Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Participatif : un moment critique ?Un « moment critique » pour la pa...

Participatif : un moment critique ?

Un « moment critique » pour la participation ?

A “critical time” for participation?
Anne Piponnier et Céline Ségur
p. 65-72

Texte intégral

1Héritière des plus anciennes traditions philosophiques, religieuses et morales aux plus récentes en sciences sociales, la notion de participation irrigue la réflexion contemporaine prise dans la nécessité d’appréhender et d’accompagner les crises de toutes natures qui la traversent pour tenter d’inventer de nouvelles formes d’action démocratique. Mais plutôt que de crises, sans doute faut-il préférer parler de « moments critiques », comme nous y invite un collectif de chercheurs autour de l’anthropologue Didier Fassin (2022), auxquels la participation, entre autres, fournit désormais un prisme d’analyse. C’est dire le pouvoir d’un mot (Boutet, 2016 ; Collectif Pop-Art, Bacqué et Demoulin, 2021), la force d’un concept pour en délimiter le cadre réflexif et la responsabilité d’un discours englobant pour dire et agir sur le monde.

L’essor du fait participatif

  • 1 Parmi ces projets éditoriaux, citons la revue Participations créée en 2011 et Dicopart, un diction (...)

2Il est aujourd’hui possible de considérer la participation comme un des thèmes structurants des sciences sociales, lequel s’est constitué en investissant de manière privilégiée et renouvelée le terrain de la philosophie politique, mais aussi en ouvrant de nouvelles perspectives sociologiques et critiques. L’ambition des questionnements que le thème de la participation suscite, l’ampleur des cadres théoriques qu’il mobilise dans le champ académique comme la diversité des domaines et acteurs qui s’en saisissent montrent la vivacité d’un débat à la fois épistémique et pratique. En témoignent en particulier deux projets éditoriaux d’envergure (un dictionnaire et une revue dédiée1) qui constituent des foyers de pensée incontournables sur les formes et les enjeux de la participation dans les sociétés contemporaines.

  • 2 Portail pluridisciplinaire, Cairn recense des ouvrages, des collections et plus de 500 revues en S (...)

3De manière plus générale, et sans nécessairement remonter aux fondements des disciplines, le développement des travaux récents menés sur la participation dans les différentes disciplines du social depuis les années 2000 indique combien le fait participatif travaille en miroir le champ académique et l’espace public de manière quasi récursive, et tend à y occuper une place prépondérante. Une rapide recension du terme dans différentes bases de données en sciences humaines et sociales (SHS) accessibles en ligne fait apparaître un usage massif, largement distribué au sein des disciplines même si la sociologie et les sciences politiques y occupent une place prépondérante. Pour exemple, une requête posée début avril 2022 dans la base de données Cairn2 fait apparaître pas moins de 92 737 occurrences dont 38 577 sur la dernière décennie, majoritairement distribuées dans les revues académiques, parmi lesquelles les rubriques « Sociologie et société » et « Sciences politiques » dominent, comptabilisant à elles deux près de 20 000 items soit environ 20 % du nombre total d’occurrences. Tout aussi significative est la part des thèses traitant de participation : la base de données Theses.fr recense 408 thèses pour la période 2001-2022, dont 216 sur la période 2012-2022, ce qui traduit la vitalité du thème et de son attractivité pour les jeunes chercheurs. D’une manière générale, la large, bien qu’inégale, distribution du thème au sein des disciplines atteste la circulation d’une question de recherche qui, touchant à la démocratie et à la construction de l’espace public, investit de multiples terrains de recherche du local au global, de l’intérêt privé aux mouvements collectifs, de la citoyenneté au militantisme.

4Ces quelques données quantitatives sur la production scientifique récente en sciences sociales n’ont d’autre ambition que de donner le périmètre nécessairement partiel d’un domaine en extension et par définition bien plus vaste que le seul décompte du terme, fût-il pivot, ne saurait représenter. Néanmoins, elle donne à voir la dimension heuristique d’une question de recherche actuellement centrale dans les sciences sociales en particulier francophones, se faisant l’écho de préoccupations sociopolitiques, économiques et médiatiques.

La participation dans l’idéal démocratique

  • 3 Définition tirée de : Dictionnaire en ligne Larousse, « Participation ». Accès : https://www.larou (...)
  • 4 Définition tirée de : Dictionnaire en ligne du Centre national de ressources textuelles et lexical (...)

5Participation, participatif, participant, participationniste, vaste est le champ lexical de la participation pour désigner les conditions de possibilité et les performances d’un agir individuel et/ou collectif, fondé sur le désir de prendre sa part dans l’émergence d’une dynamique, la construction d’un dessein particulier ou de valeurs que l’on voudrait communes pour les partager en retour. En effet, dans le langage courant, la participation c’est : prendre part à une action, une réflexion, un effort, un projet, un financement… C’est intervenir dans le cadre d’un processus ; c’est apporter une contribution. Celle-ci peut être matérielle, intellectuelle, financière, nécessaire ou symbolique. Ainsi la participation revêt-elle des formes plurielles, dispersées, que l’on a souhaité clarifier à l’occasion de ce numéro anniversaire, pour mieux en identifier les enjeux à venir. Dans une approche politiste, la participation tend à être définie comme « l’association des citoyens au pouvoir » ; tandis que du point de vue économique, on emploie la notion pour désigner l’« ensemble des mesures destinées à intéresser les membres du personnel à leur entreprise et à la vie économique ainsi qu’à favoriser l’établissement de rapports de confiance entre salariés et employeurs »3. On parle alors d’« intéressement » ou de « prise de participation »4. L’influence de la participation sur le produit fini, sur le résultat de l’action peut être variable. Par exemple, la contribution monétaire à l’achat d’un cadeau commun peut déterminer la catégorie de valeur du présent finalement acheté. Elle peut être définie dès le départ, dès l’appel à participation, ou être laissée à l’appréciation, soit des participants, soit du devenir du processus. Dans un débat d’idées, la nature des consensus et oppositions qui émergeront des discussions dépend de la nature des interventions des participants et de leur disposition à l’égard des uns et des autres. C’est ainsi que la responsabilité individuelle que constitue le choix de prendre part, a évolué vers un engagement collectif, devenu axiomatique. Ceci se manifeste en particulier via la multiplication de dispositifs participatifs, chargés de renouveler les principes de représentation et de régulation sociales, qui fait l’objet de critiques en SHS : le tirage au sort (Lòpez-Rabatel et Sintomer, 2019), les conseils citoyens (Demoulin et Bacqué, 2019), etc. Si la dimension utopique du modèle démocratique sur lequel sont fondés ces dispositifs n’est plus à démontrer, pour autant, ceux-ci sont largement plébiscités. Qu’est-ce que cela nous dit de la manière dont se pensent actuellement l’idéal démocratique et la posture citoyenne ? Quelle(s) nouvelle(s) définition(s) de la démocratie émerge(nt) entre participatif et délibératif ? Ce sont les questions que nous avons posées à deux auteur·es qui chacun·e, à partir de leur ancrage disciplinaire – science politique pour Loïc Blondiaux et sciences de la communication pour Marie Dufrasne –, ont accepté de tracer les enjeux à venir de la participation. La lecture conjointe des deux textes montre la portée heuristique d’un croisement des approches politistes et communicationnelles, lorsqu’il s’agit d’interroger la quête et l’émergence de formes d’expression, témoins et signes d’un besoin de construction et de réappropriation de l’espace et de la parole publics.

Les imaginaires de la participation

6En effet, au participatif sont souvent associées des promesses d’un monde meilleur, plus juste parce que plus démocratique et fondé sur des registres collectifs d’action et de réflexion, plutôt qu’individuels (Rouzé, 2015). Le partage, le débat, la concertation sont parmi les gages remis par des agents sociaux à des publics à qui l’on propose d’investir la vie sociale, culturelle et politique. L’imaginaire de la participation est alors présenté comme le moyen du vivre-ensemble (Roginski, Renard et Dufrasne, 2021), en articulation avec la communication. C’est la problématique développée par M. Dufrasne. Selon la chercheure, les imaginaires de la participation et de la communication s’entremêlent à différents niveaux : celui de leur principe d’existence (nouer des liens), de leurs desseins (réintroduire de la proximité) ou encore celui de leur valeur prescriptive, l’impératif participatif, que L. Blondiaux et Yves Sintomer (2002) ont contribué à identifier dès le début des années 2000. Néanmoins, si l’auteure passe en revue les critiques de cette collusion (comme le fantasme de la participation), elle présente aussi une expérience réussie de mobilisation sociale et politique, avec une association performative de pratiques de communication et de technologies collaboratives en ligne.

7Si le fait participatif n’est pas l’apanage d’une technologie, loin s’en faut (Flichy, 2001), force est de constater que l’image du numérique comme outil ad hoc de facilitation des démarches participatives est tenace, et que ceci conduit à (ré)interroger la valeur de la participation médiatique. Il faut rappeler combien, depuis l’épisode de la « bulle Internet » et celui de l’essor des réseaux socionumériques (Coutant et Stenger, 2012), les étiquettes se sont multipliées pour célébrer les pratiques communicationnelles collaboratives : intelligence économique, Web collaboratif, Web social (Millerand, Proulx et Rueff, 2010). Ainsi, à partir des années 2000, non seulement un passage au tout numérique s’est-il imposé dans la plupart des sphères d’activité de notre société (par exemple, le commerce en ligne, l’information en ligne, les jeux en ligne, l’enseignement en ligne, etc.) et un impératif de participation à ces propositions socionumériques a-t-il été intériorisé par les internautes (Proulx, 2020). Dans le domaine de l’information médiatique, des espaces d’expressions numériques ont été proposés aux publics dès le début des années 2010 (Denouël, Granjon et Aubert, 2014). L’appropriation par les publics de ces dispositifs numériques d’expressions citoyennes autonomes a donné lieu à la désignation de nouvelles pratiques : celles du journalisme citoyen, aussi désigné comme journalisme amateur, journalisme participatif, journalisme 2.0. C’est-à-dire « la collaboration d’amateurs (au sens de non-professionnels du journalisme) au processus de création ou diffusion de l’information d’actualité sur les supports numériques » (Pignard-Cheynel, 2018). Si les principes de collaboration et d’horizontalité ont pu devenir en quelques années un projet éditorial (pour certains pure players) ou encore une injonction, beaucoup d’initiatives de journalisme participatif ont connu un échec pour de multiples raisons : résistances professionnelles, amateurisme des contenus trop éloignés des canons et valeurs de la production journalistique, gestion difficile des commentaires. En parallèle, la nouveauté du phénomène a été relativisée par des chercheurs, qui ont rappelé que des formats d’intervention pour les publics ont toujours été prévus dans les médias traditionnels. Les usages réels des espaces collaboratifs s’avèrent relever davantage de l’ordre du commentaire (à l’image de ce qui se pratiquait précédemment via les courriers et les appels téléphoniques) plutôt que de la production de contenus. C’est ce que l’on observe aussi à la télévision, où la banalisation de la monstration de la participation (Bonaccorsi et Nonjon, 2012) conduit à la représentation enchantée d’un public actif, interactif, impliqué voire décisionnaire (Ségur, 2021, 2022). Ainsi l’innovation ne réside-t-elle pas dans les dispositifs en tant que tels, mais dans la promesse idéologique qui les accompagne : la production d’une information collaborative et authentique. Les phénomènes participatifs interrogés par L. Blondiaux résonnent avec les pratiques observées, à leur échelle, au sein du monde des médias : alors que la participation des spectateurs y est inhérente, elle se transforme, et reste souvent l’apanage de « mini-publics » d’usagers. De plus, l’instrumentalisation de prises de parole, de votes, de sondages aujourd’hui banalisés limite leur performativité ; ce qui enjoint à relativiser la prise de pouvoir des publics, sans négliger pour autant leurs capacités d’appropriations et de détournements.

Conclusion

  • 5 Dans le rapport Houiller (2016 : 6), sciences participatives désigne « des formes de production de (...)

8Cette tension entre promesse et dispositifs, qu’ils soient techniques, organisationnels ou institutionnels peut aussi être observée au sein même du champ professionnel de la recherche. Cet aspect, qui n’est pas au centre des propos de nos auteurs, y affleure cependant en ce qu’il touche aux conditions d’exercice de l’activité scientifique, de sa place dans l’espace public et de la confiance qui lui est accordée. Mis à l’épreuve de situations critiques touchant au vivre-ensemble et à son devenir au plan environnemental, sanitaire, démocratique – que l’actualité rappelle à chaque instant –, le monde de la recherche invente des dispositifs destinés à reconnecter monde savant et monde profane. Le déploiement d’observatoires à l’interface de ces mondes en est un des exemples probants (Piponnier, 2012). Ces tentatives sont à leur tour témoins de la demande sociale de participation, celle de la rencontre possible entre chercheurs et publics et de l’évolution conjointe de leur rapport à la science. D’abord nommées sciences participatives5 puis recherches citoyennes (Houllier, 2016), pour mettre l’accent sur le rôle de la participation dans la construction de la citoyenneté, elles cherchent dans une approche récente des citizen science (Strasser et al., 2019), une possible synthèse de différents courants, en substituant à l’argument éducatif, l’argument démocratique (Luneau et al., 2021). Ici encore, la participation agit comme une promesse, celle d’une émancipation sociale, culturelle qui serait fondée sur la co-construction de connaissances et apte à fonder un agir citoyen, à laquelle font écho les interrogations des chercheurs sur un élargissement possible de la notion de résultat ou de découverte, incluant les savoirs produits dans l’enquête.

9La large dispersion de la participation dans le champ des pratiques sociales et des recherches qui leur sont consacrées montre la quête d’un espace qui reste incertain, à la croisée de désirs ou de demandes parfois antagonistes, d’outils et de dispositifs souvent réducteurs, gommant les aspérités et la charge symbolique et agentive de chacun des termes. La question du pouvoir des individus, des collectifs, bien que souvent déplacée, disséminée, en quelque sorte archipélisée, y demeure néanmoins centrale.

Haut de page

Bibliographie

Bacqué M.-H., Rey H. et Sintomer Y., 2005, « Introduction. La démocratie participative, un nouveau paradigme de l’action publique ? », p. 9-46, dans Bacqué M.-H. (éd.), Gestion de proximité et démocratie participative. Une perspective comparative, Paris, Éd. La Découverte.

Blondiaux L. et Sintomer Y., 2002, « L’impératif délibératif », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 57, p. 17-35. https://doi.org/10.3406/polix.2002.1205

Bonaccorsi J. et Nonjon M., 2012, « La participation en kit : l’horizon funèbre de l’idéal participatif », Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, 79, p. 29-44. https://doi.org/10.4000/quaderni.618

Boutet J., 2016, Le Pouvoir des mots, 2e éd., Paris, Éd. La Dispute.

Casillo I., Barbier R., Blondiaux L., Chateauraynaud F., Fourniau J.-M., Lefebvre R., Neveu C. et Salles D. (dirs), 2013, Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation. http://www.dicopart.fr/

Collectif Pop-Part, Bacqué M.-H. et Demoulin J. (coords.), 2021, Jeunes de quartier. Le pouvoir des mots. Un abécédaire participatif, Caen, C&F Éd.

Coutant A. et Stenger T., 2012, « Les médias sociaux, une histoire de participation », Le Temps des Médias, 18, p. 76-86. https://doi.org/10.3917/tdm.018.0076

Demoulin J. et Bacqué M.-H. (dirs), 2019, « Les conseils citoyens, beaucoup de bruit pour rien ? », Participations. Revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté, 24. https://doi.org/10.3917/parti.024.0005

Denouël J., Granjon F. et Aubert A., 2014, Médias numériques et participation. Entre engagement citoyen et production de soi, Paris, Éd. Mare & Martin.

Fassin D. (dir.), 2022, La Société qui vient, Paris, Éd. Le Seuil.

Flichy P., 2001, L’Imaginaire d’Internet, Paris, Éd. La Découverte.

Houllier F. et Merilhou-Goudard J.-B., 2016, Les Sciences participatives en France. États des lieux, bonnes pratiques et recommandations, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02801940/

Lòpez-Rabatel L. et Sintomer Y. (dirs), 2019, « Tirage au sort et démocratie. Histoire, instruments, théories », Participations. Revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté, hors-série. https://www.cairn.info/revue-participations-2019-HS.htm

Luneau A., Demeulenaere É., Duvail S., Chlous F. et Julliard R., 2021, « Le tournant démocratique de la citizen science : sociologie des transformations d’un programme de sciences participatives », Participations. Revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté, 31, p. 199-240. https://doi.org/10.3917/parti.031.0199

Millerand Fl., Proulx S. et Rueff J. (dirs), 2010, Web social. Mutation de la communication, Montréal, Presses de l’Université du Québec.

Proulx S., 2020, La Participation numérique. Une injonction paradoxale, Paris, Presses des Mines.

Pignard-Cheynel N., 2018, « Journalisme participatif », dans B. Fleury, M. Lecolle et J. Walter (dirs), Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/journalisme-participatif

Piponnier A., 2012, « Projet et observatoire : une alliance historique et pragmatique », Communication & Langages, 171, p. 67-79. https://doi.org/10.4074/S0336150012011064

Roginski S., Renard D. et Dufrasne M., 2021, « La participation dans un monde de communication. Introduction », Recherches en communication, 52, p. 1-7. https://doi.org/10.14428/rec.v52i52.62593

Rouzé V., 2015, « Participatif », dans B. Fleury, M. Lecolle et J. Walter (dirs), Publictionnaire. Dictionnaire critique et encyclopédique des publics. http://publictionnaire.huma-num.fr/notice.participatif

Ségur C., 2021, « Le participatif à la télévision en France. L’expression ambivalente d’un projet démocratique », Recherches en communication, 52, p. 9-31. https://doi.org/10.14428/rec.v52i52.55103

Ségur C., 2022, Le Tournant participatif de la télévision et de ses publics. Une révolution enchantée, habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Metz, Université de Lorraine. https://hal.univ-lorraine.fr/tel-03556414.

Strasser B., Baudry J., Mahr D., Sanchez G. et Tancoigne É., 2019, « “Citizen Science” ? Rethinking Science and Public Participation », Science and Technology Studies, 32 (2), p. 52-76. https://doi.org/10.23987/sts.60425

Haut de page

Notes

1 Parmi ces projets éditoriaux, citons la revue Participations créée en 2011 et Dicopart, un dictionnaire interdisciplinaire et critique de la participation, à l’initiative du GIS Participation et démocratie (Casillo et al., 2013). Ressource numérique et participative en libre accès, Dicopart propose une cartographie des théories et usages du concept, non pour en figer le sens mais, à l’inverse, pour en montrer la diversité, les régularités comme les ambiguïtés et les tensions. Accès : https://www.dicopart.fr/.

2 Portail pluridisciplinaire, Cairn recense des ouvrages, des collections et plus de 500 revues en SHS, en accès direct ou payant.

3 Définition tirée de : Dictionnaire en ligne Larousse, « Participation ». Accès : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/participation/58372 (dernière consultation le 11 avril 2022).

4 Définition tirée de : Dictionnaire en ligne du Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), « Participation ». Accès : https://www.cnrtl.fr/definition/participation (dernière consultation le 11 avril 2022).

5 Dans le rapport Houiller (2016 : 6), sciences participatives désigne « des formes de production de connaissances scientifiques auxquelles des acteurs non scientifiques professionnels – qu’il s’agisse d’individus ou de groupes – participent de façon active et délibérée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Piponnier et Céline Ségur, « Un « moment critique » pour la participation ? »Questions de communication, 41 | 2022, 65-72.

Référence électronique

Anne Piponnier et Céline Ségur, « Un « moment critique » pour la participation ? »Questions de communication [En ligne], 41 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/28538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.28538

Haut de page

Auteurs

Anne Piponnier

Université de Lorraine, Crem, F-54000 Nancy, France

Articles du même auteur

Céline Ségur

Université de Lorraine, Crem, F-57000 Metz, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search