Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Propagandes internationales : de ...Le dispositif d’influence informa...

Propagandes internationales : de nouvelles formes ?

Le dispositif d’influence informationnelle de la Russie en Afrique subsaharienne francophone : un écosystème flexible et composite

Russia’s informational influence in Francophone Sub-Saharan Africa: a flexible and heterogenous ecosystem
Maxime Audinet et Kevin Limonier
p. 129-148

Résumés

Le sommet de Sotchi d’octobre 2019 a matérialisé le retour en force amorcé ces dernières années par la Russie en Afrique. Cet article se propose d’en étudier l’une des facettes, en explorant la manière dont le dispositif d’influence informationnelle mis en place par Moscou se déploie en Afrique subsaharienne francophone. Trois types d’acteurs sont identifiés : les réseaux RT et Sputnik, instruments d’une diplomatie publique médiatique russe en expansion dans la région ; les entrepreneurs d’influence, qui épaulent par leurs actions dans la sphère privée l’agenda officiel de la Russie ; une organisation non gouvernementale et une radio locale qui, par leur connexion avec ces entrepreneurs géopolitiques, incarnent un phénomène croissant de médiation et d’externalisation de l’influence russe. La mise en lumière de cet écosystème composite est couplée à une analyse des contenus produits par ces acteurs. Elle vise à révéler les récits et les discours de légitimation ou de dénigrement élaborés et diffusés à travers la couverture de la présence russe sur le continent africain.

Haut de page

Texte intégral

1En 2017, nous publiions un article consacré à « la stratégie d’influence informationnelle et numérique de la Russie en Europe » (Limonier et Audinet, 2017), moins d’un an après les accusations d’ingérences russes dans le processus électoral américain. Les opinions publiques occidentales découvraient le large spectre de moyens par lequel la Russie entendait faire des espaces numériques un lieu de prolongement de sa puissance. Depuis, ce phénomène ainsi que les différentes manières de l’étudier ont beaucoup évolué.

2Ces mutations concernent d’abord les modalités de cette influence : de nouveaux acteurs sont apparus et les espaces de projection potentiels de son influence se sont élargis. Les opérations informationnelles, qui avaient tant fait parler d’elles en 2016 (Benkler et al., 2018), ont été quasi inexistantes lors de la campagne américaine de 2020 : les contre-mesures et les nouvelles institutions mises en place pour lutter contre les « menaces hybrides » et les « manipulations informationnelles » (Jeangène Vilmer, 2021) ont sans doute considérablement amoindri le ratio coût-avantage de telles opérations. Par ailleurs, de nouveaux fronts géopolitiques se sont ouverts pour la Russie, offrant la possibilité d’un redéploiement de son influence informationnelle. L’Afrique subsaharienne, notamment sa partie francophone, en fait partie.

3En parallèle, une littérature conséquente est apparue autour de ce phénomène. Qu’il s’agisse des études sur l’influence et les communications internationales, de la sociologie des relations internationales, des cyber studies ou des études aréales, l’influence informationnelle russe, en particulier dans l’espace numérique, a fait l’objet de nombreuses publications depuis 2017 (Hellman et Wagnsson, 2017 ; Limonier et Gérard, 2017 ; Audinet, 2018 ; Szostek, 2018 ; Spahn, 2018 ; Mattelart, 2018 ; Jeangène Vilmer et al., 2018 ; Howard et al., 2018 ; Limonier et Laruelle, 2022). Trois aspects manquent néanmoins dans cette littérature. Premièrement, peu d’analyses ont été réalisées sur l’articulation entre acteurs officiels et non étatiques du dispositif d’influence informationnel russe, alors même que cette combinaison est une caractéristique fondamentale des pratiques d’influence russes. Deuxièmement, la recherche sur l’influence informationnelle de la Russie est en majeure partie restée focalisée sur ses acteurs et ses répercussions dans l’espace postsoviétique et dans le monde occidental. Rares sont les travaux qui s’intéressent à des espaces hors Europe et Amérique du Nord, alors même que la Russie déploie aujourd’hui son influence bien au-delà de ces régions, dans des espaces qui furent jadis stratégiques pour la politique étrangère soviétique. C’est le cas de l’Amérique latine (de Pedro et Iriarte, 2017), du monde arabe (Aldreabi, 2017) et de l’Afrique subsaharienne (Limonier, 2018 ; Audinet, 2021a ; Audinet et Dreyfus, 2022). Troisièmement, malgré certains travaux pionniers (Benkler et al., 2018 ; Géode, 2020), assez rares sont les recherches sur les dispositifs d’influence informationnelle qui procèdent à un examen méthodique, notamment à travers l’analyse lexicométrique des contenus et des « récits stratégiques » (Roselle et al., 2017) produits par les acteurs à l’œuvre. La projection du dispositif russe d’influence informationnelle en Afrique subsaharienne, notamment en République centrafricaine (RCA) et au Sahel, offre en cela un cas d’étude privilégié.

4Après un désengagement brutal à la chute de l’URSS, la Russie a repris position sur le continent africain depuis la fin des années 2000 (Arkhangelskaya, 2013). En octobre 2019, le sommet Russie-Afrique de Sotchi, qui devrait connaître une nouvelle édition en Russie en 2023, a matérialisé ce retour en force. L’Afrique subsaharienne occupait jusqu’alors une place marginale dans les doctrines russes de politique étrangère, et les capacités institutionnelles de l’influence russe (instituts culturels, médias internationaux, réseaux diasporiques) y étaient parmi les moins développées du monde. À Sotchi, Moscou s’est affiché sous deux facettes aux yeux des quarante-trois dirigeants africains présents : d’un côté, celle d’un partenaire économique et un prestataire de sécurité pragmatique ; de l’autre, celle d’un défenseur des souverainetés et d’un rempart contre les ingérences des anciennes puissances coloniales et des États-Unis. Ce volontarisme a rapidement débordé dans l’espace informationnel et numérique subsaharien, progressivement investi par plusieurs types d’acteurs russes.

5Certains ont des liens manifestes avec l’État russe : c’est le cas de RT et Sputnik, les acteurs officiels de sa diplomatie publique médiatique, qui désigne les « efforts planifiés d’un gouvernement pour influencer une opinion publique étrangère à travers des canaux médiatiques […] dans le but de susciter une adhésion à ses objectifs de politique étrangère » (Golan et al., 2019). Un second type d’acteurs, moins visible, agit pour le compte d’entrepreneurs privés qui entretiennent des liens étroits avec le pouvoir, sans que l’on connaisse leur réel degré d’autonomie, et servent indirectement l’agenda officiel. C’est le cas du réseau d’entités constituant la « galaxie Prigojine », du nom du sponsor de la société militaire privée Wagner, déployée dans plusieurs pays africains et dont les actions représentent l’un des principaux marqueurs du réengagement de la Russie sur le continent (voir infra). Un troisième type, relais ou sous-traitants locaux, semble fort éloigné des réseaux du pouvoir russe mais « joue le jeu » des efforts d’influence que Moscou déploie en Afrique, par conviction ou par opportunisme.

6Quel écosystème d’influence informationnelle ces acteurs forment-ils en Afrique subsaharienne francophone ? Sur quelles pratiques d’influence s’appuient-ils pour faire valoir leurs positions ? Comment leur profonde hétérogénéité se traduit-elle dans les contenus produits et en quoi sert-elle la politique africaine de la Russie ?

Les déclinaisons africaines de la diplomatie publique médiatique russe

7Avec l’Asie du Sud-Est, l’Afrique subsaharienne était ces dernières années la zone la moins bien couverte par l’audiovisuel extérieur russe. Depuis 2018, RT et Sputnik cherchent néanmoins à y étendre leur réseau et semblent y jouir, au regard du niveau de leurs intervenants africains, d’une réputation nettement meilleure que dans les pays occidentaux. Nous nous concentrons sur l’implantation de leurs branches francophones.

Une empreinte limitée mais en expansion

8Lancée en 2005 avec des ambitions modestes, la chaîne RT (ex-Russia Today) est aujourd’hui un acteur de premier plan de l’espace médiatique international, avec un réseau de sept chaînes et six sites d’information en anglais, arabe, français, espagnol, allemand et russe. L’agence Sputnik, fondée fin 2014 en pleine crise ukrainienne, est le deuxième pilier du dispositif et compte trente sites multilingues, dont le français, l’anglais, le portugais, l’arabe et l’espagnol. Par filiation institutionnelle, Sputnik est l’héritière de Radio Moscou. La célèbre radio internationale soviétique émettait dès les années 1950 vers l’Afrique, en français et en anglais, avant d’ouvrir onze filiales en langues africaines (dont le bambara, le peul et le swahili) dans les années 1960 et 1970 (Winek, 2009), dans un contexte de transposition de l’antagonisme de la guerre froide à l’espace médiatique international (Mattelart, 1995). En 2020, l’audiovisuel extérieur russe a reçu plus de 420 millions d’euros du budget fédéral russe, soit 34 % des subventions publiques accordées aux médias. Avec 7 % de ses crédits alloués à France Médias Monde, qui comprend France 24 et Radio France internationale (RFI), la France investit proportionnellement beaucoup moins dans son dispositif médiatique international (Audinet, 2021b).

9L’empreinte de RT et Sputnik croît ces dernières années en Afrique subsaharienne, alors qu’elle n’était auparavant que marginalement ciblée par les deux réseaux russes. Sur les vingt-cinq bureaux étrangers que comptait RT en 2020, aucun n’était situé dans cette région. Son seul bureau africain est au Caire. RT France n’a pourtant jamais cessé de produire des contenus d’actualité sur l’Afrique subsaharienne. Signe d’une tentative d’ouverture supplémentaire, sa rédaction a lancé fin septembre 2021 Africonnect, une émission d’entretiens spécifiquement dédiée aux actualités africaines « à travers le prisme de ses citoyens ».

10Le maillage de la version francophone de Sputnik est plus étendu. En amont du sommet de Sotchi, la rédaction de Sputnik France a recruté, en proposant des conditions financières avantageuses, une douzaine de correspondants et journalistes free-lance africains pour améliorer sa couverture au Maghreb, en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Avec l’encouragement des autorités russes, Sputnik a signé en parallèle plusieurs accords de coopération avec des médias d’Afrique subsaharienne, comme la Radio-Télévision nationale congolaise (RTNC), l’Agence ivoirienne de presse (AIP) ou le site NewsGhana. Ces accords visent à favoriser la formation de journalistes et les échanges de contenus : comme RT, Sputnik n’a pas besoin de paywall pour se financer et encourage la reprise de ses contenus libres de droits (voir infra). Leurs programmes de formation, RT School et Sputnik Pro, ont reçu aussi de nombreux journalistes africains lors de leurs dernières éditions.

  • 1 2022, « Get a job at RT’s upcoming Africa hub », RT, 10 févr. Accès : https://www.rt.com/russia/54 (...)
  • 2 A. Sguazzin, 2022, “Banned in Europe, Kremlin-Backed RT Channel Turns to Africa”, Bloomberg, 22 ju (...)

11Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022, les deux réseaux russes ont été suspendus au sein de l’Union européenne (UE) dans le cadre des « mesures restrictives » destinées à affaiblir les capacités informationnelles de l’État agresseur russe. Parallèlement à leur perte de vitesse dans les pays occidentaux, l’Afrique subsaharienne et son immense bassin d’audience constituent un nouveau « débouché » de choix pour ces médias. RT a annoncé dans un premier temps, début février 2022, l’ouverture d’un nouveau bureau de correspondance à Nairobi1, avant de communiquer en juillet sur la création d’un hub anglophone de RT en Afrique du Sud2. Sa maison-mère TV-Novosti a également acheté fin janvier 2022 plusieurs noms de domaine explicites, comme afrique-rt.com et africa-rt.com, non actifs au moment de l’écriture. Après avoir cessé de produire des contenus entre le 4 mars et le 21 juillet 2022, Sputnik France a de son côté fait peau neuve sous un nouveau nom, Sputnik Afrique. La version francophone de Sputnik choisit donc d’internationaliser son identité éditoriale, en mettant l’accent sur les actualités de l’ensemble du continent africain.

  • 3 S’agissant du Mali, la croissance observée depuis septembre 2021 correspond au début des négociati (...)

12Enfin, comme le suggère l’exemple de la couverture des actualités maliennes par RT et Sputnik en français depuis 2018 (voir figure 1), l’expansion de la diplomatie publique médiatique russe en Afrique subsaharienne, qui accompagne le réengagement de la Russie sur le continent, se traduit aussi par un accroissement progressif du volume de contenus produits, notamment depuis le sommet de Sotchi3.

Figure 1. Volume mensuel d’articles publiés sous le tag « Mali » sur les sites de RT France et Sputnik France/Sputnik Afrique entre janvier 2018 et août 2022

Figure 1. Volume mensuel d’articles publiés sous le tag « Mali » sur les sites de RT France et Sputnik France/Sputnik Afrique entre janvier 2018 et août 2022

Les audiences africaines de Sputnik France et RT France

  • 4 Une recherche à partir du mot clé « Afrique » entre janvier 2018 et juillet 2022 donnait environ 1 (...)
  • 5 SimilarWeb ne couvre pas, parmi les pays d’Afrique subsaharienne francophones, le Niger, la Maurit (...)

13La meilleure implantation de Sputnik en Afrique se ressent autant sur la masse des contenus produits sur les actualités africaines (au moins cinq fois plus que RT4) que sur les audiences de leurs sites, y compris avant l’invasion de l’Ukraine. Selon les estimations de l’outil SimilarWeb fin 2020-début 20215, la visibilité de Sputnik France en Afrique subsaharienne est bien meilleure que celle de RT France, avec six fois plus de visites au Mali (107 000 visites totales mensuelles contre 16 000 en janvier 2021), douze fois plus en Côte d’Ivoire (74 000 contre 6 000) et quarante fois plus au Cameroun (121 000 contre 3 000). Au Mali, Sputnik France est moins visité que le site de Radio France internationale (223 000 visites mensuelles) et France 24 (135 000), mais beaucoup plus que le site francophone de la BBC (58 000) ou celui de CGTN Afrique (1 000 visites), le réseau international chinois. La popularité des médias russes internationaux en Afrique subsaharienne doit néanmoins être relativisée au regard de leurs audiences dans les autres pays francophones.

14Début 2021, les sites de Sputnik France et RT France étaient en très grande partie visités depuis la France, avec respectivement 70 % (12,2 millions de visites mensuelles) et 81,5 % (3,2 millions) de leur trafic Web total ; seulement 2,71 % du trafic du sous-domaine « fr.sputniknews.com » et 0,8 % du sous-domaine « francais.rt.com » émanait des pays d’Afrique subsaharienne francophones mesurés par SimilarWeb.

15La suspension de RT et Sputnik au sein de l’Union européenne et la chute de leurs audiences ont bouleversé les équilibres et changé la donne : en mars 2022, la France ne représente plus que 48 % et 39,3 % des visites totales de RT France (2,1 millions) et Sputnik France (3,5 millions) ; dans le même temps, une percée se dessine depuis novembre 2021 au Burkina Faso, d’où provenaient en mars 2022 environ 6,2 % (3e position) et 12,8 % (2e position) des visites des sites francophones de RT et Sputnik. Le redéploiement de la branche francophone de l’audiovisuel extérieur russe de l’Europe vers l’Afrique se traduit donc clairement dans leurs audiences. Pour Sputnik Afrique, cette restructuration représente même un enjeu de survie face à la chute drastique du nombre de ses visites, passées de 13 millions par mois juste avant l’invasion de l’Ukraine, à moins d’un million six mois plus tard, à l’été 2022.

L’Afrique au prisme du positionnement « alternatif » des médias russes internationaux

16RT et Sputnik affichent ouvertement une posture « alternative » dans l’espace médiatique international, en se disant opposés aux « médias dominants » (mainstream media), à la norme démocratique libérale et à l’interventionnisme occidental. Bien que toujours compatible avec le discours officiel et mise au service de l’État russe et de sa politique étrangère, cette ligne se traduit généralement par une véritable élasticité éditoriale et un effort d’adaptation aux publics ciblés (Audinet, 2021b). Quelle forme épouse-t-elle dans le contexte africain ?

17Nous présentons les résultats d’une analyse de contenus réalisée à partir de l’ensemble des articles produits par RT France et Sputnik France entre janvier 2018 et décembre 2020 sur deux événements clés : l’opération Barkhane, manifestation la plus saillante de la présence militaire française au Sahel (corpus 1, 203 articles) ; et les actualités en RCA), où les acteurs russes ont acquis une influence considérable depuis leur implantation fin 2017 (corpus 2, 77 articles). Alors que les articles du premier corpus sont principalement écrits par les journalistes étrangers des deux rédactions, ceux du second le sont presque exclusivement par des journalistes russes, compte tenu de la sensibilité du sujet centrafricain pour Moscou. Ce partage dans la production de l’information a déjà été démontré à une échelle plus large dans le cadre de RT (Elswah et Howard, 2020).

18Le corpus « Barkhane » est éclaté. Les contenus analytiques et sans prise de position pour ou contre l’opération française sont dominants, et le corpus compte même plusieurs entretiens fouillés. Si parti pris il y a, celui-ci s’articule surtout avec un discours de tendance souverainiste porté par des interlocuteurs français et surreprésenté sur RT et Sputnik. De nombreux articles polémiques viennent s’ajouter à ces contenus, afin de générer du clic (clickbait) ou susciter une controverse autour de l’opération, en affichant notamment ses moindres incidents et revers (tableau 1).

Tableau 1. Analyse des jugements et des tonalités du corpus « Barkhane »

Jugements et tonalités dominants RT France Sputnik France
Articles principalement mélioratifs ou défensifs vis-à-vis de la présence russe au Sahel (et en Afrique subsaharienne [AS]) 0 2
Articles principalement critiques ou péjoratifs vis-à-vis de la présence russe au Sahel (et en AS) 0 0
Articles principalement mélioratifs ou défensifs vis-à-vis de la présence française et de l’action gouvernementale de la France au Sahel (et en AS) 0 6
Articles principalement critiques ou péjoratifs vis-à-vis de la présence ou de l’action gouvernementale de la France au Sahel (et en AS) 3 15
Articles polémiques ou sensationnalistes 20 24
Articles factuels ou analytiques (discours rapporté ou absence de parti pris sur le critère concerné) 35 91
Autres contenus éditorialisés (exemple : critique locale des gouvernements sahéliens) 2 5
  Total 60 143

19Moins d’un dixième des contenus dénigre la présence française au Sahel. Ces articles s’organisent autour de deux arguments : d’une part, le manque de résultats tangibles de Barkhane et son risque d’embourbement ; d’autre part, la duplicité de la France au Sahel pour maintenir ses intérêts et garantir son accès aux ressources.

20Le corpus « Centrafrique » est en revanche plus homogène et parcimonieux, avec une majorité d’articles analytiques, une moindre proportion de contenus polémiques, 15 % d’articles favorables à la présence russe et 10 % d’articles hostiles à l’action de la France en RCA (tableau 2).

Tableau 2. Analyse des jugements et des tonalités du corpus « Centrafrique »

Jugements et tonalités dominants RT France Sputnik France
Articles principalement mélioratifs ou défensifs vis-à-vis de la présence russe en RCA 1 10
Articles principalement critiques ou péjoratifs vis-à-vis de la présence russe en RCA 0 0
Articles principalement mélioratifs ou défensifs vis-à-vis de la présence française en RCA 0 0
Articles principalement critiques ou péjoratifs vis-à-vis de la présence française en RCA 1 6
Articles polémiques ou sensationnalistes 2 3
Articles factuels ou analytiques (discours rapporté ou absence de parti pris sur le critère concerné) 6 47
Autres contenus éditorialisés 0 1
  Total 10 67

21L’analyse fait en outre apparaître trois récits structurés sur la RCA, que l’on retrouve déclinés et diffusés dans d’autres pays de déploiement du groupe Wagner comme le Mali (Audinet et Dreyfus, 2022). Le premier, souvent relayé par les responsables politiques centrafricains, consiste à justifier le rapprochement de Bangui et Moscou. Un deuxième récit fragmentaire vise à légitimer de manière profondément sélective le soutien de la Russie aux Forces armées centrafricaines (FACA) dans leur « lutte anti-terroriste » ; les actions les moins avouables de sa présence, comme le mercenariat ou la prospection minière, sont mises en sourdine ou écartées. Le troisième récit porte sur la France : d’une part, Paris est présenté comme méfiant face à la concurrence exercée par la Russie dans son « pré carré » ; d’autre part, son attitude « néocoloniale » est dénoncée.

  • 6 B. Roger et M. Ben Yahmed, « Entre la France et l’Afrique, ce doit être une histoire d’amour », Je (...)

22Ces derniers contenus, plus minoritaires, sont aussi ceux qui engendrent le plus d’interactions en ligne. Ils témoignent d’une tentative de ces médias d’articuler un répertoire souverainiste russe avec certains récits constitutifs du panafricanisme (Abrahamsen, 2020), comme le rejet de l’interventionnisme français dans la région. La couverture assidue par RT France du « contre-sommet » de dénonciation de la « Françafrique », organisé en marge du sommet Afrique-France de Montpellier en octobre 2021, est une illustration de cet effort de synthèse. L’instrumentalisation du « ressentiment postcolonial », pour citer l’accusation émise par le président Emmanuel Macron contre la Russie dans un entretien à Jeune Afrique en novembre 20206, affleure donc chez RT et Sputnik mais reste minoritaire au regard de l’ensemble de leurs contenus.

Les « entrepreneurs d’influence », des acteurs privés au service de la politique africaine de la Russie

23Au-delà des acteurs médiatiques officiels, une part importante de l’influence informationnelle russe sur le continent africain repose sur une catégorie d’acteurs que nous désignons sous le terme d’« entrepreneurs d’influence » (Laruelle et Limonier, 2021).

L’entrepreneuriat d’influence russe : définition et développement

24Les entrepreneurs d’influence sont des individus ou des organisations qui accompagnent le retour géopolitique de la Russie dans certaines zones du monde afin de faire fructifier un capital économique, politique ou symbolique. Ce concept s’insère dans une longue tradition russe de dévolution de certaines compétences régaliennes à des acteurs autonomes, sur fond de corruption systémique (Kryshtanovskaya, 2005) et de collusion des sphères politique, économique et criminelle (Galeotti, 2019). Quelle que soit leur envergure, cette forme d’action suppose pour ces entrepreneurs – oligarques, hommes d’affaires, entrepreneurs politiques – un retour sur investissement conséquent.

25Le développement des espaces numériques a offert de nouvelles opportunités à ces entrepreneurs, qui ont pu y créer des « chambres d’écho » d’autant plus efficaces qu’elles relèvent d’initiatives individuelles et n’engagent pas la responsabilité de l’État. Par ailleurs, les coûts d’une opération informationnelle sont en général très bas par comparaison avec l’ampleur – réelle ou supposée – des dommages infligés : avec des sommes dérisoires, des acteurs russes ont réussi en 2016 à polariser le débat public américain au point que certains leur attribuent la victoire de Donald Trump. Ce ratio coût-avantage fortement bénéficiaire a encouragé de nombreux acteurs à se lancer dans ce type d’entrepreneuriat. Si la plupart s’adonnent à d’autres activités lucratives, leur point commun est de constituer des relais au service de la Russie, mais aussi d’autres pays ou groupes politiques aux intérêts convergents.

26L’Afrique fait aujourd’hui figure de véritable « paradis » pour ces entrepreneurs. Les conditions y sont très favorables : la Russie y jouit d’une image globalement positive héritée de la politique anticoloniale soviétique ; l’organisation des espaces informationnels numériques africains, structurés autour des réseaux sociaux et de leurs algorithmes, ainsi que la place centrale qu’y jouent les radios, permettent une diffusion massive de contenus à moindres frais par le développement d’alternatives à l’offre de presse locale ; l’instabilité ou la corruption de nombreux régimes africains permet à ces hommes d’affaires de faire prospérer sans contrainte leurs activités.

Une typologie des entrepreneurs d’influence en Afrique

27Nous distinguons trois types d’entrepreneurs qui, par leurs actions dans la sphère informationnelle, participent à renforcer l’influence de la Russie en Afrique. Cette typologie prend la forme de cercles concentriques avec, au centre, le Kremlin et ses intérêts : plus on s’en éloigne, moins ces acteurs ont accès aux réseaux du pouvoir russe.

28Le premier cercle comprend les « grands » entrepreneurs russes. Ses figures de proue sont l’oligarque monarchiste et traditionaliste Konstantin Malofeïev, dont les intérêts dépassent largement le strict cadre africain et la manipulation informationnelle, et Evgueni Prigojine. Surnommé « le cuisinier du Kremlin », E. Prigojine a fait fortune dans les années 1990-2000 dans l’industrie du hot-dog, puis dans la restauration de luxe à Saint-Pétersbourg. Il est aujourd’hui admis que ce personnage, qui a un accès direct au Kremlin, est à la fois à la tête de la société militaire privée Wagner (Marten, 2019 ; Olivier, 2021), de sociétés engagées dans des contrats publics avec le gouvernement russe (en particulier le ministère de la Défense), de compagnies d’exploitation de matières premières en Afrique et en Syrie et, enfin, d’un puissant appareil d’influence à la fois visible et clandestin. Son rôle dans les ingérences de 2016, à travers l’Internet Research Agency (IRA), « l’usine à trolls » de Saint-Pétersbourg, a été largement documenté par le FBI (Mueller, 2019).

29L’Afrique subsaharienne est une zone de prospection pour la plupart des secteurs de la « galaxie Prigojine ». Le soutien en influence offert à certains gouvernements fait partie d’une sorte de « package » qui inclut des prestations de sécurité et l’exploitation de ressources. C’est le cas en RCA, où ce modèle économique est le plus abouti. On le retrouve aussi à divers degrés au Soudan, en République démocratique du Congo et au Mozambique (Grossman et al., 2019). Le Mali, où le groupe Wagner se déploie depuis décembre 2021 après des négociations avec le gouvernement de transition à Bamako, s’ajoute depuis cette date à la liste (Audinet et Gérard, 2022 ; Audinet et Dreyfus, 2022).

30Le second cercle est composé d’entrepreneurs politiques étrangers, européens ou africains, qui cherchent à capitaliser sur la présence rehaussée de la Russie dans la région pour appuyer leurs propres agendas militants ou idéologiques à l’échelon régional. Ces figures peuvent être liées ou non à des entrepreneurs du premier cercle. L’activiste franco-béninois Kemi Seba, connu pour ses positions extrémistes, a ainsi obtenu le soutien d’une fondation du réseau Prigojine pour amplifier la diffusion de son discours hostile à la présence française en Afrique. C’est aussi le cas de la militante suisso-camerounaise Nathalie Yamb (voir infra). D’autres semblent ne pas entretenir de relations directes avec les grands entrepreneurs russes, à l’image de Luc Michel, un nationaliste belge et soutien ardent de la politique russe en Afrique. À travers un réseau d’une dizaine de sites, L. Michel diffuse des publications hostiles à « l’impérialisme occidental » et semble vivre, du moins médiatiquement, de cette position (Laruelle et Limonier, 2021).

  • 7 Voir l’enquête des Observateurs, France 24, « Africa24.info, 24jours.com et Cie : enquête sur un r (...)

31Enfin, le troisième cercle inclut des acteurs sans aucun lien direct ou indirect avec Moscou. Il s’agit pour l’essentiel d’entrepreneurs du numérique qui, parce qu’ils trouvent un intérêt financier à diffuser une parole russe sur le continent, constituent des relais d’influence « malgré eux ». Il ne s’agit donc pas d’entrepreneurs d’influence au sens plein du terme, puisque leur accompagnement du retour de la puissance russe n’est pas intentionnel. C’est le cas d’un large éventail de sites africains, qui semblent avoir fait de la réplication des contenus russes en français un véritable modèle économique. Ces portails, qui relaient de nombreuses rumeurs et faits divers invérifiables, prolongent dans la sphère numérique la presse à sensation caractéristique des paysages médiatiques d’Afrique de l’Ouest (Kamga, 2019). Pour de tels sites, qui engrangent des revenus en fonction du nombre de clics, les contenus russes – en particulier ceux de RT et Sputnik – représentent une manne inespérée : libres de droits, ils sont le plus souvent bien écrits et s’accordent aisément à la tonalité générale de cette « presse jaune ». Ces organismes s’efforcent aussi de maximiser la diffusion de leurs contenus sur les réseaux sociaux ; certains créent même leurs propres réseaux de propagation pour capter davantage d’audience, et donc générer des revenus (Limonier, 2018). Plusieurs réseaux de ce type ont été découverts en Afrique francophone, sans qu’un lien avec des intérêts russes n’ait pu être démontré. C’est le cas du réseau « Africa24 », qui regroupait à son apogée une dizaine d’autres sites aux noms évocateurs7.

Médiation et sous-traitance de l’influence informationnelle russe : les ramifications du réseau Prigojine en Afrique subsaharienne

32Cette troisième partie se penche sur la matérialisation de l’entrepreneuriat d’influence pratiqué par E. Prigojine en Afrique subsaharienne, à travers deux exemples : l’association AFRIC (Association for Free Research and International Cooperation), qui joue un rôle déterminant de médiations entre acteurs russes et africains partageant des intérêts communs ; et la radio Lengo Songo, véritable sous-traitant local de l’influence russe en RCA. Ces acteurs témoignent d’une importante flexibilité de l’écosystème russe d’influence informationnelle et de sa capacité à faire converger ses intérêts avec ceux des acteurs locaux.

L’association AFRIC, une « courroie de transmission »

33Créée en 2018, l’AFRIC se présente officiellement comme une « plateforme de chercheurs indépendants, d’experts et d’activistes » ayant participé à des missions d’observation électorale au Zimbabwe et à Madagascar. Or, il est démontré que cette organisation a été créée de toutes pièces par l’entourage d’E. Prigojine (Quénel, 2021), ce qui lui a valu d’être sanctionnée avec d’autres entités par le Trésor des États-Unis, en avril 2021. L’AFRIC vise en premier lieu à soutenir et coopter des personnalités ou des groupes politiques jugés utiles dans la promotion de certains récits (Shekhovtsov, 2020).

34C’est le cas des militants se réclamant d’une version offensive du panafricanisme. Lors des élections présidentielles malgaches de 2018, l’AFRIC organise un forum économique qui met à l’honneur plusieurs candidats et soulève des thèmes comme celui du « colonialisme français ». L’AFRIC invite pour l’occasion K. Seba, qui y qualifie la souveraineté française sur les îles Éparses d’« impérialisme colonial ». En effet, cet ensemble de cinq îles administrées par les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) est au cœur d’un différend entre Paris et Antananarivo, qui affirme que ces territoires lui appartiennent. Ce discours a été de nouveau convoqué par K. Seba lors d’une conférence coorganisée par l’AFRIC et la chaîne Afrique Média. Installée à Douala, cette chaîne à la ligne éditoriale aussi hostile à la France que favorable à la Russie recevrait un soutien de Moscou, par l’entremise de « petits » entrepreneurs d’influence tels que L. Michel (Quénel, 2021). Intervenante d’un « séminaire de prospective sur l’Afrique » organisé par l’AFRIC à Berlin en janvier 2020, N. Yamb fait elle aussi partie de ces figures cooptées par les acteurs russes. Cette militante suisso-camerounaise est même surnommée la « dame de Sotchi » depuis son réquisitoire remarqué contre « l’enclos français » en Afrique lors du sommet Russie-Afrique de 2019. Comme K. Seba, N. Yamb a été plusieurs fois invitée sur Afrique Média, mais aussi sur RT France et Sputnik France, pour y exprimer son opposition au franc CFA ou à la Françafrique.

Lengo Songo, « la radio des Russes » en RCA

35Nous détaillons enfin une tendance croissante des acteurs de l’influence informationnelle russe à externaliser leurs pratiques pour cibler leurs audiences au plus près du terrain, diffuser indirectement des contenus servant leurs intérêts et diluer leur responsabilité. Plusieurs entreprises ont été mises en lumière dans le domaine de la désinformation en ligne, comme cette organisation non gouvernementale sous-traitée par l’IRA dans la banlieue d’Accra pour cibler les audiences afro-américaines aux États-Unis (Nimmo et al., 2020). Nous abordons ce phénomène à travers le cas de Radio Lengo Songo (RLS), une radio privée lancée en novembre 2018. RLS émet en sango et en français, avec un rayonnement de cent kilomètres autour de Bangui.

36RLS est, sinon entièrement, du moins majoritairement, financée par une compagnie d’extraction minière, Lobaye Invest. Sanctionnée elle aussi par le gouvernement américain, cette entreprise est dirigée par des associés d’E. Prigojine et participerait au financement de Sewa Security Services, la branche locale du groupe Wagner. C’est par le truchement de Lobaye Invest que les acteurs russes en RCA ont infiltré l’écosystème médiatique précaire et opportuniste du pays (Jendoubi, 2019). Cette pratique de mécénat étranger, répandue en RCA, pose régulièrement la question de l’indépendance éditoriale des radios centrafricaines, ou plutôt de leur état de dépendance vis-à-vis des sponsors. Dans le cas de RLS, dont la rédaction est entièrement composée de journalistes nationaux, elle se traduit par un effort manifeste de légitimation de la présence russe et de ses récits.

37Nous avons mis en évidence cette sous-traitance médiatique par l’analyse lexicométrique, au moyen du logiciel IRaMuTeQ, en examinant l’ensemble des 439 articles publiés sur le site de RLS entre février 2020 (sa version en ligne est lancée plus tardivement que la radio) et juin 2021 (Audinet et Harding, 2021). Si sa ligne progouvernementale et prorusse est constante, l’analyse fait ressortir un basculement éditorial très net à partir de février 2021, après un mois de janvier vierge de contenu.

38Entre février et décembre 2020 (216 articles publiés), RLS se concentre sur les actualités intérieures (figure 2). Les articles, courts et factuels, brossent un portrait flatteur des dirigeants centrafricains (classes 1 et 2) et traitent de la situation socio-économique (classe 3), sanitaire (classe 4) et sécuritaire (classe 5) du pays.

Figure 2. Classes lexicales des 216 articles publiés sur le site de Lengo Songo entre février et décembre 2020.

Figure 2. Classes lexicales des 216 articles publiés sur le site de Lengo Songo entre février et décembre 2020.

39Le rythme de publication s’accélère à partir de février 2021, avec des articles plus longs et éditorialisés (figure 3). Outre l’actualité autour de l’exécutif, les « mondes lexicaux » dominants sont désormais la reprise des hostilités entre forces gouvernementales et rebelles et le rôle des acteurs étrangers (Russie, France, ONU). Plus encore, le traitement est ostensiblement favorable à la présence russe – mentionnée dans 59 % des articles du sous-corpus – et hostile à la France.

Figure 3. Classes lexicales des 223 articles publiés sur le site de Lengo Songo entre février et juin 2021.

Figure 3. Classes lexicales des 223 articles publiés sur le site de Lengo Songo entre février et juin 2021.

40Les classes 1 et 3 montrent à nouveau que seuls les profils avantageux des acteurs russes, le combattant « allié » et « l’instructeur » militaire, sont mis en avant. Le statut négatif de « mercenaire » (classe 1) est nié ou dénoncé lorsqu’il est associé aux Russes. Cet effort de légitimation, appuyé dans les colonnes de RLS par des individus russes présents à Bangui, s’accompagne d’une intensification de contenus « anti-français ». La France est accusée de mener une « campagne de désinformation » pour discréditer la présence russe (classe 3). Dans une série d’articles publiée début mai, les journalistes de RLS accusent RFI de « propagande néocoloniale » après la diffusion par la radio française d’une enquête à charge contre le groupe Wagner.

41Ce changement éditorial, qui fait suite aux élections du 27 décembre 2020 et à la contre-offensive victorieuse conduite par les FACA et les mercenaires russes contre les rebelles, illustre cette sous-traitance informationnelle. Il correspond à la nécessité pour les acteurs russes de lancer une riposte médiatique après la documentation de nombreuses exactions commises par les mercenaires russes, afin d’endiguer la montée d’un sentiment hostile au sein de la population centrafricaine.

42Depuis le début de l’année 2022, cette pratique de noyautage des écosystèmes médiatiques locaux et d’externalisation médiatique incarnée par Lengo Songo est mobilisée par la « galaxie Prigojine » au Mali (Audinet et Dreyfus, 2022).

Conclusion

43Le dispositif d’influence informationnelle de la Russie en Afrique subsaharienne francophone forme un écosystème complexe, dont les acteurs peuvent être catégorisés en fonction de leur proximité avec les structures étatiques russes. Nos recherches permettent d’en esquisser un tableau à plusieurs dimensions : plus l’éloignement vis-à-vis de l’orbite du Kremlin est fort, plus les marges de manœuvre et la flexibilité de ces acteurs semblent s’accroître. C’est ce que suggèrent, entre autres analyses, celles des contenus produits par RT et Sputnik, d’une part, et Radio Lengo Songo, d’autre part : moins ces acteurs agissent officiellement ou à découvert, plus le parti pris exprimé est explicitement favorable à la présence russe et, dans les cas évoqués, hostile à la présence française. L’action des entrepreneurs d’influence dans la région, en particulier celle de la « galaxie Prigojine » et de son rôle d’accompagnement de l’expansion du groupe Wagner, témoigne aussi d’une capacité à tirer profit de la fragilité des paysages médiatiques d’implantation. Ces acteurs s’efforcent aussi, dans leurs campagnes ou opérations d’influence, de faire converger des « récits russes » (souverainisme, anti-interventionnisme) avec des « récits locaux » (panafricanisme, anti-néocolonialisme). Depuis son invasion de l’Ukraine, la marginalisation de l’influence médiatique de la Russie en Europe s’accompagne aussi déjà d’un regain de sa présence informationnelle sur le continent africain.

44Cet article cherche enfin à proposer des pistes méthodologiques pour enrichir les recherches sur l’influence informationnelle par l’analyse de contenus. Une partie considérable de la littérature académique et de la production médiatique consacrées à l’influence russe se focalise principalement sur les contenus de désinformation propagés par ses acteurs. Une telle manière d’aborder cet objet nous paraît réductrice, et l’analyse textuelle permet de l’en désenclaver. Au-delà des informations falsifiées ou tronquées, cette méthode se révèle féconde pour mettre en évidence les revirements éditoriaux, les éléments de langage récurrents ou les récits conjoncturels d’un organisme médiatique investi dans une campagne d’influence. De la même manière, un tableau plus vaste pourrait incorporer d’autres espaces de projection de l’influence russe encore peu étudiés, comme l’Amérique latine et l’Asie-Pacifique.

Haut de page

Bibliographie

Abrahamsen R., 2020, « Internationalists, sovereigntists, nativists: Contending visions of world order in Pan-Africanism », Review of International Studies, 46 (1), p. 56-74.

Aldreabi H. A., 2017, « Narrative Account of the Arab Spring: Translations of Aljazeera and RT of the Egyptian and Syrian Uprisings as Case Study », Theory and Practice in Language Studies, 7 (10), p. 819-830. http://dx.doi.org/10.17507/tpls.0710.01

Arkhangelskaya A., 2013, « Le retour de Moscou en Afrique subsaharienne ? Entre héritage soviétique, multilatéralisme et activisme politique », Afrique contemporaine, 248, p. 61-74. https://doi.org/10.3917/afco.248.0061

Audinet M., 2018, « Diplomaties publiques concurrentielles dans la crise ukrainienne. Le cas de RT et Ukraine Today », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 2, p. 171-204. https://doi.org/10.3917/receo1.492.0171

Audinet M., 2021a, Le Lion, l’Ours et les Hyènes. Acteurs, pratiques et récits de l’influence informationnelle russe en Afrique subsaharienne francophone, IRSEM, Étude no 83, Paris. https://www.irsem.fr/media/5-publications/etude-irsem-83-audinet-le-lion-ok.pdf

Audinet M., 2021b, Russia Today (RT). Un média d’influence au service de l’État russe, Bry-sur-Marne, INA Éd.

Audinet M., Dreyfus E., 2022, « La Russie au Mali. Une présence bicéphale », Étude, 97. https://www.irsem.fr/media/etude-irsem-97-audinet-dreyfus-def.pdf

Audinet M. et Gérard C., 2022, « Les “libérateurs” : comment la “galaxie Prigojine” raconte la chevauchée du groupe Wagner au Sahel », Le Rubicon, 15 févr. https://lerubicon.org/publication/la-galaxie-prigojine-promoteur-de-wagner-au-sahel/

Audinet M. et Harding B., 2021, « En Centrafrique, la Russie externalise son influence médiatique », La Revue des médias, 13 oct. https://larevuedesmedias.ina.fr/republique-centrafricaine-russie-sous-traitance-influence-information-radio-lengo-songo

Benkler Y., Faris R. et Roberts H., 2018, Network Propaganda. Manipulation, Disinformation, and Radicalization in American Politics, Oxford, Oxford University Press.

Elswah M. et Howard P. N., 2020, « “Anything that Causes Chaos”: The Organizational Behavior of Russia Today (RT) », Journal of Communication, 70 (5), p. 623-645. https://doi.org/10.1093/joc/jqaa027

Galeotti M., 2019, Russian Political War. Moving Beyond the Hybrid, Londres, Routledge.

Géode, 2020, « AJ+ : derrière la modernité, le média d’influence du Qatar », Collectif de chercheurs du centre GÉODE, La Revue des médias, 1er déc. https://larevuedesmedias.ina.fr/aj-media-influence-qatar-videos-al-jazeera

Golan G. J., Manor I. et Arceneaux P., 2019, « Mediated Public Diplomacy Redefined: Foreign Stakeholder Engagement via Paid, Earned, Shared, and Owned Media », American Behavioral Scientist, 63 (12), p. 1665-1683. https://doi.org/10.1177%2F0002764219835279

Grossman S., Bush D. et DiResta R., 2019, Evidence of Russia-Linked Influence Operations in Africa, Stanford, Stanford Internet Observatory, 29 oct. https://fsi-live.s3.us-west-1.amazonaws.com/s3fs-public/29oct2019_sio_-_russia_linked_influence_operations_in_africa.final_.pdf

Hellman M. et Wagnsson C., 2017, « How can European states respond to Russian information warfare? An analytical framework », European Security, 26, p. 153-170.

Howard P. N., Ganesh B., Liotsiou D., Kelly J. et François C., 2018, The IRA, Social Media and Political Polarization in the United States, 2012-2018, rapport, Project On Computational Propaganda, Oxford, University of Oxford. https://comprop.oii.ox.ac.uk/wp-content/uploads/sites/93/2018/12/The-IRA-Social-Media-and-Political-Polarization.pdf

Jeangène Vilmer J.-B., 2021, Effective state practices against disinformation: Four country case studies, Hybrid CoE Research Report 2, Helsinki, Hybrid CoE. https://www.hybridcoe.fi/publications/hybrid-coe-research-report-2-effective-state-practices-against-disinformation-four-country-case-studies/

Jeangène Vilmer J.-B., Escorcia A., Guillaume M. et Herrera J., 2018, Les Manipulations de l’information. Un défi pour nos démocraties, rapport du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS, ministère de l’Europe et des Affaires étrangères) et de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM, ministère des Armées), Paris, août. https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/les_manipulations_de_l_information_2__cle04b2b6.pdf

Jendoubi S., 2019, « Panorama de la presse centrafricaine. Entre pauvreté et politique d’influence », Notes de l’Ifri, Ifri Centre Afrique subsaharienne, oct. https://www.ifri.org/fr/publications/notes-de-lifri/panorama-de-presse-centrafricaine-entre-pauvrete-politique-dinfluence

Kamga O., 2019, « Difficile émergence d’un journalisme objectif en Afrique. Origine du drame et pistes de solution », Communication, 36 (1). https://doi.org/10.4000/communication.9827

Kryshtanovskaya O. V., 2005 [2003], Anatomiia rossiiskoi elity [Anatomie de l’élite russe], Moscou, Éd. Zakharov.

Laruelle M. et Limonier K., 2021, « Beyond “hybrid warfare”: a digital exploration of Russia’s entrepreneurs of influence », Post-Soviet Affairs, 37 (4), p. 318-335. https://doi.org/10.1080/1060586X.2021.1936409

Limonier K., 2018, Diffusion de l’information russe en Afrique. Essai de cartographie générale, Note de recherche de l’IRSEM, 66, Paris. https://www.irsem.fr/data/files/irsem/documents/document/file/2463/NR_IRSEM_n66_2018.pdf

Limonier K. et Audinet M., 2017, « La stratégie d’influence informationnelle et numérique de la Russie en Europe », Hérodote, 164, p. 123-144. https://doi.org/10.3917/her.164.0123

Limonier K. et Gérard C., 2017, « Guerre hybride russe dans le cyberespace », Hérodote, 166-167, p. 145-163. https://doi.org/10.3917/her.166.0145

Limonier K. et Laruelle M., 2022, « Typologie des manœuvres informationnelles russes à l’égard des pays francophones », Annuaire français de relations internationales, 23, p. 65-80.

Marten K., 2019, « Russia’s use of semi-state security forces: the case of the Wagner Group », Post-Soviet Affairs, 35 (3), p. 181-204. https://doi.org/10.1080/1060586X.2019.1591142

Mattelart T., 1995, Le Cheval de Troie audiovisuel. Le rideau de fer à l’épreuve des radios et télévisions transfrontalières, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Mattelart T., 2018, « Russia Today et le renouveau de la diplomatie médiatique russe : de la projection mondiale du Kremlin à la “ré-information” en France », Annuaire français des relations internationales, 19, p. 927-945.

Mueller R. S., 2019, Report On The Investigation Into Russian Interference In The 2016 Presidential Election, Washington, U.S. Departement of Justice, mars. https://www.justice.gov/archives/sco/file/1373816/download

Nimmo B. et al., 2020, IRA in Ghana: Double Deceit. Russian operation linked to former IRA associates employed social media users in Ghana to target black communities in the US, Graphika Report, New York, 12 mars. https://public-assets.graphika.com/reports/graphika_report_ira_in_ghana_double_deceit.pdf

Olivier M., 2021, « Russie-Afrique : l’ombre des mercenaires de Wagner », Jeune Afrique, 26 juillet. https://www.jeuneafrique.com/1204638/politique/russie-afrique-wagner-enquete-sur-les-mercenaires-de-poutine/

Pedro N. (de) et Iriarte D., 2017, « Cuando el Russkiy Mir y el mundo hispanohablante se encuentran: RT y Sputnik en español », Monografias, CIDOB, novembre, p. 65-74. https://www.cidob.org/es/content/download/68084/2074045/version/7/file/61-68_NICOLA%CC%81S%20DE%20PEDRO%20AND%20DANIEL%20IRIARTE_CAST.pdf

Quénel N., 2021, « Désinformation, médias anti-France… La Russie muscle son influence en Afrique », Marianne, 18 juin. https://www.marianne.net/monde/afrique/desinformation-medias-anti-france-la-russie-muscle-son-influence-en-afrique

Roselle L., Miskimmon A. et O’Loughlin B., 2017, Forging the World. Strategic Narratives and International Relations, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Shekhovtsov A., 2020, Fake election observation as Russia’s tool of election interference: The Case of AFRIC, rapport, European Platform for Democratic Elections, Berlin, EPDE Publication. https://www.epde.org/en/documents/details/fake-election-observation-as-russias-tool-of-election-interference-the-case-of-afric.html

Spahn S., 2018, Russische Medien in Deutschland. Unabhängiger Journalismus oder politisches Instrument?, rapport, Potsdam, Friedrich Naumann Stiftung für die Freiheit (Fondation Friedrich-Naumann pour la Liberté). https://shop.freiheit.org/download/P2@754/145670/A4_RussischeMedien_D_Endfassung.pdf

Szostek J., 2018, « Nothing Is True? The Credibility of News and Conflicting Narratives during “Information War” in Ukraine », The International Journal of Press/Politics, 23 (1), p. 116-135. https://doi.org/10.1177/1940161217743258

Winek M. D., 2009, « Radio as a Tool of the State: Radio Moscow and the Early Cold War », Comparative Humanities Review, 3, p. 99-113. https://digitalcommons.bucknell.edu/chr/vol3/iss1/9

Haut de page

Notes

1 2022, « Get a job at RT’s upcoming Africa hub », RT, 10 févr. Accès : https://www.rt.com/russia/548889-rt-africa-kenya-office/ (consulté le 15 mars 2022).

2 A. Sguazzin, 2022, “Banned in Europe, Kremlin-Backed RT Channel Turns to Africa”, Bloomberg, 22 juill. Accès: https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-07-22/banned-in-europe-kremlin-backed-rt-channel-turns-to-africa (consulté le 23 juill. 2022).

3 S’agissant du Mali, la croissance observée depuis septembre 2021 correspond au début des négociations entre les « autorités de transition » maliennes et le groupe Wagner, dont l’aboutissement a été leur déploiement dans le pays fin décembre 2021, parallèlement au retrait de l’opération Barkhane conduite par l’armée française.

4 Une recherche à partir du mot clé « Afrique » entre janvier 2018 et juillet 2022 donnait environ 1 600 résultats sur le site de RT France et 8 500 sur celui de Sputnik France.

5 SimilarWeb ne couvre pas, parmi les pays d’Afrique subsaharienne francophones, le Niger, la Mauritanie, le Tchad, le Congo, Djibouti, la Guinée et la RCA. Les données exposées sont donc parcellaires et doivent être avant tout appréhendées pour les tendances qu’elles exposent.

6 B. Roger et M. Ben Yahmed, « Entre la France et l’Afrique, ce doit être une histoire d’amour », Jeune Afrique, entretien avec E. Macron, 20 nov. 2020. Accès : https://www.jeuneafrique.com/1076943/politique/exclusif-emmanuel-macron-entre-la-france-et-lafrique-ce-doit-etre-une-histoire-damour/ (consulté le 7 févr. 2022).

7 Voir l’enquête des Observateurs, France 24, « Africa24.info, 24jours.com et Cie : enquête sur un réseau de désinformation en Afrique », 16 mars 2020. Accès : https://observers.france24.com/fr/20200316-africa24-info-24jours-com-reseau-desinformation-clickbait-afrique (consulté le 7 févr. 2022).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Volume mensuel d’articles publiés sous le tag « Mali » sur les sites de RT France et Sputnik France/Sputnik Afrique entre janvier 2018 et août 2022
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/29005/img-1.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure 2. Classes lexicales des 216 articles publiés sur le site de Lengo Songo entre février et décembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/29005/img-2.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 3. Classes lexicales des 223 articles publiés sur le site de Lengo Songo entre février et juin 2021.
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/29005/img-3.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Audinet et Kevin Limonier, « Le dispositif d’influence informationnelle de la Russie en Afrique subsaharienne francophone : un écosystème flexible et composite »Questions de communication, 41 | 2022, 129-148.

Référence électronique

Maxime Audinet et Kevin Limonier, « Le dispositif d’influence informationnelle de la Russie en Afrique subsaharienne francophone : un écosystème flexible et composite »Questions de communication [En ligne], 41 | 2022, mis en ligne le 01 octobre 2022, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/29005 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.29005

Haut de page

Auteurs

Maxime Audinet

Université Paris Nanterre, Irsem, F-75007 Paris, France

Kevin Limonier

Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, IFG, F-93300 Aubervilliers, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search