Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Notes de lectureCulture, esthétiquePascal Laborderie, Éducation popu...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Pascal Laborderie, Éducation populaire, laïcité et cinéma. Une médiation culturelle en mouvement

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et Civilisation, 2021, 264 pages
Michel Cadé
p. 507-510

Texte intégral

1Tiré d’une habilitation à diriger des recherches, cet ouvrage se présente comme une synthèse des travaux entrepris depuis une douzaine d’années par quelques chercheurs, au premier rang desquels Pascal Laborderie lui-même, autour de l’utilisation du cinéma par les acteurs de l’éducation populaire des années 1920 à aujourd’hui. Vaste sujet qui conjugue histoire de l’éducation et du cinéma, histoire de la communication, histoire des publics, histoire de l’économie d’un médium, construction d’une médiation particulière parallèlement à celle d’une laïcité en mouvement, sur le temps long du siècle du cinéma et de trois républiques, sans oublier la parenthèse de l’État français. Pour relever le défi, l’auteur précise en introduction sa pensée : prendre en compte une autre façon d’envisager l’histoire du cinéma que celle du cinéma commercial, dépasser l’utilitarisme scolaire de l’usage du cinéma en s’intéressant à ses usages extrascolaires, interroger l’appréhension des œuvres dans l’un et l’autre de ces cadres, définir et affiner quelques notions : laïcité, peuple. À partir de cette mise en perspective, il construit un cadre chronologique articulé autour des dispositifs mis en œuvre, soit trois moments ou parties : le cinéma éducateur (1920-1949), les ciné-clubs (1949-1989), les festivals (1989-2020).

2La première partie rappelle que dès la fin du xixe siècle le cinéma a été utilisé à l’école comme outil susceptible de renforcer et de rendre plus concret l’enseignement dispensé. Les projections d’images fixes ou animées ont été rendues possibles par la dotation d’appareils de projection cinématographiques. L’investissement des instituteurs, associés au réseau de distribution de l’Union française des offices du cinéma éducateur laïque (UFOCEL) (p. 40), a permis, d’une part, de diffuser un enseignement s’appuyant sur les images animées et, d’autre part, de développer un mouvement d’éducation postscolaire à caractère populaire. Aidé par l’État et la Ligue de l’enseignement, exonéré fiscalement, touchant d’abord les enfants et les adolescents mais aussi des publics plus larges, le cinéma éducatif est un des moyens de l’enracinement de la République, sans négliger un aspect colonial prégnant particulièrement marqué outre-mer mais bien présent en métropole. Cinéma idéologique et globalement consensuel, il promeut les valeurs républicaines et l’idéologie des Lumières (p. 49). Si certains ont pu penser que ce cinéma par ses productions anticipait le régime de Vichy, par ses aspects ruralistes et colonialistes (p. 50), il semble qu’il s’agisse souvent de manipulations ultérieures (p. 50) mais c’est surtout négliger la proximité de ce cinéma avec la gauche, dont le regroupement devait aboutir au Front populaire. En témoignent certaines de ses thématiques : l’anticléricalisme, l’émancipation des femmes, la coopération, le pacifisme, l’internationalisme et, par-dessus tout, la promotion de la laïcité, entendue, certes, comme un refus des influences religieuses dans l’organisation étatique de la société mais aussi comme le moyen de l’émancipation des citoyens à travers une politique économique et sociale (p. 52).

3En appui de son étude, P. Laborderie aborde deux études de cas destinées à fournir de la chair à ses démonstrations. La première est consacrée à la place et à la vision de la femme dans les films de Jean Benoît-Lévy. Ce dernier fournit au cinéma éducateur nombre de films documentaires et quelques longs métrages de fiction édifiante. Les premiers montrent des apprentissages féminins d’une façon stéréotypée, les jeunes femmes ayant un destin bien affirmé de mères au foyer (p. 57), cependant la présentation de quelques métiers féminins, privilégiant l’habileté manuelle, revenant sur les dispositifs de formation détonne un peu avec la vision réductrice traditionnelle (p. 58). Mais ce sont les fictions, Le Voile sacré (1926) et La Maternelle (1932), liées aux métiers du soin qui offrent à leurs héroïnes une perspective d’émancipation, relative, de la tutelle masculine (p. 61-65) ; il est vrai qu’il eut sur ces deux films Marie Epstein comme assistante. La seconde étude de cas, sous le titre « Un cinéma anticlérical », s’attache, à partir d’une carte du réseau de l’UFOCEL qui montre une faible pénétration dans les régions catholiques, à interroger sa composante anticléricale (p. 71). L’échec du cinéma éducateur laïque est dû, dans l’ouest et l’est du pays, à l’existence d’un réseau de films éducateurs catholiques, le Comité catholique du cinématographe (CCC) (p. 72). Reflet cinématographique de la guerre scolaire, la bataille entre les deux cinémas éducateurs est âpre (p. 74). Côté laïque, on brocarde dans des films d’apparence documentaire le poids de la religion : Mariages bretons, Mœurs et coutumes arabes, Cultes religieux du Turkestan, Procession de la Fête-Dieu à Geispolsheim (p. 75) tout en promouvant l’esprit de la laïcité : Le 42e Congrès national de La Ligue française de l’enseignement, Fêtes du cinquantenaire de l’école laïque (p. 75). L’anticléricalisme est ici suffisamment subtil pour ne pas dégrader l’image du clergé, se contentant de lui dénier tout rôle social, et faisant confiance à un film comme Mon oncle Benjamin de René Leprince (1923) pour saper les positions de l’adversaire (p. 76). Évoquant quelques figures de cet anticléricalisme comme Gustave Cauvin, Joseph Brenier, Édouard Herriot, Albert Lebrun, ces deux derniers hommes politiques de premier plan, l’auteur trace le portrait des chefs de file du cinéma éducateur, républicains modérés, radicaux ou socialistes, et francs-maçons (p. 77). Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les 5 560 points de projection du réseau se soient vu interdire d’activité par le régime de Vichy qui dissout, le 23 juillet 1942, la Ligue de l’enseignement (p. 80). Il faudra attendre après la guerre une dizaine d’années pour que le réseau se reconstitue mais dans des conditions fort différentes, le cinéma éducateur laissant la place au dispositif des ciné-clubs (p. 81).

4La nouvelle forme de cinéma d’éducation que constituent les ciné-clubs est l’objet de la deuxième partie de l’ouvrage. À partir de 1949 se produit un changement considérable dans l’exploitation des films, avec la mise en place d’un secteur non commercial (p. 85). Cette création s’inscrit dans la continuité des éléments fiscaux qui s’appliquaient au cinéma éducatif dans l’avant-guerre (p. 87) mais constituaient un secteur dérogatoire et non de plein droit. De 1946 à 1953 un vaste débat s’ouvre entre les exploitants, sur qui pèse une fiscalité qu’il n’est pas question de remettre en cause, et les exonérés de celle-ci, et à partir de 1949 avec un renforcement en 1951, les séances exonérées de taxes. Séances organisées par les services publics, séances gratuites, séances exceptionnelles organisées par des associations (4 par an), séances organisées par des associations populaires affiliées à une fédération diffusant la culture par le film (p. 90) – cette dernière obligation étant écornée par la loi du 24 mai 1951 (p. 90) –, sont pour les exploitants comme un chiffon rouge. À partir de 1954, quelques limitations sont précisées afin d’éviter de les mécontenter (p. 90). Ces années sont marquées par une intense polémique entre les exploitants et les tenants de la défiscalisation du secteur du cinéma éducatif, dont l’UFOCEL, largement à la manœuvre (p. 95-96), et les fédérations de ciné-clubs. Les deux parties trouvent dans la revue corporative Le Film français d’une part, les revues issues du mouvement d’éducation populaire L’Écran français et UFOCEL Informations d’autre part, des porte-parole efficients. Ce débat, plutôt technique, est rapporté de façon vivante et mesurée par l’auteur (p. 97-102).

5Le passage du cinéma éducateur aux ciné-clubs s’effectue en douceur au rythme de l’apparition du secteur non commercial. Tandis que le réseau des associations de l’UFOCEL se reconstitue, la forme nouvelle du ciné-club s’impose (p. 108). Outre des facteurs techniques, la lente démocratisation du second degré, la construction d’une didactique du cinéma, l’influence des méthodes d’éducation de Célestin Freinet, entrainent des modifications profondes dans l’organisation de l’UFOCEL qui, en 1953, se transforme en Union française des œuvres laïques d’éducation par l’image et le son (UFOLEIS). À la fin des années 1950, celle-ci aura 10 000 ciné-clubs adhérents (p. 108-109). Outre l’UFOLEIS, quatre autres fédérations de ciné-clubs se constituent, construisant un maillage national de quelque 12 000 ciné-clubs, le chiffre étant sans doute minoré (p. 109). L’UFOLEIS, avec ses 17 offices régionaux et ses revues Image et Son, La Saison cinématographique sans oublier une maison d’édition Édilig, domine le champ sans être hégémonique dans celui des idéologies et pratiques (p. 111). Le vieux débat entre laïques et catholiques, s’il demeure (p. 114-116), s’estompe face à des pratiques cinéphiliques communes. L’apport de deux intellectuels catholiques au regard neuf porté sur le cinéma, André Bazin (p. 118) et Henri Agel, auteur du premier manuel scolaire d’enseignement du cinéma (p. 120-125), contribue à une relative unification du champ d’action. Portées tant par les catholiques que par les marxistes, les méthodes mises en œuvre dans les ciné-clubs découlent d’une conception auteuriste du cinéma (p. 125) et d’une volonté émancipatrice de l’éducation populaire (p. 131). À travers le triptyque bazinien, elles construisent présentation-projection-débat, une pratique unifiée (p. 118). Ce chapitre, passionnant et écrit avec une alacrité qui ne nuit pas à la précision des faits, constitue un beau moment d’histoire culturelle qui s’interroge in fine sur la limite qu’engendre un certain élitisme consubstantiel au mouvement des ciné-clubs, peut-être plus petit-bourgeois que populaire (p. 133-136). Lui est adjoint une étude de cas sur les affiches produites de façon artisanale par les ciné-clubs, dont l’intention est d’approcher le militantisme né dans les ciné-clubs (p. 139-152). Pour avoir un certain intérêt, ce chapitre qui reprend presque tel quel des travaux déjà publiés ne s’imposait pas et coupe un peu l’élan.

6La troisième partie interroge le moment même de la publication sans craindre de manquer de recul, montrant que l’auteur sait inscrire sa réflexion dans l’immédiateté, faisant ainsi œuvre d’historien du temps présent. Sa première constatation tient à la fin de la structuration de l’éducation populaire en camp laïque et catholique, dont on a pu voir qu’elle avait commencé dans la période précédente, et qui s’accentue avec une certaine laïcisation du monde associatif catholique (p. 159-160). La deuxième est le déclin du mouvement des ciné-clubs. Incontestable dans les années 1980-1990, il est peut-être moins univoque que l’affirme l’auteur (p. 163-165), en particulier, il subsiste hors de la région parisienne, particulièrement dans le tissu rural, mais il est marqué par le vieillissement et a dérivé de son ancrage éducatif. Si l’on revient à celui-ci, la mise en place par l’État de dispositifs s’adressant dans le cadre de classes volontaires aux différents niveaux de l’enseignement – école, collège ou lycéens et apprentis au cinéma – vide le vivier dans lequel puisaient les ciné-clubs (p. 163-165). Certes, les dispositifs restreignent choix (une liste de films) et séances (3) (p. 164), mais ils ont l’atout de la quasi-gratuité. On peut regretter le caractère collectif et non obligatoire des ciné-clubs, la liberté censée y régner voire la mixité (p. 166) mais l’école, au sens large, et l’État ont repris au mouvement associatif et laïque un pan de l’éducation populaire transféré à l’Éducation nationale. Parallèlement, la notion de cinéma non commercial a disparu (p. 166).

7La partie de l’éducation populaire qui n’était pas liée à l’Éducation nationale, les nombreux ciné-clubs périscolaires et surtout la masse de ceux caractérisés par une mixité d’âges, s’ils sont touchés par une désaffection qui, pour être à mon sens moins générale que le pense l’auteur, est incontestable, sont l’objet d’une mutation qui reste à étudier, dans le cadre du développement des festivals de cinéma. Désormais loin d’être cantonnés à une activité commerciale (Cannes, Deauville…) (p. 172), ceux-ci voient fleurir des manifestations militantes en lien avec le mouvement d’éducation populaire, gagnant les territoires ruraux, souvent soutenus par les Fédérations des œuvres laïques (p. 173-175). Ces réponses un peu hâtivement assimilées à une contreculture (p. 173) mériteraient un développement conséquent et nuancé que les lacunes d’une recherche marquée par l’immédiateté ne permettent apparemment pas encore. En parallèle à l’expansion festivalière, un retour du cinéma dans le tissu rural s’est effectué à travers des associations, groupant bénévoles et salariés, de cinéma itinérant ou gérant des salles fixes, souvent liées, de façon formelle ou non, au projet d’éducation populaire au et par le cinéma (p. 175). La Ligue de l’enseignement et d’autres mouvements d’éducation populaire – Fédération nationale des foyers ruraux, Fédération française des maisons des jeunes et de la culture (MJC), Territoires et cinéma, etc. – ont pris une part active à cette reconquête des zones rurales par une activité cinématographique militante (p. 176-178). Comme dans le cas des festivals, la question, du point de vue de la recherche, est encore en jachère. Deux études de cas, qui respectent l’équilibre de l’ouvrage, tentent de pallier cette absence de résultats généraux : celle du festival du film arabe de Fameck (p. 179-190) et celle du festival « Première marche » de Troyes (p. 191-204). Intéressantes en elles-mêmes, elles masquent l’étonnante diversité des festivals militants, au risque d’être considérées comme un « remplissage ».

8Pour autant, cet ouvrage est une passionnante mise au point sur une partie du cinéma qui fut, un temps, un point aveugle de son histoire en France. La division en trois grandes périodes des rapports cinéma/éducation populaire est très juste, les analyses qui lient l’objet de l’ouvrage aux grandes évolutions politiques, sociales, intellectuelles, à l’œuvre dans la formation sociale française sont d’une vraie pertinence et dépassent souvent leur objet de départ. Le cheminement d’une éducation passant par l’école, puis s’autonomisant pour y revenir en partie, introduit une réflexion dialectique sur les parts respectives prises dans cette évolution par l’État et le mouvement social, susceptible d’inspirer dans d’autres domaines des recherches autour de ce rapport. Un solide état des sources, une bibliographie très complète, des annexes et un index attestent de la qualité scientifique de l’ouvrage et de l’édition, malgré quelques rares coquilles orthographiques. P. Laborderie est docteur en études cinématographiques et habilité en sciences de l’information et de la communication, mais il a bien mérité d’être, en outre, reconnu comme historien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cadé, « Pascal Laborderie, Éducation populaire, laïcité et cinéma. Une médiation culturelle en mouvement »Questions de communication, 42 | 2022, 507-510.

Référence électronique

Michel Cadé, « Pascal Laborderie, Éducation populaire, laïcité et cinéma. Une médiation culturelle en mouvement »Questions de communication [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.30504

Haut de page

Auteur

Michel Cadé

Université de Perpignan Via Domitia, Cresem, F-66860 Perpignan, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search