Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Notes de lectureLangue, discoursEmmanuelle Cronier et Benjamin De...

Notes de lecture
Langue, discours

Emmanuelle Cronier et Benjamin Deruelle (dirs), Argumenter en guerre. Discours de guerre, sur la guerre et dans la guerre de l’Antiquité à nos jours

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. War Studies, 2019, 420 pages
Yeny Serrano
p. 554-557

Texte intégral

1Argumenter en guerre est à l’origine un programme de recherche pluridisciplinaire conduit entre 2012 et 2016 par le Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits de l’université de Picardie Jules Verne, l’Institut de recherches historiques du Septentrion de l’université de Lille, l’Institut de recherche en droit international et européen de la Sorbonne et l’Institut des études sur la guerre et la paix de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le programme, qui associait historien·nes, politistes, juristes, historien·nes du droit, linguistes et spécialistes en humanités numériques, a produit un séminaire de recherche, une dizaine de journées d’étude, deux colloques et cet ouvrage collectif rassemblant dix-neuf contributions.

2L’originalité du projet réside dans la manière d’aborder la guerre, non pas exclusivement comme un phénomène de violence mais comme une expérience culturelle productrice de modalités particulières de socialisation, de discours et de dialogues entre belligérants, et entre combattants et non-combattants. Partant du constat que, si les études consacrées à la guerre et à l’argumentation sont nombreuses, celles croisant les deux perspectives sont rares, cet ouvrage se donne comme objectifs de repérer, contextualiser et caractériser les processus argumentatifs attachés au fait guerrier, à travers une approche diachronique (de l’Antiquité à nos jours) en suivant quatre axes (les quatre parties de l’ouvrage) correspondant aux différents moments de la guerre et en mobilisant une diversité de corpus.

3Quatre contributions constituent la première partie : « Dire, justifier, contester la guerre » (p. 23-89). Hervé Huntzinger (p. 25-39) analyse les discussions menées dans l’Antiquité tardive autour de la violence permise à la guerre où deux raisons philosophiques et argumentatives s’opposaient : l’une fondée sur le droit conventionnel favorisant le droit du vainqueur et l’autre sur le droit naturel incitant à la modération. Plus tard, pendant la guerre de Candie (1645-1669) opposant Venise à l’Empire ottoman, ce sont des arguments fondés sur la défense de la chrétienté qui sont mobilisés, alors que se jouent des intérêts étatiques et diplomatiques selon François Pugnière (p. 41-56). Lorsque l’enjeu est la reconnaissance d’un nouvel État au xxe siècle, le droit international privilégie plutôt la stabilité des États et s’avère peu favorable aux guerres de sécession, comme le démontre Emanuel Castellarin (p. 57-69). D’ailleurs, ces dernières ne sont possibles que dans le cadre d’un État moderne et sont à différencier des guerres de décolonisation ou de libération. Durant le xxe siècle, le droit international prend dorénavant une place prépondérante dans la régulation de la guerre et la légitimation des interventions militaires. Marie-Clotilde Runavot (p. 71-89) revient sur la Charte des Nations unies qui rompt avec le droit de la guerre et de la paix installant le principe d’interdiction de toute guerre. Ainsi tout usage de la force, observe l’auteure, doit-il se justifier sur cette Charte, soit pour la revendiquer (argument de la légitime défense ou de la non-prohibition de la guerre), soit pour la nier, car jugée obsolète ou inapplicable.

4La deuxième partie « Convaincre, adhérer, mobiliser » (p. 91-212) regroupe six contributions portant sur les discours en temps de guerre. L’analyse que Jean-Manuel Roubineau (p. 93-111) propose de la parole des femmes grecques sur la guerre, à travers un corpus d’apophtegmes (« phrases qui, en raison de leur force évocatrice, ont résisté à l’oubli », p. 95), montre la soumission des mères au service de la guerre puisque l’honneur familial doit être subordonné au respect de l’idéal guerrier. Dans ce cadre, les intérêts de la communauté l’emportaient sur les intérêts individuels. Un peu plus tard, au Moyen Âge, l’essor de la fiscalité et le besoin d’entretenir des armées salariées font de la guerre un outil d’argumentation du pouvoir politique, comme l’illustre l’article de Jean-Baptiste Santamaria (p. 113-131) sur le cas particulier des ducs de Bourgogne. Dans la continuité de cette problématique, Julien Alerini (p. 133-151) se penche sur la correspondance politico-administrative du xviie siècle pour étudier les formes discursives et les logiques argumentatives des souverains savoyards mobilisant la guerre comme argument alors qu’il n’y a pas de combats. Il s’agit alors, dans la négociation fiscale, de mettre en scène la mémoire de la guerre. Dans la troisième contribution, Solange Rameix (p. 153-166) compare les stratégies argumentatives française et anglaise durant les guerres de la fin du xviie siècle pour légitimer le recours aux armes et les efforts demandés aux sujets. Si la propagande est active des deux côtés, la rhétorique argumentative est plus élaborée en Angleterre, car elle répond à un impératif de justification structurel et conjoncturel : tandis que la guerre menée par le Roi-Soleil est juste puisque le roi est légitime, Guillaume III est légitime car sa guerre est juste. L’époque des Lumières voit une tendance initiée dès la Renaissance se renforcer : l’assimilation de la guerre à une branche de la mathématique. Dans ce contexte, explique Arnaud Guinier (p. 167-193), l’image va jouer un rôle important dans le débat militaire. Elle n’est plus seulement utilisée pour expliquer la complexité des manœuvres militaires, l’image devient la justification de la manœuvre à suivre. Pour finir, Laurent Cuvelier (p. 195-212) rappelle que la mobilisation des combattants n’est pas seulement une question d’arguments ; la théâtralisation de la parole l’est également. L’auteur analyse les harangues militaires des généraux républicains dans la guerre du Roussillon (mars 1793 à juillet 1795) pour comprendre comment et en quoi l’oralité fonde la légitimité et l’autorité des généraux.

5« Argumenter au cœur du combat » est la problématique des six articles de la troisième partie (p. 213-325). Xavier Lapray (p. 215-235) situe son analyse dans l’Antiquité romaine et relève un défi méthodologique en étudiant les exhortations des généraux en plein combat à partir des mots et des verbes utilisés par les historien·nes antiques pour décrire cette activité. L’auteur conclut à la nature politique des relations entre commandants et commandés. En s’intéressant au cas des cités assiégées en Grèce, Jonathan Andujar et Christian Bouchet (p. 237-252) montrent que les idées de cité et de liberté d’expression grecques sont souvent mal comprises puisque l’exercice de la parole en public, en temps de guerre comme en temps de paix, répondait à des règles de conduite voire à des lois. Les auteurs analysent tout particulièrement le traité connu comme la Poliorcétique rédigée au IVe siècle avant Jésus-Christ, et montrent le pouvoir fondamental que les Grecs accordaient à la parole. L’analyse proposée par Antoine Rivault (p. 253-270) des combats au sein du Conseil du roi de France durant les premières guerres de Religion au xvie siècle restitue la manière dont les partis de la guerre et de la paix se sont structurés au Conseil du roi, relevant leur dimension politique. De son côté, Xavier Le Person (p. 271-290) analyse une harangue militaire du duc de Guise (1585) afin d’identifier les procédés rhétoriques employés pour s’opposer à l’autorité du roi (Henri III) sans risquer de se faire accuser de rébellion. Cette harangue relève d’une importance toute particulière car elle rompt avec la tradition des harangues qui précèdent la bataille pour encourager les combattants et obtenir leur obéissance. Relevant d’une logique dialogique de bravade, cette harangue cherche la concession ou l’inflexion de la politique de la faveur royale plutôt que le conflit armé. La guerre de Trente Ans est le contexte de l’analyse que Virginie Cerdeira (p. 291-308) mène de la propagande d’État à travers l’étude du périodique Le Mercure françois dont le vingtième volume est consacré à la justification de l’entrée en guerre de la France contre l’Espagne. L’auteure observe la manière dont s’opère une réécriture de l’histoire qui remet en question les théories de la raison d’État, défendant la nécessité d’un maintien du secret en politique. Pour conclure la troisième partie de l’ouvrage, Michel Erpelding (p. 309-325) s’intéresse à l’argumentaire juridique développé par l’occupant allemand durant les deux guerres mondiales au sujet des déportations des civils. Pour l’auteur, le discours développé par l’Allemagne nazie constitue une réponse à l’échec des arguments mobilisés pendant la Première Guerre mondiale (justifiant les déportations de 1916 à 1918 comme relevant du maintien de l’ordre), tant dans le sens d’une radicalisation de la conception wilhelmienne du droit de la guerre que dans le sens d’une mise à l’écart de ce droit au profit d’un droit de type colonial. Inscrite dans une conception positiviste, l’Allemagne nazie considérera la guerre comme une réalité objective écartant toute considération humanitaire.

6La fin de la guerre ouvre les processus de cristallisation des mémoires, de la réappropriation et de la récupération de la charge symbolique des conflits. Telle est la thématique de la dernière partie « Mémoire, appropriation et droit » (p. 327-382). Dans la première contribution, Quentin Verreycken (p. 329-346) s’intéresse au dernier siècle du Moyen Âge (corpus datant de 1386 à 1482) qui voit apparaître un nouvel ethos du soldat et du statut du militaire comme étant au service du bien commun. L’auteur analyse les lettres de rémission (acte de chancellerie par lequel le souverain remet et pardonne un crime, suspendant ainsi le cours ordinaire de la justice) des ducs de Bourgogne et tout particulièrement durant le règne de Charles le Téméraire. En effet, ce souverain cesse de pardonner des crimes commis en son nom. On constate ainsi le passage d’un usage de la violence non règlementé à la réglementation des armées. De son côté, Antoine Roussel (p. 347-364) se penche sur la relation de la bataille de Hastenbeck qui fonctionne comme un instrument de diffamation dévoilant le dysfonctionnement de l’outil militaire français et révélant les premiers symptômes de la crise du commandement français durant la guerre de Sept Ans. Marion Larché (p. 365-382) inscrit sa réflexion dans une approche davantage juridique qu’historique en s’intéressant à la période où, à la suite de la Seconde Guerre mondiale, le droit s’érige en instrument de réconciliation et où l’on voit un basculement historique du droit international face à l’acte de guerre. L’article discute les outils que deux projets ont créés pour favoriser la construction d’un avenir commun européen pacifique : le Conseil de l’Europe et l’Union européenne. Si la construction de la réconciliation passe par un devoir de mémoire et de réparation des victimes, l’auteure souligne les défis liés à la réparation de l’acte de guerre et la sanction des responsables lorsqu’il s’agit d’éviter la résurgence de la guerre.

7La conclusion d’Émilie Dosquet (p. 383-388) présente l’ouvrage comme l’aboutissement de quatre ans de parcours interdisciplinaire pendant lesquels l’équipe a étudié la guerre comme un phénomène discursif, créateur d’espaces et de moments d’argumentation. Pour elle, ce projet confirme la nécessité de prendre plus au sérieux le caractère politique de la guerre. Or, si le projet rassemble effectivement des chercheurs et chercheuses des disciplines diverses, dans l’ouvrage prédominent les contributions inscrites en histoire et en droit. Sur les vingt-trois auteur·es, dix-neuf sont rattaché·es à une spécialité de l’histoire et quatre au droit. Aucun·e spécialiste en sciences du langage, en analyse du discours ou en argumentation n’a participé à ce projet éditorial. En outre, l’ouvrage ne tient pas sa promesse de combiner études en argumentation et études consacrées à la guerre. Plus qu’une approche interdisciplinaire, le projet relève d’une approche pluridisciplinaire où deux disciplines coexistent sans pour autant construire un objet d’étude commun ; chaque contributeur et contributrice proposant sa propre analyse, sans entrer en dialogue avec les outils, les méthodes et les concepts des autres disciplines.

8Pour autant, l’ouvrage présente un intérêt méthodologique pour les chercheurs et chercheuses en sciences de l’information et de la communication dans sa volonté d’approcher la guerre comme un phénomène discursif et dans la manière d’aborder des corpus très divers englobant une période large qui va de l’Antiquité jusqu’à nos jours. Il y a ainsi une invitation à collaborer avec les collègues historien·nes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yeny Serrano, « Emmanuelle Cronier et Benjamin Deruelle (dirs), Argumenter en guerre. Discours de guerre, sur la guerre et dans la guerre de l’Antiquité à nos jours »Questions de communication, 40 | 2021, 554-557.

Référence électronique

Yeny Serrano, « Emmanuelle Cronier et Benjamin Deruelle (dirs), Argumenter en guerre. Discours de guerre, sur la guerre et dans la guerre de l’Antiquité à nos jours »Questions de communication [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/27749 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.27749

Haut de page

Auteur

Yeny Serrano

Université de Strasbourg, Lisec, F-67000 Strasbourg, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search