Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Participatif : un moment critique ?Le participatif en actes : quel a...

Participatif : un moment critique ?

Le participatif en actes : quel avenir pour l’injonction à la participation ?

The achievement of participation: what future for participatory imperative?
Loïc Blondiaux
p. 73-86

Résumés

Les sciences sociales n’ont ni fonction ni valeur prédictive. Leur rôle est de s’interroger sur le sens des phénomènes observés. Aussi, à l’inverse de ce que semble appeler le titre de cette contribution, l’objet de cet article est moins d’apporter une réponse à la question posée sur l’avenir de l’impératif participatif que de fournir l’occasion d’en poser d’autres. L’auteur propose de travailler de manière synthétique cette interrogation en observant sa diffraction en de multiples sous-questions, plus ou moins indépendantes et interreliées. À travers une série de sept questions structurantes, sont passés en revue les modalités et les enjeux contemporains de la démocratie participative. Elles tirent le bilan d’une décennie de recherches et d’expériences relatives à la participation citoyenne, fait de doutes et de craintes multiples mais soucieux de décrire une réalité complexe prise entre des processus démocratiques et de dé-démocratisation.

Haut de page

Texte intégral

1Répondre sur l’avenir n’est jamais chose évidente pour le spécialiste de sciences sociales. Se risquer aux prédictions conduit toujours dans les ornières de la prophétie. Oser la prospective n’a pas bonne presse dans nos disciplines, et pour de solides raisons. En particulier lorsqu’il s’agit de prévoir les évolutions de cette matière labile que sont les comportements politiques et les opinions. Nul, pas même les observateurs les plus savants des mobilisations, n’aurait pu prévoir le surgissement des Gilets jaunes. Avant 2016, qui pouvait anticiper les dégâts profonds provoqués par Donald Trump à la démocratie américaine ? Qui peut dire aujourd’hui que l’injonction à la participation a un avenir, comme le suggère la question posée pour cette livraison anniversaire, en ces temps troublés où les désirs d’autorité s’exacerbent et où la façade institutionnelle des grandes démocraties se lézarde sous les coups de ses ennemis intérieurs et extérieurs ?

2Aussi peut-il être judicieux de répondre à la question par d’autres questions, pour en restituer la complexité et rendre justice à l’indétermination des phénomènes en jeu. L’« impératif participatif », que nous sommes plusieurs à avoir vu émerger à partir du début des années 2000 (Blondiaux et Sintomer, 2002), renvoie à une multitude de phénomènes distincts qu’il s’agit d’identifier clairement. Si une certaine parenté, notamment via des noms qu’ils se donnent, justifie qu’on les rapproche, un minimum de clarification analytique s’impose. En effet, quoi de commun aux exercices de communication dits « participatifs », mis en place par les gouvernements locaux et nationaux, pour dire leur bonne volonté démocratique, et aux multiples expériences d’auto-organisation déployées par des groupes de citoyens ordinaires engagés dans un processus de réappropriation collective des communs, sinon cette référence commune à l’idée de « participation » ?

3On le sait depuis longtemps, la démocratie comme sa déclinaison en « démocratie participative » font partie de ces concepts élastiques ou « contestés par essence » qui peuplent le langage politique (Gallie, 1956). Ce court essai va donc s’efforcer de travailler de manière synthétique cette interrogation sur l’avenir de l’idée et du phénomène participatifs en observant sa diffraction en de multiples sous-questions, plus ou moins indépendantes et interreliées. Nous avons choisi d’en poser sept, elles auraient pu être évidemment plus nombreuses.

Quel impératif participatif ?

4Quelle est cette « injonction à la participation » soulevée par la question ? D’où vient-elle et à quelle réalité renvoie-t-elle ? Elle désigne dans un langage contemporain une aspiration à ne pas être gouverné ou à être gouverné différemment aussi ancienne que « l’invention du politique » et qui a beaucoup à voir, comme le soulignait déjà Moses Finley (1985), avec les luttes sociales. De Nicolas Machiavel à Jacques Rancière les philosophies du politique s’en sont fait depuis longtemps l’écho, et ce n’est que vers le milieu du xxe siècle que la notion de « démocratie participative » ou « participatory democracy » émerge dans le contexte des luttes pour les droits civiques menées par les organisations étudiantes américaines. Tout au long des années 1960 et 1970, ce sont des mouvements politiques venus d’en bas qui portent cette revendication d’un droit à la parole politique, de contre-pouvoirs citoyens et à « faire de la politique autrement », dans les luttes urbaines notamment (Hatzfeld, 2005). Après une période de repli, et en particulier au cours de la décennie 1980, au cours de laquelle la thématique de la participation disparait presque tout à fait du discours public, l’idée de « démocratie participative » refait surface dans la seconde moitié des années 1990, mais sous des habits nouveaux. Ce sont cette fois les discours gouvernementaux qui en appellent à une plus grande participation des citoyens. Il n’est plus question de transformer le système politique mais d’aider les autorités politiques à consolider leur légitimité et à gouverner, face à la défiance dont elles sont l’objet et en particulier la montée de l’abstention et des conflits autour de projets d’infrastructures locaux ou nationaux. Le sens de l’injonction est purement et simplement inversé. Les gouvernants enjoignent les citoyens de collaborer et non plus ces derniers qui en appellent à un changement des mécanismes du pouvoir. Il faut dire qu’entre-temps, la mécanique de ce même pouvoir s’est singulièrement compliquée et renforcée.

5Par réaction aux mouvements sociaux des années 1960 et du début des années 1970, les détenteurs du pouvoir politique et économique sont parvenus à mettre en place un contre-programme de reprise en main de la société particulièrement efficace. Qu’on lui donne pour nom « néolibéralisme autoritaire » (Chamayou, 2018) ou que l’on s’interroge sur « comment le capitalisme nous infantilise » (Barber, 2007), les résultats de ce programme sont clairement observables dès les années 1990 : l’autogestion n’est plus de la moindre actualité, au moment où l’on recommence à parler de « démocratie participative », l’éducation populaire commence sa lente agonie, la plupart des citoyens s’absorbent dans leur rôle de producteurs et de consommateurs et les appels à une participation citoyenne effective font de moins en moins écho. C’est là tout le paradoxe de l’impératif participatif : né d’une aspiration à l’égalité, il s’est transformé en composante de la vulgate managériale et du lexique gouvernemental. De quoi parle-t-on au juste ? Le débat contemporain autour de la « participation citoyenne » hérite de cette ambivalence. Elle donne toute sa complexité et son intérêt aux nombreuses recherches qui depuis lors l’ont pris pour objet.

Existe-t-il une demande sociale de participation ?

6La question de l’existence d’une demande sociale de participation reste ouverte dans la littérature. Est-ce que les citoyens des démocraties occidentales aspirent vraiment à contribuer au pouvoir de décision ou est-ce qu’ils se satisfont d’un gouvernement extérieur, à condition que celui-ci soit efficace, réactif et point trop corrompu ? Cette hypothèse, dite de la « démocratie furtive », défendue en particulier dans l’ouvrage classique de John Hibbing et Elizabeth Theiss-Morse de 2002, repose à la fois sur une enquête auprès du public américain et une hypothèse psychologique majeure, celle de l’« aversion au conflit » comme disposition majoritaire dans le public américain. Ce résultat, aussi massif que désespérant pour les partisans de la réforme démocratique, s’est vu depuis largement nuancé, voire contesté. Ce désintérêt vis-à-vis des démarches participatives serait surtout dû au fait que celles-ci n’ont pas, à l’heure actuelle, d’influence réelle sur la décision et ne dit rien de ce qui se passerait si elles en avaient (Neblo et al., 2010). Nous aurions à faire avec des citoyens d’abord critiques et résignés mais dont une fraction des classes supérieures et des jeunes éduqués aspirerait à de nouvelles pratiques démocratiques (Gourgues et al., 2021 ; Tiberj, 2017).

7Les analyses de J. Hibbing et E. Theiss-Morse ne s’en trouvent pas moins étayées par certaines données issues de l’observation empirique des démarches participatives mises en place par les autorités, en particulier à l’échelle locale. Par exemple, celles-ci ne mobilisent en général qu’une minorité de citoyens, rarement au-delà de 1 % dans les villes concernées (Petit, 2017). De plus, le public impliqué serait très inégalement représentatif sociologiquement de la population (Dacombe et Parvin, 2021). La démocratie participative relèverait ainsi beaucoup plus d’une « politique de l’offre » (Gourgues, 2013) que d’une demande effective des citoyens, justifiant ainsi le développement d’un « marché » en charge de la diffusion de ses produits et de la recherche de ses publics (Mazeaud et Nonjon, 2018). Certains auteurs se sont même interrogés sur le fait de savoir si cette demande de participation n’était pas une construction pure et simple de la recherche académique sur ces questions (Blatrix, 2012).

  • 1 Sur ces mouvements voir, entre autres ressources, l'ouvrage de Benjamin Sourice, 2017, La Démocrat (...)

8Ce relatif désintérêt vis-à-vis des dispositifs institutionnalisés de participation existants, souvent formels et sans réels pouvoirs, ne dit rien cependant de ce qui apparaît comme l’une des évolutions politiques les plus marquantes de ces deux dernières décennies : le retour de la question démocratique dans les mobilisations sociales. Si la population dans sa majorité semble marquée par le fatalisme ou l’indifférence, les mouvements de place – des Indignés à Nuit debout1 – ont renoué avec l’exigence d’une « démocratie réelle », de formes de délibérations plus inclusives et de participation directe à la décision (Laugier et Ogien, 2014). Les Gilets jaunes, dans leur mode d’organisation et avec la revendication du référendum d’initiative citoyenne (RIC), ont également contribué à nourrir ce nouvel imaginaire démocratique. Cette demande d’une autre démocratie caractérise enfin l’ensemble des mobilisations et initiatives citoyennes locales qui, aujourd’hui, aspirent à des formes de vie plus inclusives, plus solidaires et plus respectueuses du vivant. Face à ce faisceau d’évidences, considérer qu’il n’existe pas de demande sociale de participation aujourd’hui reviendrait à nier la disponibilité des citoyens pour la participation lorsque la garantie leur est donnée que cette contribution pourra avoir une influence.

Participer, oui mais à quelle échelle ?

9Les expériences d’association des citoyens au processus de décision les plus innovantes, comme les initiatives citoyennes les plus nombreuses, prennent place à l’échelle locale. Ce tropisme constitue également l’un des traits les plus marquants du mouvement en cours au point que l’on ait pu parler de « relocalisation de la politique » (Jeanpierre, 2019). Parce que les citoyens ne seraient compétents que pour comprendre et résoudre des problématiques locales, comme l’ont toujours postulé les théories élitistes de la démocratie ou parce que ce n’est qu’à ce niveau qu’ils peuvent avoir de l’influence, comme le pensent aujourd’hui de nombreux théoriciens et acteurs du communalisme ou du municipalisme (Carrel et al., 2020). Quelle que soit la prémisse, la conclusion reste la même : le renouvellement, sinon la survie de nos démocraties, passeraient par l’auto-organisation à l’échelon local. Dès lors, on comprend mieux le succès des listes citoyennes aux élections municipales françaises de 2020, l’écho rencontré par certaines expériences phares (Saillans ou Kingersheim en France, Marinaleda en Espagne) ou celui reçu par un auteur comme Murray Bookchin (2022), théoricien du « municipalisme libertaire ».

10Ce déplacement des lieux du combat politique n’en suscite pas moins de nombreuses interrogations. Comment parvenir à fédérer ces différentes initiatives sans que subsistent de profondes inégalités de ressources et d’influence entre les territoires ? Comment lutter à armes égales avec des acteurs et des processus qui se déploient à de tout autres échelles, nationale ou mondiale ? Doit-on abandonner la scène politique nationale à des forces qui refusent toute forme de transition écologique ou démocratique ? Doit-on renoncer également à la perspective d’un changement systémique, seul à même de répondre aux défis sociaux et environnementaux qui menacent nos sociétés ? À toutes ces questions, trop de réponses manquent encore aujourd’hui pour considérer le local comme l’avenir de la démocratie.

11Par ailleurs, la question de la participation soulève un autre type d’interrogation. Aujourd’hui la plupart des dispositifs les plus innovants et sophistiqués de participation ne concernent au mieux que quelques centaines de citoyens. Ces « mini-publics » (jurys, conférences ou conventions de citoyens, sondages délibératifs, panels divers et variés) sont souvent fondés sur le tirage au sort et excluent de facto l’immense majorité du public. La question de leur articulation avec cette dernière est posée et paraît l’une des plus difficiles qui soient (Dryzek et Goodin, 2006). Comment associer l’ensemble des citoyens à de tels exercices et leur permettre d’y contribuer sans les dénaturer ? Comment parvenir à les rendre légitimes alors même que le reste des citoyens n’y a pas été associé ? Comment faire en sorte surtout que puisse se déployer une authentique délibération à l’échelle de la société de masse, là où les médias et les réseaux sociaux constituent les seules sources d’information et où la communication de tous avec tous n’est pas directement possible sans eux (Girard, 2019) ? Tels sont les défis qui, aujourd’hui, se posent à nos démocraties et à ceux qui tentent de les penser et de les réformer. En concentrant leur attention et leurs espoirs sur les « mini-publics », ne sont-ils pas en train de passer à côté de l’essentiel, à savoir la dégradation des processus de formation des opinions politiques et la brutalisation de la communication dans la société tout entière ?

Peut-on évaluer les effets de la participation ?

12Les sciences sociales de la participation se sont toujours préoccupées fiévreusement des effets de la participation citoyenne (Blondiaux et Fourniau, 2011). Depuis la fameuse échelle de Sherry R. Arnstein (1969) qui évalue et catégorise les démarches participatives en fonction de leur impact sur la décision, depuis la communication symbolique jusqu’à la co-construction, ce thème leur est central. Il faut dire que les théoriciens de la démocratie participative et délibérative ont mis la barre très haut : la participation et/ou la délibération sont censées non seulement influencer les décisions mais aussi transformer les participants, leur donner du pouvoir d’agir sinon les rendre « meilleurs » (Mansbridge, 1999). Pour certains, dont nous sommes, la démocratie participative ne vaudrait pas une heure de peine si elle ne parvenait pas, à terme, à modifier les relations de pouvoir à l’échelle de la société, à renforcer les capacités d’influence des publics faibles ou minoritaires ou à questionner efficacement la responsabilité des représentants.

13Or, l’identification même de ces effets par la recherche constitue une tâche extrêmement difficile. La portée constatée d’un type de dispositif dans un contexte territorial, social, politique et culturel donné ne dit en effet pas grand-chose de son impact dans un autre contexte et les tentatives de modélisation et de comparaison, si elles peuvent être indicatives, sont toujours extrêmement délicates. Comment isoler l’influence propre d’une séquence participative sur un scénario de décision que l’on sait toujours complexe ? L’exercice est ingrat et souvent voué à l’échec. Le constat d’une absence patente d’effet direct et à court terme d’un processus ne doit d’ailleurs pas occulter la possibilité d’une influence plus diffuse et de plus long terme. L’exemple de la Convention citoyenne pour le climat à laquelle nous avons participé pourrait servir d’illustration. Si ce dispositif ne s’est pas traduit efficacement dans la loi, il aura constitué sans doute un moyen d’acculturation de la société française au tirage au sort et à ce type de démarche et pourra servir de précédent ou d’exemple, ce dont témoigne la multiplication à sa suite de conventions citoyennes locales en France et d’expériences similaires à l’étranger qui s’en revendiquent (Pech, 2021).

14Est-il possible aujourd’hui de parier sur l’institutionnalisation en cours de la participation pour transformer le fonctionnement de nos démocraties, si peu représentatives au final ? Il est bien trop tôt pour le dire. Les expériences actuelles sont de trop peu d’ampleur pour être conclusives. Dans la plupart des cas, les décisions que sont invités à coconstruire les citoyens sont marginales et les choix les plus structurants échappent presque toujours à leur prise. La défiance dont ils font preuve à l’égard des démarches participatives vient précisément de ce qu’ils ont le sentiment, et souvent à juste titre, que les choix sont déjà faits ou qu’ils le seront ailleurs. Mais l’on constate que lorsque de véritables mobilisations accompagnent ces démarches participatives, qu’un rapport de forces avec le pouvoir est ainsi créé, celui-ci ne peut faire autrement qu’en tenir compte. A minima, ces mobilisations suscitent un « débat sur le débat » qui contribue à l’élévation des standards de transparence, d’information et de redevabilité du pouvoir vis-à-vis des citoyens (Fourniau, 2007). La démocratie participative ne suffit pas à elle seule à produire cette mobilisation mais elle s’en nourrit et contribue, au final, à la transformation de nos systèmes politiques.

La participation n’est-elle qu’un instrument de gouvernement parmi d’autres ?

15L’ambivalence du phénomène participatif tient, nous l’avons vu, à ce qu’il est le nom tout à la fois d’une visée d’émancipation portée par des luttes citoyennes et d’un projet de gouvernement. Face aux contestations dont il est l’objet, l’État se trouverait contraint de se faire participatif (Aldrin et Hubé, 2016), au point qu’un organisme comme l’OCDE (2020) puisse parler de « vague délibérative » dans son inventaire des nombreuses expériences de mini-publics organisées à la demande de gouvernements nationaux et locaux au cours de cette dernière décennie dans le monde occidental. Ainsi la multiplication des espaces institutionnels de consultation du public coïncide-t-elle avec la montée des critiques dont le pouvoir est l’objet et des conflits suscités par les décisions qu’il prend. La séquence politique ouverte par le mouvement des Gilets jaunes en constitue une fois encore l’illustration. La mise en place du grand débat national a pu offrir à l’exécutif une stratégie de sortie du conflit très habile. En concédant la mise en place de différentes arènes d’expression (plateforme numérique, réunions d’initiatives locales, cahiers de doléances, conférences citoyennes régionales), le président Emmanuel Macron a pu non seulement canaliser la critique mais de surcroît disqualifier ses formes les plus radicales et les moins organisées. L’indifférence ultérieure quasi totale affichée par ce même pouvoir vis-à-vis des résultats de cette participation témoigne, s’il en était besoin, du caractère simplement dilatoire de cette stratégie politique.

16Mais plus qu’une ruse du pouvoir, l’intensification du recours aux dispositifs institutionnels de participation au cours de la décennie ne renvoie-t-elle pas à un projet plus global de désarmement de la critique sociale et politique ? C’est ce qu’invitent à penser les analyses qui s’appuient sur le concept foucaldien de gouvernementalité pour penser la participation aujourd’hui (Gourgues et al., 2013). La délibération, telle qu’elle est organisée par les autorités dans ses dispositifs, tendrait non seulement à reproduire les inégalités sociales mais également à épuiser les conflits en les déplaçant et en les neutralisant. En forçant les contestataires à rendre leurs discours recevables par ces dispositifs, on ne ferait que les affaiblir. En les court-circuitant pour donner la parole aux citoyens ordinaires, on contribuerait à la délégitimation de leur parole critique. À cet égard, l’une des évolutions politiques les plus marquantes de la période actuelle a consisté à recourir de plus en plus aux « plateformes » numériques de participation qui s’adressent directement aux citoyens en tant qu’individus et sans intermédiaire. Cette individualisation de l’expression participe d’un processus plus général d’affaiblissement des groupes organisés, dépossédés ainsi de leur statut d’interlocuteurs légitimes du pouvoir. L’attrait pour les « mini-publics », ces panels de citoyens tirés au sort, extraits de leurs attachements sociaux et mis en situation de délibération hors de toute influence extérieure et indépendamment de toute affiliation politique, participerait lui aussi de cette entreprise de dépolitisation par la participation institutionnelle (Lafont, 2019).

17C’est la thèse que défendent également certaines analystes du « marché de la démocratie participative » en plein essor aujourd’hui. Ainsi Alice Mazeaud et Magali Nonjon (2018) s’interrogent-elles sur le « tropisme procédural » des commanditaires et des consultants en charge de ces dispositifs pour les administrations et les collectivités locales. Le processus serait à lui-même sa propre fin. L’enjeu serait d’abord et surtout de faire exister ces exercices participatifs pour eux-mêmes sans se préoccuper de leurs résultats, a fortiori de leur influence sur les rapports sociaux de domination. La thèse est forte et elle vise en particulier les marchands de participation qui, comme la pratique se développe dans le monde anglo-saxon, se concentrent essentiellement sur le développement personnel en utilisant pour ce faire des techniques centrées sur l’individu et dont la portée critique est purement et simplement absente (Lee, 2014).

18On aurait garde cependant de jeter le bébé avec l’eau du bain et d’oublier que tout dispositif de participation, même le plus institutionnalisé, reste porteur d’une charge subversive. À travers la possibilité déjà évoquée et toujours ouverte d’un débat sur les conditions du débat, mais via également des effets de subjectivation individuels et collectifs qu’il est susceptible de provoquer. Ceux et celles qui, parmi les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat, se sont engagés ensuite dans l’espace public et/ou en politique pour défendre leurs propositions ont montré qu’un engagement participatif même encadré et frustré était toujours porteur de transformation.

Participer en état d’urgence ?

19La démocratie est-elle encore possible en état d’urgence ? La multiplication des lois liberticides au cours de la dernière décennie coïncide précisément avec l’extension du domaine de la participation institutionnelle (Hennette Vauchez, 2022). Remettre en cause la possibilité de manifester et restreindre les libertés individuelles et collectives revient à s’attaquer aux infrastructures de la participation politique. La gestion autoritaire de la pandémie de Covid-19 a montré à quel point les espaces de délibération pouvaient se rétrécir. L’urgence est, avec l’efficacité, l’argument le plus souvent invoqué par les pouvoirs pour court-circuiter la participation. Or, il est plus que probable que les crises – sociales, pandémiques, migratoires, engendrées par les dérèglements climatiques et l’érosion de la biodiversité, liées à des conflits internationaux ou au terrorisme – seront conduites à se multiplier et leur rythme à s’accélérer dans la période à venir. Les forces qui en appellent à la concentration du pouvoir entre les mains de « ceux qui savent » paraissent aujourd’hui plus nombreuses et plus solides, au moins au sein des élites, que celles qui tentent au contraire de le démocratiser. Des trois voies ouvertes par l’effondrement de la démocratie représentative, technocratique, autoritaire et délibérative, la dernière semble la moins probable.

20De tous les défis auxquels sont confrontées nos sociétés, ceux qui sont posés par le dérèglement climatique et la dégradation de nos écosystèmes semblent à tous égards les plus décisifs. Or, leur résolution (si la chose est encore possible) semble a priori ne pas pouvoir passer par la démocratie. Les démocraties représentatives, plus court-termistes que jamais, semblent chaque jour montrer un peu plus leurs limites et leur incapacité à envisager le long terme ou la survie du vivant. Sans en appeler directement à une dictature éclairée et en observant l’évolution de certains régimes autoritaires comme la Chine, il est légitime de s’interroger sur la possibilité de recourir à des formes plus coercitives de gouvernement des conduites individuelles ou du marché.

21Or, il semble que l’expérience historique autant que l’actualité politique imposent au contraire de considérer la démocratie et l’association du plus grand nombre au processus de décision comme la solution et non comme le problème. C’est parce que les gouvernements élus ont la capacité de s’affranchir de tout contrôle citoyen autre que l’élection, et de se placer sous l’influence des intérêts économiques et financiers, que les politiques conduites ne sont pas assez ambitieuses en matière environnementale. Ce sont les citoyens et non leurs élus qui, aujourd’hui, portent dans leurs mobilisations ou dans leurs initiatives les projets de transition environnementale les plus radicaux. L’enjeu est bien de diversifier le profil de ceux qui participent au pouvoir de décision afin que celui-ci ne soit pas capté en fonction des intérêts d’une minorité qui tire profit du système existant. De façon aussi que, à l’image de la taxe carbone refusée par les Gilets jaunes, les populations les plus pauvres ne soient sacrifiées sur l’autel des politiques environnementales. Une fois encore, la Convention citoyenne pour le climat a montré que seuls des processus de délibération inclusifs, avec la plus grande diversité de citoyens, pouvaient déboucher sur des politiques responsables et justes socialement.

Participer dans un monde de brutes ?

22Une dernière question doit être soulevée lorsque l’on cherche à faire un bilan de la dernière décennie en matière de participation citoyenne et à envisager l’avenir : comment délibérer dans des sociétés de plus en plus polarisées idéologiquement et dans lesquelles on assiste à une montée en puissance des discours extrémistes, complotistes en provenance en particulier de l’extrême droite ? Nous ne reviendrons pas sur les discussions autour de ce qui peut apparaître comme une « brutalisation » du débat public liée à l’essor d’un « populisme » dont la signification même est objet de discussion. L’enjeu prioritaire, nous semble-t-il, est de s’interroger sur la nature et l’évolution des espaces et des technologies qui permettent un débat véritablement contradictoire et en conséquence une authentique délibération dans nos sociétés (Manin, 2021).

23La question est donc posée aux réseaux sociaux dont les algorithmes et les logiques de fonctionnement vont à rebours de cette exigence, en fragmentant les publics et en privilégiant la provocation sur l’échange d’arguments raisonnés. Mais elle l’est de même aux médias traditionnels, en particulier les chaînes d’information continues qui alimentent ce même débat public en contenus simplifiés, peu vérifiés et spectaculaires, en tous points impropres à construire le jugement collectif. Est aussi en cause la concentration croissante de l’information entre les mains d’une poignée d’acteurs aux intérêts économiques et politiques souvent convergents et dont l’influence sur l’opinion publique outrepasse ainsi celle qu’elle devrait avoir dans une société d’information démocratique. Dans ce tableau particulièrement sombre des infrastructures du débat public, il faut ajouter l’influence des « marchands de doute » qui agissent dans les controverses autour de la science et de ses applications industrielles pour déstabiliser le débat en mettant en doute le consensus scientifique de façon à perdre les citoyens (Conway et Oreskes, 2012).

24Dans un tel paysage, comment penser que le citoyen ordinaire pourrait être exposé à des points de vue contradictoires, présentés dans des conditions de fiabilité minimale, de façon qu’il puisse se forger un jugement politique, comme le voudrait une vision idéale de la démocratie ? Comment imaginer qu’il puisse continuer à faire confiance aux autorités politiques ou scientifiques, face aux mensonges avérés prononcés par certaines d’entre elles ou aux soupçons qu’attisent certains démagogues ? La question du régime de vérité nécessaire au fonctionnement des institutions démocratiques est aujourd’hui posée et elle est de celles pour laquelle nous avons le moins de réponses aujourd’hui (Rosenfeld, 2019 ; Rauch, 2021).

Conclusion

25Au terme de ce bilan d’une décennie de recherches et d’expériences relatives à la participation citoyenne et à la question qui nous était posée, notre réponse, on l’aura compris, est faite de doutes et de craintes multiples. Nous ne voulons pas succomber aux apparences que les sociétés et leurs gouvernements se donnent : celles d’une ouverture de plus en plus grande de la décision aux citoyens. Nous préférons privilégier la description d’une réalité infiniment plus complexe et dialectique dans laquelle les processus régressifs qui produisent de la « dé-démocratisation » (Brown, 2007) apparaissent au moins aussi puissants que ceux qui renforcent l’égalité et la liberté.

Haut de page

Bibliographie

Aldrin P. et Hubé N., 2016, « L’État participatif : le participationnisme saisi par la pensée d’État », Gouvernement et action publique, 5 (2), p. 9-29. https://doi.org/10.3917/gap.162.0009

Arnstein S. R., 1969, « A Ladder of Citizen Participation », Journal of the American Institute of Planners, 35 (4), p. 216-224.

Barber B., 2007, Comment le capitalisme nous infantilise, trad. de l'anglais (États-Unis) par L. Chemla et P. Chemla, Paris, Fayard.

Blatrix C., 2012, « Des sciences de la participation : paysage participatif et marché des biens savants en France », Quaderni, 79, p. 59-80. https://doi.org/10.4000/quaderni.612

Blondiaux L. et Sintomer Y., 2002, « L’impératif délibératif », Politix, 57 (1), p. 17-35. https://doi.org/10.3406/polix.2002.1205

Blondiaux L. et Fourniau J.-M., 2011, « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations, 1 (1), p. 8-35. https://doi.org/10.3917/parti.001.0008

Bookchin M., 2022, La Révolution à venir. Assemblées populaires et promesses de démocratie directe, traduit de l'anglais (États-Unis) par B. Gaillard, Marseille, Éd. Agone.

Brown W., 2007, Les Habits neufs de la politique mondiale. Néolibéralisme et néo-conservatisme, traduit de l'anglais (États-Unis) par C. Vivier, Paris, Éd. Les Prairies ordinaires.

Chamayou G., 2018, La Société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La Fabrique Éd.

Conway E. et Oreskes N., 2012 [2010], Les Marchands de doute, trad. de l’anglais (États-Unis) par J. Treiner, Paris, Éd. Le Pommier.

Dacombe R. et Parvin P., 2021, « Participatory Democracy in an Age of Inequality », Representation, 57 (2), p. 145-157. https://doi.org/10.1080/00344893.2021.1933151

Dryzek J. S. et Goodin R. E., 2006, « Deliberative Impacts: The Macro-Political Uptake of Mini-Publics », Politics and Society, 34 (2), p. 219-244.

Finley M., 1985 [1983], L’Invention de la politique. Démocratie et politique en Grèce et dans la Rome républicaine, trad. de l’anglais par J. Carlier, Paris, Flammarion.

Fourniau J.-M., 2007, « L’institutionnalisation du débat public », Projet, 297, p. 13-21. https://doi.org/10.3917/pro.297.0013

Gallie W.-B., 1956, « Essentially Contested Concepts », Proceedings of the Aristotelian Society, 56, p. 167-198.

Girard C., 2019, Délibérer entre égaux. Enquête sur l’idéal démocratique, Paris, J. Vrin.

Gourgues G., 2013, Les Politiques de démocratie participative, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Gourgues G., Rui S. et Topçu S. (dirs), 2013, « Critique de la participation et gouvernementalité », 2013, Participations, 6.

Gourgues G. et al., 2021, « Les Français veulent-ils plus de démocratie ? Analyse qualitative du rapport des citoyens à la politique », Sociologie, 12 (1), p. 1-19.

Hatzfeld H., 2005, Faire de la politique autrement. L’expérience inachevée des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Hennette Vauchez S., 2022, La Démocratie en état d’urgence. Quand l’exception devient permanente, Paris, Éd. Le Seuil.

Hibbing J. et Theiss-Morse E., 2002, Stealth Democracy. Americans’ Beliefs about How Government Should Work, Cambridge, Cambridge University Press.

Jeanpierre L., 2019, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points, Paris, Éd. La Découverte.

Lafont C., 2019, Democracy without Shortcuts. A Participatory Conception of Deliberative Democracy, Oxford, Oxford University Press.

Laugier S. et Ogien A., 2014, Le Principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, Paris, Éd. La Découverte.

Lee C. W., 2014, Do-It-Yourself Democracy. The Rise of the Public Engagement Industry, Oxford, Oxford University Press.

Manin B., 2021, « Délibération et principe du contradictoire », dans L. Blondiaux et B. Manin (dirs), Le tournant délibératif de la démocratie, Paris, Presses de Sciences Po, p. 117-133.

Mansbridge J., 1999, « On the Idea that Participation Makes Better Citizens », dans S. L. Elkin et K. E. Soltan (éds), Citizen Competence and Democratic Institutions, Philadelphia, Pennsylvania State University Press, p. 291-325.

Mazeaud A. et Nonjon M., 2018, Le Marché de la démocratie participative, Vulaines-sur-Seine, Éd. Le Croquant.

Neblo M. et al., 2010, « Who Wants to Deliberate – And Why? », American Political Science Review, 104 (3), p. 566-583.

OCDE, 2020, Innovative Citizen Participation and New Democratic Institutions. Catching the Deliberate Wave, rapport.

Pech T., 2021, Le Parlement des citoyens. La Convention citoyenne pour le climat, Paris, Éd. Le Seuil.

Petit G., 2017, Pouvoir et vouloir participer en démocratie : sociologie de l’engagement participatif, thèse de doctorat en sciences politiques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Rauch J., 2021, The Constitution of Knowledge. A Defense of Truth, Washington, Brookings Institution.

Rosenfeld S., 2019, Democracy and Truth. A Short History, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Tiberj V., 2017, Les Citoyens qui viennent. Comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France, Paris, Presses universitaires de France.

Carrel M., Cossart P., Gourgues G., Juven P.-A., Talpin J. (dirs), 2020, « Vive les communes ! Des ronds-points au municipalisme », Mouvements, 101.

Haut de page

Notes

1 Sur ces mouvements voir, entre autres ressources, l'ouvrage de Benjamin Sourice, 2017, La Démocratie des places. Des Indignados à Nuit debout, vers un nouvel horizon politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Blondiaux, « Le participatif en actes : quel avenir pour l’injonction à la participation ? »Questions de communication, 41 | 2022, 73-86.

Référence électronique

Loïc Blondiaux, « Le participatif en actes : quel avenir pour l’injonction à la participation ? »Questions de communication [En ligne], 41 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/28823 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.28823

Haut de page

Auteur

Loïc Blondiaux

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP, F-75005 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search