Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Notes de rechercheGéolocalisation des pairs à l’ado...

Notes de recherche

Géolocalisation des pairs à l’adolescence et enjeux relationnels : les usages sociaux de la SnapMap

Peer geolocation at teen age and relational issues : social uses of the SnapMap
Yann Bruna
p. 291-312

Résumés

Depuis quelques années, la fréquentation juvénile des espaces communicationnels en ligne s’accompagne de vérifications de présence toujours plus diversifiées et intrusives, telles que l’heure de la dernière connexion, l’ouverture ou non d’un contenu ou le fait d’être en train de rédiger une réponse. La SnapMap, issue de l’application Snapchat, s’impose aujourd’hui comme une illustration significative de cette logique de surveillance, en permettant aux jeunes d’afficher en temps réel leur position géographique. Cette contribution empirique, qui s’appuie sur une méthodologie qualitative (27 entretiens semi-directifs), rend compte des appropriations, détournements et enjeux de ce dispositif sociotechnique particulièrement bavard sur la présence et l’activité, en ligne comme hors ligne, des pairs adolescents. Il ressort que si elle peut être utilisée par simple curiosité ou servir des stratégies de regroupement ou d’évitement, la SnapMap reste surtout un révélateur de vérité dans le cas de fortes amitiés ou de relations sentimentales. Elle apparaît aussi comme un espace résolument codifié : la déconnexion volontaire à l’outil entraîne la nécessité d’une justification et le manque de maîtrise dans le partage de sa localisation y est socialement sanctionné.

Haut de page

Texte intégral

1En raison de leur présence quotidienne et soutenue dans de multiples réseaux socionumériques, qui sont autant d’espaces de socialisation majeurs à l’adolescence, les jeunes se trouvent très affectés par les injonctions à l’exposition et à la présence en ligne. Cela se traduit par une invitation à être visibles (Aubert et Haroche, 2011) dans ces espaces numériques qui les conduit à se montrer (Balleys, 2015 ; boyd, 2014), à se décrire (Merzeau, 2015) et à partager des pans entiers de leur vie privée (Davies et al., 2014 ; Hargittai et Marwick, 2016). Celle-ci se double d’une invitation à être disponibles (Beuscart et al., 2016), alors que ces mêmes espaces communicationnels mettent en avant une pluralité d’indicateurs destinés à décortiquer leur présence en ligne ainsi que celle de leurs pairs (Vaterlaus et al., 2016). Il s’agit ici de rendre publique la propension des adolescents à répondre ou ne pas répondre à un message, à l’heure où le feedback à une sollicitation doit de plus en plus tendre vers l’instantanéité (Jauréguiberry, 2003). En effet, les vérifications de présence dans les plateformes numériques se sont rapidement et durablement inscrites dans le quotidien des jeunes, au point qu’il n’est guère surprenant d’observer que les interfaces et fonctionnalités des principaux réseaux socionumériques se sont parfaitement adaptées à cette demande de collecte informationnelle. En ce sens, il semblerait opportun de rapprocher ces pratiques d’exposition et de vérification des activités, en ligne comme hors ligne, des dispositifs de surveillance plus classiques tels qu’ils ont été fantasmés par Franz Kafka (1933 [1925]), George Orwell (1950 [1949]) ou Philip K. Dick (1956), mais aussi théorisés et longuement étudiés dans la littérature (Foucault, 1975 ; Giddens, 1985 ; Aïm, 2020). En effet, nos sociétés de la surveillance se caractérisent par une « économie de la visibilité » dans laquelle le « pouvoir est corrélé à une capacité de voir, de faire voir et de dominer du regard » (Aïm, 2020 : 14), rappelant ainsi la métaphore du sniper de Gilles Deleuze (1986), assimilé à un « maître du visible » en raison de sa position surplombante, qui lui assure un regard zénithal et donc un contrôle sur l’espace qu’il observe. Les plateformes du Web, très bavardes sur les activités en ligne comme hors ligne de l’autre, retranscrivent fidèlement cette verticalité. Surtout, les traces numériques, nombreuses et aux modalités d’exploitation très diversifiées, démultiplient les possibilités de surveiller l’autre à distance (Galinon-Mélénec et Zlitni, 2019). Chaque corps faisant l’objet d’une « capture » (Aïm, 2020), il devient possible de le suivre à la trace. Dans des travaux précurseurs, Kevin Haggerty et Richard Ericson (2000 : 607) avançaient déjà que l’informatique repoussait les limites des modalités traditionnelles de la surveillance : le corps devenait « dédoublé en un nouvel objet sémiotique, de type informationnel, tout entier définissable par ses données à prélever ».

2Savoir si un contenu a été ouvert, si une capture d’écran a été réalisée ou encore si un contact est en train d’écrire sont donc aujourd’hui autant de bribes d’information à prendre en compte, à contextualiser, à conserver pour potentiellement les ressortir au moment approprié (Jurgenson, 2019). Parmi les autres fonctionnalités venant alimenter ce Big Brother entre jeunes, nous retrouvons aussi l’heure de la dernière connexion, de la lecture du dernier message reçu, ou même la possibilité de suivre en temps réel l’activité en ligne des contacts qui ont souhaité la partager. Cette dernière fonction peut être explicitement proposée aux utilisateurs, via notamment le système de following propre aux médias sociaux traditionnels (Instagram, Twitter, Youtube, etc.), ou suggérée de manière bien plus discrète par le biais du Snapscore de l’application Snapchat, qui nous intéresse ici. Plateforme hybride entre réseau socionumérique et messagerie instantanée, Snapchat représente en effet l’illustration paroxystique de cet intérêt des jeunes pour la surveillance de leurs pairs (boyd, 2014). En France, l’application totalise plus de 24 millions d’utilisateurs enregistrés mais, surtout, plus de 16,6 millions d’utilisateurs quotidiens (Snap Inc., 2020) et représente logiquement le réseau social le plus utilisé (en temps passé) parmi les 11-24 ans. Près de 82 % des jeunes de cette tranche d’âge se connectent quotidiennement à l’application (ibid.), ce qui révèle l’efficacité des logiques de gamification (flammes, émoticônes qui évaluent la « force des relations », score utilisateur, etc.) qui constituent l’originalité et ont garanti l’hégémonie de la plateforme au fil des années. Bien sûr, de nombreux travaux sont consacrés aux appropriations juvéniles de Snapchat, pour discuter du caractère véritablement éphémère des contenus partagés (Davis et Jurgenson, 2014), de l’importance de la dimension réputationnelle du réseau social en milieu populaire (Déage, 2018) ou encore des possibles détournements d’usages d’un espace numérique pourtant très codifié (Bruna, 2020). D’autres études soulignent aussi de façon critique le « côté obscur » de l’application et la corrélation entre la fréquence d’utilisation de Snapchat et la santé mentale des adolescents (Dunn et Langlais, 2020) ou encore l’état de leurs relations sentimentales (Utz et al., 2015 ; Handyside et Ringrose, 2017 ; Roesner et al., 2014).

  • 1 Les plateformes de geocaching sont des plateformes ludiques de géolocalisation d’objets virtuels d (...)

3Pourtant, ce qui constitue une fonctionnalité à la fois majeure et inédite de la plateforme n’a quasiment pas été exploré dans la littérature : la SnapMap, qui permet la vérification de l’activité en ligne (heure de la dernière connexion par exemple), mais aussi la collecte de la position géographique des contacts. Or, si plusieurs travaux ont déjà été effectués sur la géolocalisation des individus dans les espaces publics, ils se focalisent essentiellement sur les applications mobiles de rencontre (Race, 2014 ; Licoppe et al., 2016) et les plateformes de geocaching1 (Licoppe et Inada, 2010) et concernent la mise en visibilité de la position « d’inconnus pseudonymes » (Licoppe, 2016). De même, le fait que les adolescents se surveillent entre eux n’a rien d’inédit, y compris en milieu rural, comme le rappelait Yaëlle Amsellem-Mainguy (2021) auprès d’un panel de collégiennes et lycéennes : le scooter garé devant le domicile du jeune suffit, certes, à en déduire sa présence physique. Mais, ici, la possibilité de connaître, avec la granularité la plus fine qui soit, la position géographique, le pourcentage de batterie restant ou encore l’activité pratiquée par un individu particulier (au volant, au fast-food, etc.), le tout sans que la personne tracée n’en soit informée, démultiplie logiquement les modalités de surveillance dont l’adolescent dispose. Dès lors, Snapchat n’est pas seulement une puissante machine destinée à hameçonner et garder précieusement l’attention (Cardon, 2019). La plateforme propose aussi une pluralité de fonctionnalités, souvent cachées au profane, pour évaluer, surveiller et commenter la présence et la disponibilité des pairs (Marwick et boyd, 2014). Ces vérifications de présence, en tant que micro-interactions inédites car rendues seulement possibles par le dispositif lui-même, n’ont été que peu abordées lorsqu’il s’agit de s’intéresser spécifiquement à des individus connus, dans un cercle de pairs, mais pas toujours physiquement proches.

4Or, parce que la SnapMap fait assurément monter d’un cran les possibilités de suivi, de traçage et de connaissance de l’activité des pairs, ses pratiques méritent d’être investiguées. À ce titre, cette contribution empirique propose de comprendre pourquoi et comment les jeunes se saisissent de cet outil de géolocalisation sociale, mais surtout quelles implications sociologiques en découlent, en particulier en matière de surveillance des activités en ligne comme hors ligne de l’autre, de socialisations adolescentes et de rapports sociaux de genre. Pour ces raisons, l’article vise à rendre compte, d’une part, du caractère normatif des pratiques juvéniles d’un dispositif sociotechnique inédit dans la connaissance qu’il apporte de l’activité d’autrui et, d’autre part, de la réflexivité des individus sur leurs propres pratiques de géolocalisation sociale. Parmi les résultats que nous détaillerons, la volonté de garder le contrôle, la mise en jeu de la confiance, l’exigence de réciprocité, l’acceptation de moments de repli hors connexion ou encore la dimension genrée des conséquences sociales d’un mésusage de l’outil ressortent comme des éléments essentiels à prendre en compte pour saisir la complexité de ses appropriations.

Méthodologie

5Nous avons pour objectif d’apporter des éléments de réponse à ces questionnements par le biais d’une méthodologie qualitative, afin de recueillir l’expérience des jeunes utilisateurs de géolocalisation sociale sur Snapchat. Dans un premier temps, nous avons interrogé au cours d’entretiens individuels approfondis 17 adolescentes et adolescents âgés de 12 à 18 ans entre janvier et mai 2018 dans le cadre d’une recherche sur les pratiques juvéniles de Snapchat en tant que plateforme prônant l’éphémérité des échanges, menée au laboratoire Sense (Orange Labs, Paris). Les jeunes ont été sélectionnés en raison de leur utilisation régulière (i.e. plus d’une fois par semaine) de l’application Snapchat et ont été interrogés en face à face, à l’exception d’une adolescente rennaise interrogée par téléphone. Parmi ces 17 jeunes, 16 ont expliqué utiliser régulièrement la SnapMap. Dans un second temps, ces entretiens ont été complétés par un nouveau volet qualitatif, réalisé entre mai et septembre 2021, dans lequel dix adolescentes et adolescents supplémentaires entre 15 et 18 ans qui ont déclaré utiliser régulièrement la fonction de géolocalisation sur Snapchat ont été interrogés, là encore de manière individuelle. Les principales questions de la grille d’entretien sont héritées de la première, mais avec une insistance sur l’usage de la géolocalisation sociale et en particulier de la SnapMap. En raison de la crise sanitaire, seuls quatre d’entre eux ont été réalisés en face à face. Sans viser une quelconque représentativité à travers cette méthodologie qualitative, nous avons cherché à travers ces 27 entretiens une diversité aussi forte que possible en termes de genre (15 filles, 12 garçons), de localisation géographique et de tranche d’âge. La sociographie précise est disponible à la fin de l’article. Le décalage de trois ans entre la réalisation de ces deux terrains permet de mener une analyse détaillée des appropriations de la SnapMap lors de deux périodes distinctes : en 2018, peu après la sortie de cette fonctionnalité en France et alors que la collecte de la géolocalisation des pairs était encore balbutiante (voir infra), et en 2021, alors que la plateforme de localisation s’était bien plus largement diffusée auprès du public adolescent au point d’avoir été à l’initiative de certaines injonctions normatives à s’exposer dans l’espace, comme nous allons le démontrer.

La SnapMap à l’adolescence : découverte et contextes d’usages

  • 2 L’entreprise américaine est à l’initiative des messages dits « éphémères », qui ont vocation à dis (...)

6Dans un contexte d’économie de l’attention (Kessous, 2012 ; Citton, 2014) où la spécificité des fonctionnalités proposées participe du caractère hégémonique d’une plateforme, Snapchat vise logiquement à se démarquer d’autres réseaux socionumériques2 depuis son lancement en 2013. Lorsque nous demandons aux jeunes interrogés s’il existe une différence entre Snapchat et les plateformes concurrentes, les réponses semblent souvent s’orienter dans la même direction : « Snap c’est pour tout ce qui est privé », explique Thomas (18 ans, terminale professionnelle), rejoint par Adrien (18 ans, bac professionnel) qui développe que « c’est lié à la façon dont on nous a vendu Snap, c’est plus discret qu’ailleurs, c’est pas un truc public ». Emma (15 ans, troisième générale) ajoutera enfin que « sur Snap, tu te sens en confiance, quand quelqu’un screen tu le sais, et tu peux contrôler qui a accès à quoi ». Ce réseau socionumérique apparaît donc moins ouvert que d’autres, et semble davantage réservé à une audience proche, connue et préalablement filtrée. Ces discours semblent en adéquation avec des choix de design : l’absence d’un système de followers ou même de l’indication explicitement visible du nombre total d’amis témoignent de la faible importance de cette quantification dans cet espace numérique particulier. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que Snapchat ait tenté de se démarquer des autres plateformes communicationnelles en ligne par le biais d’une fonctionnalité de partage de la position géographique.

S’afficher sur la « map », une découverte initiatique de la géolocalisation sociale

  • 3 Application qui propose de géolocaliser ses proches et qui s’est rapidement stabilisée dans la cat (...)

7Le caractère disruptif de la SnapMap se justifie par la complexité antérieure de la géolocalisation des pairs, qui conduisait les individus à user de diverses stratégies et détournements d’usage pour y parvenir. L’application Localiser mon iPhone d’Apple, par exemple, pouvait aussi servir aux parents non pas à repérer dans l’espace un smartphone volé ou perdu, mais plutôt l’iPhone de son enfant ou encore de son/sa partenaire (Bruna, 2022). Le succès rapide de Zenly3 a mis en évidence l’intensité de la demande autour de la localisation des proches. Si, en dehors de la navigation par satellite, les outils positionnels n’ont été adoptés que lentement et par à-coups par le grand public (Silva et Gardon, 2011 ; Silva et Sheller, 2015), la SnapMap semble créer une rupture avec cette tendance. De plus, la stabilité du nombre d’utilisateurs sur la durée indique qu’il ne s’agit pas que d’une pratique ludique s’arrêtant à l’expérimentation rapide d’un nouvel outil par « simple curiosité ». Ainsi la SnapMap devient-elle une fonctionnalité largement adoptée, au point d’acquérir progressivement une position centrale. Cela se traduit par des choix de design qui vont rendre la carte plus accessible : alors qu’il était nécessaire de scroller pour y parvenir, sans que cela ne soit indiqué et donnant ainsi l’illusion de « découvrir » une fonction cachée, la SnapMap possède aujourd’hui un onglet dédié dans Snapchat. Aujourd’hui, le discours de plusieurs adolescents de l’échantillon laisse entendre que la SnapMap est une véritable « valeur ajoutée » (Ophélie, 16 ans, seconde générale) à Snapchat et permet à l’application de se démarquer des autres, qui ne proposent qu’une géolocalisation utilitaire visant à se retrouver ou à prévenir de son arrivée.

Figure 1. Capture d’écran de la SnapMap et des paramètres de localisation sur Snapchat.

Figure 1. Capture d’écran de la SnapMap et des paramètres de localisation sur Snapchat.

8Les captures d’écran ci-dessus montrent une partie de l’information disponible sur un individu via la SnapMap. La position géographique est évidemment visible, mais celle-ci se complète par le moment de la dernière connexion à Snapchat ainsi que le pourcentage de batterie restant si celui-ci est faible. Selon les cas, un aperçu de l’activité du contact est également visible : à vélo ou en voiture selon l’évolution de la localisation, ou encore dans un fast-food, au cinéma ou à la piscine. L’application affiche donc, aux côtés de l’individu géolocalisé, une pluralité de marqueurs d’indisponibilité qui permettent de justifier la non-réponse à un message reçu : « Quand je vois que ma pote est au ciné, je me dis ok, j’ai pas de réponse mais c’est normal », note par exemple Emma.

9Vingt-deux des vingt-sept adolescents interrogés dans l’échantillon expliquent avoir découvert la géolocalisation des proches avec la SnapMap. De façon générale, les initiatives antérieures de repérage des autres dans l’espace étaient juste balbutiantes. Par exemple, Adrien admet avoir « déjà essayé de localiser (ses) parents pour voir dans combien de temps ils rentraient » via le service Localiser mon iPhone, lui-même étant géolocalisé par l’autorité parentale par le biais de la même application, ce qui traduit une forme de sousveillance tout à fait intéressante. Mais ces initiatives semblent minoritaires. Indépendamment de leur genre ou de leur âge, les jeunes de l’échantillon déclarent surtout utiliser la géolocalisation sociale pour repérer dans l’espace leurs pairs adolescents. Émilie (18 ans, BTS ressources humaines) s’est aussi prêtée au jeu de la localisation des proches avant l’arrivée de la SnapMap, mais insiste sur la rupture entre ce dispositif et ce qui existait auparavant. Selon elle, « Snapchat c’était pas un réflexe, la map ça a vraiment fait évoluer le truc ». Pour plusieurs jeunes de l’échantillon, et comme c’est le cas avec d’autres outils de messagerie instantanée (boyd, 2014), le fait de lancer Snapchat était le plus souvent conditionné au fait de recevoir une notification. Ainsi la SnapMap apporterait-elle un intérêt supplémentaire à consulter l’application sans que le dispositif n’incite l’adolescent à le faire par le biais d’une sollicitation directe. Dans une logique de socialisation (Jauréguiberry et Proulx, 2011), l’utilisation de la cartographie de Snapchat découle enfin, selon plusieurs témoignages, d’une mise en conformité avec les autres jeunes qui en sont déjà des adeptes : « Au début, j’ai dit pourquoi pas, tout le monde l’avait, et c’est vrai que maintenant je peux plus passer à côté », explique par exemple Océane (18 ans, BTS ressources humaines).

Entre surveillance et simple curiosité, des usages qui s’articulent autour de deux grands registres

10Si les raisons d’utiliser la SnapMap sont multiples, deux grands registres ressortent des témoignages des jeunes interrogés. Dans un premier temps, la vérification de conformité à un discours donné semble être le motif principal de recours au dispositif, comme l’explique Noémie (17 ans, terminale ES) : « La map ça peut permettre de découvrir des choses, par exemple il y a une personne qui m’a dit qu’elle était partie à Muret alors qu’en réalité elle était à Saint-Sulpice. Sur le moment j’ai rien dit, mais on s’est expliquées après ». L’outil s’inscrit dans une temporalité bien précise, à savoir la vérification ponctuelle d’un discours. Dans le triptyque question/vérification/explication, et comme dans le contexte de la surveillance parentale (Bruna, 2022), la dernière étape qui vise à mettre en lumière une connaissance du mensonge n’a que rarement lieu sur le moment. Si, à l’ère des technologies de la communication, la déspatialisation physique du lien social fait bien monter le niveau à partir duquel le face-à-face devient nécessaire (Jauréguiberry, 2003), il ressort que la confrontation entre le jeune et le relevé de sa position se fait tout de même prioritairement « en présentiel ». L’échange, tout comme la fabrique du mensonge sur laquelle nous reviendrons, se trouvent brutalement altérés par la collecte de la position géographique, utilisée dans ce contexte comme preuve d’un décalage entre le discours et la réalité.

11Dans un second temps, la SnapMap peut répondre à une simple curiosité : « Souvent, c’est juste pour voir où se trouve tout le monde, ça peut permettre de se rejoindre aussi », commence Louane (14 ans, troisième générale). « Quand je sais pas quoi faire, par exemple pendant le confinement, j’ai regardé si les gens étaient bien chez eux », ajoute Jean-Baptiste (15 ans, seconde générale). Anaïs (16 ans, terminale générale) conclut : « Pendant les grandes vacances, ça permet de savoir où vont tes potes, s’ils bougent loin de la France, on peut voir s’il y a des mythos aussi (rires), mais c’est pour rigoler surtout ». La collecte de la position géographique s’opère donc parfois de façon anodine chez les adolescents et n’est pas systématiquement à rapprocher d’un « besoin de vérité », qui reste plus fréquemment réservé aux relations sentimentales (Duum et Langlais, 2020) ou aux amitiés les plus fortes. Dans ce contexte, ce n’est pas spécifiquement la position d’un ou une amie qui est recherchée, mais plutôt un panorama de la situation géographique de l’ensemble des contacts.

12Le discours des jeunes interrogés fait aussi ressortir que la SnapMap propose une double vérification de présence, en ce sens qu’elle donne à la fois des informations liées aux territoires physiques, mais aussi numériques fréquentés par les adolescents. Cela témoigne d’un rapprochement, voire d’une hybridation (Silva, 2006) toujours plus forte de ces espaces.

« C’est pas toujours facile d’intérioriser, c’est vrai que sur la map quand je vois que des potes étaient connectés il y a 5 minutes alors que je leur ai envoyé un message il y a un quart d’heure et que j’attends encore la réponse, ça me fait bouillir. Mais bon, je vais rien leur dire sinon ça leur donne de l’importance (rires). » (Émilie)

« Une fois on m’a fait le coup du “je te laisse j’ai plus de batterie” donc oui je regarde quand même la map et là je vois 18 % je me dis “ah d’accord tu raccroches avec 18 % genre tu vas les perdre en 2 minutes”, donc on s’est embrouillés. » (Louane)

13Cette cartographie de la présence hors-ligne des jeunes, qui se double donc d’un apport informationnel relatif à leur présence en ligne, peut parfois engendrer des tensions. Il s’agit d’une nouvelle modalité de vérification de disponibilité qui se cumule à celles déjà existantes. Par ailleurs, le recours immédiat de Louane à la carte pour vérifier un pourcentage de batterie restant montre que la jeune fille est bien consciente que l’outil n’est pas seulement utile pour surveiller une présence en ligne ou hors ligne : il s’agit aussi d’évaluer la capacité d’un individu à répondre ou à faire durer une conversation ou non.

14Pour ces raisons, la SnapMap offre une connaissance de l’activité des pairs bien supérieure aux fonctionnalités d’autres plateformes largement adoptées par les adolescents. Le partage ou non de la SnapMap entre jeunes est, de fait, nécessairement lié à un filtrage attentif de l’audience qui peut ou non disposer de cette quantité d’informations.

S’exposer et se cacher : normes et négociations autour du partage de la géolocalisation

15Qu’il s’agisse du besoin de se justifier en fonction des temporalités des usages de la carte ou d’une exigence de réciprocité dans la proposition de partage de la position géographique, plusieurs éléments ressortent de notre analyse et attestent du caractère très codifié de la SnapMap.

Un partage de la position qui participe d’un besoin de justification

16D’abord, il ressort que les deux registres évoqués précédemment (vérification de présence ou simple curiosité) n’affectent pas les mêmes individus selon leur positionnement dans le graphe social des adolescents interrogés. La géolocalisation des proches semble, pour la majorité des jeunes de notre enquête, plutôt courante dans le cadre des relations sentimentales, et de façon moindre auprès des meilleurs amis et meilleures amies. L’utilisation d’une donnée aussi précise et intrusive prendrait ainsi tout son sens dans le cas de relations fortes entre des individus, reléguant la consultation de la position de toutes et tous à une simple curiosité. Si nous ne généralisons pas cette tendance à partir de l’échantillon qualitatif, le fait de géolocaliser son ou sa partenaire semble ressortir plus souvent chez les filles :

« Mon copain, franchement, c’est la seule personne qui m’intéressait le plus pour ça (vérifier sa position). Quand il l’a enlevée, je lui ai demandé pourquoi, j’ai trouvé ça louche quand même. Après, mes copines, elles sont libres de faire ce qu’elles veulent, je ne vais pas aller vérifier ce qu’elles font » (Maëlle, 16 ans, seconde professionnelle)

« Quand tu rentres là-dedans c’est un peu un jeu à embrouilles, parce que regarde, ma copine elle l’a tout le temps éteinte, sa localisation, donc je ne vais pas me poser de question, je vais pas trouver ça bizarre, alors que si elle l’avait mise mais qu’elle l’enlevait des temps en temps, j’aurais des doutes oui. » (Océane, 18 ans, BTS ressources humaines)

17Les verbatims de Maëlle et Océane font aussi ressortir un des éléments récurrents de nos résultats : la déconnexion volontaire à la géolocalisation de la SnapMap, dénommée « mode fantôme » dans l’application, enjoint l’individu qui souhaite temporairement se cacher à une obligation de justification. Or, devoir se justifier sur sa position mais aussi sur sa connexion peut rapidement devenir dérangeant pour les jeunes, alors que les vérifications de présence alimentent en parallèle la recherche de synchronie, voire d’instantanéité de l’échange :

« Si une personne voit que t’es connectée mais que tu réponds pas, elle va te dire “pourquoi tu me réponds pas alors que t’es là ?” et ça c’est insupportable, tu peux juste vouloir répondre plus tard mais t’as pas le droit, t’es obligée de te justifier. » (Florence, 15 ans, seconde générale)

18Quatre adolescents de l’échantillon invitent néanmoins à nuancer la perception de la carte comme une contrainte, surtout dans le cadre des relations sentimentales. Pour Emma, géolocaliser et faire un retour sur les activités de l’autre, c’est aussi lui donner de l’intérêt : « C’est vrai que je trouve ça mignon, ça veut dire “tu regardes à ce que je fais”, moi je prends ça en compte aussi ». Nous relevons le même discours chez Thomas, géolocalisé par sa petite amie, qui concède qu’elle lui « Donne de l’importance » en consultant régulièrement sa position ou le moment de sa dernière connexion. Le jeune homme s’interroge : « Sur le moment c’est pénible mais si elle ne le faisait pas, c’est là que ça serait inquiétant, si t’as les moyens de savoir tout ça sur une personne mais que tu les utilises pas, est-ce que cette personne n’est pas un peu secondaire au final ? ».

19Par ailleurs, si la norme est d’être visible sur la SnapMap, couper subitement le partage de sa position s’apparenterait à une forme de déviance suffisamment importante pour alimenter les doutes. Océane insiste sur le « cercle vicieux » de ce « jeu à embrouilles ». D’une part, les individus qui n’ont jamais activé leur localisation ne semblent pas concernés par d’éventuelles suspicions, mais la désactivation temporaire de sa présence en ligne est rarement sans conséquences. D’autre part, et comme nous l’avons vu plus haut, les jeunes semblent tout de même soumis à cette injonction à la visibilité dans l’espace et sont donc invités à participer à cette fonctionnalité présentée comme ludique, aussi bavarde soit-elle. Au-delà d’une logique utilitaire apportée par la connaissance de la position des autres, la SnapMap participe donc de cette logique de socialisation particulièrement prégnante à l’adolescence. La dimension collaborative que Snapchat a choisi de donner à son outil joue sans doute un rôle dans cette injonction à « jouer le jeu » de la géolocalisation : tout comme un Waze sans point d’intérêt ou un Blablacar vide de trajets proposés, deux applications destinées au guidage par satellite, l’absence de contenu sur la cartographie de Snapchat lui ferait perdre de son intérêt.

De la contractualisation du partage de position à l’exigence de réciprocité

20Ensuite, selon l’échantillon, le partage de la position géographique doit s’avérer réciproque. Si certains éléments évoqués précédemment s’apparentaient à des appropriations et à des attentes davantage féminines de l’outil, les filles comme les garçons insistent sur ce point :

« Moi je demande souvent, je comprends pas, pourquoi tu veux voir ma position si tu montres pas la tienne ? Là ça devient bizarre… » (Cissé, 15 ans, seconde générale)

« Une amie m’avait demandé ma localisation, bon je lui ai donnée, et en retour je lui ai dit “on échange, maintenant tu me donnes la tienne”. Bon, elle me l’avait donnée mais à un moment elle l’a enlevée, donc j’ai râlé quand même, je lui ai dit “écoute, moi je te l’ai donnée donc tu me donnes la tienne, tu l’enlèves pas comme ça !” (rires). » (Émilie)

21En ce sens, le partage de la localisation pourrait être assimilé à un contrat passé entre deux individus, un pacte de mise en visibilité dont la rupture d’une des parties entraînerait des remontrances, voire la désactivation de la position par l’autre. Dans certains cas, le passage en mode fantôme est au contraire attendu et traduit là aussi la forte codification derrière les pratiques de géolocalisation sociale. C’est notamment le cas lors des soirées qui laissent apparaître de nouvelles normes d’obfuscation directement liées à la position géographique. Avant toute autre chose, se cacher des individus qui n’ont pas été invités devient un préalable au bon déroulement de l’évènement :

« La personne chez qui la soirée est organisée laisse sa map, tous les autres l’enlèvent, c’est comme ça quoi, on se dit “là les gars il faut enlever sa loc” puis on la remet plus tard une fois chez nous comme si de rien n’était. » (Noémie)

22Les adolescents de l’échantillon distinguent également d’autres contextes d’usages de la cartographie de Snapchat. Océane évoque, par exemple, « l’envie de faire une surprise pour un anniversaire, ce qui veut dire ne pas se faire griller… Avec la map, c’est un challenge ! ». Cela renvoie à la dimension ludique de la SnapMap, qui permet à la fois de jouer avec l’espace et avec des connaissances un peu trop curieuses.

Des stratégies de regroupement et d’évitement liées au partage de la position géographique

23La SnapMap permet aux jeunes d’élaborer diverses stratégies de regroupement, même s’il ne s’agit, d’après l’échantillon, que d’un outil parmi d’autres pour le faire. Si la SnapMap reste efficace pour retrouver quelqu’un sans que cette personne n’en soit avertie, elle ne semble pourtant que peu sollicitée lors des invitations à se rejoindre dans un même lieu, qui sont parfois données de façon très indirecte par les adolescents : « C’est plus pratique avec une story », explique Océane. La jeune fille ajoute : « Par exemple je vais poster une story dans un bar sur Snap ou Insta et je vais voir qui me rejoint, au moins ça touche tout le monde, parce que sur la map j’ai pas tout le monde justement ». Émilie développe : « L’avantage des stories par rapport à la map c’est que tu peux voir qui la regarde et donc qui va te rejoindre, c’est plus simple qu’envoyer l’adresse à toutes les personnes et on voit qui a vraiment envie de le faire ». Par ailleurs, ce dernier élément confirme que l’exploitation des informations par les pairs adolescents peut, selon le contexte, apparaître valorisante : regarder une story est une première étape, rejoindre l’individu dans le lieu indiqué en est une seconde qui témoigne d’un certain intérêt pour la personne.

24La géolocalisation des contacts engendre enfin des stratégies d’évitement tout à fait volontaires. En 2014, il s’agissait d’ailleurs du principal objectif de l’application Cloak, en référence à la « cape d’invisibilité », qui permettait d’agréger les données de Foursquare et d’Instagram pour éviter de croiser certains individus dans l’espace. Si cette application n’a jamais connu un grand succès, des adolescents de l’échantillon en reprennent l’idée et consultent régulièrement la carte pour ne pas retrouver celles et ceux qu’ils n’ont pas envie de voir : « Ce qui est bien quand tu vois où se trouve tout le monde c’est que tu peux trier qui tu veux voir ou pas, t’as pas de mauvaises surprises », explique Olivier (18 ans, L1 anglais). Mike (16 ans, première littéraire) ajoute : « Oui ça m’est déjà arrivé de ne pas rejoindre un pote dans un bar parce qu’un autre que j’avais pas trop envie de voir avait posté une story dans ce même bar, donc là je me suis dit “ok c’est pas la peine”, et j’y suis pas allé ». Le mode fantôme n’est donc pas seulement utilisé pour se cacher des autres mais plutôt d’un ou d’une autre en particulier. Or, une fois le partage de localisation effectué, celui-ci est activé de manière permanente par défaut et il n’est pas rare que les jeunes se mettent dans des situations embarrassantes en l’oubliant :

« Une fois j’avais raconté à une pote que j’étais chez moi, mais en vrai j’étais chez une autre pote qu’elle aimait pas du tout. Mais je me suis rappelée trop tard que je lui avais donné l’accès à ma map et elle a su où j’étais, et j’ai dû m’expliquer pendant je sais pas combien de temps que c’était parce que je savais qu’elle l’aimait pas, tout ça… » (Noémie)

25Les résultats présentés dévoilent donc une multitude de pratiques de géolocalisation sociale à travers l’utilisation d’un dispositif sociotechnique tout aussi codifié que le réseau socionumérique duquel il est issu. La nécessaire réciprocité dans l’échange de la position géographique, la contextualisation de pratiques jugées acceptables, voire valorisantes, quand d’autres apparaissent « insupportables », ou encore les nombreuses stratégies pour se retrouver ou s’éviter dans l’espace témoignent de l’attention que portent les jeunes interrogés à un outil aussi efficace et versatile qu’invasif.

Apprendre par l’erreur et faire face aux mésusages : des adolescents réflexifs, mais des conséquences sociales genrées

26Parmi l’ensemble des données personnelles, la position géographique est de loin parmi les plus lucratives et donc recherchées par les responsables de traitement, tant son exploitation algorithmique ouvre le domaine des possibles. Il en va de même lorsque des individus souhaitent collecter cette donnée sur leurs pairs. L’ensemble des résultats évoqués jusqu’à présent démontre, si cela est encore nécessaire, que la géolocalisation gratifie le surveillant d’une connaissance fine de l’activité du surveillé. Aussi, si les jeunes défendent et répètent à plusieurs reprises la dimension ludique de la SnapMap, en parlant de « rentrer dans le jeu » (Anaïs), « d’être dans la boucle » (Laura, 16 ans, seconde générale), « de perdre » en « se faisant choper » (Claire, 15 ans, seconde générale), ils n’en restent pas moins avertis de la violence de cette donnée et de l’intrusion qu’elle engendre dans leur vie privée.

Une forte réflexivité adolescente derrière l’usage de la géolocalisation sociale

27On peut noter un écart intéressant entre la légèreté illusoire que les adolescents de l’échantillon prêtent à un dispositif sociotechnique aussi intrusif et leurs préoccupations concrètes en matière de vie privée :

« La géolocalisation de quelqu’un c’est quand même super important, c’est privé mais avec Snapchat, comment dire… On le met à un niveau inférieur, on banalise entre guillemets notre intimité, notre adresse, alors que c’est super important, c’est chez nous, tout le monde peut venir sonner chez toi. Il faut vraiment filtrer à qui on donne sa position ! » (Océane)

« Ce qu’on donne c’est quand même un accès à la vie intime on va dire, ça pourrait être associé à une étape en plus dans l’amitié, une étape de confiance, d’accès à l’intimité de l’autre, c’est vraiment un truc à consommer avec modération. » (Laura)

28Ces verbatims ne sont pas surprenants. Même si quelques disparités sociodémographiques sont à observer, les jeunes apparaissent comme des individus le plus souvent réflexifs sur le partage de leurs contenus (Madden et al., 2013). Les adolescents, plus particulièrement, ont en effet une connaissance et des compétences en général suffisantes pour filtrer l’audience atteinte et les accès autorisés à leurs données en fonction des individus, à une période de leur vie où une partie majeure de leur socialisation dépend de la nature et de la gestion de leur exposition dans les espaces numériques (Lancelot Miltgen, 2003 ; Hargittai et Hinnant, 2008 ; Jenkins et al., 2017). Océane dénonce, comme plusieurs autres adolescents parmi ceux que nous avons interrogés, les risques liés à la récupération possible de sa propre adresse à travers un outil pourtant utilisé pour suivre les déplacements. C’est ici que se trouve une démarcation significative entre la géolocalisation dans le contexte de la surveillance parentale et la géolocalisation entre pairs adolescents. Pour les parents, ce sont les déplacements en-dehors du domicile familial qui présentent le plus d’intérêt (Bruna, 2022). Or, pour les jeunes, la localisation du domicile de l’individu géolocalisé, qui n’est pas nécessairement connue au préalable, devient soudainement visible et exploitable. Une position fixe, la nuit, apparaît potentiellement plus préjudiciable que le fait d’avoir été repéré dans un ailleurs éloigné. Donner l’accès à la SnapMap, c’est donc s’exposer au risque physique qu’un individu puisse venir sonner à la porte.

29Cela conforte les jeunes dans l’idée que leurs actions en ligne ne le sont que partiellement et qu’elles peuvent avoir des conséquences tout à fait concrètes hors ligne, repoussant davantage le caractère faussement virtuel des espaces numériques. Dans ce cadre, si Laura insiste plus haut sur l’intimité de la donnée de géolocalisation, dont le partage représenterait une étape supplémentaire dans l’amitié et dans la confiance accordée à l’autre, Anaïs renchérit sur la mesure de la force des liens et les possibles mésusages de la carte :

« Avec la map, tu sais si tu peux avoir confiance ou non en certaines personnes. Tes vrais amis, tu les testes pas à partir du nombre de flammes mais [à partir] de ce qu’ils vont faire de la map. »

30Les adolescents ne semblent donc pas donner l’accès à la SnapMap de façon anodine. Dans leur discours, ils estiment qu’il s’agit de l’information la plus privée qu’ils peuvent accorder à un contact, réservée aux amis très proches ou à leurs relations sentimentales et, plus rarement, à la famille. Emma, par exemple, partage sa localisation sur Snapchat avec sa sœur pour des raisons sécuritaires : « S’il m’arrive quelque chose, elle verra qu’il y a un problème ». C’est un des rares cas de présence de la famille sur Snapchat, alors que les frères et sœurs, jugés trop proches de l’autorité parentale, en sont souvent volontairement exclus (Bruna, 2020).

La dimension genrée des conséquences sociales du partage de la géolocalisation

31Si cela ne semble concerner que trois filles dans l’échantillon, la présence de la famille afin de « jeter un œil à distance » semble être un argument de sécurité recherché par les adolescentes, qui ont intériorisé le fait d’être plus vulnérables dans l’espace urbain, comme le montrent par exemple les travaux de Clément Rivière (2019). Rapporté à l’échantillon, seul un garçon (Thomas) déclare avoir partagé sa position avec son frère, mais pour le retrouver et sortir en ville. Si la présence du cercle familial au sein de Snapchat, y compris via la SnapMap, reste dans tous les cas minoritaire, elle ne semble donc pas être justifiée de la même façon selon les sexes.

32Aussi cette apparente codification des accès à accorder ou non aux contacts en fonction des affinités et de la force des liens avec chaque individu ne rend-elle pas compte des exceptions rencontrées. Si, comme beaucoup d’autres, Émilie déclare que sa localisation est « ce qu’elle peut donner de plus privé », elle concède que le caractère ludique du partage de la position prend parfois le dessus sur les risques potentiellement encourus :

« Je la mets vraiment à mes amis les plus proches, il faut qu’il y ait une certaine confiance pour que je la donne, mais en même temps… Je te dis que c’est intime mais oui je peux la donner comme ça pendant une soirée, à quelqu’un en soirée qui me dit “viens je te donne la mienne” et je lui dis “vas-y je te donne la mienne alors”. »

33Dans nos entretiens, alors que les tranches d’âge ne semblent avoir que peu d’influence sur les partages de localisation, les filles se montrent généralement plus attentives aux accès qu’elles accordent à leurs contacts. Garçons et filles admettent majoritairement « apprendre par l’erreur », mais les actions consécutives à cette erreur ne semblent pas identiques. Adrien et Thomas expliquent s’être « faits griller », mais dédramatisent rapidement en ajoutant que « c’est le jeu ». Après s’être trouvées dans une situation compromettante ou, a minima, regrettée en raison d’un partage de localisation à une audience trop large, cinq filles de l’échantillon admettent en revanche filtrer plus minutieusement par la suite. Or, tout en étant avertis de la violence de la donnée de localisation, dont la collecte à un instant donné suffit à piéger l’individu et à le mettre face à son propre mensonge, plusieurs jeunes de notre enquête s’avèrent étonnamment intransigeants. Selon eux, le partage de la localisation se fait en connaissance de cause :

« Si la personne a accepté d’être géolocalisée, j’ai envie de dire que c’est son problème, si t’actives tu prends un risque, si tu t’en rappelles pas et que tu te fais choper il faut assumer derrière. » (Océane)

« Il y a des gens qui laissent leur position à tout le monde donc ils se souviennent même plus qu’ils l’ont partagée. Ils se posent pas de question derrière, c’est bête. » (Claire)

34Les individus un peu trop curieux ne sont pas ceux qui semblent incriminés : garder le contrôle sur le partage de sa position doit faire partie des compétences individuelles acquises à l’adolescence, le manquement étant socialement sanctionné. Ici, puisque surveiller fait partie du jeu, contrôler ce qui peut être vu apparaît essentiel. C’est également ce que précise Émilie, qui partage sa localisation au-delà des seuls amis proches : « Je me dis que ce que je donne, je peux le reprendre, c’est ça qui est important, je peux désactiver à tout moment ». Il n’est donc guère surprenant que l’accès à la SnapMap ne s’établisse que rarement sur le long terme et reste plutôt l’objet de négociations régulières. En effet, l’erreur semble se payer au prix fort : la connaissance de la position géographique en temps réel de l’individu géolocalisé peut le mettre dans une position inconfortable. Par exemple, Anaïs témoigne d’une expérience embarrassante liée au partage de sa position, face à un garçon très insistant :

« J’étais chez moi, il voulait qu’on se voie, j’ai dit que j’étais pas dispo mais il m’a dit “t’es chez toi donc c’est bon on peut se voir”, il sait que la journée mes parents travaillent, je savais plus quoi répondre, il est venu, j’avais pas forcément envie, bon il est pas resté longtemps mais je me suis sentie piégée. Une fois qu’il a vu où je suis c’est trop tard en fait, tu peux pas revenir en arrière. »

35Là encore, cette situation fait ressortir une asymétrie genrée dans le rapport de force. L’oubli du partage de la position nous semble donc, à l’issue de l’ensemble des résultats présentés, plus préjudiciable aux adolescentes, et celles-ci réagissent immédiatement après ce qui représente, de leur propre aveu, une erreur de leur part. Ce résultat n’est pas sans rappeler les travaux de Sarah Handyside et Jessica Ringrose (2017), qui démontraient que la culpabilité liée au screening de contenus intimes sur Snapchat était bien plus fortement ressentie du côté des filles. Les conséquences d’une collecte malheureuse de la position géographique s’orientent ainsi dans la même direction, ce que nous retrouvons dans l’exemple du stalker connecté donné par Christian Licoppe (2016 : 138), qui s’affiche physiquement proche mais ne s’exprime pas, et dont la menace pour une jeune femme interrogée naît « d’une combinaison de la proximité répétée et du silence électronique ». En outre, l’asymétrie que nous soulignons fait ressortir un rapport de force entre le surveillant et le surveillé, avec la problématique de la maîtrise du dispositif sociotechnique qui s’intercale entre les deux. Ces résultats font écho aux travaux de Fabien Granjon (2009) ou d’Esther Hargittai et d’Amanda Hinnant (2008) relatifs à l’existence d’une fracture numérique cognitive face à laquelle toutes et tous ne sont pas égaux. D’une part, le manque de compétences pour gérer efficacement le partage de sa position géographique laisse les individus visibles par défaut et les expose à la pesanteur de la surveillance. D’autre part, des recherches plus récentes précisent les contours de ces « inégalités sociales-numériques » (Granjon, 2022), cumulables et transmissibles, comme sous-composante du capital culturel. Si l’échantillon ne nous permet pas de livrer des conclusions sur les vulnérabilités des adolescentes et adolescents face à la collecte de leur position par les pairs en fonction de leur milieu social, il ressort cependant que les filles interrogées semblent les avoir davantage intériorisées et sont tout à fait averties de la valeur sociale de la donnée de localisation.

36Enfin, parce que la géolocalisation pénètre les territoires de l’intime, elle joue un rôle dans la fabrique du mensonge. Pour les filles de l’échantillon, le partage de la SnapMap joue un rôle dans les relations sentimentales qui semble plus important que pour les garçons. Comme pour sceller l’union entre deux individus, le dispositif sociotechnique met en jeu la confiance réciproque et fait ressortir à nouveau ce pacte de visibilité : la désactivation même temporaire la carte s’accompagne de la nécessité de se justifier et ne fait qu’alimenter les doutes. À la suite de certaines suspicions sur les déplacements de son petit ami, Louane est, par exemple, à l’initiative de la demande de partage de localisation avec ce dernier, qu’elle justifiera ainsi : « Voilà, maintenant on ne peut plus se mentir ». En instituant le recours à la SnapMap comme une étape à part entière dans leur relation, elle sous-entend l’existence d’un avant et d’un après, ce qui souligne le caractère disruptif dans les usages sociaux de l’outil.

37Garder le contrôle sur l’audience atteinte par une multitude de contenus et données personnelles n’est donc pas toujours évident. C’est pourquoi certains jeunes, parmi les plus âgés de notre enquête, s’orientent vers des alternatives. La géolocalisation ponctuelle, que Maxime (17 ans, terminale professionnelle) définit comme un partage « quand on veut, pour la durée qu’on veut » est ainsi préférée à la permanence du suivi de la SnapMap. C’est aussi l’avis de Sonia et de Maxime, qui s’éloignent de l’outil proposé par Snapchat, en se justifiant de façons différentes. Pour Maxime, c’est la SnapMap qui est « trop intrusive », tandis que pour Sonia ce sont plutôt « les gens (qui) vont trop loin avec ».

Conclusion

38La cartographie numérique proposée par l’application Snapchat fait monter d’un degré le niveau des vérifications de présence en ligne courantes, qui sont aujourd’hui pratiquement omniprésentes dans les espaces communicationnels adoptés par les adolescents. En plus de la gestion de leurs contenus, les jeunes doivent désormais composer avec le partage en temps réel d’une donnée personnelle qui ne permet que peu de concessions : leur position géographique. Que celle-ci soit collectée à des fins de surveillance ou par simple curiosité, la localisation fournit bien plus d’informations que d’autres modalités de traçage telles que l’heure de la dernière connexion. Les jeunes de l’échantillon en sont tout à fait avertis : en rentrant dans le jeu de la SnapMap, ils acquièrent une visibilité du lieu de vie, des activités, des endroits mais aussi des individus fréquentés par leurs pairs, autant d’informations jadis réservées aux agences gouvernementales. En retour, ils s’exposent eux aussi à l’utilisation de leurs propres données, avec des finalités parfois embarrassantes.

39Tout comme les procédés de gamification et la possibilité de conserver les contenus éphémères via le screening dans Snapchat, la SnapMap s’appréhende elle aussi comme un espace particulièrement codifié. Le partage de la position est d’abord contractuel, et les adolescents veillent régulièrement à sa réciprocité : celui qui sort du jeu ne peut garder bien longtemps les bénéfices liés à la connaissance de la position de l’autre. Ensuite, la SnapMap n’a pas vocation à être utilisée de façon éphémère. S’exposer puis se cacher régulièrement alimente les doutes. Si le mode fantôme masque effectivement la localisation pendant la durée choisie, il ne protège pas de la justification de son activation qui a le plus souvent lieu a posteriori et en face à face. À l’inverse, la désactivation du partage est attendue lors des soirées ou anniversaires, afin d’invisibiliser l’évènement aux yeux des personnes non invitées. Ces pratiques très normées sont finement décrites par la majorité des adolescents de l’échantillon et témoignent de leur réflexivité. Bien conscients de la puissance du dispositif sociotechnique, ils semblent mesurer les conséquences qui peuvent découler d’un oubli ou d’un mésusage et donc adapter leur utilisation du dispositif. Apprendre par l’erreur, le plus souvent en se faisant piéger une première fois par un de leurs contacts, permet aux jeunes de prendre de la distance vis-à-vis de certaines personnes trop curieuses, de faire marche arrière sur le partage de leur position, voire de mettre de côté la SnapMap pour lui préférer une géolocalisation plus ponctuelle. En évoquant par exemple les dangers derrière la révélation de l’adresse, ils justifient une connaissance des risques approfondie. C’est peut-être pour ces raisons qu’ils semblent aussi intransigeants sur un oubli. L’individu fautif, c’est d’abord le géolocalisé qui peine à pleinement assumer les règles du jeu. L’erreur apparaît donc socialement punitive.

40À ce titre, si nous n’avons pas observé de différences majeures au cours de cette recherche en fonction des tranches d’âge et de la localisation des jeunes, certaines justifications (par exemple sur le fait d’avoir une présence familiale dans la SnapMap) et situations inconfortables liées à l’utilisation du dispositif semblent très genrées. La dimension ludique s’effacerait plus rapidement pour les filles, pour lesquelles le mensonge sur la localisation semble davantage affecter certaines de leurs relations sociales. La taille de l’échantillon invite bien sûr à ne pas généraliser cette tendance ; aussi une étude cette fois focalisée sur les pratiques genrées de la géolocalisation sociale adolescente gagnerait-elle à être réalisée. Dans les discours adolescents, l’essentiel reste de garder la main sur sa donnée de localisation, ce qui traduit une réflexion aboutie sur la gestion d’informations personnelles qui peuvent devenir préjudiciables. Le filtrage de l’audience, clairement mis en évidence dans les paramètres de l’application, constitue par conséquent un aller-retour fréquent chez des jeunes acteurs de leurs propres données. L’apparente banalisation des échanges de la position géographique, qui se double parfois de la prévalence du côté ludique de la SnapMap au détriment des irréversibilités qui pourraient découler de sa consultation, est ainsi à nuancer en fonction du contexte et des individus concernés. Qu’il s’agisse d’une relation sentimentale ou d’une très forte amitié, la cartographie des positions des êtres chers joue assurément un rôle dans les interactions sociales adolescentes. Contraignante, voire menaçante lorsqu’elle est révélatrice de vérité et qu’elle se cumule à de multiples vérifications de disponibilités préexistantes, elle participe au contraire du renforcement des liens en tant que témoignage d’attention et d’intérêt.

41Enfin, les analogies entre le sniper de G. Deleuze (1986) tel que nous le présentions en introduction et la collecte de la position géographique via la SnapMap apparaissent nombreuses, puisque l’adolescent qui consulte une cartographie de la position géographique de ses connaissances profite à son tour de cette vision panoptique. Tout comme la lunette du sniper qui permet de cibler un individu dans la foule, le regard zénithal sur une carte qui rend compte des activités des autres (mais plus souvent de l’autre, au singulier, comme nous avons pu le démontrer) confère aussi une information qui échappe traditionnellement à l’œil humain lorsque celui-ci n’est pas aidé par un outil. Ainsi l’individu contemporain évolue-t-il ainsi dans un « monde traçable », dont « l’emprise et l’extension se trouvent notamment accrues par le système GPS » (Aïm, 2020 : 91). Cette nouvelle perception d’une réalité physique augmentée par la couche informationnelle délivrée par un dispositif sociotechnique confère à celui ou celle qui surveille un pouvoir sur l’autre selon la définition foucaldienne du terme. À la lecture de ces résultats empiriques, il ressort en effet que cette surveillance de l’autre s’assimile à une pratique du pouvoir (Giddens, 1985), puisque le rapport de force entre géolocalisant et géolocalisé s’avère suffisamment déséquilibré pour que le surveillant puisse exercer une forme de domination sur le surveillé. Ce dernier, dont les déplacements peuvent être conditionnés à sa propre mise en visibilité et pour qui les conséquences sociales d’un mauvais partage de sa position sont parfois tout à fait concrètes, voit ses libertés individuelles possiblement menacées.

42Les usages sociaux de la géolocalisation jouent donc un rôle dans la mise en visibilité de l’autre, dans ses potentiels déplacements et la justification future de ces derniers, mais aussi dans sa faculté à conserver sa vie privée. De la même façon, le manque volontaire de transparence sur ses activités en ligne et hors ligne, lorsque la norme invite à s’exposer davantage, peut s’assimiler à un comportement déviant. Or, la lutte contre une quelconque forme de déviance n’est-elle pas l’argument décisif qui, sous le prétexte d’une garantie sécuritaire, justifie précisément le recours à des dispositifs de surveillance ? Certes, contrairement à d’autres collectes informationnelles effectuées par des responsables de traitement ou par des structures gouvernementales, la récupération de la donnée de géolocalisation entre pairs adolescents n’apparaît guère comme un enjeu politique ou marchand. Néanmoins, cette contribution tend à démontrer qu’elle devient bel et bien un enjeu relationnel.

Haut de page

Bibliographie

Aïm O., 2020, Les Théories de la surveillance. Du panoptique aux Surveillance Studies, Malakoff, A. Colin.

Amsellem-Mainguy Y., 2021, Les Filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Presses de Sciences Po.

Aubert N. et Haroche C. (dirs), 2011, Les Tyrannies de la visibilité. Être visible pour exister ?, Toulouse, Erès.

Balleys C., 2015, Grandir entre adolescents. À l’école et sur Internet, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Beuscart J. S., Dagiral E. et Parasie S., 2016, Sociologie d’internet, Paris, A. Colin.

boyd d., 2014, It’s complicated. The social lives of networked teens, London, Yale University Press.

Bruna Y., 2020, « Snapchat à l’adolescence. Entre adhésion et résistances », Réseaux, 222, p. 139-164. https://doi.org/10.3917/res.222.0139

Bruna Y., 2022, « Usages et enjeux de la géolocalisation dans le contexte de la surveillance parentale », Tic & Société, 16 (1-2), p. 127-159. https://doi.org/10.4000/ticetsociete.6532

Cardon D., 2019, Culture numérique, Paris, Presses de Sciences Po.

Citton Y., 2014, « Introduction », dans Y. Citton et Y. Crary (dirs), L’Économie de l’attention, nouvel horizon du capitalisme ?, Paris, Éd. La Découverte, p. 7-31.

Davies C., Coleman J. et Livingstone S., 2014, Digital technologies in the lives of young people, London, Routledge.

Davis J. et Jurgenson N., 2014, « Theorizing Context Collapse: Context collusions and collisions », Information, Communication, and Society, 17 (4), p. 476-485. https://doi.org/10.1080/1369118X.2014.888458

Déage M., 2018, « S’exposer sur un réseau fantôme. Snapchat et la réputation des collégiens en milieu populaire », Réseaux. Communication, technologie, société, 208-209, p. 147-172. https://doi.org/10.3917/res.208.0147

Deleuze G., 1986, Foucault, Paris, Éd. de Minuit.

Dick P. K., 1956, « Minority Report », Fantastic Universe Science Fiction, 4 (6).

Dunn R. T. et Langlais M. R., 2020, « “Oh Snap !” : A Mixed-Methods Approach to Analyzing the Dark Side of Snapchat », The Journal of Social Media in Society, 9 (2), p. 69-104. https://thejsms.org/index.php/JSMS/article/view/633

Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Galinon-Mélénec B. et Zlitni S. (dirs), 2013, Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, CNRS Éd.

Giddens A., 1985, The Nation-State and Violence, Los Angeles, University of California Press.

Granjon F., 2022, « Inégalités sociales-numériques : décryptage sociologique », Les Cahiers du développement social urbain, 75, p. 6-8. https://doi.org/10.3917/cdsu.075.0006

Granjon F., Lelong B. et Metzger J.-L. (dirs), 2009, Inégalités numériques. Clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC, Paris, Lavoisier.

Haggerty K. D. et Ericson R. V., 2000, « The surveillant Assemblage », The British Journal of Sociology, 51 (4), p. 605-622. https://doi.org/10.1080/00071310020015280

Handyside S. et Ringrose J., 2017, « Snapchat memory and youth digital sexual cultures: mediated temporality, duration and affect », Journal of gender studies, 26 (3), p. 347-360. https://doi.org/10.1080/09589236.2017.1280384

Hargittai E. et Hinnant A., 2008, « Digital Inequality: Differences in Young Adults' Use of the Internet », Communication Research, 35 (5). https://doi.org/10.1177/0093650208321782

Hargittai E. et Marwick A., 2016, « “What Can I Really Do?”. Explaining the Privacy Paradox with Online Apathy », International Journal of Communication, 10. http://ijoc.org/index.php/ijoc/article/view/4655

Jauréguiberry F., 2003, Les Branchés du portable. Sociologie des usages, Paris, Presses universitaires de France.

Jauréguiberry F. et Proulx S., 2011, Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Erès.

Jenkins H., Ito M. et boyd d., 2017, Participatory Culture in a Networked Era. A Conversation on Youth, Learning, Commerce and Politics, Cambridge, Polity Press.

Jurgenson N., 2019, The Social Photo. On Photography and Social Media, London, Verso Books.

Kafka F., 1933 [1925], Le Procès, trad. de l’allemand par A. Vialatte, Paris, Gallimard.

Kessous E., 2012, L’Attention du monde. Sociologie des données personnelles à l’ère numérique, Paris, A. Colin.

Lancelot Miltgen C., 2003, « Vie privée et Internet : influence des caractéristiques individuelles et situationnelles sur les attitudes et les comportements face à la collecte de données personnelles », dans Association française du Marketing, Actes du Congrès de l’Association Française du Marketing, Tunis, p. 1-30. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00457867/document

Madden M., Lenhart A., Cortesi S., Gasser U., Duggan M., Smith A. et Beaton M., 2013, « Teens, Social Media, and Privacy », Pew Research Center. https://www.pewresearch.org/internet/2013/05/21/teens-social-media-and-privacy

Licoppe C., 2016, « Mobilités et rencontres dans les espaces publics urbains à l’âge des médias positionnels: Coutures, plis et rencontres avec des inconnus pseudonymes », Réseaux, 200, p. 117-143.

Licoppe C. et Inada Y., 2010, « Locative media and cultures of mediated-proximity. The case of the Mogi game location-aware community », Environment and Planning. Society and Space, 28 (4), p. 691-709. https://doi.org/10.1068/d13307

Licoppe C., Rivière C.-A. et Morel J., 2016, « Grindr casual hookups as inter-actional achievements », New Media & Society, 18 (1). http://doi.org/10.1177/1461444815589702

Marwick A. et boyd d., 2014, « Networked privacy. How teenagers negotiate context in social media », New Media & Society, 16 (7), p. 1051-1067. https://doi.org/10.1177/1461444814543995

Merzeau L., 2015, « Le profil : une rhétorique dispositive », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2015 (3). https://doi.org/10.4000/itineraires.3056

Orwell G., 1950 [1949], 1984, trad. de l’anglais par A. Audiberti, Paris, Gallimard.

Race K., 2014, « Speculative pragmatism and intimate arrangements: online hook-up devices in gay life », Culture, Health & Sexuality. An International Journal for Research, Intervention and Care, 17 (4), p. 496-511. http://doi.org/10.1080/13691058.2014.930181

Rivière C., 2019, « Mieux comprendre les peurs féminines. La socialisation sexuée des enfants aux espaces publics urbains », Sociétés contemporaines, 115, p. 181-205. https://doi.org/10.3917/soco.115.0181

Roesner F., Brian G. T. et Kohno T., 2014, « Sex, Lies or Kittens? Investigating the Use of Snapchat’s Self-Destructing Messages, Financial Cryptography and Data Security », Financial Cryptography and Data Security, FC 2014, p. 64-76. http://doi.org/0.1007/978-3-662-45472-5_5

Silva A. de Souza e, 2006, « From Cyber to Hybrid. Mobile Technologies as Interfaces of Hybrid Spaces », Space and Culture, 9 (3), p. 261-278. https://doi.org/10.1177/1206331206289022

Silva A. de Souza e et Gordon E., 2011, Net Locality. Why Location Matters in a Networked World, Chichester, Wiley-Blackwell.

Silva A. de Souza e et Sheller M. (éds), 2015, Mobility and Locative Media. Mobile Communication in Hybrid Spaces, New York, Routledge.

Utz S., Muscanell N. et Khalid C., 2015, « Snapchat elicits more jealousy than Facebook. A Comparison of Snapchat and Facebook use », Cyberpsychology, Behavior and Social Networking, 18 (3), p. 141-146. http://dx.doi.org/10.1089/cyber.2014.0479

Vaterlaus J.M., Barnett K., Roche C. et Young A. J., 2016, « “Snapchat is more personal”. An exploratory study on Snapchat behaviors and young adult interpersonal relationships », Computers and Human Behaviour, 62, p. 594-601. https://doi.org/10.1016/j.chb.2016.04.029

Haut de page

Annexe

Tableau 1. Sociographie

ID Pseudonymisation Indicateurs sociodémographiques Année entretien
1 Julie F, 18, Bac Pro Hôtellerie, Châtillon 2018
2 Claire F, 15, 2de Générale, Noisy-Le-Sec 2018
3 Florence F, 15, 2de Générale, Noisy-Le-Sec 2018
4 Maëlle F, 16, Bac Pro Hôtellerie, Paris 14e 2018
5 Tommy M, 14, Collège (3e), Bayonne 2018
6 Noémie F, 17, Terminale ES, Toulouse 2018
7 Mike M, 16, 1re L, Metz 2018
8 Laura F, 16, 2de Générale, Metz 2018
9 Ophélie F, 16, 2de Générale, Sevran 2018
10 Mélissa F, 13, Collège, Colombes 2018
11 Sonia F, 17, Terminale S, Rennes 2018
12 Thomas M, 18, Terminale Pro, Paris 14e 2018
13 Karim M, 12, Collège (5e), Noisy-Le-Sec 2018
14 Mohamed M, 13, Collège (4e), Levallois 2018
15 Louane F, 14, Collège (3e), Antony 2018
16 Marina F, 16, Première S, Antony 2018
17 Matthias M, 15, 2de Générale, Pau 2018
18 Emilie F, 18, BTS Ressources Humaines, Toulouse 2021
19 Jean-Baptiste M, 15, 2de Générale, Dax 2021
20 Adrien M, 18, Bac Pro Électrotechnique, Muret 2021
21 Océane F, 18, BTS Ressources Humaines, Toulouse 2021
22 Anaïs F, 16, Terminale Générale, Dax 2021
23 Cissé M, 15, 2de Générale, Dax 2021
24 Olivier M, 18, L1 Anglais, Bordeaux 2021
25 Emma F, 15, Collège (3e), Pau 2021
26 Florian M, 15, Collège (3e), Pau 2021
27 Maxime M, 17, Terminale Professionnelle, Bordeaux 2021
Haut de page

Notes

1 Les plateformes de geocaching sont des plateformes ludiques de géolocalisation d’objets virtuels dans l’espace physique, qui amènent souvent à collectionner des items (par exemple, Pokémon Go) ou à contrôler des territoires (par exemple, Ingress) par le biais de la réalité augmentée.

2 L’entreprise américaine est à l’initiative des messages dits « éphémères », qui ont vocation à disparaître une fois consultés, et a successivement proposé les flammes et émoticônes permettant de « quantifier » la force des liens avec les contacts, les stories (depuis adoptées par tous ses concurrents) ou encore les memories afin de pouvoir sélectionner quels contenus doivent s’affranchir de l’éphémérité et être conservés indéfiniment.

3 Application qui propose de géolocaliser ses proches et qui s’est rapidement stabilisée dans la catégorie « top 25 » des applications gratuites les plus téléchargées dans les marchés applicatifs mobiles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Capture d’écran de la SnapMap et des paramètres de localisation sur Snapchat.
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/30445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/30445/img-2.png
Fichier image/png, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Bruna, « Géolocalisation des pairs à l’adolescence et enjeux relationnels : les usages sociaux de la SnapMap »Questions de communication, 42 | 2022, 291-312.

Référence électronique

Yann Bruna, « Géolocalisation des pairs à l’adolescence et enjeux relationnels : les usages sociaux de la SnapMap »Questions de communication [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30445 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.30445

Haut de page

Auteur

Yann Bruna

Université Paris-Nanterre, Sophiapol, F-92000 Nanterre, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search