2005, 2001). Il s’est intéressé à l’histoire des conceptions de la presse et des médias. Il a également consacré des travaux à des auteurs, paléontologues, philosophes ou écrivains, en marge du panthéon ordinaire des sciences de l’information et de la communication, comme Pierre Teilhard de Chardin, George Orwell, Antonio Gramsci ou plus récemment Hans Magnus Enzensberger. Il a rédigé deux ouvrages : De la Rhétorique à la communication (1994) et, avec Élisabeth Cazenave, Les Origines d’une conception moderne de la communication : gouverner l’opinion au xixe siècle (2000). Il a également co-dirigé les recueils Les Technologies numériques comme miroir de la société (avec J. Do-Nascimento, 2012) et Des usages aux pratiques : le web a-t-il un sens ? (avec P.-M. Riccio et G. Vidal, 2016). Par ailleurs, il a publié un grand ensemble d’articles2, d’orientations variées, parmi lesquels on peut citer « La politique de l’information plutôt que sa métaphysique » (2004), « L’histoire des moyens de communication dans l’espace public » (2006a), « Parler du peuple et parler au peuple : une perspective gramscienne » (avec Cazenave, 2012), « L’instauration de la presse anglaise et américaine en modèle pour la France » (id., 2002), « La presse pousse-au-crime selon Tarde et ses contemporains » (id., 2005), « Marginalisation et normalisation de la parole dans l’espace public » (2017), « Une perspective orwellienne sur les tentatives d’amélioration de la communication. Du Basic English au web sémantique » (2010), « L’internet comme cerveau mondial » (2003b), « Le web : structure d’un support de mémoire » (2006b), « La fractalité du web comme condition de l’intercréativité » (2018), « Sciences de la nature, sciences sociales et sciences de la communication » (2014).

4La perspective de recherche de R. Bautier s’inscrit en effet dans une histoire longue de la communication, dont il étudie les outils et les théorisations. À une approche historique se superpose une approche logique et philosophique, réflexive, qui s’efforce de penser les raisons et les effets (pensés, supposés ou probables sinon avérés) de la communication dans l’espace public. La communication est abordée comme production symbolique impliquant et prenant place dans des enjeux de pouvoir. Elle est aussi prise au sérieux dans sa contribution, écrite, orale, à la construction de la rationalité scientifique, et donc dans un certain rapport au réel. Les mutations des conceptions de la communication et des outils de cette dernière sont pensées en lien avec l’évolution des sociétés. C’est aussi le sens du travail plus récent de R. Bautier sur le numérique (Bautier, 2001, 2003b, 2006 b, 2012, 2018). Un art de la nuance et une subtilité certaine dans la réflexion, dense, caractérisent son approche. On peut se dire n’avoir pas tout à fait pleinement compris la phrase de R. Bautier que l’on vient de lire, tant du sens semble en éclore dans l’après-coup, qui conduit à reconsidérer ce qu’on a cru lire et comprendre. Une écriture qui retient son lecteur, en quelque sorte.

5Le livre De la Rhétorique à la communication est intéressant à relire ou à reprendre pour la synthèse de la réflexion qu’il offre, dans une grande densité d’écriture, précision et profondeur de réflexion. Cinq grands chapitres le structurent : « Les moyens de communication, effets ou potentialités ? », « L’activité scientifique : logique ou rhétorique ? », « La réception des messages médiatiques : imposition ou liberté ? », « Les espaces de communication : publicité limitée ou communication idéale ? », « La rhétorique : à qui le pouvoir ? ». En sorte que le titre de l’ouvrage, qui incombe à l’éditeur, pourrait être quasiment inversé, le développement allant en réalité de la réflexion sur les outils de la communication, l’image et l’écriture, à la rhétorique (objet du dernier chapitre), en lien avec des enjeux politiques et de manipulation symbolique, à laquelle tant aspirent. Et la rhétorique n’est pas un antique passé mythifié, elle est bien un présent et un avenir – renouvelée.

6Avant que de relever les éléments qui nous semblent les plus notables et les plus utiles pour le chercheur en questions informationnelles et communicationnelles aujourd’hui, il nous faut indiquer que c’est cet ouvrage qui nous a personnellement permis de nous engager en sciences de l’information et de la communication, depuis la philosophie. En effet, nous avions consacré quelques années (Douyère, 2014) à l’étude de la philosophie grecque, et en particulier de la rhétorique et de la sophistique, lisant les travaux de Barbara Cassin, suivant les enseignements de Pierre Aubenque, Jean-Louis Chrétien, Monique Lassègue et Marie-Claire Galpérine (pour un cours sur « Les Puissances de la parole », consacré aux sophistes grecs) et cet ouvrage, alors que nous enseignions la communication multimédia comme professionnel associé à l’université Paris 13, a constitué un pont, pour nous, entre philosophie et sciences de l’information et de la communication, discipline dont nous cernions mal les contours et la consistance… L’examen rigoureux de la question communicationnelle, plongeant ses racines dans la rhétorique, si peu évoquée alors en France, et dans une enquête historique (avec l’ouvrage Les Origines d’une conception moderne de la communication. Gouverner l’opinion au xixe siècle, co-rédigé avec É. Cazenave), nous a convaincu du sérieux de ce domaine de recherche, en faisant suture avec le précédent. C’est ainsi que s’engageait une thèse menée précisément sous la direction de R. Bautier, sur un domaine qui n’était pas à proprement parler le sien (l’entreprise, la communication des savoirs), même s’il lui avait consacré quelques articles stimulants et provocants (Bautier et Nicolas, 1989, 1990, 1991) mais sur des questions qui lui importaient (l’incidence sociale de la communication des connaissances ; Bautier, 2003a, 2005).

7Avant tout, R. Bautier (2007 : 11) rappelle l’importance de la question du sens et définit la communication comme production et diffusion de sens. Il va de soi qu’elle s’inscrit dès lors dans un contexte social, qu’il convient de prendre en compte (Bautier, 2009). En examinant des conceptions et approches de la communication, R. Bautier est frappé par cet « oubli du social » (p. 8) qui caractérise certaines d’entre elles, notamment sémiologiques ou médiologiques (qui « se condamne[nt] à faire des portraits imaginaires : portrait du téléspectateur prêt à croire ce qui lui est montré à l’écran, portrait du lecteur qui décortique le texte, portrait en tout cas d’un individu sans particularités, dont les comportements sont largement soumis aux impératifs des techniques de communication », p. 47). Pour lui, il ne s’agit pas d’imposer un prisme issu de la théorie ou de la sociologie critique, ou d’engager l’analyse de la communication à la suite d’une approche marxiste, mais de prendre en compte les modalités de réception variées des programmes de communication, par exemple dans les milieux populaires. Selon lui, « il paraît plus profitable de se donner pour objectif, justement, de relier les supports et les contenus, la sémiologie et la sociologie, l’écriture des messages et les logiques techniques » (p. 18). Le rapport à la lecture, à l’abstraction, à la synthèse, à l’image, est ainsi pensé (comme devant être pensé) en contexte social. Il ne s’agit en rien de réduire la communication au social, mais de ne pas oublier le social dans la pensée de la communication. Une approche de « la contagion des idées » (Sperber, 1996), ou, plus tard, de la balistique des controverses, le gênera pour cette raison. Il y a aussi le risque d’occulter l’identité et la visée des acteurs de la communication, leurs stratégies, leurs silences.

Des conceptions de la communication

8L’ouvrage s’intéresse d’abord aux conceptions de la communication alors en présence lorsque R. Bautier aborde cette recherche. Si les questions évoquées pourraient paraître de prime abord relever aujourd’hui du manuel d’études en communication, elles sont ici abordées beaucoup plus brièvement, et dans une discussion philosophique, serait-on tenté de dire, soutenue, à un haut niveau. Marshall McLuhan est abordé pour son déterminisme technologique, sans doute, mais aussi pour la reprise de ses perspectives par le théoricien et praticien de la communication catholique Pierre Babin, sur lequel R. Bautier porte un regard attentif, ouvrant ainsi des perspectives pour l’histoire de la conception religieuse, et notamment chrétienne, de la communication. La conception que développe P. Babin de l’effet de l’image, vibratoire, ouvrant à une enfance de la réception communicationnelle par le sentir (p. 34, R. Bautier parle « d’entrée dans le royaume de l’audiovisuel », comme « royaume du symbolique », pour P. Babin), en particulier, l’intéresse. Il relève dans cette approche qu’il qualifie de religieuse une mise au second plan de l’écrit, qui sans doute emporte moins facilement l’adhésion : « Contre les mots, contre l’écrit, contre l’explicatif, la voie symbolique qui est ainsi recommandée est celle de l’image, de la voix, de la musique et de l’analogique […] » (p. 34). L’écrit apparaît comme le média de la rationalité, du déroulement de la pensée et de son interprétation, du regard critique, là où l’image semble suspendre cette approche critique, dans sa prétendue et sa fausse universalité. R. Bautier reprend alors La Parole humiliée, de Jacques Ellul (1981 : 35) : « Ce qui doit être privilégié […], c’est la parole raisonnable et compréhensible ». Dans une thèse menée sous sa direction, Corinne Abensour (2000), devenue ensuite maître de conférences à l’université Paris 13, analysera ces traditions protestantes et catholiques du rapport à l’écrit et à l’image qui intéressent ici R. Bautier, opposition dans laquelle il voit une matrice des conceptions de la communication. Les perspectives inspirées par le paléontologue jésuite P. Teilhard de Chardin (p. 26, 31 ; Bautier, 2003b) et sa téléologie historique spiritualiste, la conception de l’oralité du jésuite Walter Ong sont examinées. R. Bautier a ainsi sans doute été l’un des premiers chercheurs en sciences de l’information et de la communication français à s’intéresser aux théorisations de la communication élaborées par des religieux, que ce soit au xixe ou au xxe siècle. Il examine ainsi comment l’oralité présente dans la communication « électronique » pour W. Ong fait communauté, de façon large (p. 27). Il montre aussi cependant comment « l’écriture généralisée suppose l’universalisation du pouvoir de communiquer en dehors du groupe et de son contrôle » (p. 28).

9Au-delà de l’écriture et de l’oralité, c’est aussi le langage dont R. Bautier s’efforce de penser le rôle, « d’une part le langage est un organisateur de connaissances, au niveau du lexique comme à celui de la syntaxe ; d’autre part il est un producteur de connaissances, dans la mesure où, notamment, il permet des rapprochements nouveaux entre objets, la production de notions de plus en plus générales et abstraites, ainsi que la formulation d’hypothèses et de leurs conséquences logiques » (p. 39). Il examine également des questions liées à la rhétorique et à la logique, mais aussi à la rhétorique scientifique, telle que Bruno Latour et d’autres la mettent en lumière dans leur façon d’associer un certain nombre d’éléments à la démonstration ou à l’exposition. S’il relève les enjeux de pouvoir entre acteurs, le marquage de la scientificité dans les publications, il rappelle néanmoins la question des effets (réels), qui font que la science n’est pas qu’un discours.

10S’intéressant aux modalités de réception des messages médiatiques (p. 148-149), R. Bautier s’appuie sur l’analyse de Richard Hoggart (p. 163) pour en montrer le caractère parfois oblique, nonchalant, et la défiance comme la distance en milieux populaires à l’égard de ces messages. Il relève aussi le plaisir éprouvé, souvent occulté par l’approche critique, à l’activité médiatique (« le plaisir ordinaire, c’est-à-dire ce qui apparaît comme la véritable nature de l’environnement culturel médiatique », p. 139). S’il relève la créativité des modalités de réception, à la suite de Michel de Certeau, il rappelle toutefois la profonde dissymétrie entre concepteurs et récepteurs des contenus médiatiques :

« Beaucoup de travaux récents tentent de montrer que […] la rhétorique de la réception revient à devenir fort quand on est faible. Si l’on a là une perspective très intéressante pour l’examen des rapports entre communication et démocratie, encore faudrait-il tenir compte des caractéristiques de cette faiblesse (les différents groupes sont plus ou moins faibles, ou plus ou moins forts), et, surtout, ne pas considérer la réception et la production de façon symétrique : il y a en fait dissymétrie entre les deux processus. Il est donc nécessaire de penser, à la fois, les possibilités qu’ont les groupes socialement et culturellement dominés d’échapper aux discours hégémoniques ou de les reformuler, de les transformer, etc., et aussi, l’infériorité sociale qui se marque dans les limites de cette “liberté”, dans les restrictions qui affectent l’accès aux différents messages et la possibilité même de prendre la parole, quand ceux qui sont en position sociale dominante disposent justement de rhétoriques répondant à leurs besoins de manipulation symbolique. » (p. 308-309).

11R. Bautier relève la disparition de la rhétorique dans l’enseignement en France, à la fin du xixe siècle, et y voit (p. 307) l’une des causes de l’oubli de cette culture de la communication, du public, de l’organisation du discours, de l’argumentation et de la persuasion. Il montre comment la critique littéraire et l’analyse du style s’y substituent progressivement dans les classes. Il examine les critiques dont la rhétorique a pu faire l’objet, en particulier pour ses vertus manipulatrices, et comment l’on a pu souhaiter, dès la Révolution française, que le discours soit pure argumentation rationnelle, destinée à être imprimée et lue, et non séduction orale.

12En un sens, ce travail est, sans que cela soit ainsi nommé, un travail autour de la défiance à l’égard de la séduction communicationnelle : il examine comment on a mobilisé, mais comment aussi on a construit, en science et dans l’espace public et politique, une communication destinée à se défier de la séduction et de l’emprise des discours qui pensent trop bien les attentes et les affects de leurs publics. Si, pour reprendre B. Miège (1989, 1997), la société est « conquise » par la communication, c’est que celle-ci opère une séduction, et c’est cette séduction que R. Bautier analyse ici, ainsi que l’idéalisation qui en résulte. Il replace la communication dans ses prétentions, dans les investissements dont elle fait l’objet, et la réalité de ses réceptions. Pensant les liens entre communication, rhétorique et pouvoir, R. Bautier montre ainsi comment certaines attentes de maîtrise des outils symboliques dans une perspective d’accéder au pouvoir et à la maîtrise des dominants (p. 276) se manifestent dans une partie de la population, visible dans « une demande sociale de plus en plus grande en matière de manipulation symbolique » (p. 279), et comment la bourgeoisie reste longtemps liée à la maîtrise des codes symboliques, notamment rhétoriques. Il s’agit de « répondre aux exigences de la manipulation symbolique moderne telles que les professionnels de la communication d’entreprise les imaginent » (p. 288).

13Dans une perspective qu’il prolongera ultérieurement (Bautier et Cazenave, 2000, 2007, 2010), R. Bautier se penche sur « la mise en œuvre », par la communication, « d’une rationalisation du fonctionnement de la société » (p. 183). Selon lui, en effet, « le management de l’information n’est pas un aspect accidentel d’une démocratie moderne, il en est tout simplement un aspect constitutif. » (p. 184). La perspective d’un « management social », qu’il évoque avec Harold Lasswell à propos des États-Unis au début du xxe siècle, fait que « la propagande et le management de l’information sont des aspects normatifs des sociétés démocratiques modernes, c’est-à-dire constitutifs et non accidentels, qui permettent d’échapper aux fluctuations de l’opinion publique » (p. 184-185).

Une façon d’étudier la communication

14Si l’on dépasse l’analyse et la discussion d’approches de la communication qu’opère l’ouvrage pour en retenir une dynamique et une démarche qui pourraient nous être utiles, presque trente ans plus tard, pour développer une recherche en information et communication inspirée par cette démarche ou imprégnée par elle, on peut, nous semble-t-il, retenir dix points.

15Premièrement, que la communication, comme production et diffusion de sens dans des contextes sociaux, conjoint des questions portant sur le langage et la langue, les pouvoirs prêtés à l’image, la production de sens par les destinataires de ces communications, leur rapport à l’image et à l’écrit, mais aussi aux dispositifs techniques et aux médias, au pouvoir et à l’altérité, également. S’il y a évidence à égrener cette liste de facteurs, les conjoindre est plus délicat. Savoir ce que l’on étudie, et ce que l’on oublie (et pourquoi), et quel est le sens de cet oubli (et à qui on confie ce travail, si la dimension, pour n’être pas traitée, paraît néanmoins importante) est essentiel (Douyère, 2012).

16Deuxièmement, l’ouvrage opère une analyse dense et rigoureuse de théorisations de questions communicationnelles : il appelle ainsi le chercheur à opérer de même, et à tenter à la fois de définir précisément et de tirer les conséquences des théories communicationnelles, de leurs implicites et de ce qu’elles écartent ou impliquent. Ici, une pratique de l’examen théorique, de la lecture lente et accueillante, mais aussi une pratique d’écriture (dense, encore une fois) sont mobilisées. Il reste à savoir si les pratiques de recherche actuelles, l’accélération des publications et de leur nombre, permettent toujours ce travail de confrontation lente, étalée dans le temps, nécessairement, et forte, manifestement, à des approches théoriques, au-delà de l’obédience ou de la filiation, et de la seule et rapide citation (Olivesi, 2007). Ce que ce travail montre, et qu’il pose comme une évidence, c’est la discussion avec une théorie et un travail d’extraction de ses implications. Ceci peut assurément paraître relever du b.a.-ba de la recherche en sciences humaines et sociales, mais peut aussi glisser ou passer à la trappe du fait des pratiques ordinaires de la recherche actuelle, dans leurs temporalités propres, à la fois syncopées, hachées, amputées et accélérées. On pourrait ajouter que s’y insère un regard critique et se forme un examen critique, ce qui suppose une réelle confrontation théorique prenant appui sur un paysage théorique diversifié (c’est-à-dire procédant de la lecture de divers auteurs, de positions idéologiques et épistémologiques variées, relevant de différents courants – ce sans quoi le « dialogue » ne serait pas possible). Insistons : ceci implique que des auteurs qui ne sont pas familiers au chercheur, qui ne relèvent pas de sa sympathie initiale et spontanée, soient également étudiés. Cela va de soi, là encore, mais une conception de la recherche qui procède par famille ou familiarité et extension indéfinie du même par reconduction peut négliger « l’Autre » en théorie. On pourrait d’ailleurs résumer cette démarche de discussion théorique et de mise en exergue des dimensions communicationnelles en disant qu’elle procède d’une prise au sérieux de l’Autre, finalement – tant l’autre auteur que le lecteur pensant au fil du texte proposé.

17Le troisième apport de ce travail est sans aucun doute de désigner le risque d’une esthétisation fascinée de la communication suscitée par une « vision irénique et esthétisante de la communication » (p. 189) par le chercheur, risque qu’a pointé ensuite aussi Fabien Granjon (2015). Expliquons-nous : l’étude de certains phénomènes communicationnels peut conduire, sans doute en y prenant plaisir et en développant un goût pour cette analyse, à un processus d’idéalisation de la communication, qui finit par n’être « que cela ». L’attention focalisée engendre alors une occultation d’autres dimensions (en une logique de biais épistémologique) et valorise un aspect communicationnel : la médiation, l’écriture, le discours paraissent de la sorte être le tout de la communication. Le prix de l’article journalistique accédé via les réseaux ou la nécessité de l’acheter, la gêne d’entrer dans une librairie, le caractère vieillissant de l’ordinateur, les contraintes sociales ou économiques pesant sur une personne, ses représentations propres, venant à être oubliées. Pour le formuler autrement, la recherche peut créer un monde, avec les quelques valeurs retenues (par exemple : la télévision permet un partage d’idées communes, le Web est un texte, il permet un partage de connaissances) qui s’avère séduisant mais ne rend pas compte du réel (sauf s’il est vu ainsi conséquemment par application-projection de cette théorie). La création d’un modèle plaisant et captateur est donc un des risques de la recherche en communication.

18Quatrième apport implicite de ce travail, le maintien, si l’on peut dire, de la réalité du réel. Le monde n’est pas entièrement construit par des discours et des représentations qui pourraient (ou devraient) être changées (par l’action du chercheur), pour R. Bautier, mais plutôt une certaine réalité du monde fait l’objet de représentations et d’approches scientifiques partielles qui visent à le connaître. Il y a bien des effets dans le réel, mais les modes de représentation et d’appréhension peuvent évidemment le comprendre et le « former » autrement. Il y a un « réalisme communicationnel », si l’on peut dire, qui fait parfois défaut à certaines approches en communication, et qui n’empêche pas ici de traiter les représentations et « constructions » opérées. R. Bautier a par ailleurs mené une discussion serrée avec le constructivisme (Bautier, 2004). Le monde dans lequel sont étudiées l’information et la communication est évidemment un monde où l’on a froid (ou faim), où l’on meurt, ou l’on a des accidents, dans lequel la guerre existe, ou le plaisir est éprouvé, même si cela n’est jamais véritablement décrit. La vie et la compréhension ne procèdent pas uniquement pour l’auteur d’une construction ou de schèmes sociaux, même s’ils sont évidemment très présents. Les dynamiques de pouvoir dans une société sont bien réelles (évoquées à propos de la science, par exemple).

19Cinquième apport, la nécessité d’une prise en compte de la dimension historique large (méta, dirait-on ailleurs) : l’évolution d’un espace public sous l’impulsion de la bourgeoisie (Habermas, 1962), le développement des pratiques liées à la lecture et à l’écriture (alphabétisation, avec Mona Ozouf et François Furet), etc. Autrement dit, les questions sont à la fois rattachées à et inscrites dans un mouvement historique qui les porte. Héritage marxiste peut-être (ou hégélien) que cette prise en compte de l’histoire comme force, objet d’objectivation et d’études. Il y a, comme chez le psychiatre et sociologue marxiste hongrois Joseph Gabel (1912-2004 ; Allen et Douyère, 2016), en un sens, un refus de la déshistoricisation des processus et des questions sociales, et donc informationnelles et communicationnelles. L’histoire est ici posée comme un rappel à la réalité constituée et se constituant, mais aussi constituante. D’autres travaux de R. Bautier (2006a, 2010a), menés en particulier avec É. Cazenave (entre 2000 et 2012), ont encore davantage mis en œuvre et exploité cette enquête historique. L’histoire n’est nullement pensée comme persistante ou effectuant une sorte de marquage symbolique sur le présent (ce qui apparaîtrait aujourd’hui serait le signe de quelque chose de passé, à la présence subsistante et prégnante) mais comme ayant vu apparaître des techniques et des conceptions de la communication, qui ont parfois connu des filiations sociales et politiques. Le travail de R. Bautier encourage, en SIC, comme d’autres (les travaux de Claire Blandin, Béatrice Fleury, Patrick Fraysse, Cécile Méadel et Jacques Walter, mais aussi de Michael Palmer ou de Pierre Musso, dans des domaines différents, notamment, sans compter les historiens de la communication, comme Christian Delporte), à une enquête et à une inscription historique des phénomènes étudiés. On comprend ici que le détour par l’histoire n’est pas la saisie d’une figure rare, d’une situation particulière oubliée ou de citations pour les ériger en figure symbolique permettant de « comprendre autrement » ou de « déplacer un regard » en adoptant une pose lettrée, à l’évident bénéfice symbolique, mais qu’il s’agit de la saisie de processus historiques ayant constitué des modes de communiquer et d’informer, des conceptions de la communication (Bautier, 2006a) différents.

20Le sixième aspect qui caractérise l’approche de R. Bautier dans ce livre et dans ses articles est sans doute la relation de la communication au pouvoir. Sensible à la question de l’inégalité dans les rapports de force et de communication, R. Bautier examine la façon dont les pouvoirs se servent de la communication et la pensent. Là encore, il y a un refus de la déréalisation communicationnelle (par esthétisation de la communication déconnectée des enjeux sociaux de pouvoir) en pensant le lien entre rhétorique et pouvoir (de persuader), le contrôle des médias par un pouvoir politique (Bautier et Cazenave, 2000, 2010), notamment. La communication est donc pensée comme un instrument du pouvoir. La force (la police, les gens d’armes) et le droit sont certainement les deux autres outils du pouvoir, avec la communication, et cette dernière ne devrait sans doute pas être pensée seule. On pourrait ainsi penser que si la communication échoue, un pouvoir politique peut se saisir de la force policière et militaire ou du droit. En un sens, l’approche de R. Bautier réalise, sans le dire, un processus de réimbrication : elle montre quels sont les liens de la communication avec d’autres aspects de la réalité. Elle relie, au lieu d’effectuer une déliaison. La communication et l’information sont donc clairement pour R. Bautier des outils au service d’un pouvoir politique ou social. Et possiblement aussi (il aborde peu ce point traité ultérieurement par F. Granjon, et précédemment ou parallèlement par Armand Mattelart) d’émancipation et d’insurrection. Pour autant, même si une lecture significative des travaux de Pierre Bourdieu est sensible à plusieurs reprises au fil de l’ouvrage, l’approche de R. Bautier n’est pas d’abord structurée par une théorie de la domination. Son approche est sans doute articulée (interaction d’éléments et de facteurs, capacité de comprendre globalement des enjeux sociaux), mais non systémique ni structurale, et ne pose pas la domination (bourgeoise, masculine…) comme principe, sans exclure de l’analyser (et il la relève). On pourrait noter également qu’il y a une absence de dogmatisme dans la réflexion de recherche, alors même que celle-ci est bel et bien informée par ces travaux, qui se trouvent pris en compte. Son objet n’est de toutes les façons pas de produire une théorie du social (il n’est pas sociologue, mais mobilise la sociologie, parmi d’autres sciences sociales ; Bautier, 2018b) mais une analyse des enjeux de la communication, de la façon dont celle-ci se trouve pensée, utilisée et mobilisée.

21Le rapport de la recherche à l’idéologie, et cela pourrait être le septième apport de ce travail de réflexion scientifique sur la communication, n’est pas en tant que tel thématisé, mais on comprend que le lien de la recherche à l’idéologie, objets de tant de tensions de rhétorique scientifique contemporaine (Heinich, 2021), n’est pas une difficulté en soi. Expliquons : si le lien entre idéologie et recherche est pointé (à propos des travaux de Paul Lazarsfeld, notamment), une recherche n’est pas pour autant récusée parce qu’elle procéderait d’un marquage idéologique. On voit bien qu’il y a une distance prise envers des positions idéologiques (à gauche, et plus encore à droite), mais qu’une position idéologique soit le vecteur ou le contexte de l’émergence d’une recherche n’est pas nécessairement dérangeant. Ce qui l’intéresse est de pointer les connivences idéologiques d’une recherche (à propos de Régis Debray ou de Bruno Latour, par exemple). S’il y a manifestement la recherche d’une position distanciée, qui mesure les implications, on voit qu’il n’est pas question de « neutralité axiologique » ou d’un refus de l’imprégnation idéologique dans une œuvre scientifique. Sans doute aimerait-il qu’elle fût énoncée, qu’elle soit explicite, afin que le lecteur la comprenne. Là encore, on a une différence avec certaines approches contemporaines en SIC, qui prennent d’emblée pied dans une approche idéologique, sans la nommer ni la formaliser, la donnant comme un « allant de soi », en la scientificisant, formant autour d’elle une communauté de reconnaissance. Disons que pour R. Bautier, semble-t-il, il n’y a pas d’allant de soi, mais des positions à expliciter, ou des implications et des exclusions à désigner. Le terme n’est évidemment pas de nature épistémologique, mais on pourrait dire qu’une forme d’honnêteté et de prudence marque cette démarche scientifique ; non pas un souci d’équilibre, en tant que tel, qui viserait à se figer au milieu, mais un souci d’examen de tous les paramètres. Il y aurait sans doute à ses yeux une facilité trop grande à prendre appui sur des positions idéologiques pour engager une recherche, ou du moins l’étayer. Que cela permette un éclairage et d’orienter une attention n’est sans doute aucunement un problème. Cette démarche en oscillation, si l’on peut dire, ou qui recherche une mesure, vient sans doute du fait que probablement l’auteur ne croit pas à la neutralité axiologique, et pense que l’idéologie peut tout imprégner, et qu’une neutralité est elle-même pleinement idéologique (Granjon, 2014), par ce qu’elle cautionne implicitement, tait ou écarte. On a donc une position singulière, d’un chercheur que l’on pourrait dire certes éclairé par une conscience des inégalités sociales, et la recherche qu’elles suscitent, mais qui n’est pas (visiblement et dans sa recherche du moins) engagé lui-même, et essaie de prendre en compte divers paramètres. Cette subtilité de position est difficile à saisir car le tableau général de sa recherche (attention au social, au pouvoir, prise en compte des milieux populaires) et ses références (B. Miège, Pierre Mœglin, A. Mattelart…) pourraient a priori l’inscrire dans une partie identifiée du champ scientifico-politique. Il s’y trouve, et y échappe à la fois.

22Huitième apport, nous l’avons indiqué d’emblée, de cette recherche, la prise en compte du social, ou le refus de l’éradication du social dans la recherche sur la communication (ou de sa seule restitution idéaliste sous la figure d’un espace public démocratique ouvert et accessible offrant une liberté égale d’expression des opinions). L’auteur, qui évoque « l’euphémisation des rapports sociaux » (p. 130), a pleinement conscience que les phénomènes informationnels et communicationnels sont des phénomènes sociaux (y compris pour la production technique et médiatique) et que l’on ne peut les désindexer de leur contexte, de ce qu’ils servent, autorisent, dissimulent ou obstruent. Il n’y a de phénomènes infocommunicationnels que parce qu’il y a du social. Il y a d’ailleurs une crainte de R. Bautier, visible dès cet ouvrage, et développée ultérieurement (Bautier, 2009, 2014, 2021), que des approches scientifiques (en biologie, en physique, notamment) ou automatisées des questions communicationnelles n’oublient leur inscription et leur incidence sociales. Les sciences de l’information et de la communication sont donc des sciences sociales (Granjon, 2015 ; Bautier, 2009, 2018b), des sciences des phénomènes sociaux, qui doivent recourir à la sociologie, peut-être à l’anthropologie (même si on sent une sensibilité moins grande de l’auteur) pour développer leurs analyses.

23Si les SIC forment « un secteur de la connaissance dans lequel les multiples composantes de la communication seraient légitimement étudiables de façon concertée » (Bautier, 2007 : 11), leur apport est implicite : les sciences de l’information et de la communication mettent au jour les effets de langage, d’image, de compréhension, le rôle de médias, dans un contexte social. La sociologie leur est donc utile, mais n’est pas toute la science de la communication, en ce qu’elle ne s’attache pas scientifiquement à ces questions (mais surtout aux questions de structuration, de représentation et d’expression sociales). Cette position, cette vision des SIC nous semble également actuelle : face au déni ou au refus, face à l’ignorance de la communication par un certain nombre de courants de la sociologie (Bautier, 2018b), les SIC éclairent des questions info-communicationnelles de l’espace social, dès lors qu’elles sont informées aussi par la sociologie, la science politique, l’anthropologie. Ces questions peuvent être moins vues par ces disciplines (sauf peut-être par la science politique, pour R. Bautier). On sent également chez l’auteur un intérêt pour l’apport de la psychologie, entendue comme science de réalités et de représentations psychiques, même s’il n’aborde pas cette discipline. Cette position liée (interdisciplinaire) mais utile (singulière, spécifique) des SIC est sans conteste probablement le neuvième apport de cet ouvrage.

24Enfin, le dixième apport consiste certainement dans la prise en compte de la rhétorique et de son évolution, dans ses rapports avec l’argumentation, la logique (la dialectique) et la persuasion, qui peuvent ou non en former deux pôles distincts, « entre le docere [enseigner] et le movere [émouvoir], entre la raison et le cœur […] » (p. 256 ; selon Basil Muntaenao, 1967). En effet, R. Bautier distingue par ailleurs « deux grandes conceptions de la démarche de conviction » (p. 312) jouissant de légitimité : « La voie “conceptuelle” et la voie “symbolique” » (reconnues dans le domaine religieux catholique, souligne-t-il, mais pas, précise-t-il alors, dans le champ politique). La première s’appuie sur le « discours “raisonné” », la seconde sur le symbole et l’affect. C’est cette permanence de la dynamique rhétorique qui oriente et achève la réflexion de R. Bautier dans ce livre et le rend utile aux chercheurs, qui, comme Éric Nhume (2019) ou Alexandra Saemmer (2015), s’efforcent d’analyser les « nouvelles rhétoriques » à l’œuvre sur les réseaux sociaux et dans le texte numérique, par exemple.

25Évidemment, l’ouvrage n’aborde pas toutes les questions communicationnelles – tel n’est d’ailleurs ni son propos ni son ambition – et la question du rapport de la communication au droit, ou des questions relevant des industries culturelles (cinéma, édition…) et de loisirs, du sport, mais aussi du genre, des communications des institutions publiques et notamment militaires, ou des communications militantes ne sont pas posées, autrement que dans la mesure où elles s’inscrivent dans l’espace public et visent à une représentation symbolique. En revanche, des formes de communication comme les communications managériales et d’organisation, la communication interpersonnelle, des conceptions religieuses de la communication, ou la communication scientifique sont abordées.

Conclusion

26L’ouvrage De la Rhétorique à la communication propose donc une réflexion large et profonde sur les enjeux de la communication, dans ses supports comme dans les conceptions qui la soutiennent, dans l’espace public. Il adopte notamment un point de vue critique qui « s’intéresse au poids politique de la communication dans le système des rapports sociaux et ne conçoit pas une analyse de la communication hors du contexte du pouvoir » (p. 133). Cette réflexion articule, surtout, une réflexion sur le langage et l’argumentation, la logique des idées, la place du dialogue et de l’interlocution dans l’espace public, la place de l’image, les enjeux de réception et de critique de la communication, et notamment la dissymétrie entre producteurs médiatiques et publics (quelle que soit la « créativité » réceptive de ces derniers, « comme si ces deux pouvoirs étaient du même ordre et comme si l’ordre social n’était pas marqué par une profonde inégalité », p. 155). Les places de l’image, de l’oralité et de l’écriture dans la communication sont ainsi examinées. Si J. Habermas constitue un pôle majeur de la réflexion, il est en un sens dépassé et critiqué (p. 195 sq, notamment), avec le souci de penser les conditions concrètes de la communication, les entraves à celles-ci, notamment pour certaines catégories de la population. C’est la communication idéale, symboliquement esthétisée, et la communication idéalisée, qui se trouvent récusées pour réarticuler la communication aux enjeux de pouvoir et de société.

  • 3 Le Groupe de recherche sur les enjeux de la communication, Gresec, a été fondé en 1978, à l’univer (...)

27R. Bautier nous offrait avec cet ouvrage une réflexion dense, nourrie de lectures confrontées à des textes parfois ardus, sur la communication, comme une pensée « généraliste », à défaut d’être totalisante ni systémique, de celle-ci. Cette réflexion constitue donc un cadre pour resituer ses propres problématiques, les confronter à leurs zones inabordées, prendre la teneur de réflexions anciennes que soulèvent encore toutes les formes de communication étudiées aujourd’hui (numériques et sur les « réseaux sociaux », environnementale, sociale, religieuse, de genre…), les resituant à la fois face à des enjeux de gestion du symbolique, de relation à l’espace public, de prise en compte du social et des dimensions d’inégalités et de pouvoir. Une analyse post-marxiste logicisée, nourrie d’une réflexion sur le langage et les modalités d’appropriations, d’une philosophie de la communication et de l’espace public confrontée aux sciences sociales, caractérise ce travail, qui s’est poursuivi dans un autre ouvrage (Bautier et Cazenave, 2000) et dans de nombreux articles. Si cette recherche se situe dans le courant miégien (Miège, 1989, 1997) ou « grenoblois »3 des études françaises en communication, il s’en distingue non seulement par ses positions propres mais aussi par la mobilisation d’une approche historique et d’un recours à l’analyse logico-philosophique qui le caractérise, qui se substitue à l’analyse socio-économique, centrale pour le sillage miégien. L’œuvre discrète et dense de R. Bautier constitue une ressource importante et disponible pour le chercheur visant à comprendre la vie sociale de la communication et ses enjeux théoriques, pensés par ses acteurs mêmes. Le sociologue et didacticien Louis Porcher, qui s’est également intéressé aux médias (Porcher, 1976, 1995, 2006), saluait déjà en 1995 cet ouvrage, qu’il voyait comme une « traversée diagonale des signes », « une œuvre durable, comme une sorte de point fixe » (p. 122) ; la lecture du présent le confirme et nous donne des repères sinon même une méthode, du moins une exigence, pour engager et poursuivre la recherche sur les conceptions et les opérations de communication qui traversent le champ social contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Abensour C., 2000, « La place de l’image dans la communication religieuse. Église du visible, Église de la parole : incidence de l’iconophobie chrétienne sur la prise en compte des moyens de communication par les Églises catholique et protestante », thèse en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13.

Allen D. F. et Douyère D., 2016, « Joseph Gabel : réification, fausse conscience et communication », dans F. Granjon (dir.), Matérialismes, culture et communication, t. 1, Marxismes, théorie et sociologie critiques, Paris, Presses des Mines.

Bautier R., 1979, « Problèmes d’éthique communicationnelle », Langage et société, 9 (suppl.), p. 69-72. https://doi.org/10.3406/lsoc.1979.1211

Bautier R., 1994, De la Rhétorique à la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Bautier R., 2001, « L’hypertexte pour rassembler ou pour disjoindre », dans Téléservices publics. Usages et citoyenneté, Paris, Centre de coordination pour la recherche et l’enseignement en informatique et société. https://www.lecreis.org/colloques%20creis/2001/is01_actes_colloque/bautier.htm

Bautier R., 2003a, « Rhétorique et encyclopédie : une question d’interprétation », dans P. La Broise (de) (dir.), L’Interprétation : objets et méthodes de recherche, Lille, Éd. du Conseil scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3.

Bautier R., 2003b, « L’internet comme cerveau mondial », Esprit critique. Revue internationale de sociologie et de sciences sociales, 5 (4). https://www.espritcritique.org/0504/esp0504article01.html

Bautier R., 2004, « La politique de l’information plutôt que sa métaphysique », Questions de communication, 5, p. 169-183. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.7108.

Bautier R., 2005, « Doctrinaires et saint-simoniens sur l’organisation des connaissances », dans Y. Polity, G. Henneron et R. Palermiti (dirs), L’organisation des connaissances : approches conceptuelles, Paris, Isko France/Éd. L’Harmattan.

Bautier R., 2006a, « L’histoire des moyens de communication dans l’espace public », dans S. Olivesi (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Bautier R., 2006b, « Le web : structure d’un support de mémoire », dans C. Filteau et M. Beniamino (dirs), Mémoire et culture, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Bautier R., 2007, « Rallier les sciences de l’information et de la communication dans les années 70 », Questions de communication, 12, p. 149-161. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.2361.

Bautier R., 2009, « Le sens et le social menacés au sein des SIC ? », Les Cahiers de la Sfsic, 4, p. 12 13. https://fr.calameo.com/read/0007559198e1222011051

Bautier R., 2010 a, « L’espace public au cours du xixe siècle », dans B. Miège, L’Espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Bautier R., 2010b, « Une perspective orwellienne sur les tentatives d’amélioration de la communication. Du Basic English au web sémantique », Essachess, 2012 (2), p. 163-174. https://www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/11.

Bautier R., 2012, « Les ambiguïtés de la science du web », Comunicazioni Sociali, 34 (2). https://comunicazionisociali.vitaepensiero.it/scheda-articolo_digital/roger-bautier/les-ambiguites-de-la-science-du-web-001200_2012_0002_0098-154895.html

Bautier R., 2014, « Sciences de la nature, sciences sociales et sciences de la communication », dans H. Bourdeloie et D. Douyère (dirs), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare & Martin.

Bautier R., 2016, « Un principium équivoque pour les sciences de l’information et de la communication ? », Questions de communication, 29, p. 145-158. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.10442.

Bautier R., 2017, « Marginalisation et normalisation de la parole dans l’espace public », dans C. Hervet (dir.), communication orale présentée au colloque Pouvoirs du son / Sons du pouvoir. Esthétique et politique du sonore, Amiens, 15 nov. https://webtv.u-picardie.fr/watch_video.php?v=DU6DY5OB2GK8

Bautier R., 2018a, « La fractalité du web comme condition de l’intercréativité », dans Création, créativité et médiations. Actes du Congrès de la SFSIC, vol. 2, Neuilly-sur-Seine, Société française des sciences de l’information et de la communication. https://www.sfsic.org/wp-inside/uploads/2020/05/actes-vol-2-congres-sfsic-2018.pdf#page=252

Bautier R., 2018b, « Avant-propos », Les Cahiers du numérique, 14 (2), p. 9-10. https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2018-2-page-9.htm

Bautier R., 2019, « Sur L’Ère du clash de Christian Salmon », Questions de communication, 36, p. 267-279. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21346.

Bautier R., 2021, « Des enjeux épistémiques aux questions sociopolitiques », dans F. Paquienséguy et N. Pélissier (dirs), Questionner les humanités numériques. Positions et propositions des SIC, Neuilly-sur-Seine, Sfsic-CPdirsic. https://www.sfsic.org/wp-inside/uploads/2021/06/questionner-humanites-numeriques.pdf#page=27

Bautier R. et Cazenave É., 2000, Les Origines d’une conception moderne de la communication. Gouverner l’opinion au xixe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Bautier R. et Cazenave É., 2002, « L’instauration de la presse anglaise et américaine en modèle pour la France », Histoire et sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, 4, p. 17-27.

Bautier R. et Cazenave É., 2004, « Le rejet de la délibération : du dogmatisme à l’élitisme », dans B. Castagna, S. Gallais, P. Ricaud et J.-Ph. Roy (dirs), La Situation délibérative dans le débat public, Tours, Presses universitaires François-Rabelais. https://doi.org/10.4000/books.pufr.7120

Bautier R. et Cazenave É., 2005, « La presse pousse-au-crime selon Tarde et ses contemporains », Champ pénal/Penal Field, XXXIVe Congrès français de criminologie. https://doi.org/10.4000/champpenal.253

Bautier R. et Cazenave É., 2007, « Fonction de l’élite et fonction de la presse en France au début de la Troisième République », Communication Studies/Estudos em Comunicação, 1, p. 1-15. http://www.ec.ubi.pt/ec/01/pdfs/bautier-roger-cazenave-fonction-de-elite.pdf

Bautier R. et Cazenave É., 2010, « Les conceptions de la presse à la fin du xixe siècle comme commentaires du “moment Guizot” », dans R. Chamboredon (dir.), François Guizot (1787-1874). Passé-Présent, Paris, Éd. L’Harmattan.

Bautier R. et Cazenave É., 2012, « Parler du peuple et parler au peuple : une perspective gramscienne », Imaginaires. Revue du Centre interdisciplinaire de recherches sur les langues et la pensée, 15.

Bautier R. et Do-Nascimento J. (dirs), 2012, Les Technologies numériques comme miroir de la société, Paris, Éd. L’Harmattan.

Bautier R. et Nicolas Y., 1989, « La littérature managériale, un discours miroir ? », Colloque interdisciplinaire Travail et pratiques langagières, réseau « Langage et travail », Paris, Pirttem-CNRS/ministère de la Recherche, p. 337-349.

Bautier R. et Nicolas Y., 1990, « Positionnements théoriques dans la littérature sur la communication d’entreprise », Congrès national Inforcom 90. L’Avenir, la recherche en information communication, Paris, Sfsic, p. 246-254.

Bautier R. et Nicolas Y., 1991, « Les zéros du management », Les Cahiers du Lerass. Recherches en sciences de la société, 23, p. 19-32. https://doi.org/10.3406/sciso.1991.949

Douyère D., 2012 « Vingt-cinq propositions concernant la “communication” et les modalités d’une recherche concernant des phénomènes communicationnels », dans S. Bratosin, C. Bryon-Portet et M. A. Tudor (dirs), Épistémologie de la communication. Bilan et perspectives, Actes du workshop international Essachess Technopolis 2e éd., Iasi, Institutul European.

Douyère D., 2014, La Communication requise. Territoires du savoir, du travail et du religieux, vol. 1, Parcours, de l’édition universitaire à la recherche en sciences de l’information et de la communication. Esquisse d’autobiographie intellectuelle, mémoire d’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Université Paris Diderot.

Ellul J., 1981, La Parole humiliée, Paris, Éd. Le Seuil.

Granjon F., 2014, « Engagement, critique et sciences de l’information et de la communication », dans H. Bourdeloie et D. Douyère (dirs), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare & Martin.

Granjon F., 2015, « Du matérialisme comme principium d’un agenda de la recherche critique en communication », Questions de communication, 28, p. 157-190. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.10096.

Habermas J., 1978 [1962], L’Espace public, Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, trad. de l’allemand par M. B. de Launay, Paris, Payot.

Heinich N., 2021, Oser l’universalisme. Contre le communautarisme, Lormont, Éd. Le Bord de l’eau.

Miège B., 1989, La Société conquise par la communication, t. 1, Logiques sociales, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Miège B., 1997, La Société conquise par la communication, t. 2, La communication entre l’industrie et l’espace public, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Muntaenao, B., 1967, Constantes dialectiques en littérature et en histoire. Problèmes, recherches, perspectives, Paris, Didier.

Nhume E., 2019, « Rhétorique des réseaux sociaux », Communiquer, 26, p. 105-118.

Olivesi S., 2007, Référence, déférence. Une sociologie de la citation, Paris, Éd. L’Harmattan.

Porcher L., 1976, Vers la dictature des médias ? Paris, Hatier.

Porcher L., 1994, Télévision, culture, éducation, Paris, A. Colin.

Porcher L., 1995, « Bautier (Roger). De la rhétorique à la communication », Revue française de pédagogie, 112, p. 121-122.

Porcher L., 2006, Les médias entre éducation et communication, Paris, Vuibert.

Riccio P.-M. et Vidal G. et Bautier R. (dirs), 2016, Des usages aux pratiques : le web a-t-il un sens ?, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux.

Saemmer A., 2015, Rhétorique du texte numérique. Figures de la lecture, anticipations de pratiques, Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Sperber D., 1996, La Contagion des idées. Théories naturalistes de la culture, Paris, O. Jacob.

Vieira L., 2019, « Déconnexion des connexions », Sciences de la société, 103, p. 3-5. https://doi.org/10.4000/sds.9616

Haut de page

Notes

1 R. Bautier, 1993, Rhétorique et logique dans le champ de la communication (vol. 1 et 2), La Communication des experts (vol. 3), La Communication des profanes (vol. 4), habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Université Stendhal Grenoble 3.

2 On trouvera une bibliographie comprenant un grand nombre de travaux (postérieurs à 1993) de R. Bautier à la page : http://labsic.univ-paris13.fr/membre/bautier-roger/.

3 Le Groupe de recherche sur les enjeux de la communication, Gresec, a été fondé en 1978, à l’université Stendhal Grenoble 3, devenue Grenoble Alpes, par B. Miège et Yves de la Haye (1946-1983).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Douyère, « Sur De la rhétorique à la communication de Roger Bautier »Questions de communication, 40 | 2021, 437-454.

Référence électronique

David Douyère, « Sur De la rhétorique à la communication de Roger Bautier »Questions de communication [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/26715 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.26715

Haut de page

Auteur

David Douyère

Université de Tours, Prim, F-37000 Tours, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search