Skip to navigation – Site map

HomeNuméros40Notes de lectureHistoire, sociétésFlorian Vörös, Désirer comme un h...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Florian Vörös, Désirer comme un homme. Enquête sur les fantasmes et les masculinités

Paris, Éd. La Découverte, coll. Sciences humaines, 2020, 168 pages
Monique Jucquois-Delpierre
p. 548-550

Full text

1Tabou, mystérieuse, secrète, complexe, différenciée, la sexualité ne cesse d’interpeller, de poser des questions aujourd’hui encore plus qu’hier. En effet, ces dernières décennies lèvent le voile sur les scandales, souffrances et crimes commis en son nom, depuis les enfants morts en Irlande jusqu’aux actes incestueux ou pédophiles perpétrés à Rome ou à Londres, en passant par le harcèlement des femmes en quête de rôle au cinéma, au théâtre ou dans l’entreprise, à Hollywood ou à Paris.

2En 2021, on est loin des écrits pudibonds, mensongers, hypocrites ou naïfs comme Une seule chair par le docteur A. C. M. Lips (Paris/Tournai, Salvator, 1963), Les lois éternelles de l’Amour du jésuite Albert Bessières (Paris, Éd. Spes, 1948) ou Corps et âmes du docteur René Biot (Liège/Paris, Éd. Soledi/Plon, 1938). Les Metoo# y contribuent, mais aussi et surtout sans doute, une lucidité nouvelle, une recherche de vérité(s), d’études sérieuses sur ce que nous sommes, en regard des multiples mensonges politiques, religieux, idéologiques ou autres. En 2014, la revue Questions de communication avait consacré le dossier de sa livraison 26 à « La pornographie et ses discours » (p. 5-175 sur les 449 pages de la livraison), « la sexualité mise en forme dans le langage » (ibid., p. 8). Les porn studies, après les gender studies, ont pris au sérieux un objet trop souvent jugé illégitime dans une lutte contre l’ignorance qui n’était pas absente des écrits cités plus haut. Elles abordent la pornographie en termes de « genre », de « domination » et de « pouvoir » (ibid., p. 32). Le visionnage de la pornographie façonne désirs et plaisirs et l’on devient conscient que « le corps est un lieu où s’incorpore un apprentissage social, une culture et un ordre symbolique » (d’après Marcel Mauss, « Les techniques du corps », Journal de psychologie, 32/3-4, 1936, p. 365-386, cité par Béatrice Damian-Gaillard, « L’économie politique du désir dans la presse pornographique hétérosexuelle masculine française », Questions de communication, 26, p. 52 et par Florian Vörös, p. 25).

3L’étude de F. Vörös s’inscrit parfaitement dans ces réflexions. Elle se veut une « enquête sur les fantasmes et les masculinités », une investigation sur le désir au masculin. Sa démarche est « d’hybrider deux registres a priori peu compatibles : des conversations entre hommes sur le plaisir sexuel et une réflexion d’inspiration féministe sur la domination masculine. Il vise à la fois à explorer les fantasmes masculins à l’ère de la vidéo porno en ligne et à réfléchir à la dimension érotique de rapports sociaux de sexe, de classe et de race dans lesquels nous sommes tous et toutes pris » (p. 7).

4Dans sa conduite et ses objectifs, l’étude est à la fois ambitieuse et modeste : elle veut découvrir, interpréter, révéler une partie éminemment intime de l’être humain masculin. Elle n’analyse que trente-quatre témoignages, mais authentiques et sincères, et en profondeur.

5F. Vörös, juge et partie, sociologue et personne directement concernée, aborde la recherche sur le visionnage de la pornographie de manière nuancée et subtile et en trois étapes. Il publie des annonces en ligne, la première sur deux forums de discussion consacrés à la pornographie, conçus par et pour des hommes hétérosexuels, ensuite la même annonce « via des profils personnels créés pour l’occasion sur des sites de rencontre gays » ; en troisième lieu, il publie deux annonces au contenu différent, l’une qui invite des hommes à discuter des « représentations de l’homosexualité masculine à l’écran » « via des associations de convivialité gay et bisexuelle », l’autre qui mentionne plus largement « l’amour et la sexualité à l’écran » via des cercles d’amitiés éloignés » (p. 8-11).

6Devenu public par l’effet du film mais très privé, le plus intime se cache des proches et du quotidien et la tâche est de le révéler avec finesse et dextérité. Pendant quatre ans, l’auteur a conversé avec trente-quatre personnes, quatorze hommes gays, treize hommes hétérosexuels durant des entretiens, parfois répétés, d’une à six heures ! On admire ici son écoute, son attention à la personne et sa réflexion approfondie sur des sujets rarement dévoilés. « Le porno, tu le caches quand même », lui rétorque l’un de ses interlocuteurs. Il confie que « cette enquête part du principe que toute pratique de la masculinité implique avant tout un certain degré de complicité avec l’ordre patriarcal » (p. 20). « Le visionnage de la pornographie lui sert de porte d’entrée pour décrire comment la domination masculine se noue dans les fantasmes » (p. 22). Il s’intéresse « aux processus à travers lesquels certaines manières de désirer en viennent à se fixer pour devenir constitutives d’une manière d’être au monde » (p. 23).

7Quatre dimensions de la masculinité sont explorées en quatre chapitres : 1. « Ressentir et imaginer la virilité à travers la masturbation » (p. 25-53) ; 2. « Se rassembler entre hommes autour de la pornographie » (p. 55-88) ; 3. « Orienter son désir à travers les modèles identitaires » (p. 89-113) ; 4. « Rendre compte de fantasmes genrés et racialisés » (p. 115-144). Si les deux premiers décrivent des sensations viriles ou des sentiments de complicité masculine restant dans le domaine de la psychosociologie, les troisième et quatrième chapitres s’aventurent dans des domaines beaucoup plus complexes qui touchent à la psychanalyse : l’identité et l’identification sexuelles, les définitions et normes de l’hétéro et de l’homosexualité, l’exploration des fantasmes, le « regard hétéro masculin sur la disponibilité féminine » (p. 115), « le regard gay blanc sur la virilité arabe » (p. 135).

8F. Vörös avait déjà résumé sa réflexion dans Théorème (« Le visionnage de pornographie, une connaissance charnelle des systèmes de domination », 28, 2017, p. 209-216), insistant sur le caractère dominateur de la sexualité masculine.

9Dans les conclusions du présent ouvrage, il pose une nouvelle fois des questions essentielles et peut-être existentielles : définitions et hiérarchies entre les différentes identités sexuelles, normes et normalité, responsabilité, initiatives et créativité. Il donne à ses conclusions une dimension morale et éducative, légitimant pour ainsi dire un sujet illégitime.

10La volonté de se montrer mature et responsable, de distinguer la fiction de la réalité, la perversion de la norme, l’exotisme de la quotidienneté, la dégradation et le respect étaient déjà soulignées au cours de l’œuvre (voir aussi Théorème, 28, 2017, p. 49). Pour conclure, F. Vörös propose une manière de dénouer la domination masculine qui s’est nouée dans l’activité fantasmatique (d’après p. 23, et en conclusion : « Dénouer la virilité, renouer avec l’expérimentation », p. 145-153). La pratique de la pornographie peut devenir un espace d’expérimentation, « le lieu de rééducation du désir » (p. 147). « Développer un goût pour un type de porno amène à apprivoiser les réactions affectives que les sons et les images suscitent en soi » (p. 149).

11On sent la nécessité de justifier le bien-fondé de ces observations, de montrer que réaliser virtuellement ses fantasmes est aussi le fait d’un être humain raisonnable à part entière. Pourtant, la sexualité ne tient-elle pas aussi et parfois surtout de l’irrationnel, du physiologique (de toute façon), de la violence émotionnelle, de l’instinctif, comme la sève de l’arbre ou le parfum de la fleur ? Comment allier pudeur et connaissance, plaisir et confort, douceur et brusque inattendu ? Se fondre dans l’être aimé tient-il du fantasme, de l’amour ou du rêve de Daphnis et Chloé ? Mais ce ne sont que des questions de femme timide. Je m’en voudrais de terminer cette note par l’expression d’une émotion banale ou traditionnelle, par une image pseudo-poétique en porte-à-faux avec ce livre à la fois personnel et universel, peu volumineux mais rempli d’une réflexion puissante et que j’ai lu avec curiosité et respect. De toute façon, je ne suis pas sûre d’avoir mon mot à dire.

Top of page

References

Bibliographical reference

Monique Jucquois-Delpierre, “Florian Vörös, Désirer comme un homme. Enquête sur les fantasmes et les masculinitésQuestions de communication, 40 | 2021, 548-550.

Electronic reference

Monique Jucquois-Delpierre, “Florian Vörös, Désirer comme un homme. Enquête sur les fantasmes et les masculinitésQuestions de communication [Online], 40 | 2021, Online since 01 June 2022, connection on 25 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/27653; DOI: https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.27653

Top of page

About the author

Monique Jucquois-Delpierre

Université Heinrich Heine, D-40525 Düsseldorf, Allemagne

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search