Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Notes de lectureHistoire, sociétésAnnabelle Allouch, Mérite

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Annabelle Allouch, Mérite

Paris, Éd. Anamosa, coll. Le mot est faible, 2021, 112 pages
Laurent Husson
p. 529-531

Texte intégral

1Les éditions Anamosa ont, depuis plusieurs années, développé une collection, « Le mot est faible ». Des chercheurs et chercheuses à partir d’un mot usité – et usé – dans le langage courant ou dans la rhétorique politique (voir la note d’intention au rabat de la quatrième de couverture) y font le bilan des études en sciences humaines tout en développant une perspective spécifique. Le format est court (une centaine de pages), les textes divisés en chapitres (six en ce qui concerne notre ouvrage). En caractères blancs sur fond noir (ou l’inverse) et sur la couverture et en pages intérieures – cinq pages –, des formules du texte principal sont mis en exergue. La collection comporte au moins quatorze volumes, partant de mots tels que révolution, utopie, langue, peuple, démocratie…

2Le terme traité par Annabelle Allouch, maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Picardie Jules-Verne et auteure d’un ouvrage, La Société du concours. L’empire des classements scolaires (Paris, Éd. Le Seuil, 2017), correspond particulièrement à ce profil. L’objet de l’ouvrage est le mérite, ou, plus exactement, la rhétorique méritocratique et son ancrage dans la psyché collective et familiale de l’auteure – rhétorique à laquelle le père de l’auteure adhérait (p. 31). C’est que le mérite « est un terme [qui] s’éprouve dans nos corps autant qu’il se dit et se décrit comme croyance ou sens de justice » (p. 18-19). Il fait donc l’objet d’un traitement faisant écho à cette histoire familiale – le livre est dédié à la mémoire de son père et la question posée par l’auteure est aussi l’influence sur son père de la rhétorique méritocratique (p. 32) – et est nourri de tout un ensemble de travaux sociologiques et philosophiques dont la bibliographie se trouve en fin d’ouvrage. L’ouverture (p. 5-19) est constituée de deux vignettes fictives – mais alimentés d’éléments réels – qui renvoient à deux compréhensions opposées du mérite au bas et au sommet de la pyramide sociale. Elles illustrent le caractère partagé du mérite comme valeur et principe de justification des inégalités. Ce partage est aussi bien transsocial que transnational (voir les résultats cités p. 21) et renvoie au mérite individuel comme au mérite social (voir l’exemple de l’Inde cité p. 24). Il s’agit d’un « acte de foi » (p. 20) et d’une morale d’État à la fois issue d’un fond religieux laïcisé (la part des œuvres dans le salut) et consubstantiel aux sociétés démocratiques modernes marquées par un processus de « méritocratisation » (p. 28). Si ce dernier, pour la France, est particulièrement fort à l’école, il joue aussi par rapport à d’autres domaines, par exemple la naturalisation (p. 29-30), même si le processus n’a pas toujours été sans ambiguïtés et limites comme en témoigne historiquement la période coloniale.

3Un regard plus précis pour pointer la fluctuation de la prise en compte du mérite est ce que l’auteure appelle « les trois âges du mérite » (p. 33-54) dans les grandes écoles, qui jouent un rôle central comme « espace de production légitime du mérite » (p. 50). Le premier âge, illustré par les débats autour de l’entrée des filles à l’ENA – École nationale d’administration –, alors nouvellement créée, organise une exclusion de ces dernières ; le second, marqué par la massification et la démocratisation, accorde un poids plus grand aux résultats scolaires au risque de fausser la découverte des qualités effectives en raison de la surpréparation des candidats des classes moyennes ; un troisième âge est celui du « traitement individualisé » (p. 49). Cependant, ces trois âges n’ont rien d’une loi de progrès mais renvoient, selon l’auteure, à des conflits de pouvoir : « La définition du mérite mobilisée au cours du recrutement dépendra de la configuration des forces en présence […] c’est le contrôle pour une lecture inégalitaire du monde qui se joue » (p. 50), lecture objectivée et renforcée par le statut de procédures incontestables.

4La problématique contemporaine du mérite s’est cependant profondément modifiée, comme en témoignent les nouvelles logiques mises en œuvre par Parcoursup comme système de concurrence généralisée pour les meilleures places postbac et non seulement comme mérite lié à l’accession à un diplôme. Elle résulte de l’impact du néolibéralisme, caractérisé par l’auteure comme doctrine d’« allocation des biens » (p. 60) fondée sur un retrait de l’État comme fournisseur directeur et un renforcement de son rôle comme évaluateur. Une évolution s’amorce quant à la vision du mérite, moins corrélé au rapport à la collectivité qu’à la capacité à devenir entrepreneur de soi-même et faire face aux circonstances et aux conditionnements sociaux. Parti de la Grande-Bretagne, cet élitisme néolibéral s’incarne dans les procédures de sélection telles que Parcoursup qui légitime à la fois la sélection et la pénurie (p. 69). L’obscurité paradoxale des procédures mises en place telles que Parcoursup induit un triomphe du modèle néolibéral, pouvant faire coexister chez certains à la fois une croyance en son mérite individuel et en une injustice sociale.

5Il y a donc à la fois une reconnaissance universelle du mérite comme principe social et une pluralité de lectures de ce mérite, tous les mérites n’étant pas « méritoires » (p. 74) de manière égale. Ainsi, au lieu d’être un principe unificateur, le mérite, en fonction de la manière dont il est tissé par différents discours, peut-il devenir un principe de fragmentation de la société. D’une part, on peut considérer que le mérite n’est pas le seul principe organisateur d’une société et qu’il peut en exister d’autres, comme la solidarité. D’autre part, comme le notent et l’étudient plusieurs auteurs (Marie Duru-Bellat, Thomas Piketty…), l’insistance sur une seule forme de mérite (le mérite scolaire) et l’attribution de la réussite scolaire aux seuls facteurs individuels jouent un rôle essentiel dans ces phénomènes de fragmentation des sociétés et la révolte contre les élites dont les Gilets jaunes ont été l’exemple.

6Cependant, il serait erroné de croire – comme l’indique l’auteure à plusieurs reprises – qu’il s’agit seulement de discussions théoriques et politiques. L’auteure fait ainsi se succéder aux considérations précédentes une description quasi phénoménologique de l’affectivité développée par la question du mérite à partir de l’exemple d’un élève ému aux larmes à l’évocation de sa propre mère qui, pour lui, symbolise le mérite. C’est donc l’efficacité émotionnelle du mérite qui est ici en question et qui fonde sa capacité à être une « discipline » (p. 93) au sens de Michel Foucault et qui donne à partir de là sa force aux rhétoriques méritocratiques en même temps qu’il fournit une lecture du monde. Cette discipline est ce qui conduit à ce que le rapport au mérite, notamment dans sa dimension scolaire, soit ainsi vécu dans l’angoisse individuelle et dans le sentiment d’injustice. On voit de ce fait comment la question du mérite est ici une question sensible et les raisons pour l’auteure de la nécessité d’une repolitisation de celui-ci.

7On aperçoit donc d’emblée la spécificité de l’ouvrage. Dédié au père de l’auteure – décédé l’année de la publication – et « pour les beaux yeux d’Éli », il s’inscrit dans une réflexion au croisement des parcours personnel et professionnel de l’auteure. Il conjugue également la synthèse sociologique et l’écriture fictive, ainsi que le politique et l’affectif en tant que l’affectif est ce qui incarne le politique, ce par quoi ce dernier – pour prendre des termes sartriens (que l’auteure ne cite pas mais dont les analyses sont en fait proches de celles du « sens pratique » [p. 17, 19, 99] de Pierre Bourdieu) – retotalise en intériorité la situation sociale, la personnalise tout autant que la situation sociale constitue le mérite individuel. Ainsi l’auteure fait-elle du mérite l’objet d’un discours visant à rendre acceptables des processus de sélection dont plusieurs exemples historiques développés dans l’ouvrage montrent le caractère manipulatoire et d’un vécu, comme acte de foi, condition à la fois d’une forme d’assomption d’un passé d’une situation et d’une reconnaissance et aussi l’ouverture d’un avenir, la question étant alors de savoir sous quelle forme peut être vécu cet avenir à partir du mérite, tel qu’il existe en tension entre l’individuel et le social.

8À ce titre, il est donc normal que l’école soit au centre du texte d’A. Allouch, que ce soit dans la prééminence (pas uniquement française) accordée à la forme scolaire du mérite ou dans les processus de sélection des élites, tel qu’il se cristallise anonymement dans des procédures et des algorithmes. Si la famille – et de manière plus générale la sphère affective (voir le lien quasi filial dans la première vignette présentée, p. 5-9) – est présente et quelle est le vecteur d’intériorisation du mérite scolaire tout comme celle qui fournit les premiers exempla de mérite et lui donne une première consistance charnelle, c’est l’école, elle aussi, qui symbolise le choc entre intériorisation et extériorisation des normes de mérite, à la fois conditionnée et conditionnante et dont les effets d’emblée perdurent, même face à une manifestation patente d’injustice.

9Pour finir, deux remarques : concernant la manière dont le mérite scolaire contamine le mérite social, il serait possible d’enrichir l’analyse au travers des notions de Sphères de justice (Paris, Éd. Le Seuil, 1997) de Michael Walzer, dans la mesure où certains des phénomènes décrits témoignent d’un non-respect de celles-ci. Il est aussi possible d’articuler la notion de mérite avec celle de reconnaissance tel qu’Axel Honneth l’a développée dans différents ouvrages (La Reconnaissance. Histoire européenne d’une idée, Paris, Gallimard, 2020), le mérite se jouant aussi dans plusieurs sphères de reconnaissance. On pourrait enfin voir aussi la question du mérite au prisme du modèle des cités développé par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (De la justification, Paris, Gallimard, 1991) et L. Boltanski et Ève Chiapello (Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999). Quoiqu’il en soit, cet ouvrage constitue un excellent point de départ pour une réflexion à la fois distanciée et incarnée sur un thème omniprésent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Husson, « Annabelle Allouch, Mérite »Questions de communication, 42 | 2022, 529-531.

Référence électronique

Laurent Husson, « Annabelle Allouch, Mérite »Questions de communication [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30564 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.30564

Haut de page

Auteur

Laurent Husson

Université de Lorraine, Écritures, F-57000 Metz, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search