Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Notes de lectureCulture, esthétiqueEmmanuelle Fantin, Sébastien Fevr...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Emmanuelle Fantin, Sébastien Fevry, Katharina Niemeyer (dirs), Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. Information-Communication, 2021, 337 pages
Fabrice Thuriot
p. 489-491

Texte intégral

1Il s’agit d’un ouvrage collectif passionnant sur un sujet à la fois historique et contemporain, émanant de plusieurs centres de recherche au Québec, en Belgique et en France, à l’issue du 86e colloque de l’Acfas (ex-Association canadienne-française pour l’avancement des sciences [1923-2001], puis Association francophone pour le savoir [2001-mai 2019]) « Nostalgies, mémoires et cultures médiatiques : entre esthétique, marchandisation et politisation » les 11 et 12 mai 2018 à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il est divisé en quatre parties correspondant aux quatre approches proposées de la nostalgie : « Temporalités et espaces de la nostalgie » (p. 21-111) ; « Nouvelles commémorations nostalgiques » (p. 113-196) ; « Pratiques de la nostalgie en contexte numérique » (p. 197-262) ; « Rétrotopie, technostalgie et ruinophilie au prisme des Media Studies » (p. 263-331), précédées d’une petite introduction générale sur « Les expériences de la nostalgie » par les trois codirecteur·rices (p. 11-19) et conclues par des « Perspectives critiques » (p. 323-327). Des références sont indiquées à la fin de chaque chapitre et une bibliographie générale à la fin de l’ouvrage (p. 329-331), suivie de courtes biographies des auteur·es (p. 333-337). Les références que l’on retrouve dans de nombreux chapitres sont celles de Svetlana Boym (The Future of Nostalgia, New York, Basic Books, 2008) et de Katharina Niemeyer ([dir.], Media and Nostalgia: Yearning for Past, Present and Future, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2014), sans oublier, bien sûr, Vladimir Jankélévitch (L’Irrésistible et la Nostalgie, Paris, Flammarion, 1974), qui irrigue la réflexion de l’ensemble des chercheur·es sur la question.

2De maladie liée à l’éloignement de la terre natale depuis la fin du xviie siècle selon le médecin Johannes Hofer (1688) (rappel par les trois codirecteurs·trices dans l’introduction générale « Les expériences de la nostalgie » [p. 12], puis par d’autres auteur·es dans les chapitres suivants), elle passe « de l’espace au temps » (p. 12) investissant les registres du regret et de l’incomplétude (voir V. Jankélévitch, cité à deux reprises p. 13 et dans bien d’autres articles par la suite). Les médias et les technologies de communication réinterrogent aussi la nostalgie de plusieurs manières, que ce soit comme « les produits, les porte-voix ou les outils d’expression des cultures nostalgiques contemporaines, et constituent à ce titre des points d’entrée particulièrement féconds pour mieux comprendre certaines déclinaisons de notre rapport individuel et collectif au passé, au présent et au futur » (p. 13).

3Dans la première partie sur les « temporalités et espaces de la nostalgie », les contributions présentent et analysent plusieurs approches pour rendre compte de la complexité de celle-ci. Tristan Paré-Morin identifie ainsi la nostalgie comme mal du pays, exotisme, promesse, regret ou différence, sans pour autant que ce soit exhaustif tant elle est insaisissable, multiple et renouvelée au fil du temps, notamment avec les nouveaux médias (« Nostalgies à la dérive : perspectives historiques pour instruire une critique contemporaine », p. 25-46). Dans « Maisons (in)habitables. Nostalgies et déracinement dans la photographie de ruines actuelle » (p. 47-71), Estelle Grandbois-Bernard passe de la vision nostalgique classique des ruines, évoquant un passé révolu et idéalisé, à celle d’une ruinophilie positive (ou « off-modern » selon S. Boym) permettant d’envisager le futur dans une approche (re)créatrice moderniste. Jean-Sébastien Hardy évoque les cures de digital detox dans « La volonté de présence, ou la nostalgie d’un temps pré-médiatique » (p. 73-91). Se retrouver « soi » participe d’une illusion que ces cures entretiennent. Si les réseaux sociaux sont des puits sans fond pouvant rendre dépendants pour ne pas rater une information susceptible de nous concerner ou de nous influencer, leur sevrage total peut inversement créer une coupure avec la réalité. K. Niemeyer et Magali Uhl nous partagent l’expérience des « 10 000 cartes postales pour 2042. Imaginations et nostalgies instantanées du futur » (p. 93-111), un projet participatif mis en œuvre à l’occasion du 375e anniversaire de Montréal en 2017. Les volontaires pouvaient écrire un message à la personne ou à l’entité de leur choix, imaginée en 2042. La plupart des cartes portent cependant sur une transposition du présent dans un futur plus ou moins proche et parlent souvent des émetteurs eux-mêmes… La nostalgie se téléporterait-elle vers l’avenir ? Ces contributions montrent ainsi que la nostalgie a toujours à voir avec le présent et parfois un peu aussi avec l’avenir.

4La deuxième partie intitulée « Nouvelles commémorations nostalgiques » porte sur « l’instrumentalisation des différentes nostalgies sous forme de “nostalgisation” à des fins relevant de la patrimonialisation, de la commémoration, de la marchandisation ou encore de l’institutionnalisation, cela dans des contextes de communication » (p. 115) et débute aussi sur la manifestation précédemment évoquée : « Fêter les 375 ans de Montréal avec nostalgie : de la réarticulation d’une vision futuriste au regret des formes culturelles passées » (p. 117-133). Fannie Valois-Nadeau montre comment des orientations nostalgiques se sont insérées dans un événement voulu comme promoteur de l’attractivité de la ville et non comme commémoration du passé. Deux projets sont présentés et analysés : le « “Off 375e” par une association de musées d’histoire montréalais réclamant une plus grande présence de contenu historique » (p. 119), avec par exemple les « projections d’archives sur les murs du Vieux-Montréal (Cité-mémoire [que nous avons eu encore la chance de voir en 2019]) ou sur les bassins du Vieux-Port (Avudo) » (p. 121) et « les célébrations des 50 ans de l’Exposition universelle de 1967 au sein de la programmation officielle du 375e » (p. 119). La nostalgie est ici traitée « comme affect qui génère et stimule une série de projets culturels marqués par des visées politiques explicites » (p. 131), renvoyant aux écrits de Melissa Gregg et Gregory Seigworth ([dir.] The Affect Theory Reader, Durham/Londres, Duke University Press, 2010), et d’Olivia Angé et David Berliner (« Pourquoi la nostalgie ? », Terrain, 65/4-2, 2015, p. 4-11).

5La seconde contribution de cette partie concerne « L’essor de la microbrasserie au Québec : un courant populaire “néotrad” aux tonalités nostalgiques » (p. 135-155). Anouk Bélanger montre comment cette mouvance s’inscrit à la fois dans un retour aux racines, réelles ou supposées, avec des processus de réinvention, et dans une résistance pour les petites brasseries, voire une concurrence aux multinationales pour les moyennes qui industrialisent leur production, tout en favorisant les circuits courts. « La mise en ligne des archives audiovisuelles, entre patrimonialisation et nostalgie créatrice. Regards sur la France et l’Italie » d’Anna Tible (p. 157-179) analyse les pratiques de numérisation publique de l’INA, la RAI et l’Istituto Luce. De la muséification à la commercialisation, les choix oscillent entre « continuité narrative des événements » par la télévision et « “album de famille” à tonalité nostalgique » avec les réseaux sociaux (p. 177). Emmanuelle Fantin va plus loin en montrant dans « Dire, ne pas dire, ou présupposer la nostalgie de l’immigré ? Le cas des portraits en ligne du Musée national de l’histoire de l’immigration » (p. 181-196) que les journalistes ou autres personnes chargées de l’éditorialisation des portraits recueillis occultent volontairement les aspects nostalgiques pour se focaliser sur ceux concernant l’intégration. Ces textes prouvent comment on peut plus ou moins orienter la mémoire individuelle et collective et, ainsi, orienter une vision de l’histoire.

6La troisième partie, plus courte, tout comme la quatrième, rend compte de « pratiques de la nostalgie en contexte numérique », considérant l’« expérience vécue ou perçue par des usagers et des publics » (p. 199). Dans le chapitre « Vers une affectivité distribuée : les collections d’informations personnelles numériques comme support de la nostalgie » (p. 201-221), Jerry Jacques s’intéresse à la façon dont des personnes, surtout jeunes, stockent et rangent leurs données numériques, en particulier les photos et musiques. Sans surprise, la raison majeure est de pouvoir les retrouver en cas de besoin, sans pour autant y aller, comme s’il s’agissait de déléguer sa mémoire à des outils numériques qui constituent une sorte de mémoire bis. De manière dynamique cette fois, Christine Thoët, Vincent Fabre et Sophie Le Berre proposent de « Regarder encore et encore. Formes de nostalgies associées au revisionnement des séries sur les plateformes numériques » (p. 223-243). Différentes stratégies existent selon le temps entre les saisons, le degré d’attachement, voire de dépendance, l’identification à des personnages, mais toutes ont en commun le rôle moteur des plateformes numériques et les dispositifs d’écoute mobile. Dans « Le jugement critique et l’imaginaire cinématographique des années 1980, “La nostalgie n’est plus ce qu’elle était” » (p. 245-262), Quentin Mazel montre que les critiques, ou plutôt commentaires, de films sur la plateforme www.allocine.fr par des individus à propos de séries et films récents mais renvoyant aux années 1980 reflète un désir d’originalité mais aussi d’authenticité permettant la « valuation » de la nostalgie au sein d’un collectif partageant les mêmes valeurs. Le point commun de ces trois contributions réside dans l’importance donnée aux moyens technologiques de médiation de la nostalgie.

7La quatrième partie, intitulée « Rétrotopie, technostalgie et ruinophilie au prisme des Media Studies » (p. 263-331), interroge « le lien entre la nostalgie et les cultures médiatiques » (p. 265) à travers trois approches également. Sébastien Fevry questionne « Nostalgie et rétrotopie au regard de la narratologie. Captain Fantastic (2016) de Matt Ross » (p. 269-283). Ce « retournement de l’élan utopique dans le monde contemporain » (p. 269) divise les spectateurs, certains appréciant le retour à un état que l’on pourrait qualifier de normal, d’autres le regrettant au nom d’une nostalgie du monde idéal proposé au départ et qu’ils auraient préféré voir s’effondrer s’il ne pouvait perdurer, plutôt que normalisé. Dans « Technostalgie du présent : des technologies de la mémoire à une mémoire des technologies » (p. 285-303), Tim van der Heidjen analyse « la réappropriation et la recréation du film Super 8 en tant que technologie analogique du passé » (p. 291) à travers le projet « Bye Bye Super 8 – In Loving Memory of Kodachrome » et l’application iSupr8 qui propose des filtres donnant l’illusion de films réalisés en Super 8. Il les classe respectivement dans « la technologie restaurative et la technologie réflective » (p. 299) qui rendent finalement plus hommage à la technologie qu’au contenu lui-même. Enfin, Dominik Schrey s’intéresse à « Nostalgie analogique et art de la ruine » (p. 305-321) en prenant l’exemple de réalisateurs de films, de photographes et de musiciens qui travaillent la matière analogique originelle ou réinventée, notamment avec de la glace, pour montrer l’irréversibilité du temps et le retour à la nature de la matière, en particulier d’origine chimique, aidé parfois en cela par la répétition du visionnement ou de l’écoute, contrairement au numérique qui abolirait le rapport au passé par sa disponibilité inaltérable. La profondeur philosophique de cette réflexion occulte, comme d’autres, l’impossibilité de relecture de certains supports numériques aujourd’hui périmés, tout comme cela s’est passé avec certains supports ou matériels analogiques.

8Nous ne pouvons que recommander la lecture de cet ouvrage foisonnant, ouvrant sur de nouvelles perspectives de recherche, tant ethnographiques et anthropologiques qu’écologiques ou environnementales et patrimoniales, voire phénoménologiques, renvoyant alors à la nostalgie comme affection et/ou expérience. Proche de la mélancolie, comme indiqué en introduction et en conclusion, nous pouvons suggérer de créer une émission, radio ou web, sur la nostalgie, dans la lignée de l’émission Remède à la mélancolie d’Eva Bester sur France Inter de 2014 à 2021, devenue L’Embellie à la rentrée 2021. Cela pourrait permettre de recueillir de nombreux témoignages et analyses sur les visions du passé, du présent et du futur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Thuriot, « Emmanuelle Fantin, Sébastien Fevry, Katharina Niemeyer (dirs), Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies »Questions de communication, 40 | 2021, 489-491.

Référence électronique

Fabrice Thuriot, « Emmanuelle Fantin, Sébastien Fevry, Katharina Niemeyer (dirs), Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies »Questions de communication [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/27563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.27563

Haut de page

Auteur

Fabrice Thuriot

Université de Reims Champagne-Ardenne, CRDT, F-51100 Reims, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search