Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Propagandes internationales : de ...Les mutations des stratégies tran...

Propagandes internationales : de nouvelles formes ?

Les mutations des stratégies transnationales d’influence médiatique des États

When States develop new transnational strategies of media influence
Tristan Mattelart, Bernard Idelson et Nicolas Pélissier
p. 105-114

Texte intégral

1Loin est le temps où les dirigeants de la radiodiffusion internationale états-unienne s’enorgueillissaient du « triomphe de Radio Free Europe et de Radio Liberty dans la guerre froide », et de la contribution de celles-ci à l’écroulement des régimes de l’Est (Puddington, 2000). Privés de l’ennemi soviétique qui avait constitué pendant plusieurs décennies l’une de leurs principales raisons d’être, les médias publics internationaux américains ont en effet été soumis, dans les années 1990, à une sévère cure budgétaire, allant jusqu’à donner l’impression que l’administration procédait à un « désarmement unilatéral des ondes » (Cull, 2012 : 94). Ce n’est qu’au début des années 2000, au lendemain des attentats contre le World Trade Center, que pour faire face à une autre menace, les États-Unis ont réactivé leurs instruments médiatiques publics internationaux en créant en particulier, à l’attention du monde arabe, la Radio Sawa et la télévision Al Hurra, dont cependant peu d’analystes se hasarderaient à caractériser les activités dans les mêmes termes louangeurs que ceux employés pour leurs aînées. Pire, depuis les années 2010, les États-Unis sont eux-mêmes soumis, comme d’autres pays, à ce qu’un rapport de la Rand Corporation caractérise comme des opérations de « désinformation sur les médias sociaux », menées par des « adversaires étatiques », en particulier la Russie ou la Chine (Cohen et al., 2021 : ix).

2De la célébration du rôle joué par les États-Unis dans la bataille des ondes pendant la guerre froide aux plus récentes inquiétudes nées des opérations de désinformation via les réseaux socionumériques, les formes que prennent les stratégies étatiques transnationales d’influence médiatique ont connu de profondes mutations depuis la fin du xxe siècle, au gré des changements du contexte géopolitique, mais aussi de l’émergence de nouveaux supports de diffusion, y compris numériques. C’est à l’examen de quelques-uns des principaux enjeux suscités par ces mutations que se consacre ce dossier, « Propagandes internationales : de nouvelles formes ? ». Il le fait via deux textes qui portent sur les évolutions des formes officielles ou plus officieuses que prennent ces stratégies étatiques transnationales d’influence médiatique, à partir des cas des États-Unis et de la Russie.

Des promesses de la « diplomatie publique 2.0 » aux réalités

3C’est aux transformations qu’a connues la diplomatie publique des États-Unis que s’intéresse le premier article, d’Olivier Koch. Diplomatie publique ? Ce terme désigne traditionnellement l’ensemble des stratégies et instruments mobilisés, de façon officielle, par un État – dont les médias ou nouveaux médias qui nous intéressent plus spécifiquement ici – pour communiquer directement avec les populations d’autres pays, par-delà la tête de leurs gouvernants, à des fins d’information ou d’influence. Et cet art de communiquer directement avec les populations à l’étranger a connu de profondes mutations avec l’avènement de l’Internet.

4D’abord, O. Koch analyse la façon dont le champ de recherche, largement anglophone, consacré à la diplomatie publique a été, dans les années 2000, remodelé sous l’effet de l’importation en son sein de discours emphatiques tenus sur ledit « Web 2.0 ». Jusqu’à contribuer à donner corps à ce que Jan Melissen (2005) a, dès 2005, nommé la « nouvelle diplomatie publique », dotée d’une nature plus dialogique que sa devancière. Dans ce cadre, les médias utilisés traditionnellement pour le rayonnement international des États, telles les radios et télévisions diffusant « de point à masse », sont, comme l’explique O. Koch, largement critiqués, pendant que les ressources offertes par le Web et les réseaux socionumériques, diffusant « de point à point », sont, elles, célébrées. Aux premiers, accusés de n’émettre que sur le mode du « monologue », les partisans de cette nouvelle forme de diplomatie publique préfèrent de fait sans conteste les seconds, dont ils soulignent qu’ils sont basés sur « l’écoute » et « la participation » des publics visés, et dont ils vantent la capacité à favoriser « l’échange » et le « dialogue » avec ceux-ci.

5C’est ensuite à l’analyse de la manière dont le nouvel agenda des recherches menées sur cette « nouvelle » diplomatie publique a, aux États-Unis, influencé la conduite de cette dernière que s’attelle O. Koch. Le contexte dans lequel se développe ce que James K. Glassman, le sous-secrétaire d’État pour la Diplomatie publique dans le gouvernement de George W. Bush, nomme, en 2008, la « diplomatie publique 2.0 », est celui des efforts entrepris par Washington pour « créer un environnement hostile à l’extrémisme violent », en particulier au Moyen-Orient, en utilisant, en plus des médias traditionnels tels que Radio Sawa et Al Hurra, le potentiel de l’Internet (Glassman, 2008). Le contexte où se déploie cette conception plus dialogique de la diplomatie publique, ce sont aussi les collaborations que le département d’État s’efforce de nouer avec les entreprises de la Silicon Valley, pour permettre aux États-Unis de mieux exploiter l’« important avantage comparatif » que les nouvelles technologies sont censées conférer à ce pays sur « les terroristes » (ibid.).

6Initiée sous la présidence de George W. Bush, cette conversion de la diplomatie publique états-unienne aux vertus du Web 2.0 s’amplifiera sous la suivante. L’alors secrétaire d’État, Hillary Clinton, dans le cadre du 21st Century Statecraft – son programme pour Gouverner au xxie siècle –, fait de la défense de la « liberté de parole [et] de la presse […] dans le cyberespace », mais également du principe « d’ouverture des marchés pour les biens et services numériques » – et de l’accompagnement de l’internationalisation des entreprises américaines de ce secteur –, des pierres angulaires de la politique étrangère des États-Unis (US Department of State, s.d.). Aussi, dans ce cadre, d’importants liens sont-ils tissés avec « les magnats de la Silicon Valley » (Manor, 2019 : 68).

7L’accent quelque peu « angélique » (Lequesne, 2021 : 17) qui est mis, par les chercheurs travaillant sur la « nouvelle » diplomatie publique, sur l’écoute, le dialogue, ou la participation des publics visés tend, comme l’analyse O. Koch, à euphémiser les fonctions d’influence qui, pourtant, président à la mise en place des outils médiatiques de la diplomatie publique, qu’ils soient analogiques ou numériques. L’examen auquel il procède des dispositifs pionniers de ce « tournant participatif de la diplomatie publique » montre néanmoins que ces fonctions sont loin d’avoir disparu.

8Le premier des dispositifs qu’il étudie est le programme Digital Outreach, inauguré en 2006 pour lutter contre les opinions hostiles aux États-Unis dans l’espace arabo-musulman. Dans ce but, une équipe, qui se présente comme ouvertement affiliée au département d’État, est chargée de poster des messages consacrés à la politique étrangère états-unienne sur les forums en ligne ou sur les réseaux socionumériques, et d’entrer en relation avec les usagers de ceux-ci, dans leur langue, en espérant, au cours de l’échange, convaincre du bien-fondé de cette politique. Las, comme le décrypte O. Koch, « l’idéal participatif » sur lequel se fonde le dispositif se heurte au cadre contraint dans lequel il se déploie ainsi qu’au fait que le dialogue prôné est instrumentalisé avec des objectifs bien précis. Au-delà, c’est le fol espoir, fortement teinté de déterminisme technologique, investi dans les vertus de l’Internet qui, au contact de la réalité, est déçu : comme si le « passif historique » des politiques menées par les États-Unis dans cette région pouvait être effacé par la magie des interactions en ligne. L’équipe en charge du Digital Outreach, pour le dire autrement, se heurte aux mêmes problèmes de crédibilité que ceux auxquels sont également confrontés Sawa et Al Hurra.

9L’autre dispositif évoqué par O. Koch est celui de l’appui qu’apporte, dans le contexte du 21st Century Statecraft, l’administration américaine aux cyberdissidents à l’étranger. Cet appui a l’avantage d’échapper, du moins en partie, au déficit de crédibilité déjà mentionné dont pâtissent les autres projets de diplomatie publique. Les objectifs de politique étrangère ont, selon cette perspective, vocation à être atteints, non par des acteurs états-uniens eux-mêmes, mais, d’une certaine façon, par procuration, par les cyberdissidents aidés par ces derniers. Ce qui a néanmoins pour désavantage, comme en avertissait dès 2011 le militant tunisien Sami Ben Gharbia, de donner aux régimes autoritaires davantage de prétextes pour persécuter les cyberactivistes en les accusant de « travaille[r] en complicité avec les intérêts US » (Ben Gharbia, 2011). Un avertissement dont la lucidité sera, comme l’indique O. Koch, confirmée par les faits.

10La géographie sélective de ces programmes d’aide à la cyberdissidence – qui concernent moins les pays alliés des États-Unis – en dit long sur les visées stratégiques qui leur sont dévolues, à eux comme à l’équipe du Digital Outreach. C’est ce qui pousse O. Koch à employer le terme de « propagande » pour caractériser ces programmes médiatiques de diplomatie publique, alors même que les spécialistes de celle-ci s’emploient à souligner les différences qui existent entre, d’un côté, la propagande et, de l’autre, la diplomatie publique (voir, par exemple, Cull, 2019 : 13). À rebours de ces derniers, O. Koch considère ainsi les initiatives diplomatiques qu’il décrit comme étant révélatrices de l’émergence d’un « nouvel art de gouvernement des publics étrangers », qui use des propriétés participatives du numérique.

11L’accent qui est mis sur l’usage des dernières technologies – qui est pour beaucoup dans la qualification de cette diplomatie publique de « nouvelle » – ne doit néanmoins pas induire en erreur. Loin du discours de rupture qu’entonnent ses chantres, elle s’inscrit à bien des égards dans la continuité de son aînée. En témoigne le fait que l’appui aux dissidences, avant qu’elles ne deviennent « cyber », était déjà l’un des attributs majeurs de certaines radios internationales, en particulier de Radio Free Europe et de Radio Liberty, qui, davantage que la Voix de l’Amérique, entendaient, de l’extérieur, se substituer aux radios indépendantes qu’interdisaient les autorités locales des pays à destination desquels elles diffusaient.

12Néanmoins, il est une rupture incontestable qu’apporte l’essor du Web et des réseaux socionumériques à la conduite de la diplomatie publique, comme le note O. Koch, c’est la possibilité qu’ils offrent aux opérateurs de celle-ci de mieux « profiler le comportement des usagers » – aux fins de mieux les cibler – et de mieux essayer de mesurer l’effectivité des initiatives déployées. Mais, là aussi, reconnaître cette rupture ne doit pas conduire à ignorer, comme le font les théoriciens de la « nouvelle » diplomatie publique, les efforts fort anciens mis en œuvre par les médias traditionnels de celle-ci pour mieux comprendre, approcher et écouter leurs publics à l’étranger, sous la forme d’études d’audience, d’émissions interactives, de sollicitations de courriers d’auditeurs…

De nouvelles formes couvertes de propagande ?

13À des lieues des discours enchantés sur le tournant dialogique de la diplomatie publique rendu possible par le recours au Web ou aux réseaux socionumériques, au même moment, d’autres acteurs ont mobilisé ces derniers pour mettre en place d’autres formes d’influences médiatiques transnationales, plus officieuses. Dès 2009, dans un article où il critiquait l’initiative du Digital Outreach, Evgeny Morozov notait que d’autres gouvernements, tels ceux de la Russie et de la Chine, avaient à leur tour mis en place des équipes en ligne, payées à modeler une image favorable de leurs politiques sur le Web et les réseaux socionumériques. Mais, à la différence des programmes états-uniens qui, notait-il, souffrent du « handicap » de devoir opérer officiellement, les activités russes et chinoises ont la possibilité de cacher l’affiliation de ceux qui y participent, ce qui leur permet « probablement [d’être] un brin plus crédibles » (Morozov, 2009).

14Ce sont ces activités, déployées à une échelle internationale, que les opinions occidentales découvriront à l’occasion des élections présidentielles de 2016 aux États-Unis. À la différence des spécialistes de la diplomatie publique qui rechignent, on l’a souligné, à employer le vocable de « propagande » pour caractériser les initiatives médiatiques menées en son nom, les chercheurs s’intéressant à ces autres formes d’influence médiatique n’hésitent pas, eux, à les caractériser en tant que telles, à l’aide d’expressions comme « propagande computationnelle », pour reprendre le terme employé par Samuel C. Woolley et Philip N. Howard. C’est-à-dire une forme de propagande basée sur « l’utilisation des algorithmes, de l’automation et de la curation humaine pour volontairement gérer et distribuer des informations trompeuses au travers des médias sociaux » (Woolley et Howard, 2019 : 4).

15L’ironie de cette littérature est que la chronique de l’ascension de ces formes de propagandes s’appuyant sur les réseaux socionumériques est tenue par des auteurs qui, pour certains, s’enthousiasmaient, une poignée d’années auparavant, du potentiel libérateur de ces mêmes réseaux dans les contextes autoritaires. Ainsi Philip N. Howard avait-il publié en 2010 un ouvrage où il présentait les smartphones et l’Internet comme des « technologies de la liberté », agents de la « démocratisation pour les pays musulmans » (Howard, 2010 : 13), puis un autre, en 2013, consacré au rôle des « médias numériques » dans le printemps arabe qui reprenait, à cette occasion, le précédent argument (Howard et Hussain, 2013). Les mêmes réseaux socionumériques américains qui avaient, à la fin des années 2000 et au début des années 2010, suscité tant d’espoir pour la démocratisation du monde, mais aussi pour la rénovation de la diplomatie publique, se voient ainsi, après 2016, accusés d’avoir permis à des puissances étrangères de s’introduire, de manière plus ou moins dissimulée, dans les espaces informationnels états-uniens et européens, ou au-delà. C’est dans ce contexte que vont se multiplier les recherches sur les stratégies d’influence médiatique mises en œuvre par la Russie, qui font un grand usage des réseaux. Celles-ci sont d’autant plus intéressantes à étudier qu’elles s’inscrivent, à bien des égards, dans la continuité de celles que Moscou avait mises en place du temps de l’Union soviétique.

16La plupart des travaux menés sur ces stratégies se penchent sur une des composantes du dispositif d’influence médiatique russe : soit les médias officiels, outils de la diplomatie publique, à l’image de Russia Today (RT) et de Sputnik ; soit ses acteurs plus officieux, incarnés, par exemple, par l’Internet Research Agency (IRA) dont les employés sont chargés d’animer de faux comptes sur les réseaux, œuvrant à défendre les intérêts du Kremlin. L’intérêt de l’article proposé par Maxime Audinet et Kevin Limonier dans ce dossier est de contribuer à combler cette lacune en étudiant de front ces deux composantes du dispositif et en montrant comment, ensemble, elles forment un « écosystème d’influence informationnelle » russe, dont ils cernent le déploiement en Afrique subsaharienne, terrain d’affrontement particulièrement vif entre les opérateurs de diplomatie publique français, britanniques, états-uniens ou chinois.

17RT et Sputnik opèrent sur un registre différent de celui qu’employait, du temps de l’Union soviétique, Radio Moscou. Sans négliger la mission qui leur est dévolue de projeter une image de la puissance russe à l’étranger au travers de leurs contenus, ces médias se sont largement consacrés, dans leurs déclinaisons destinées à l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale (avant les interdictions qui les ont frappés après le déclenchement, en février 2022, de la guerre contre l’Ukraine), à l’actualité des pays visés, traitée de manière critique. D’une certaine façon, ces deux supports ont repris à leur compte le modèle de média de substitution dont se réclamait Radio Free Europe. Alors que les différentes rédactions nationales de celle-ci se donnaient pour objectif, pendant la guerre froide, de contourner la censure imposée par les divers régimes de l’Est, RT et Sputnik se présentent, dans les territoires où elles émettent, comme des acteurs prétendument « alternatifs » contournant les contrôles qu’exercent à leurs yeux les élites économiques et politiques sur les médias en Amérique du Nord et en Europe occidentale.

  • 1 Barkhane est une opération militaire qui a été menée, entre 2014 et 2022, par l’armée française, e (...)

18Dans certains travaux, ces deux médias sont réduits au statut de « maillons de la chaîne russe de désinformation » (Bodine-Baron et al., 2018 : 7). L’étude que mènent M. Audinet et K. Limonier sur la présence – modeste pour RT, davantage affirmée pour Sputnik – des branches francophones de ces deux médias russes en Afrique subsaharienne fait apparaître, dans le contexte particulier cerné, une réalité plus complexe, grâce en particulier à l’analyse de contenu de la couverture de l’actualité à laquelle ils procèdent – qui se concentre sur l’opération Barkhane1 et les nouvelles sur la République centrafricaine (RCA). Le fait que les articles sur ce pays soient principalement écrits par les journalistes russes de ces médias, en raison de l’importance du sujet pour le Kremlin, en dit bien entendu long sur les liens qui unissent ceux-là à celui-ci. Ceux des contenus légitimant la présence russe en RCA ou dénigrant la présence française au Sahel, mis au jour par les auteurs, illustrent, eux aussi, ces liens. Néanmoins, l’enquête révèle parallèlement que la grande majorité des contenus analysés consiste en des articles factuels ou « analytiques sans prise de position ».

19Il en va tout différemment avec les autres composantes, plus officieuses, du dispositif d’influence informationnelle russe en Afrique, qui sont prises en charge par des acteurs privés œuvrant « au service de la politique africaine de la Russie ». Ceux-ci, décryptent M. Audinet et K. Limonier, agissent comme des « entrepreneurs d’influence russe » sur le continent, attendant de leur contribution au rayonnement de leur pays « un retour sur investissement conséquent ». Ces entrepreneurs d’influence sont Russes. C’est le cas d’Evgueni Prigojine, qui a participé à la création de l’IRA et qui est à la tête de sociétés d’exploitation de matières premières ou de l’entreprise militaire privée Wagner, opérant dans cette partie du monde. Ces entrepreneurs peuvent aussi être étrangers, européens ou africains, et tirer parti de cette présence russe pour mieux relayer leur discours « hostile à la présence française en Afrique ».

20Si l’activité des entrepreneurs russes d’influence passe par l’entretien, comme cela a déjà été bien documenté, d’une « ferme à trolls » comme l’IRA, elle passe également, comme le démontrent M. Audinet et K. Limonier, par des pratiques d’externalisation des activités d’influence médiatique, sous-traitées à des acteurs locaux. Il en va ainsi de Radio Lengo Songo (RLS), station privée diffusant dans la capitale centrafricaine et ses alentours, financée « sinon entièrement, du moins majoritairement » par Lobaye Invest, une société minière dirigée par des associés d’E. Prigojine. Et les auteurs de mettre en évidence, à partir d’une analyse du contenu des émissions de la radio, la plus grande marge de manœuvre dont jouit cette radio n’agissant pas officiellement pour la Russie, qui lui permet, par rapport à RT ou Sputnik, d’avoir un « parti pris » beaucoup plus « explicitement favorable à la présence russe et […] hostile à la présence française ».

21Là aussi, il est possible de tisser des continuités entre les dispositifs mis en place dans la période la plus récente et ceux de la guerre froide. Ne serait-ce qu’en évoquant l’exploitation récurrente, pendant celle-ci, par la radiodiffusion internationale soviétique à destination de l’Afrique, de l’argument anti-impérialiste et anticolonialiste à son avantage. Par ailleurs, la mise à nu d’un dispositif transnational d’influence informationnelle russe composé tant de médias officiels opérant ouvertement que d’opérations couvertes n’est pas sans faire écho à l’existence de son prédécesseur soviétique, qui était également composé tant de médias officiels – telle Radio Moscou – que de campagnes médiatiques plus clandestines, abritées par un service spécifique du KGB et désignées sous le terme de « mesures actives » (Rid, 2020).

22Au-delà, l’article de M. Audinet et de K. Limonier éclaire la manière dont les médias internationaux russes exploitent les possibilités offertes par les réseaux socionumériques, y compris – jusqu’à une date récente – américains, pour démultiplier la circulation de leurs informations. Ils montrent de fait, dans leur analyse de la couverture par RT et Sputnik de l’opération Barkhane, comment un nombre non négligeable d’articles ont des tonalités « polémiques ou sensationnalistes », pour explicitement « générer du clic » et des controverses, et pour, de cette manière, démultiplier le nombre de vues. De plus, ils décryptent la façon dont nombre de sites africains spécialisés dans le relais de « rumeurs et faits divers invérifiables » se nourrissent largement des contenus de RT et Sputnik qui sont mis à leur disposition, « libres de droits », et les distribuent sur leurs propres réseaux, offrant une caisse de résonance inespérée aux informations de ces médias.

Nouveauté des technologies, ancienneté des enjeux

23Ainsi les deux textes présentés dans ce dossier donnent-ils une idée de l’importance prise par les plateformes numériques dans la circulation des contenus produits par les acteurs engagés dans ces stratégies transnationales d’influence médiatique. Comme le note le rapport déjà cité de la Rand Corporation, les « entreprises privées » propriétaires de ces plateformes, notamment américaines, figurent désormais « en première ligne » des batailles que se livrent les États pour essayer d’imposer aux publics à l’étranger leur conception des nouvelles du monde (Cohen et al., 2021 : 20). Les deux articles offrent cependant une vision radicalement différente du rôle que jouent en ce domaine les réseaux socionumériques de la Silicon Valley. De son côté, O. Koch fait explicitement écho aux espoirs que la diplomatie publique états-unienne place en eux. M. Audinet et K. Limonier laissent, quant à eux, deviner les inquiétudes qui sont ou ont été celles de l’administration américaine face à l’utilisation qui a été faite, par exemple par RT et Sputnik, de ces réseaux dont elle a, pourtant, favorisé la mondialisation.

24L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, débutée après la remise des premières versions de ces deux textes, est venue confirmer, si besoin était, l’importance de ces stratégies transnationales d’influence médiatique développées par des États. Par exemple, elle a illustré les craintes que suscitent RT et Sputnik : l’Union européenne n’a-t-elle pas banni, dans les jours qui ont suivi le déclenchement de cette guerre, ces deux médias sur son territoire ? M. Audinet et K. Limonier constatent d’ailleurs que, suite à cette interdiction de RT et Sputnik en Europe, l’Afrique est devenue « un nouveau “débouché” de choix pour ces médias ».

25De même, Meta – la maison-mère de Facebook et d’Instagram en particulier –, YouTube, Twitter, mais aussi TikTok et Telegram, après cette interdiction de RT et Sputnik, bloqueront l’accès à ceux-ci sur leurs plateformes respectives en Europe et, pour YouTube, dans le reste du monde. Disertes sur le blocage des comptes de ces médias officiels de la diplomatie publique russe, ces plateformes se feront néanmoins plus discrètes sur leur capacité à réguler la diffusion des contenus créés par des acteurs davantage officieux, en charge d’activités d’influence médiatique plus difficiles à repérer.

26Quoi qu’il en soit, ces blocages illustrent l’enjeu primordial que constitue, tant pour les initiatives étatiques officielles que celles officieuses d’influence médiatique, l’accès aux plateformes numériques pour toucher leurs publics à l’étranger. Au-delà, c’est le pouvoir démesuré que ces dernières exercent dans ce domaine, sans grande autre supervision que la leur, qui est bien mis en relief.

27En ce qui concerne les stratégies transnationales étatiques d’influence médiatique, s’il est un autre élément que vient souligner cette guerre, c’est la nécessité de se défier des discours de rupture que tiennent les chantres de la « nouvelle » diplomatie publique, cédant à l’illusion technologique. Les continuités sont, en la matière, aussi importantes à prendre en compte que les ruptures. Après le blocage, par l’autorité russe des communications, des sites web russophones de la Voix de l’Amérique, de Radio Free Europe/Radio Liberty ou du sien, le World Service de la BBC n’a ainsi pas seulement recommandé à son public russe l’usage de VPN (réseaux privés virtuels). Il a également renoué avec ses antiques ondes courtes pour continuer à toucher ses auditeurs par-delà le nouveau rideau de fer érigé par le Kremlin.

Haut de page

Bibliographie

Ben Gharbia S., 2011, « Les cyber-activistes arabes face à la liberté sur internet made in USA », Nawaat, 3 janv. http://nawaat.org/portail/2011/01/03/les-cyber-activistes-arabes-face-a-la-liberte-sur-internet-made-in-usa/

Bodine-Baron E. A., Helmus T. C., Radin A. et Treyger E., 2018, Countering Russian Social Media Influence, Santa Monica, Rand Corporation.

Cohen R. S. et al., 2021, Combating Foreign Disinformation on Social Media. Study Overview and Conclusions, Santa Monica, Rand Corporation.

Cull N. J., 2019, Public Diplomacy. Foundations for Global Engagement in the Digital Age, Cambridge, Polity Press.

Cull N. J., 2012, The Decline and Fall of the United States Information Agency. American Public Diplomacy, 1989-2001, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Glassman J. K., 2008, « Public diplomacy 2.0 : A new approach to global engagement », U.S. Départment of State Archive. https://2001-2009.state.gov/r/us/2008/112605.htm

Howard P. N. et Hussain M. M., 2013, Democracy’s Fourth Wave ? Digital Media and the Arab Spring, Oxford, Oxford University Press.

Howard P. N., 2010, The Digital Origins of Dictatorship and Democracy. Information Technology and Political Islam, Oxford, Oxford University Press.

Lequesne C. (dir.), 2021, La Puissance par l’image. Les États et leur diplomatie publique, Paris, Presses de Sciences Po.

Manor I., 2019, The Digitalization of Public Diplomacy, Cham, Springer International Publishing.

Melissen J. (éd.), 2005, The New Public Diplomacy. Soft Power in International Relations, New York, Palgrave Macmillan.

Morozov E., 2009, « The future of “Public Diplomacy 2.0” », Foreign Policy, 9 juin. https://foreignpolicy.com/2009/06/09/the-future-of-public-diplomacy-2-0/

Puddington A., 2000, Broadcasting Freedom. The Cold War Triumph of Radio Free Europe and Radio Liberty, Lexington, University Press of Kentucky.

Rid T., 2020, Active Measures. The Secret History of Disinformation and Political Warfare, New York, Farrar, Straus and Giroux.

US Department of State, s.d., « 21st Century Statecraft ». https://2009-2017.state.gov/statecraft/overview/index.htm

Woolley S. C. et Howard P. N. (éds), 2019, Computational Propaganda. Political Parties, Politicians, and Political Manipulation on Social Media, New York, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Barkhane est une opération militaire qui a été menée, entre 2014 et 2022, par l’armée française, en collaboration avec des États de la région et avec l’appui des forces d’autres pays européens, contre les groupes djihadistes au Sahel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tristan Mattelart, Bernard Idelson et Nicolas Pélissier, « Les mutations des stratégies transnationales d’influence médiatique des États »Questions de communication, 41 | 2022, 105-114.

Référence électronique

Tristan Mattelart, Bernard Idelson et Nicolas Pélissier, « Les mutations des stratégies transnationales d’influence médiatique des États »Questions de communication [En ligne], 41 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/28590 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.28590

Haut de page

Auteurs

Tristan Mattelart

Université Paris Panthéon-Assas, Carism, IFP, F-75006 Paris, France

Articles du même auteur

Bernard Idelson

Université de La Réunion, LCF, RE-97744 Saint-Denis, La Réunion (France)

Articles du même auteur

Nicolas Pélissier

Université Côte d’Azur, Sic.Lab Méditerranée, F-06000 Nice, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search