Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Notes de rechercheGilets jaunes et colères noires

Notes de recherche

Gilets jaunes et colères noires

Violence, médias et émotions
Yellow vest protesters’ rage. Violence, media and emotions
Fabien Granjon
p. 303-318

Résumés

Le mouvement des Gilets jaunes a été largement présent sur les réseaux sociaux numériques. Cela a eu pour effet de faciliter la viralité de certains contenus au début du mouvement, puis, par la suite et dans la durée, celui des contenus accompagnant la dynamique protestataire. Le récit et la mise en scène des violences, ainsi que la mobilisation des émotions ont été partie intégrante des opérations médiatiques de disqualification du mouvement, mais ils ont aussi été des éléments de réarmement du mouvement lui-même. Dans le cadre de cet article, nous souhaitons apporter quelque éclairage sur les usages protestataires des médias numériques par les Gilets jaunes. Il s’agit de présenter les premiers résultats d’une enquête exploratoire attestant, d’une part, du déplacement des pratiques de consommation médiatique à mesure de l’évolution du mouvement et, d’autre part, de mettre en lumière la place de l’émotion dans la mobilisation, notamment relayée par un usage de plus en plus important des réseaux sociaux numériques.

Haut de page

Texte intégral

1Le mouvement des Gilets jaunes (GJ) signe son acte de naissance le 17 novembre 2018 par une manifestation qui, à l’initiative de deux chauffeurs routiers (Éric Drouet et Bruno Lefevre), vise à organiser un blocage national contre la hausse du carburant. Largement relayé sur Facebook, cet appel à mobilisation va rencontrer son public. Près de 2 000 ronds-points sont pris d’assaut, des barrages filtrants sont dressés et des péages sont occupés un peu partout en France (métropole et outre-mer). Les potentiels de circulation de l’information, largement encouragés par les programmes d’action des réseaux sociaux numériques (forward, retweet, stories, partage, groupes, etc.), ont, de facto, facilité le caractère viral de certains contenus au début du mouvement, puis, par la suite et dans la durée, celui des contenus accompagnant généralement la dynamique protestataire (tracts, appels à manifestation, expertises diverses, annonces d’événements, cagnottes, etc.). Ainsi des sites web et, surtout, des milliers de groupes Facebook vont-ils participer à l’extension de la visibilité du mouvement, par ailleurs accrue par l’intérêt des médias dominants.

2Lors des premières semaines du mouvement des Gilets jaunes, « la couverture médiatique se révèle plutôt bienveillante. […] [Mais] à mesure que s’amplifie la colère des manifestants, la bienveillance des médias laisse place à une certaine animosité » (Siroux, 2020 : 61-63). In fine, les GJ vont, sans surprise, avoir les « honneurs » d’une couverture médiatique à charge (notamment sur les plateaux des chaînes d’information en continu – Cnews, BFM, etc.) qui les dépeint comme la partie la plus visible des classes dangereuses cumulant toutes les inconduites possibles : sexisme, homophobie, antisémitisme, racisme, philistinisme inculte, naïveté, attitudes quétaines, etc., dont « Jojo le Gilet jaune » serait l’incarnation. La figure caricaturale du « beauf » (Mauger, 2013), de l’analphabète, du « décérébré », du « sans dents » qui « fume des clopes et roule au diesel » s’est alors logée dans nombre de commentaires journalistiques et politiques cherchant, à bon compte, à disqualifier la mobilisation. Par-là s’est exprimé un mépris de classe visant celles et ceux « qui ne sont rien », lequel n’était, parfois, pas même habillé des clauses de style habituelles en ce genre d’opération de discrédit. Son acmé fut sans doute la saillie de Luc Ferry, ex-ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche, qui s’étonna que les forces de l’ordre n’aient pas fait usage de leurs armes létales contre « ces espèces de salopards d’extrême droite ou d’extrême gauche ou des quartiers qui viennent taper du policier ». Les termes de « poujadisme », de « jacqueries », de « complotisme » et de « populisme » ont très souvent été employés pour qualifier un mouvement qui en appelle notamment à une fiscalité plus juste (et non un anti-fiscalisme primaire) et le rattacher bien rapidement à des orientations d’extrême droite.

3Les débordements langagiers de quelques-uns et les moments insurrectionnels lors des différents « actes » ont contribué à alimenter cette veine dépréciative faisant des GJ de séditieux individus indisciplinés, repoussoirs de la démocratie représentative, fragilisant une République « en danger » ; effet de cadrage à charge qui s’est toutefois retrouvé en concurrence avec une opinion publique qui, dans les sondages, leur est restée globalement favorable, malgré les désagréments occasionnés par les nombreuses opérations de blocage et la répétition des manifestations du samedi. Reste que la violence et les prédations accompagnant les mobilisations des GJ a été un des principaux ressorts de la couverture médiatique, épousant des logiques et des registres largement éprouvés, consistant à s’insurger de la « brutalité » des événements :

« Des heures durant, journalistes et invités ont disserté sur les images qui leur parvenaient en direct des manifestations. Lesquelles manifestations avaient préalablement fait l’objet de longues heures d’antennes, expertisant pour les uns la stratégie policière, pour les autres celle du gouvernement, et dénonçant à l’unisson l’‘‘irresponsabilité’’ des manifestants et de tous ceux qui se refusaient encore à lancer des appels au calme et à l’arrêt des manifestations » (Siroux, 2020 : 9).

4La litanie des commentaires sur les casseurs, les black blocs, les « bons » et les « mauvais » Gilets jaunes a occupé un important temps d’antenne, distillée par des éditorialistes, des journalistes spécialisés, des « experts », mais aussi des porte-parole de syndicats policiers.

  • 1 Les entretiens que nous avons menés avec les GJ ont, en majorité, été conduits durant les manifest (...)

5Si le récit et la mise en scène des violences ainsi que la mobilisation des émotions font partie intégrante des opérations médiatiques de disqualification du mouvement, ils sont également des éléments de réarmement du mouvement lui-même. Aussi, dans le cadre de cet article, souhaitons-nous apporter quelque éclairage sur les usages protestataires des médias numériques par les GJ. Il s’agit de présenter les premiers résultats d’une enquête exploratoire1 attestant, d’une part, du déplacement des pratiques de consommation médiatique à mesure de l’évolution du mouvement et, d’autre part, de mettre en lumière la place de l’émotion dans la mobilisation, notamment relayée par un usage de plus en plus important des réseaux sociaux numériques.

Une consommation médiatique en (r)évolution

6Les GJ auprès de qui nous avons conduit des entretiens nous ont, pour la plupart d’entre eux, décrit des dynamiques de consommation des contenus télévisuels qui ont suivi une évolution particulière. Dans un premier temps, les productions télévisuelles ont pu être relativement prisées :

« Au départ, on regardait pas mal BFM et les émissions comme ça, parce que ça parlait de nous… enfin nous, les Gilets jaunes quoi. Pas forcément nous ici. C’était marrant de nous voir à la télé. C’est idiot, mais y avait comme une sorte de fierté à se voir ».

7Mais au fur et à mesure de l’installation de la mobilisation dans la durée, les formats de traitement médiatique des « actes » sont apparus à celles et ceux qui y participaient comme partisans, défavorables à la cause et foncièrement redondants. Ainsi, au fil du temps, la « télé » a-t-elle été délaissée pour n’être plus visionnée que par l’entremise d’extraits et de « morceaux choisis », transitant sur les réseaux sociaux numériques :

« J’ai compris que, bah là, fallait pas compter sur les médias [la télévision] pour dire vraiment ce qui se passait. Ils sont vendus aux politiques. Enfin pas tous, mais en gros si quand même. […] Je me suis informé avec le groupe [Facebook]. Y avait largement de quoi faire et on avait tout dessus. Pas besoin d’aller chercher sur les chaînes ».

  • 2 À côté des médias « alternatifs » qui se sont notamment spécialisés sur les mobilisations sociales (...)

8Par ailleurs, cette translation du « petit écran » vers les « très petits écrans » – ceux du smartphone et des ordinateurs personnels – semble s’être accompagnée d’un déplacement des consommations médiatiques liées à l’information. Les sources se sont diversifiées et le répertoire des « titres » consultés en ligne sensiblement étendu au profit de médias alternatifs revendiquant un journalisme indépendant (Vécu, Taranis News, Là-bas si j’y suis, Le Média, Révolution permanente, Paris-luttes.info, Nantes révoltés, Cerveaux non disponibles, Alternative International Movement2, etc.) et d’une production médiactiviste parfois individuelle (Granjon et al., 2014 ; Cardon et Granjon, 2013). L’on peut ici avancer l’hypothèse, à tout le moins pour certains GJ – vraisemblablement, plutôt ceux disposant d’un niveau de certification scolaire minimal, mais pas uniquement – que leur engagement dans la mobilisation les a acculturés à une certaine critique des médias. Cette dernière, bien que souvent assez sommaire dans ses expressions et parfois complotistes (« les médias des riches », « du gouvernement », « les journalistes vendus », « les merdias », « les médiaputes », etc.), a néanmoins eu pour effet de les amener à se confronter à un spectre de propositions médiatiques plus vastes que celles qu’ils avaient pour habitude de fréquenter.

  • 3 Le nouvel algorithme de recommandation de Facebook majore les informations issues des groupes et d (...)

9Ce décloisonnement épouse par ailleurs des formes diverses. Quand certains expliquent avoir développé de nouvelles pratiques qu’ils désignent comme des opérations proactives d’approfondissement de « connaissances militantes » débordant largement les revendications portées par les GJ (repérage de sites web thématiques, lecture d’articles longs, abonnement à des listes de diffusion dédiées, etc.), d’autres semblent s’en remettre aux logiques algorithmiques inscrites dans les programmes d’action des réseaux sociaux numériques. Ils profitent de ce qui arrive dans leurs fils d’actualité, confiant ainsi, sans en avoir franchement conscience, leurs pratiques informationnelles aux bulles de filtres (Gentzkow et Shapiro, 2011 ; Badau, 2019). Celles-ci établissent des hiérarchies et des périmètres de pertinence sur lesquels ils n’ont évidemment pas la main3, mais qui ne les desservent pas nécessairement :

« Contrairement à ce que pensent les gilets jaunes, persuadés que Macron les censure par l’entremise de Facebook, leur meilleur allié s’appelle Mark Zuckerberg. Le mouvement a été sans conteste aidé par le nouvel algorithme Facebook qui valorise les contenus de groupes au détriment des contenus postés par des pages (et donc par les médias). Après quelques likes sur un groupe, on se retrouve submergé du contenu de ce groupe dans son fil d’actualité » (Glad, cité dans Ertzscheid, 2019 : 138).

10Le fait que les GJ internautes aient massivement adhéré aux groupes Facebook GJ, a minima de leurs régions – mais le plus souvent aussi à des groupes présents sur des territoires géographiquement éloignés  –, leur permet également de profiter des posts de la communauté mobilisée. Parfois des plus foisonnants (plusieurs dizaines de posts par jour et des centaines de commentaires durant les périodes de haute intensité), le fil d’information de ces groupes est fréquemment parcouru sur un mode sérendipitaire et certains contenus sélectionnés à partir de critères variés qui ne relèvent guère de stratégies définies (« Ouuuhh là ! C’est un peu au pif faut dire ») et dépendent de facilités d’usage ou d’une économie de l’attention qui guide volens nolens les conduites de clic via la sensibilité à certaines affordances :

« Je vais surtout regarder les vidéos ; je préfère. C’est plus facile et plus rapide qu’une page de texte, ça prend moins la tête. […] Alors les critères… Bah… faut que l’image me plaise. […] Je vais être attiré par un titre, alors clac, je clique. Je choisis comme ça, au feeling. Faut que ça reste amusant, sinon je passe à autre chose. […] C’est plus rare, mais il y a aussi les vidéos des copains. »

  • 4 Les groupes observés sont essentiellement liés aux mobilisations des régions rennaises (35) et lan (...)

11De fait, sur les groupes Facebook observés4, il est possible de repérer de nouvelles formes expressives de type « selfie vidéo » (utilisant notamment la fonction Facebook Live), mettant en scène dans un décor sommaire (souvent domestique tel que les salons, cuisines, garages, voitures…) une prise de parole personnelle qui relève fréquemment d’un « coup de gueule ». Elle peut également épouser d’autres formats énonciatifs tels que les appels à mobilisation, analyses politiques, « méditations » philosophiques, revues de presse, témoignages, épanchements personnels, etc. :

« Clo, dès qu’elle poste une vidéo, je regarde. J’aime beaucoup cette fille et sa manière de penser. Elle est pas bégueule tu vois, elle fait ça chez elle, y a sa fille à côté. C’est sans manière et ce qu’elle dit c’est bien. Elle apporte toujours des bonnes informations sur ce qui se passe dans le coin, mais aussi ailleurs. C’est devenu comme une copine, même si je la connais pas personnellement ».

12Ce qui rapproche ces vidéastes égocentrés – dont il faut convenir que les discours peuvent s’avérer particulièrement décousus, peu documentés, voire simplistes ou confusionnistes – de leurs éventuels publics semble davantage tenir à une proximité sensible qu’au lien classique unissant un leader d’opinion à ses « suiveurs » (Katz, 1957).

13Ce qui est énoncé compte finalement moins que la manière dont cela est exprimé. Les réceptions positives de ces selfies vidéo apparaissent comme essentiellement indexées à la charge affectuelle qu’ils portent (Ahmed, 2004) : colère, indignation, tristesse, cynisme, ironie, humour, enthousiasme, etc. Les phénomènes d’influence chers à la sociologie fonctionnaliste des médias (Katz et Lazarsfeld, 1955) ne semblent guère s’exercer en ces circonstances. Ni « leaders d’opinion », ni « influenceurs » (au sens où l’entend le marketing numérique), ni « porte-parole » autodéclaré, ces self-vidéastes locaux ne semblent, sauf exception, ni spécialement exposés aux contenus médiatiques, ni jouir d’une légitimité spécifique ex ante, ni être porteurs d’une vision du monde originale, ni même être particulièrement insérés dans les structures de mobilisation. En revanche, ils sont régulièrement présents en ligne, osent se rendre visibles à toutes et tous et, surtout, expriment ouvertement leurs émotions.

La place de l’émotion

14La connivence qu’ils arrivent à construire n’est pas fondée sur un quelconque « magistère », mais sur un émoi rendant sensible une morale commune. Ce qui est apprécié tient à la fois au courage qu’ils ont d’exprimer des émotions, lesquelles sont perçues comme preuve d’une humanité mise à mal et font de leurs porteurs des combattants à saluer. Ces adresses vidéo incarnées par des personnalités – non au sens d’individus réputés ou simplement connus, mais de sujets singuliers – sont reçues au titre d’une intimité publicisée susceptible d’être l’objet d’un jugement (de fait, parfois exprimé dans certains commentaires) et c’est cette exposition-prise de risque qui leur donne une valeur et les rend estimables :

« J’apprécie ses vidéos parce qu’on voit bien qu’il est pas spécialiste de la com’. Il y va parce qu’il peut plus se taire. Il crie son mal-être quoi. Il gueule son ras-le-bol. Ça se voit bien qu’il est en colère et ça me touche de le voir gueuler. »

  • 5 « À l’époque du stratégisme communicationnel, la vérité émotionnelle nous semble parée d’un supplé (...)

15Ce que cet interrogé met en avant quand il évoque les selfies vidéo de ce GJ qui s’exprime – la plupart du temps en des termes assez verts, pour commenter les mesures gouvernementales et de la représentation nationale –, c’est la satisfaction qu’il ressent à voir s’extérioriser dans une forme de vérité émotionnelle5, une colère qu’il identifie comme étant aussi la sienne, bien que celle-ci soit davantage « rentrée ». Il y voit l’expression d’une authenticité (une « maladresse touchante ») qu’il reconnaît volontiers « émouvante » depuis une disposition compassionnelle dont il souligne qu’elle n’a « rien à voir avec de la pitié », mais plutôt avec un penchant à la commisération qu’il affirme remonter à l’enfance et qui lui aurait toujours fait détester l’injustice. Force est de constater que, dans son développement, la publication/publicisation des contenus et des personnes mobilise des formes d’investissement de plus en plus disparates hybridant défiance institutionnelle et promotion personnelle. Aussi est-ce « la notion même de public qui se trouve modifiée par ces formes d’autoproduction, dans la mesure où la séparation entre réception et production devient partiellement indistincte, mais surtout parce que le travail de production du public apparaît comme une activité personnalisée et interactive » (Cardon et al., 2006 : 13).

16Si l’engagement dans le mouvement enclenche des réajustements quant aux manières de s’informer, le niveau d’implication dans la mobilisation ne semble pas forcément orienter les pratiques de consommation médiatique en faveur d’un modèle proactif, surtout s’agissant de « néo-militants » dont la récente socialisation politique n’a pas encore eu le temps de déplacer les appétences et les tendances comportementales préalablement ancrées. En revanche, l’on constate que le capital culturel dans sa forme incorporée s’avère un déterminant important concernant les façons de réviser ses usages médiatiques. Les habiletés technico-culturelles et dispositionnelles déjà acquises pèsent de tout leur poids sur les « négociations », le plus souvent inconscientes, qui sont à l’œuvre quand des schèmes d’action et de pensée hérités et parfois bien enracinés rencontrent des situations et des contextes sociotechniques plus ou moins inédits. Par exemple, dans ce couple de petits fonctionnaires affectés à des tâches administratives similaires au sein d’une même collectivité territoriale, aux mêmes origines villageoises et du même âge – qui en plaisantant se décrivent comme « une vraie paire de siamois » –, il est intéressant de constater que si leur participation au mouvement des Gilets jaunes se négocie largement en commun et épouse des contours parfaitement identiques, les contenus médiatiques qu’ils fréquentent sont en revanche nettement différents, bien qu’ils aient pour point commun de relayer des informations validant la légitimité de la mobilisation et affermissant, par là même, leurs convictions (Gurri, 2018).

  • 6 Quand nous faisons remarquer à Félix que son engouement pour ces émissions pro-forces de l’ordre n (...)
  • 7 Le riot porn consiste dans le visionnage plus ou moins compulsif et fasciné d’images animées de vi (...)
  • 8 L’enquêté fait ici référence à l’univers du Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien.

17Odile, qui avant les GJ ne lisait que la presse quotidienne régionale et plutôt « en diagonale », se déclare maintenant intéressée par des articles de fond qu’elle va chercher en ligne sur des sites d’organes de presse reconnus (notamment lus par son père, également soutien des GJ) et dont elle achète même parfois les versions papier : L’Humanité, Marianne, Le Monde diplomatique, etc. Son conjoint, lui, se déclare « très YouTube », avec une préférence pour les vidéos de manifestations et d’échauffourées « contre les flics ». Cet appétit qu’il décrit comme insatiable (« j’y passerais mes journées si Odile mettait pas le holà »), il le met en relation avec un goût ancien et particulièrement prononcé pour les sports de contact (il a longtemps joué au rugby), les films d’action dont il collectionne les DVD, ainsi que les émissions de téléréalité qui suivent des équipes de policiers qu’elles magnifient6 (par exemple Enquête d’action). Interrogé sur les raisons de cet attrait pour ce qui pourrait s’apparenter à des pratiques de riot porn7 (Razsa, 2014), il met en avant la curiosité et l’excitation qu’il ressent à observer et percer les tactiques mises en place par les différents protagonistes : « Ce que je préfère, c’est les batailles rangées avec beaucoup de monde et quand ils arrivent à repousser les forces du Mordor8 ». Il évoque également la colère et l’empathie qui l’habitent à la vue des violences perpétrées par les forces de l’ordre, notamment lors de lives durant lesquels le sentiment de vivre en direct les événements renforce – chez ceux qui y sont a priori déjà sensibles – une certaine jubilation notamment due à la dynamisation des émotions :

  • 9 Rodrigues a perdu un œil lors de l’acte XI, le 26 janv. 2019.

« Quand Rodrigues a perdu son œil9, qu’ils lui ont tiré dessus au LBD, on a vu ça en direct. Nous on n’était pas dans les manifs ce jour-là. J’étais complètement fou de colère. Les salauds ! Il a fallu que je sorte prendre l’air, parce que j’aurais tout pété sans ça. Odile m’a presque foutu dehors en me disant d’aller faire un tour pour me calmer. »

  • 10 Une cagnotte Leetchi a été rapidement mise en place suite à la mise en garde à vue de Christophe D (...)
  • 11 Accès : https://desarmons.net.
  • 12 Il est ici fait référence au travail de recension des blessés, mutilations et décès initié par l’é (...)

18Si les images télévisées ont, globalement, plutôt relayé les actes violents émanant des manifestants (destruction au transpalette de la porte du secrétariat d’État aux relations avec le Parlement, bagarre entre le boxeur Christophe Dettinger10 et deux gendarmes, incendie du restaurant Le Fouquet’s, etc.), les réseaux sociaux numériques se sont, eux, chargés d’une multitude d’images fixes et animées, mais aussi de textes témoignant d’abus policiers et de leurs conséquences, contenus parfois produits par des collectifs dédiés (e.g. Désarmons-les !11) : usage disproportionné de la force, charges, gazages, nassages, arrestations préventives, gardes à vue abusives, interventions des street medics, etc. : « Les violences policières, c’est une des grandes affaires du moment. On s’est rendu compte du niveau de violence général, avec les reportages vidéo partout en France et le boulot de Dufresne12 ; et puis se rendre compte aussi que ce qu’on vivait là, les jeunes des banlieues, ils vivaient ça tous les jours ». Il faut d’ailleurs constater l’impressionnant travail de veille qui est effectué sur certains groupes Facebook de Gilets jaunes, tout particulièrement pour documenter sur la répression policière et judiciaire et construire peu à peu une « martyrologie » qui se nourrit d’images « choc » (blessures, coups) et se ressource, là encore, dans un travail émotionnel qui renforce les imaginaires de lutte. La mise en visibilité de ces faits a valeur en soi (montrer la vérité dans toute sa crudité), mais elle est aussi envisagée comme un levier facilitant la mobilisation politique et « l’enrôlement des soutiens à une cause » (Traïni et Siméant, 2009).

De l’entretien de consciences indignées

  • 13 Durant le mouvement contre la « loi Travail » en 2016, le graffiti « On sait radicaliser sur Inter (...)
  • 14 Les forces de l’ordre produisent également, pour leur propre compte (identification, fichage, etc. (...)

19Au sein du mouvement des GJ, l’émotion participe pleinement à la construction des causes et des revendications en problèmes publics. Celle-ci repose sur des formes de guérilla sémiotique – dont le fluorescent gilet jaune a été l’un des principaux supports – produisant des écritures de lutte (slogans, punchlines, graffitis13, etc.) qui, médiatisées et couplées à la spectacularisation des violences, nourrissent des guerres de représentation et de définition. D’un côté, des tentatives de décrédibilisation d’un mouvement que l’on essaie de diviser ; de l’autre, la construction et l’entretien de consciences indignées14 en livrant des contenus reprenant notamment les codes de la culture populaire et/ou geek (blockbusters, séries TV, mèmes Internet, etc. ; voir Lim et Kann, 2008), censés faire référence et sens pour le plus grand nombre et, plus particulièrement, pour la jeunesse, à l’instar du sentiment de ce lycéen préparant un baccalauréat professionnel dans le secteur du bâtiment, qui précise être complètement en phase avec une large partie de l’esprit des posts qu’il lit sur les groupes Facebook GJ auxquels il est abonné :

« C’est un même état d’esprit. C’est le même humour, c’est les mêmes conneries qu’on trouve d’habitude sur Internet. Mais y a aussi des trucs graves. Les mecs qui se font arracher une main ou qui perdent un œil, ça fout direct les boules. Quand tu regardes ça, surtout quand t’es avec tes potes, tu te jures qu’ils vont payer pour ce qu’ils ont fait. T’as envie de les défoncer. T’as la haine. Ça marche comme ça, on a l’habitude de cet état d’esprit. Moi, ça me parle. »

20Un étudiant nous fait également part de son appréciation à aller au contact des forces de l’ordre et se mettre personnellement à l’épreuve dans l’action lors de sa participation au cortège de tête en manifestation. De son propre aveu, « un peu accro à l’adrénaline », il semble trouver quelque ersatz à cette activation émotionnelle de soi dans le visionnage de vidéos de manifestations tournées depuis l’intérieur. Par ailleurs, il souligne l’importance de l’esthétique de certains posts qui semble le faire plus commodément « adhérer » aux contenus :

« Les messages de Nantes révoltée, par exemple, Bah… je ne sais pas trop comment dire, mais ça me parle tout de suite. Les lettres, les visuels, les couleurs… J’ai l’impression déjà d’être dedans. Ça m’est tout de suite familier. »

21La brutalité est justifiée par la nécessité d’une réponse qui se doit d’être à la hauteur des avanies subies par les manifestants dans le cadre d’une violence exercée par les institutions policières qui n’apparaît plus légitime. Mais celle-ci est également réhabilitée par le biais d’opérations d’esthétisation la rendant, à tout le moins aux yeux de certains, plus nécessaire et désirable que ce qui est, en temps normal, établi par les seuils de sensibilité ordinaires. Le penchant général à la dévalorisation de la violence et à contenir ces états émotifs n’est plus une norme incontestée. Si les actes de violence émanant des forces de l’ordre sont construits comme des débordements inacceptables (produisant des victimes), ceux des GJ sont globalement considérés comme des pratiques de légitime défense, potentiellement appréciés en tant qu’ils sont des formes de résistance et de recouvrement d’une certaine dignité (ne pas se laisser faire).

  • 15 Les émotions sont également prises en charge par des fonctionnalités dont le « like » est sans dou (...)
  • 16 « Par dispositifs de sensibilisation, il faut entendre, plus précisément, l’ensemble des supports (...)

22Les affects de la conflictualité sociale trouvent leur principe dans les subjectivités, mais celles-ci se voient activées par des vécus qui peuvent aussi s’appuyer sur des expériences médiatiques. La matérialité politico-affectuelle (Braun et Whatmore, 2010) est aussi numérique, portée par des scripts15 et des contenus au nombre desquels les images s’avèrent tout à fait centrales en tant que vecteurs privilégiés de la mise en circulation d’affects qui façonnent les subjectivités politiques. Clairement éloignée des critères normatifs de l’espace public et de l’agir communicationnel habermassiens (distanciation, réflexivité, maîtrise, pondération, etc.), l’économie des pratiques de production iconiques ouvre, en quelque sorte, un front de lutte symbolique qui concourt au cadrage des perceptions ordinaires des mobilisations et à la mise en forme de l’expérience protestataire. De par les potentialités conversationnelles qu’ils offrent, les réseaux sociaux numériques facilitent à la fois l’expression des émotions individuelles, mais favorisent aussi leur transformation en émotions « socialement recevables », c’est-à-dire leur transcription dans un système de significations partagées (Traïni, 2011a). Comme le souligne Coline Salaris (2017 : 860), « les émotions permettent de faire lien entre dynamique de construction individuelle et collective des engagements et dynamique collective de construction d’une cause ». Les réseaux sociaux numériques participent donc de ce que Christophe Traïni (2011b) nomme des dispositifs de sensibilisation16. Ceux-ci relèvent moins d’un exercice tenu de la raison argumentative qu’ils ne visent à prescrire des sentiments (peur, enthousiasme, indignation, colère, dégoût, etc.), à créer des chocs moraux (Jasper, 1997), à réarmer les sensibilités, à aligner les registres émotionnels à la cause collective, à créer des identités en lutte, etc. Ils conduisent finalement, à faire recouvrer à ceux qui se ou s’y voient ou reconnaissent, une certaine puissance d’agir notamment traversée par un sentiment d’injustice. Gérard Noiriel (2019 : 26) rappelle que l’injustice est « l’un des plus puissants ressorts affectifs permettant de mobiliser les individus », mais la sociologie de l’action collective a toutefois montré qu’elle était un ingrédient largement insuffisant pour produire une mobilisation, laquelle dépend étroitement d’autres ressources (finances, organisations, entrepreneurs de cause, etc.) et des conjonctures.

  • 17 Un média alternatif « pro-mouvement » comme Taranis News revendique, par exemple, le fait que ses (...)

23Les images des affrontements du premier décembre 2018 autour de l’Arc de Triomphe ou bien les compilations diverses du type « les meilleurs moments chocs » ont, par exemple, fait des millions de vues. Les images de violence sont donc des enjeux de lutte qu’il s’avère toutefois difficile à manier et dont les usages politiques ne sont jamais garantis, notamment parce qu’en tant que signes semblant faire directement sens, elles ne sont, la plupart du temps, que peu accompagnées d’explicitations quant aux raisons, contextes et choix de production qui ont pourtant prévalu à leur fabrication17. Par exemple, Lamine, autoentrepreneur qui, après avoir insisté sur le fait d’avoir reçu une éducation familiale particulièrement stricte, avec un père qui n’hésitait pas à frapper ses enfants au moindre faux pas, va nous expliquer, sans pouvoir référencer précisément les images qu’il mentionne :

« Je suis Gilet jaune à 100 %. 100 % d’accord avec eux. Vraiment à 100 %. 100 % ! Mais franchement, je suis pas d’accord avec les dégradations des commerces. Certains commerçants, ils sont comme nous, ils essaient de s’en sortir. C’est pas bien de tout casser. Je suis dégoûté par le cassage des petits commerces qui sont comme nous. J’ai failli pas revenir à cause de ça, de toutes ces images qu’on voit et qui sont pas normales. Les Gilets jaunes à la base, c’est pas ça. On défend ceux qui ont du mal à s’en sortir. »

24A contrario, les vidéos virales de violences policières, aux formats courts et à la lisibilité instantanée (son direct et sans montage), occupent une place importante dans la production de la preuve quant à l’usage illégitime de la force outrepassant les nécessités du maintien de l’ordre. Elles « constitue[nt] un contenu attractif, qui anime[nt] le débat et échauffe[nt] le commentaire » (Gunthert, 2018 : 146). « Dans le contexte des manifestations des Gilets jaunes, ces traits formels fonctionnent comme une indication narrative, donnant à l’acte de filmer un rôle de veille citoyenne » (ibid., 2020 : 193). Le sens de ces images (de quoi sont-elles la preuve ? Que disent-elles ?) ou les nuances interprétatives à y apporter sont parfois âprement discutées au sein de dynamiques conversationnelles, produit d’une activité socialement située au sein de laquelle l’affectivité (Allard et al., 2017) joue souvent le rôle d’arbitre.

25Les éléments d’authenticité et d’interprétation sont donc soumis au jeu de discussions collectives qui, pour autant qu’elles s’avèrent soutenues, participatives et traversées de compétences relatives à des formes d’éducation aux médias, ne sont pas pour autant porteuses d’arbitrages définitifs. Les positions sont généralement étayées par des manières de penser plus ou moins sclérosées qui tendent à surdéterminer la production située du sens en la reliant à des visions générales de la société qui, elles, ne sont que rarement mises en débat et, surtout, dépendent des positions sociales des internautes que les propriétés prêtées aux images numériques ne sauraient gommer ni même amoindrir. Si les images sont plus conversationnelles du fait de l’environnement technosémiotique qui les portent, elles restent aussi des « surfaces » sur lesquelles se voient projetées des dispositions cognitives mâtinées de charges valoratives qui en font parfois moins des objets de débat que des prétextes à des formes de réassurance de positionnements idéologiques et d’entretien de communautés affectives construites autour de coordonnées politiques singulières. En ce cas, « on cherche alors moins à exposer la vérité qu’à susciter l’émoi, parfois de façon ostentatoire, [par exemple en mettant] en avant des analogies et des similitudes avec d’autres événements […] afin de créer des symétries émotionnelles. Les [éléments] associés invitent alors au relais d’opinions et à la mise en circulation d’affects » (Bouté et Mabi, 2020 : 47).

26Dans les périodes de basse intensité de la mobilisation, une visibilité accrue est apportée à diverses luttes se déroulant sur le territoire national (grèves, manifestations, zones à défendre, etc.), mais aussi à de nombreux soulèvements à l’échelon international (Birmanie, Rojava, Pays-Bas, Belgique, etc.) qui n’entretiennent pas toujours – tant s’en faut – de rapport avec les revendications des Gilets jaunes. Ces opérations de mise en proximité permettent toutefois d’entretenir une humeur de lutte et un imaginaire de l’insurrection populaire. Elles facilitent également l’éclosion de « points de regroupement » qui peuvent rendre plus aisé le partage d’un socle plus précis de revendications, de postures et de sentiments qui ouvrent, de temps à autre, vers des arènes publiques. Celles-ci rendent à leur tour possible la configuration de poches de sens (logos) et d’affects (pathos) plus spécifiques, plus spécialisées et plus distinctives (un partage du sensible au sens de Rancière). La mise en visibilité d’une pluralité d’intérêts de lutte encourage en quelque sorte l’agrégation-recomposition d’internautes au sein de sous-groupes davantage affinitaires, fondés sur des proximités idéologiques et sensibles plus avérées, mais qui entendent rester solidaires de l’ensemble du mouvement, estimant appartenir à une même communauté émotionnelle fondée sur « la sincérité du ressenti […] présentée comme étant de nature à faire oublier les divergences d’intérêts » (Le Bart, 2020 : 61).

Conclusion

27Le mouvement des Gilets jaunes est composé d’une population bigarrée qui agrège divers membres des classes populaires et moyennes inférieures. Il a rendu visibles des situations statutaires certes hétérogènes, mais aussi des proximités existentielles marquées par le manque, travaillées par des sentiments (e.g. de pauvreté) et des comportements proches, par exemple dans le domaine du politique quant à la défiance entretenue vis-à-vis d’une démocratie considérée comme élitaire, confisquée par « ceux d’en haut » (Hoggart, 1957), qui se traduit notamment par un rejet plus global du politique et des affaires publiques. Une large part des GJ se mobilisait, là, pour la première fois. Aussi nombre d’entre eux peuvent être décrits comme des néophytes ou des novices en politique (Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes, 2019), mais dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ont rapidement appris « sur le tas », prouvant que « des individus peu politisés, très peu encadrés par les organisations traditionnelles de mouvement social [notamment les syndicats] et sans relais institutionnel, peuvent aujourd’hui se mobiliser sur une large échelle pour faire entendre leurs revendications » (Agrikoliansky et Aldrin, 2019 : 14). Sans appuis matériels et organisationnels substantiels, les Gilets jaunes ont dû inventer des manières de faire mouvement « avec les moyens du bord », développant des arts de faire politiques relevant autant du bricolage que de la routine militante. Sans surestimer le caractère novateur de cette fluorescente action collective, il faut souligner sa réelle capacité à investir l’espace des revendications depuis un répertoire d’actions menuisé avec les chutes d’une tradition mobilisatrice et manifestante déroutinisée, qu’ils ne maîtrisent qu’en partie, s’appuyant davantage sur des savoir-faire profanes et des ressources ordinaires présentes à des degrés divers au sein des classes populaires (relationnelles, professionnelles, dispositionnelles, etc.) que sur un capital militant avéré. Parmi ces aptitudes ordinaires, on trouve aussi une panoplie de capacités relevant de la pratique de l’informatique connectée : créer des pages web, gérer un compte Twitter, animer un groupe Facebook, implémenter une vidéo, etc. D’ailleurs, elles semblent, la plupart du temps, moins relever d’une conversion de qualifications professionnelles que d’un « détournement » de savoir-faire pratiques acquis dans la sphère du loisir.

28Au regard de ces conditions initiales peu favorables, d’aucuns pensaient que les GJ ne pourraient se maintenir très longtemps : une théorie qui sera démentie. L’un des éléments – ce n’est évidemment pas le seul – qui ont permis que ce mouvement s’inscrive durablement dans le paysage protestataire tient, nous semble-t-il, au travail émotionnel qui a permis de créer du liant là où, a priori, il n’y avait guère de commun. Nous n’avons, ici, fait qu’esquisser la documentation de certaines dynamiques émotionnelles qui mériteraient que l’on s’y attarde plus précisément. Plus encore, il semble important, dans la période, de considérer avec attention le rôle que jouent les réseaux sociaux numériques dans la construction, la circulation et la réception de l’émotion. L’informatique connectée participe aujourd’hui pleinement à la sensibilisation du politique et des mobilisations et sans doute l’encourage-t-elle de surcroît, dans la mesure où les décloisonnements et les élargissements de la sphère publique qu’elle permet font une place toujours plus importante aux sujets, aux pratiques et aux élaborations profanes et s’ouvrent au « kaléidoscope des états affectifs » (Blondiaux et Traïni, 2018 : 17). Dans le cas précis des Gilets jaunes, les dispositifs numériques ont permis de mettre en visibilité (donner à voir) et en publicité (donner à discuter) des ressentis éprouvés (donner à ressentir), mais ces expressions sensibles provisionnent d’autres états affectifs qui peuvent également trouver à se déporter « in real life » et jouer sur la mobilisation. Les contenus qui transitent en ligne et les programmes d’action qui cadrent leur mise en forme définissent une formalisation de la réception, mais aussi de la production de l’affectivité politique qu’il s’agirait donc d’étudier plus avant dans ses différentes conséquences.

Haut de page

Bibliographie

Agrikoliansky É. et Aldrin P., 2019, « Faire avec la politique. Novices, amateurs et intermittents en politique », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 128 (4), p. 7-29. https://www.cairn.info/revue-politix-2019-4-page-7.htm

Allard L. et al., 2017, « Émergences : les affects numériques. Introduction », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 11. https://journals.openedition.org/rfsic/2518

Badau H., 2019, « Intelligence artificielle et réseaux socionumériques : étude d’impact sur la dynamique des réseaux sociaux en France et en Roumanie », Les Cahiers du numérique, 15 (3), p. 221-226.

Blondiaux L. et Traïni C., 2018, « Introduction : les émotions, angle mort et dimension essentielle de la participation politique », dans id. (dir.), La Démocratie des émotions, Paris, Presses de Sciences Po, p. 7-43.

Bouté É. et Mabi C., 2020, « Des images en débat : de la blessure de Geneviève Legay à la répression des Gilets jaunes », Études de communication, 54, p. 29-52. https://journals.openedition.org/edc/9996

Braun B. et Whatmore S., 2010, Political Matter. Technoscience, Democracy and Public Life, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Cardon D. et Granjon F., 2013, Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po.

Cardon D. et al., 2006, « Présentation », Réseaux. Communication, technologie, société, 137 (3), p. 9-25. https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2006-3-page-9.htm

Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes, 2019, « Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation. Une étude sur les Gilets jaunes », Revue française de science politique, 69 (5-6), p. 869-892.

Eraly A., 2019, Une démocratie sans autorité ?, Toulouse, Éd. Érès.

Ertzscheid O., 2019, « De l’algorithme des pauvres gens à l’Internet des familles modestes », dans Confavreux J. (coord.), Le Fond de l’air est jaune. Comprendre une révolte inédite, Paris, Éd. Le Seuil, p. 135-146.

Gentzkow M. et Shapiro J. M., 2011, « Ideological Segregation Online and Offline », The Quarterly Journal of Economics, 126 (4), p. 1799-1839.

Granjon F. et al., 2014, Médias numériques & participation. Entre engagement citoyen et production de soi, Paris, Mare & Martin.

Gunthert A., 2018, « La visibilité des anonymes. Les images conversationnelles colonisent l’espace public », Questions de communication, 34, p. 133-154. https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/15693

Gunthert A., 2020, « L’image virale comme preuve. Les vidéos des violences policières dans la crise des Gilets jaunes », Communications, 106, p. 187-207. https://www.cairn.info/revue-communications-2020-1-page-187.htm

Gurri M., 2018, The Revolt of the Public and the Crisis of Authority in the New Millennium, San Francisco, Stripe Press.

Hoggart R., 1957, The uses of literacy. Aspects of working-class life, Londres, Chatto and Windus.

Jasper J. M., 1997, The Art of Moral Protest. Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Katz E., 1957, « The two-step flow of communication: An up-to-date report on a hypothesis », Public Opinion Quarterly, 21 (1), p. 61-78.

Katz E. et Lazarsfeld P., 1955, Personal influence : The part played by people in the flow of mass communication, Glencoe, Free Press.

Le Bart C., 2020, Petite sociologie des Gilets jaunes. La contestation en mode post-institutionnel, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lim M. et Kann M. E., 2008, « Politics: Deliberation, Mobilization, and Networked Practices of Agitation », dans Varnelis K., éd., Networked Publics, Cambridge, The MIT Press, p. 77-107.

Mauger G., 2013, « De ‘‘l’homme de marbre’’ au ‘‘beauf’’. Les sociologues et ‘‘la cause des classes populaires’’ », Savoir/Agir, 26, p. 11-16. https://www.lames.cnrs.fr/IMG/pdf/mauger_de_l_homme_de_marbre_au_beauf_savoir_agir.pdf

Noiriel G., 2019, Les Gilets jaunes à la lumière de l’histoire. Dialogue avec Nicolas Truong, La Tour d’Aigues/Paris, Éd. de l’Aube/Le Monde.

Razsa M. J., 2014, « Beyond “Riot Porn”: Protest Video and the Production of Unruly Subjects », Ethnos, 79 (4), p. 496-524.

Salaris C., 2017, « Mobiliser par émotions, mobiliser les émotions. Le cas des victimes du Distilbène », Revue française de science politique, 67 (5), p. 857-878.

Siroux J.-L., 2020, Qu’ils se servent de leurs armes. Le traitement médiatique des Gilets jaunes, Vulaines-sur-Seine, Éd. du Croquant.

Traïni C., 2011a, « Les émotions de la cause animale. Histoires affectives et travail militant », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 93, p. 69-92.

Traïni C. 2011b, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) : comment devient-on militant de la cause animale ? », Revue française de science politique, 60 (2), p. 335-358.

Traïni C. et Siméant J., 2009, « Introduction. Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? », p. 11-34, dans Traïni C. (dir.), Émotions… Mobilisation !, Paris, Presses de SciencesPo.

Zuboff S., 2020, L’Âge du capitalisme de surveillance, trad. de l’anglais (États-Unis) par B. Fomentelli et A.-S. Homassel, Paris, Éd. Zulma.

Haut de page

Notes

1 Les entretiens que nous avons menés avec les GJ ont, en majorité, été conduits durant les manifestations ou en marge de celles-ci, dans le cadre d’une participation observante. Nous les avons toutefois complétés par des entretiens semi-directifs plus traditionnels menés fin 2020 et début 2021, durant une période où le mouvement a été largement freiné par la pandémie due à la Covid-19.

2 À côté des médias « alternatifs » qui se sont notamment spécialisés sur les mobilisations sociales, il faut également citer les médias dits de « réinformation » qui se présentent comme indépendants et citoyens tout en étant parfois proches des milieux complotistes : Thinkerview, La vraie démocratie, L’info en questionS, Russia Today, Sputnik France, France soir, etc.

3 Le nouvel algorithme de recommandation de Facebook majore les informations issues des groupes et des réseaux d’amis et minore les contenus émanant des sources « officielles », lesquels peuvent toutefois être présents au sein des posts des cercles affinitaires. En deçà des logiques algorithmiques cachées, inscrites dans les « boîtes noires » au sein même des dispositifs numériques, les scripts les plus ordinaires qui en définissent les fonctionnalités premières ne sont pas non plus sans conséquence. É. Bouté et C. Mabi (2020 : 34) soulignent, par exemple, combien le design des interfaces peut influencer l’organisation et la structuration des échanges en ligne : « En fonction des formats de communication, différentes manières de faire sens avec le monde sont rendues possibles ».

4 Les groupes observés sont essentiellement liés aux mobilisations des régions rennaises (35) et langonnaises (33).

5 « À l’époque du stratégisme communicationnel, la vérité émotionnelle nous semble parée d’un supplément de valeur, elle est immédiatement accessible sans qu’il faille en passer par de longs raisonnements et elle semble vierge de tout calcul d’intérêt. On comprend l’importance qu’elle revêt aujourd’hui, le pouvoir d’influence qu’elle procure à ceux qui parviennent à susciter ou capter l’émotion collective : un sanglot devant les caméras vaut davantage qu’une longue analyse et s’il s’inscrit dans un récit victimaire, il a quasiment partie gagnée » (Eraly, 2019 : 142)

6 Quand nous faisons remarquer à Félix que son engouement pour ces émissions pro-forces de l’ordre nous semble ne pas aller de soi, au regard de son (nouveau) penchant « anti-flic », il répond n’y voir « aucun paradoxe », car il se dit insensible au message et ne porter intérêt qu’à « l’action pour l’action ».

7 Le riot porn consiste dans le visionnage plus ou moins compulsif et fasciné d’images animées de violences urbaines.

8 L’enquêté fait ici référence à l’univers du Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien.

9 Rodrigues a perdu un œil lors de l’acte XI, le 26 janv. 2019.

10 Une cagnotte Leetchi a été rapidement mise en place suite à la mise en garde à vue de Christophe Dettinger, afin de couvrir ses frais de justice. En quelques jours, c’est près de 150 000 euros qui ont été récoltés. L’entreprise de crowdfunding avait toutefois mis fin rapidement à la collecte, sous la pression des syndicats de police et de certains politiques. La justice a par ailleurs prononcé la nullité du contrat conclu entre la société Leetchi et l’initiateur de la cagnotte, en vertu de l’article 1162 du Code civil (violation à l’ordre public) et a ordonné la restitution des fonds aux contributeurs.

11 Accès : https://desarmons.net.

12 Il est ici fait référence au travail de recension des blessés, mutilations et décès initié par l’écrivain-documentariste David Dufresne, au travers d’un dispositif participatif original : Allo Place Beauvau : https://www.davduf.net/-allo_place_beauvau-. En 2020, il a également réalisé, sur ce sujet, un film documentaire intitulé Un pays qui se tient sage qui a rencontré un franc succès populaire lors de sa sortie en salle.

13 Durant le mouvement contre la « loi Travail » en 2016, le graffiti « On sait radicaliser sur Internet » est, à cet égard, tout particulièrement intéressant. Il a servi à signer divers actes de dégradation largement photographiés ou filmés. Il fait référence, d’une part, à l’amalgame qui a été fait par certains hommes politiques, assimilant militants des cortèges de tête de manifestation et terroristes islamistes (ces derniers étant censés s’être radicalisés sur Internet), mais aussi, d’autre part, au fait que les représentations des actes de casse pourraient bien être une source de radicalisation politique.

14 Les forces de l’ordre produisent également, pour leur propre compte (identification, fichage, etc.) de plus en plus de vidéos ou se servent des enregistrements de vidéosurveillance en appui de leurs enquêtes. Les policiers, également utilisateurs des réseaux sociaux numériques à titre personnel, peuvent également publier des images de certaines de leurs interventions, à l’instar de la séquence maintenant bien connue de l’arrestation, à Mantes-la-Jolie, d’une centaine de lycéens mis à genoux, les mains sur la nuque, à la manière d’une humiliation collective (https://www.youtube.com/watch?v=TnOwLMdYBDs). Il faut aussi signaler la place grandissante donnée par les médias télévisuels aux représentants syndicaux de la police dont l’exubérant corporatisme tend à renforcer les positions binaires pro/anti-police.

15 Les émotions sont également prises en charge par des fonctionnalités dont le « like » est sans doute la plus répandue. Son usage est d’ailleurs parfois équivoque dans la mesure où il n’est pas toujours évident de considérer la cible exacte d’un « pouce levé » : ratifie-t-on un contenu, sa mise en visibilité, la personne qui en est à l’origine ? S. Zuboff (2020 : 405) rend compte d’une expérimentation de grande ampleur mobilisant près de 700 000 individus qui furent exposés par Facebook à des expressions émotionnelles dans leur fil d’actualité : « L’expérience était structurée comme comme un test A/B (lesquels sont en général anodins). Deux groupes, l’un dans lequel les gens étaient exposés à des messages pour la plupart positifs dans leur fil d’actualité ; l’autre où les messages étaient pour la plupart négatifs. Hypothèse à tester : une exposition fut-elle subliminale, à des contenus émotionnels spécifiques, poussait-elle les utilisateurs à modifier leur comportement en matière de posts Facebook pour refléter ces contenus ? Réponses : oui. Quelle que soit l’humeur de ces utilisateurs, le ton de leurs posts était modifié par la teneur de leur fil d’actualité ».

16 « Par dispositifs de sensibilisation, il faut entendre, plus précisément, l’ensemble des supports matériels, des agencements d’objets, des mises en scène, que les militants déploient afin de susciter des réactions affectives qui prédisposent ceux qui les éprouvent à s’engager ou à soutenir la cause défendue » (Traïni et Siméant, 2009 : 12).

17 Un média alternatif « pro-mouvement » comme Taranis News revendique, par exemple, le fait que ses reportages ne contiennent jamais de commentaires : « Nous sommes convaincus que ce sont à vos yeux de trouver l’information dans nos images, non d’être guidés par nos voix ou nos idées » (https://www.facebook.com/taranisnews/posts/1822355907977922:0).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Granjon, « Gilets jaunes et colères noires »Questions de communication, 40 | 2021, 303-318.

Référence électronique

Fabien Granjon, « Gilets jaunes et colères noires »Questions de communication [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/27090 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.27090

Haut de page

Auteur

Fabien Granjon

Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, Experice, F-93200 Saint-Denis, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search