Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41L’environnement : une lecture hol...La communication environnementale...

L’environnement : une lecture holistique du monde ?

La communication environnementale, au cœur des humanités environnementales

Environmental communication, at the heart of environmental humanities
Céline Pascual Espuny
p. 211-222

Résumés

La prise de conscience d’une urgence environnementale dans l’espace public a près d’un demi-siècle d’existence. Cinquante années où se sont suivies les alertes, où s’est construit un très vaste mouvement scientifique, où des alternatives sont nées. L’urgence est bien là, établie, mais l’inertie qui lui répond sidère ceux qui s’engagent autant qu’elle sied à ceux, indifférents, qui la dénient ou qui s’en moquent. Le problème est scientifique, économique, politique, mais il est aussi communicationnel. Au cœur des humanités environnementales, les sciences de l’information et de la communication ont leur part à jouer et elles ont également des solutions à proposer : c’est tout le propos de cet article. Nous analysons l’urgence environnementale à l’aune de sa circulation dans l’espace public et nous proposons une approche plus opérationnelle, en travaillant sur le concept de cristallisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ici, « Matrice » doit s’entendre dans le sens de « Milieu où quelque chose prend racine, se dévelo (...)
  • 2 Voici plus de quarante ans que le développement durable est apparu dans un rapport de l’Union inte (...)

1L’urgence environnementale peut paradoxalement s’envisager comme un aboutissement matriciel1 : d’un côté, c’est un cheminement long de plus d’un demi-siècle2, fait d’alertes, de crises, de prises de conscience et de grandes décisions (Pascual Espuny et Catellani, 2021). Si le consensus scientifique est désormais bien établi, si des signes sont aujourd’hui forts et visibles (Persson et al., 2022), en revanche, les rapports qui se succèdent et les échéances mondiales qui échouent sont chaque fois plus pesantes (Libaert, 2020). Pourtant, d’un autre côté, l’environnement a enclenché un changement profond dans les modes d’agir, et c’est en cela qu’il agit comme une matrice. Pour le dire autrement, nos choix quotidiens ne peuvent plus s’abstraire des impacts environnementaux, nos opinions et nos actes en tiennent compte, nos modes de vie ont évolué, notre droit a changé, des alternatives sont nées et se sont institutionnalisées.

2Les humanités environnementales, vaste champ d’études constitué depuis les années 2000 (Choné et al., 2016 ; Mormont, 2018 ; Blanc et al., 2017), « constituent […] un domaine de recherches interdisciplinaires diversifié voué à l’étude et l’analyse des interrelations et des intrications complexes entre l’activité humaine (culturelle, économique, politique et sociale) et l’environnement à partir de réflexions nécessairement renouvelées » (Celka et al., 2020 : 5). Dans cette montée en puissance des environmental studies au sein des sciences humaines et sociales, l’approche par la communication environnementale est curieusement absente. Pourtant, les sciences de l’information et de la communication, en tant qu’interdiscipline et en prise directe avec les grands enjeux sociétaux, ont une lecture complémentaire et originale à proposer.

  • 3 Nous nous référons ici aux travaux du Groupe d’études et de recherche « Communication, environneme (...)

3En nous appuyant sur un ensemble de travaux (articles, doctorat et habilitation à diriger les recherches [Pascual Espuny, 2007, 2017]) et, plus largement, sur les recherches en communication environnementale3, nous souhaitons défendre et présenter l’apport de la communication environnementale à la fois au sein des humanités environnementales mais aussi en tant que discipline à puissance opératoire et instrumentale. Quel rôle peut remplir la communication environnementale ? Face à cette injonction d’urgence environnementale, comment trouver le bon niveau de communication pour faire levier ?

4Nous proposons des éléments clés de compréhension de la rupture cognitive, culturelle et sensible qu’entraine la prise en compte des thématiques environnementales via une analyse infocommunicationnelle longitudinale de la prise de conscience environnementale et de sa traduction dans l’espace public, puis nous développons ensuite une approche propice à plus d’opérationnalité, en explorant et mettant à profit le concept de cristallisation (Pascual Espuny, 2017).

La rupture holistique environnementale

5Ce demi-siècle de recul nous permet de dire que l’environnement a bousculé bien des lignes dans l’agenda public international. L’idée de cet autre développement a tantôt pris le nom d’écodéveloppement, d’environnement humain, de développement durable et aujourd’hui de transition écologique. Pour une plus grande lisibilité, nous qualifierons d’« environnement » ce vaste champ narratif dans le reste de l’article.

6Trois racines cognitives, trois pensées, qui évoluaient jusque-là dans des sphères communicationnelles distinctes, ont convergé dans les années 1960 pour globalement créer un paradigme (Pascual Espuny, 2007) :

  • Une pensée d’équilibre et de préservation : dès le haut Moyen Âge, au travers de la gestion pérenne des forêts, cet équilibre ressources naturelles/production humaine est posé et se traduit quelques siècles plus tard par la pensée malthusienne de finitude des ressources en 1798. Naturalistes, géographes, philosophes, économistes se saisissent de cette pensée et la haussent à un niveau macro. Dès la fin du xixe siècle, certains schèmes narratifs, toujours contemporains, sont en place : « Avec la croissance constante de la population et l’augmentation encore rapide de la consommation, notre peuple aura besoin de plus grandes quantités de ressources naturelles. Si nous, de cette génération, détruisons les ressources […] nous diminuons le niveau de vie, nous enlevons même le droit à la vie des générations futures sur ce continent » (discours de Theodore Roosevelt en 1909, prononcé devant le Sénat des États-Unis).
  • Une pensée écologique et écosystémique : portée par Alexander von Humboldt et Ernst Haeckel, l’écologie s’appuie, dans ses prémices, sur les sciences de la vie. Dès le début du xxe siècle, les sciences humaines se l’approprient. Au travers des travaux de Marcel Mauss, l’anthropologie se saisit la première du concept, puis les sociologues, les philosophes et les historiens feront de même (Deléage, 1991).
  • Une pensée économique et sociale qui se traduit par la remise en question du développement et de la croissance : plus tardive, elle émerge lorsque les Trente Glorieuses et la décolonisation font résonner dans l’espace public international un mouvement né dans les années quarante, l’« économie du développement » (Guillaumont, 2019 [1985]). Il s’agit d’une autre réorientation pour harmoniser environnement et développement et cette alternative focalise l’enjeu des relations internationales sur les questions de développement et de coopération.

7Dans les années 1960, des chocs médiatiques font converger ces idées proches mais qui circulaient dans des sphères de pensée et d’échange distinctes. Ils connoteront pour la suite la perception de l’environnement qui devient ainsi :

  • Planétaire et fragile : la prise de conscience de la fragilité de notre planète s’opère par des images extraordinaires retransmises en mondovision (photo de la Terre depuis l’espace, l’homme qui marche sur la Lune, en 1969). Les institutions qui s’empareront de la question environnementale seront onusiennes (Organisation des Nations unies [ONU], Programme des Nations unies pour l’environnement [PNUE], créé en 1972, Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture [Unesco], etc.). L’environnement se traduit et restera à cette échelle.
  • Crisogène et anthropocentrée : l’environnement s’entendra et se lira par la médiatisation de crises et tragédies provoquées par les humains (maladie de Minamata, accidents chimiques de sites Seveso, catastrophe de Bhopal, catastrophes maritimes du Torrey Canyon, de l’Erika, de l’Amoco Cadiz, accidents nucléaires de Three Mile Island, de Tchernobyl, de Fukushima, etc.) ou moins directes mais en lien (trou de la couche d’ozone, pluies acides). L’environnement se lit et s’entend encore et toujours dans sa version dystopique et collapsologique.
  • Militante et minoritaire : de nombreux groupes associatifs portent la voix de ceux qui n’en ont pas (1961 : création du WWF [Fonds mondial pour la nature] et d’Amnesty International ; 1967 : création de l’Environmental Defense Fund ; 1969 : création de l’Environmental Protection Agency [EPA] ; 1970 : création des Amis de la Terre ; 1971 : création de Greenpeace).
  • Scientifique et engagée : par l’intromission de l’engagement discret puis de plus en plus audible de nombreux chercheurs, souvent engagés (la première étant sans doute Rachel Carson, qui publia Silent Spring, livre aujourd’hui référence, en 1962 ; la dernière tribune scientifique datant du 1er février 2022, dans laquelle 1 400 scientifiques français appellent les candidats à la présidentielle et les médias à sortir « des discours de l’inaction4 » ; aujourd’hui Scientist Rebellion appelant à la désobéissance civile des scientifiques dans le monde entier).

8La thématique environnementale s’institutionnalise à l’ONU lors du premier Sommet de la Terre à Stockholm en 1972. Elle sera évoquée lors de grands rendez-vous sanctuarisés tous les dix ans : Nairobi 1982, Rio 1992, Johannesbourg 2002, Rio 2012, Rio 2022. Elle se décline annuellement dans les COP (Conference of the parties) ou lors de la rédaction de textes institutionnels (les conventions-cadres, lois) mais aussi au travers d’initiatives privées (PRME [Principles for Responsible Management Education], Global Compact [« Pacte mondial »], responsabilité sociétale des entreprises [RSE]), d’un engagement toujours plus poussé des citoyens, et d’une parole militante souvent associative (notions de stakeholders, société civile, parties prenantes [Freeman, 1984]).

9Dans les textes, l’urgence environnementale ne remet pas seulement en question la dualité culture/nature ; ici se déconstruit aussi notre rapport aux autres, au temps, à la nature mais aussi au progrès, à la science. Il s’agit d’une « rupture d’avec la perception dualiste, dichotomique même, typiquement occidentale faisant de la nature le lieu d’une extériorité, d’une étrangeté aussi, à l’homme et à la culture. Les enjeux sont à la fois épistémologiques et pratiques » (Celka et al., 2020 : 5). Un changement d’échelle temporelle (penser aujourd’hui pour demain), spatiale (planétaire, hors frontière) transparaît au fil des textes : la promesse est radicalement différente.

  • 5 Ici, nous évoquons la définition donnée au deuxième chapitre du rapport Our Common Future de la CM (...)

10Cependant, dans les faits, la définition consensuelle du développement durable5 est particulièrement plastique et universelle. Sa popularisation l’a tronquée et biaisée. Sa plasticité et son universalité en ont fait son succès et sa faiblesse : chacun, voyant midi à sa porte, s’est déclaré champion du développement durable. Entre greenwashing et inertie, entre polysémie des discours et des pratiques, le développement durable fait l’objet d’une méfiance généralisée. La compacité et l’opacité sémantique de l’expression « développement durable » ont fini de jouer en sa défaveur : « Cette expression lourde est a priori peu suggestive : cache-t-elle un sens propre à soulever l’enthousiasme des foules ? Autant le dire d’emblée, non ! » (Bourg, 2002). Il faut dire aussi que l’horizon d’interrogations est si vaste et que les alertes ont été longtemps si peu appréhensibles, que notre capacité d’agir ne s’est jamais vraiment enclenchée.

Impasses ou nouvelles pistes communicationnelles

11Une analyse phénoménologique de l’émergence de la thématique environnementale dans l’espace public montre une résistance au changement et des voies narratives qui n’ont pas rencontré leurs publics (Libaert, 2020). L’urgence environnementale offre l’image bien singulière de fuite en avant : d’un côté, des problèmes gigantesques, difficilement imaginables ; de l’autre, des solutions qui tiennent du rafistolage temporaire et du pansement. Toute une frange de la population est de plus en plus inquiète et active. La recherche en communication environnementale peut nous éclairer sur ces blocages et ces inerties et offrir des voies de sortie et d’action. On distingue au moins quatre trames narratives pour évoquer l’environnement. Deux d’entre elles ont disqualifié temporairement les discours environnementaux (Pascual Espuny, 2017) : les discours moralisateurs et les discours technocentrés ont fait long feu. Deux autres voies discursives, parallèles, sont beaucoup plus prometteuses : ainsi en est-il du discours autour d’une nature sublimée, mais aussi d’un discours émergent basé sur la proximité, l’humilité et la légèreté.

Heuristique de la peur et de la faute anthropocentrée

12Cette voie discursive, historiquement pionnière pour communiquer l’urgence environnementale, s’est illustrée dans des documentaires, des films, des articles de presse. Dès 2004, Judith Butler souligne le pouvoir de l’usage du sentiment de deuil et de la violence concernant la communication sur la fragilité de certaines espèces. Pour Gill Branston (2016), cette heuristique de la peur a pris la forme d’une habitude, voire d’un goût pour le catastrophisme dans les discours environnementaux.

13L’usage de cette heuristique de la peur a été auscultée et ses effets mesurés par de nombreux chercheurs, et les conclusions sont contradictoires. Ainsi, pour Mark A. Ferguson et Nyla R. Branscombe (2009), cette voie narrative a constitué le meilleur levier d’engagement des Américains contre les émissions de gaz à effet de serre. En revanche, selon Renee Lertzman (2015) cela a créé une paralysie du public, qui pourrait entraîner soit des sentiments de perte ou de trahison voire de culpabilité, soit des comportements de vengeance, de demande de réparation, voire des dépressions. Saffron O’Neill et Sophie Nicholson-Cole (2009) sont allées plus loin et ont montré à quel point l’usage de la peur pouvait être contre-productif pour obtenir des changements comportementaux en faveur de la protection de l’environnement. Cela reste bien sûr à approfondir.

Un discours technocentré

14Principal discours qui régit l’univers institutionnel du développement durable et de l’environnement, l’approche technocentrée des discours environnementaux est prégnante : Julie Doyle (2016) a montré que les représentations visuelles des crises environnementales sont utilisées comme principal moyen d’explication, à la fois par les scientifiques et les académiques, mais aussi par le grand public et les médias. L’information est extrêmement sophistiquée et compliquée, et c’est justement du fait de ce niveau d’exigence que le choix est parfois fait dans les médias de taire l’information. Ce type de discours postule une certaine connaissance de son audience, et c’est ici que se situe la principale faille. Qui est véritablement capable de comprendre tous ces phénomènes physiques et biologiques ?

Nature sublimée, « bambification », positivité

15Une autre trame narrative, beaucoup plus prometteuse en tant que média de l’urgence environnementale, prend le pendant exact de l’heuristique de la peur pour proposer un monde beau, vierge, fondé avant tout sur les relations symboliques qu’entretiennent les hommes avec la nature et la culture. La nature est humanisée, personnalisée. Elle éprouve et elle ressent. Elle joue ici un rôle sublime, sauvage, « wild » (Cronon, 1996), à préserver en tant que patrimoine de l’humanité. Donna Haraway (1989) élargit cette vision de la nature à l’espace matériel dans lequel l’homme évolue, un espace symbolique et pétri de grands récits (Cantrill, 1996).

16Les conceptions de la nature changent : John Berger (1980) avait déjà fait remarquer à quel point les représentations d’une nature « vibrante et vivante », en envahissant nos écrans, ont transformé les animaux en objets d’observation et de spectacle. Cependant, Cheryl Lousley (2016) met en garde contre l’emphase permanente voire la fétichisation autour de la vie qu’elle traduit par « charismatic life », faisant de la biodiversité un spectacle, et qui peut dériver vers une « collection de souvenirs », devenant ainsi contre-productif. Toutes ces trames narratives, qui filent la métaphore d’une vie fragile (« grievable life » [Butler, 2004]), ont naturellement conduit à aimer cette vie, à la chérir, à la protéger.

Proximité et légèreté

17Enfin, des recherches ont mis en avant l’importance des « popular narratives » et des discours basés sur la proximité et la légèreté de propos pour rendre audibles et visibles certains points de vue à un public massif. En particulier, de nombreuses recherches sont parues à la suite de l’autodocumentaire No Impact Man (NIM) ou du film Demain : les deux films ont joué sur de nouveaux ressorts en communication environnementale. Il est question de motivation, de matérialité et de recherche d’identité (DeLaure, 2011). C’est une mise en abyme mais aussi en miroir : chacun peut se projeter dans ces films, dans les difficultés rencontrées par les personnages, dans leurs errances et dans leurs échecs pour « faire mieux ». Steven Schwarze (2006) souligne l’efficacité des choix rhétoriques environnementaux lorsqu’ils articulent la dimension symbolique à la dimension matérielle, et qu’ils offrent ainsi une prise à l’action.

18Ces quatre approches sémiotiques pointent l’évolution d’une chaîne de discours sur une thématique, avec ses heurts et ses fragilités : on sent bien l’effort et la recherche de solutions, par rapport à l’évolution des connaissances mais aussi par rapport à une audience de plus en plus saturée par ces discours. Les recherches ont aussi mis en valeur des effets contre-productifs, et elles posent un problème, d’un ordre éthique : l’élargissement de l’audience semble imparable et nécessaire dans la circulation des points de vue, mais elle entraîne de manière systématique un glissement.

19Face à ce vaste mouvement, des questions très simples se posent, qui peuvent être résolues par une approche en communication environnementale. Que nous enseignent ces quarante années de discours et de communication sur le développement durable ?

Les voies de cristallisation au cœur de la prise de conscience environnementale

20Premier enseignement : la dynamique de cristallisation est primordiale (Pascual Espuny, 2017). Cristalliser est l’étape la plus sémiotique de ce mouvement général de percée dans l’opinion publique. C’est une prise de corps, une prise de forme qui s’opère. Cela peut s’envisager comme un mouvement de convergence de divers éléments épars pour créer et former ensuite un tout cohérent, précis et concret. Ce n’est pas un mouvement hors-sol : cristalliser fait souvent l’objet de stratégies d’acteurs, et est inscrit dans un contexte. En cela, le mouvement n’est pas créé ex nihilo, il fait l’objet d’évolutions, de ruptures, de traversées du désert aussi. En revanche, une fois créé, l’objet communicationnel est nouveau et il est équipé et stabilisé dans les perceptions : soulignons l’importance de la dimension sémantique et narrative, aussi bien dans l’écrit que dans l’oral, la dimension visuelle et auditive, mais aussi la dimension corporelle, au sens de l’incarnation. Ces trois dimensions doivent s’entendre comme évolutives : elles ont un passé, qui connote l’objet communicationnel à venir et y inscrit une certaine idéologie. Elles ont aussi un avenir : elles sont performatives.

21D’abord, l’acte de rendre dicible est primordial. La formulation est souvent l’objet d’une lente stabilisation, aboutissement d’une intense lutte de pouvoir entre définitions concurrentes : les points de vue, qui se cristallisent dans les mots, sont socialement connotés. Or, pointer et nommer est un véritable pouvoir communicationnel, parce qu’il contient ensuite un potentiel performatif fort et parce qu’il laisse présager des chaînes circulatoires, ce que Gino Gramaccia (2001) nomme des « virtualités d’enchaînement ».

22« Réchauffement climatique » puis « changement climatique », « pollution de l’air », « santé environnementale », « biomasse », « biodiversité », « économie circulaire », « économie de la fonctionnalité », « cycle de vie », « durabilité », « empreinte environnementale », « gouvernance », « transparence », etc. : tous ces mots et expressions ont pris sens et consistance dans la sphère publique. Pour certains, il s’agit d’une prise de connaissance et de conscience d’une réalité qui existe déjà et dont l’entrée dans la sphère publique modifie peu ou pas le sens préalable, scientifique. D’autres termes, tels que « durabilité », sont une adaptation francophone d’un concept anglo-saxon et international qui, au passage, subit une déformation de signification et qui va être doté de qualités et d’attributs légèrement différents de leur source originelle, la « soutenabilité » (Pascual Espuny, 2007). En revanche, d’autres mots et expressions sont créés ex nihilo, bénéficiant d’une formulation plus ou moins heureuse, pour rendre compte d’un nouveau phénomène, d’une découverte scientifique ou d’une nouveauté. Est-il besoin de rappeler l’importance de l’encodage d’une notion ? L’une des clés du succès réside dans cette étape narrative. Mais les formes visuelles et auditives sont aussi puissantes et conditionnent également le succès de la circulation d’une notion.

  • 6 Nous conjuguons la structure polymorphe du concept de visibilité d’O. Voirol (2005) à la perceptio (...)

23Comment rendre visible et audible ce qui jusque-là ne l’était pas ? Comment singulariser et distinguer, isoler du flux ambiant ? En termes circulatoires et sociaux, il s’agit d’envisager la transformation de l’invisible en visible et de l’inaudible en audible. De très nombreuses questions se posent aussi bien sur les pendants positifs, à savoir ce qui fait la visibilité et l’audibilité, que sur leurs pendants négatifs, soit le pourquoi et le comment de l’invisibilité et de l’inaudibilité6. Par ailleurs d’autres questions se posent sur l’association visibilité-audibilité. C’est donc un très vaste champ de recherche qui est ouvert, et qui peut être analysé via des angles et des appréhensions très différentes selon que l’on considère les impacts psychologiques, sociologiques, philosophiques, etc.

24Enfin, le processus de cristallisation s’appuie très fortement sur une familiarité à construire, une proximité : une cristallisation réussie, c’est-à-dire qui reste longtemps stabilisée, propose une histoire, une généalogie mais aussi une humanité. Ce dernier point reste délicat et ambivalent : le parcours initiatique est aujourd’hui une trame narrative parmi les plus populaires, mais de nombreux travers peuvent être relevés, qui ont nui au processus de cristallisation. Ainsi semble-t-il que de nombreux bruits, saturations, blocages, effets contre-productifs ou boomerang (ceci restant à mesurer) ont été provoqués par cet usage extensif de certains procédés sémiologiques (heuristique de la peur, technicité absconse, bambification, etc.).

Conclusion

25Nous souhaitions démontrer l'importance et l'apport des travaux scientifiques et interdisciplinaires menés par les sciences de l'information et de la communication au sein des humanités environnementales. L’environnement tel qu’il est communiqué donne un sens particulier à notre perception et notre capacité à agir, et de nombreux blocages seraient levés si les questions environnementales étaient mieux communiquées. Les recherches menées par les chercheurs en communication environnementales ont vocation à servir et être utiles socialement. L’analyse présentée ici explique à la fois les erreurs et les blocages liés à certaines formes de communication qui ont vécu (le discours moralisant, ou celui qui est technocentré) et de nouvelles voies discursives qui s’ouvrent et montrent leur efficacité (un discours plus léger, plus faillible, plus proche).

26Au-delà de cette analyse, c’est bien la place de la science dans la société et la capacité à écouter et à agir qui sont interpellées. À ce titre, la communauté de chercheur·es en communication environnementale est particulièrement engagée à la fois dans la recherche, dans l’action ainsi que dans l’opérationnalisation de ses découvertes, qui peut être d’une grande aide à la médiation scientifique mais aussi à la mobilisation sociale.

27L’urgence environnementale est un défi à la fois très humain et écosystémique : interdisciplinaires, ancrées dans le siècle et dans les mutations sociétales, les sciences de l’information et de la communication peuvent ici peser de tout leur poids et dépasser ce qui, pour beaucoup, correspond à un plafond de verre, alors que pour nous, la question est au cœur de notre savoir-faire.

Haut de page

Bibliographie

Berger J., 1980, About looking, New York, Pantheon Books.

Blanc G., Demeulenaere É. et Feuerhahn W. (dirs), 2017, Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Éd. de la Sorbonne.

Bourg D., 2002, Quel avenir pour le développement durable ?, Paris, Éd. Le Pommier.

Branston G., 2016, « Apocalyptic imaginings », Environmental Communication, 10 (6), p. 807-810.

Butler J., 2004, Precarious Life. The Powers of Mourning and Violence, Londres/New York, Verso Books.

Cantrill J. G., 1996, « Perceiving Environmental Discourse: The Cognitive Playground », dans J. G. Cantrill et C. L. Oravec (éds), The Symbolic Earth. Discourse and Our Creation of the Environment, Lexington, University Press of Kentucky, p. 76-94.

Celka M., La Rocca F. et Vidal B., 2020, « Introduction : penser les humanités environnementales », Sociétés, 148, p. 5-9.

Choné A., Hajek I. et Hamman P. (dirs), 2016, Guide des Humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Cronon W., 1996, « The Trouble with Wilderness: Or, Getting Back to the Wrong Nature », Environmental History, 1 (1), p. 7-28. https://faculty.washington.edu/timbillo/Readings%20and%20documents/Wilderness/Cronon%20The%20trouble%20with%20Wilderness.pdf

DeLaure M., 2011, « Environmental Comedy: No Impact Man and the Performance of Green Identity », Environmental Communication, 5 (4), p. 447-466.

Deléage J.-P., 1991, Histoire de l’écologie. Une science de l’homme et de la nature, Paris, Éd. La Découverte.

Doyle J., 2016, « Celebrity vegans and the lifestyling of ethical consumption », Environmental Communication, 10 (6), p. 777-790.

Ferguson M. A. et Branscombe N. R., 2009, « Collective guilt mediates the effect of beliefs about global warming on willingness to engage in mitigation behavior », Journal of Environmental Psychology, 30 (2), p. 135-142.

Freeman R. E., 1984, Strategic Management. A Stakeholder Approach, Boston, Pitman Publishing.

Gramaccia G., 2001, Les Actes de langage dans les organisations, Paris, Éd. L’Harmattan.

Guillaumont P., 2019 [1985], Économie du développement. 3/ Dynamique internationale du développement, Paris, Presses universitaires de France/FeniXX (réédition numérique).

Haraway D., 1989, « Monkeys, aliens, and women: Love, science, and politics at the intersection of feminist theory and colonial discourse », Women's Studies International Forum, 12 (3), p. 295-312.

Honneth A., 2005, « Invisibilité : sur l’épistémologie de la “reconnaissance” », Réseaux, 129-130, p. 39-57.

Kiss A. C. et Sicault J.-D., 1972, « La Conférence des Nations Unies sur l’environnement (Stockholm, 5-16 juin 1972) », Annuaire français de droit international, 18, p. 603-628. https://doi.org/10.3406/afdi.1972.1717

Le Blanc G., 2009, L’invisibilité sociale, Paris, Presses universitaires de France.

Lertzman R., 2015, Environmental Melancholia. Psychoanalytic dimensions of engagement, Hove/New York, Routledge.

Libaert T., 2020, Des vents porteurs. Comment mobiliser (enfin) pour la planète, Paris, Éd. Le Pommier.

Lousley C., 2016, « Charismatic life: Spectacular biodiversity and biophilic life writing », Environmental Communication, 10 (6), p. 704-718.

Mormont M., 2018, « Guide des Humanités Environnementales », Lectures, VertigO. La revue électronique en sciences de l’environnement. https://doi.org/10.4000/vertigo.20364

O'neill S. et Nicholson-Cole S., 2009, « “Fear Won't Do It”: Promoting Positive Engagement With Climate Change Through Visual and Iconic Representations », Science Communication, 30 (3), p. 355-379.

Pascual Espuny C., 2007, Le Développement durable : promesse d’un changement paradigmatique ? Étude d’un processus discursif et négocié. Un exemple : REACH, thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 4 Paris-Sorbonne. https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/tel-01896585/document

Pascual Espuny C., 2017, Communication environnementale et communication des organisations. Logiques de publicisation, de circulation et de cristallisation, mémoire d’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Aix-Marseille Université.

Pascual Espuny C. et Catellani A., 2021, « Introduction. Environment, Nature and Communication in the Age of the Anthropocene », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 21. https://doi.org/10.4000/rfsic.11543

Persson L. et al., 2022, « Outside the Safe Operating Space of the Planetary Boundary for Novel Entities », Environmental Science & Technology, 56, p. 1510-1521. https://doi.org/10.1021/acs.est.1c04158

Schwarze S., 2006, « Environmental melodrama », Quarterly Journal of Speech, 92 (3), p. 239-261.

UICN/PNUE/WWF, 1980, Stratégie mondiale de la conservation. La conservation des ressources vivantes au service du développement durable, Gland (Suisse), UICN/PNUE/WWF. https://portals.iucn.org/library/sites/library/files/documents/wcs-004-fr.pdf

Voirol O., 2005, « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, 129-130, p. 89-121. https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2005-1-page-89.htm

World Commission on Environment and Development (WCED), 1987, Report of the World Commission on Environment and Development. Our Common Future, Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Ici, « Matrice » doit s’entendre dans le sens de « Milieu où quelque chose prend racine, se développe, se produit ». Voir la définition du CNRTL : https://www.cnrtl.fr/definition/matrices/1.

2 Voici plus de quarante ans que le développement durable est apparu dans un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN) (UICN/PNUE/WWF, 1980), et plus de soixante années si l’on élargit à l’institutionnalisation de l’environnement au niveau des préoccupations sociétales, lors du premier Sommet de la Terre à Stockholm en 1972 (Conférence des Nations Unies [UN] sur l’environnement ; Kiss et Sicault, 1972).

3 Nous nous référons ici aux travaux du Groupe d’études et de recherche « Communication, environnement, sciences et société ».

4 Accès : https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/crise-climatique/tribune-crises-environnementales-1-400-scientifiques-appellent-les-candidats-a-la-presidentielle-et-les-medias-a-sortir-des-discours-de-l-inaction_4930099.html (consulté le 1er février 2022).

5 Ici, nous évoquons la définition donnée au deuxième chapitre du rapport Our Common Future de la CMED (Commission mondiale sur l’environnement et le développement/World Commission on Environment and Development, WCED [1987]).

6 Nous conjuguons la structure polymorphe du concept de visibilité d’O. Voirol (2005) à la perception sociale et la signification métaphorique du concept d’invisibilité d’A. Honneth (2015 : 43) : « La visibilité désigne bien plus que la perceptibilité parce qu’elle implique une capacité d’identification individuelle élémentaire ». Pour G. Le Blanc (2009), l’invisibilité sociale pourrait donc se définir comme une absence de perception et serait alors le fait d’une relégation sociale, soit de « l’expulsion d’une vie hors des espaces consacrés ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Pascual Espuny, « La communication environnementale, au cœur des humanités environnementales »Questions de communication, 41 | 2022, 211-222.

Référence électronique

Céline Pascual Espuny, « La communication environnementale, au cœur des humanités environnementales »Questions de communication [En ligne], 41 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/28993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.28993

Haut de page

Auteur

Céline Pascual Espuny

École de journalisme et de communication d’Aix-Marseille, Imsic, F-13005 Marseille, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search